Home Brèves L’été indien


L’été indien

Éric Piolle convertira-t-il les paysans du Penjab ?

L’été indien
Bhupender Yadav, ministre de l'environnement indien, le 15/11/22 / PHOTO: Peter Dejong/AP/SIPA / AP22740711_000078

La cause écologique, souci des pays développés, est-elle imposable et réalisable dans des pays en développement ?


Les paysans indiens sont-ils des salauds ? Début novembre, ouvriers, écoliers et une partie des fonctionnaires de New Dehli ont été invités à rester chez eux. Raisons de ce confinement ? Une énorme concentration de particules fines, 25 fois plus forte que les recommandations de l’OMS. Capitale de l’Inde, New Dehli est régulièrement en tête du classement des villes les plus polluées au monde mais cette fois, les coupables ne sont pas que les conducteurs de poids lourds ou les industriels peu soucieux de dame Nature. Outre la part des pollueurs habituels, les vents ont drainé des nuages de fumée issus du Penjab, cette région du nord. Les agriculteurs y ont brûlé les restes de leurs cultures d’été pour préparer leurs champs pour l’hiver, un choix motivé par des raisons économiques. Bhupender Yadav, ministre de l’Environnement, n’a pas eu de mots assez durs à l’encontre de l’opposition qui administre le Penjab. « Il n’y a aucun doute sur qui a transformé le Penjab en chambre à gaz », a-t-il tweeté. Le plus haut responsable politique du Penjab, Bhagwant Mann, a retorqué que son administration n’était entrée en fonction qu’il y a six mois. En 2018, une étude de l’Institut de politique énergétique de l’université de Chicago estimait qu’en moyenne, un Delhiite perdait dix ans d’espérance de vie à cause de la pollution. Persuadés d’être les phares du monde, nos écolos rivalisent de créativité pour montrer la bonne voie. Sur son site internet, la mairie de Grenoble affirme sans rire que « la révolution verte est en marche ». Un message qui n’est visiblement pas parvenu jusqu’en Orient. Depuis des années, l’Inde est l’un des plus grands pollueurs au dioxyde de carbone. Après Grenoble, Éric Piolle devra aussi convertir les paysans du Penjab aux vertus de la trottinette électrique et du tri sélectif. Chiche ?

A lire aussi: Dette climatique, le nouveau fardeau de l’homme blanc?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Nathan Devers : «Penser un événement suppose de faire table rase de tout ce qu’on a pu penser auparavant»
Next article Gilles Verdez l’assimilé
Enseignant, auteur du roman "Grossophobie" (Éditions Ovadia, 2022).

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération