Quantcast
Home Politique La « rafle du vel’ d’hiv’ » vue par les médias et les politiques : c’est l’histoire qu’on assassine !


La « rafle du vel’ d’hiv’ » vue par les médias et les politiques : c’est l’histoire qu’on assassine !

La « rafle du vel’ d’hiv’ » vue par les médias et les politiques : c’est l’histoire qu’on assassine !
Emmanuel Macron commémore la rafle du Vel d'Hiv le 17 juillet 2022 à Pithiviers. © Christophe Petit Tesson/AP/SIPA

Commémorer des événements dans notre passé est louable, mais à condition de bien les connaître. Le discours politique et médiatique autour de la commémoration du « vel’ d’hiv’ » est simpliste et réducteur. Jean-Marc Berlière, professeur émérite d’histoire contemporaine, spécialiste de la police, remet les pendules à l’heure. La suite demain…


On sait que la commémoration n’est pas plus la connaissance, que la mémoire n’est l’Histoire. On sait aussi qu’idéologie et histoire n’ont jamais fait bon ménage. Pourtant, des sommets d’imprécision, d’approximations, d’erreurs, d’élisions, d’affirmations erronées et hasardeuses ont été atteints avec les commémorations du 80e anniversaire de la « rafle » dite du « vel’ d’hiv », le tout avec la complicité, le consentement ou à tout le moins le silence d’historiens-idéologues pour lesquels, la vérité historique importe moins que la lutte sans danger, mais source de grands profits médiatiques, contre des moulins à vent (Zemmour, Vichy…) relativement inoffensifs.[1] Ces interventions ou ce silence n’ont pas été sans conséquences sur le discours prononcé à Pithiviers par un président oublieux des leçons de Paul Ricoeur dont il se réclame parfois. Face à ce déferlement, il est nécessaire, voire indispensable, de rappeler quelques vérités historiques et cette règle essentielle de l’histoire scientifique : éviter toute téléologie, rendre au passé son futur : en 1942 on ignorait ce que nous savons aujourd’hui.

« Le SS-Haupsturmführer Dannecker a indiqué de façon très nette qu’il n’était absolument plus question de discuter de l’évacuation des juifs de zone occupée. Qu’il s’agissait là d’une décision allemande qui devait être appliquée par la police française en tout état de cause » (note du SS-Obersturmführer Röthke, du 26 juin 1942, citée dans S.  Klarsfeld, Le Calendrier de la persécution des Juifs de France, juillet 1940 – août 1942, Fayard, 2001, p. 424).

« J’ai dit à Leguay […] que la police française  […] était tenue d’exécuter ce que nos services locaux ou les commandos de la SIPO qui en dépendent pouvaient être amenés à leur demander, sans s’informer au préalable auprès du Secrétaire d’État à la police de la légitimité des ordres en question. » (SS-Hauptsturmführer Dannecker, 8 juillet 1942, cité dans S. Klarsfeld, Le Calendrier de la persécution des juifs de France, t.  II, p. 473).

Certes, il n’est pas question de nier le caractère antisémite et xénophobe du régime de l’État français, ses lois d’exclusion, ses internements, interdictions, spoliations qui s’inscrivent dans un mouvement né à la fin du XIXe siècle et bien actif dans les années 1930, pas plus qu’il n’est question de minorer les responsabilités des différents gouvernements de l’État français et leur volonté de débarrasser la France de « Juifs trop nombreux ». Pourtant, on ne saurait pour autant se tromper de cible et, au nom du french bashing voire du police bashing, cautionner les propos répétés ad nauseam dans une escalade quotidienne par de nombreux intervenants de tous bords, selon lesquels « Vichy » (sic), Pétain, la « police française », Bousquet… auraient « décidé » d’arrêter et de déporter des milliers de juifs en juillet 1942, comme on a pu le lire et l’entendre des jours durant.

Pour mémoire : le judéocide a été décidé, organisé par les nazis (allemands ET autrichiens) qui, dès 1941, ont commencé les massacres en Europe centrale et orientale (la « shoah par balles »). On a longtemps écrit que c’est le 20 janvier 1942, au cours d’une réunion près de Berlin de hauts responsables nazis présidée par Heydrich, que ce dernier aurait annoncé qu’il avait été décidé d’étendre aux pays occupés de l’Europe occidentale ce que le langage codé des nazis a euphémisé sous l’appellation de «solution finale de la question juive » ou encore « la grande migration », voire « relocalisation des Juifs ».  En réalité, jusque fin avril 42, pour tous les Juifs de l’ouest y compris ceux du Reich et de Slovaquie, il a été décidé d’attendre la victoire sur l’URSS. La décision prise fin avril 1942 par Hitler, Himmler et Heydrich de ne pas attendre la fin de la guerre et d’éliminer tous les Juifs d’Europe est annoncée par Heydrich lors de son séjour à Paris début mai 1942 lors d’une rencontre avec les officiers SS en poste en France occupée[2].

À lire aussi : Alain Michel: “Vichy désirait protéger tous les Français, dont les juifs”

La mise en place de cette décision, son organisation matérielle et technique, notamment la désignation des victimes (qui ?), leur arrestation (comment, combien, par qui, où ?), l’organisation des convois ferrés pour leur transfert vers les centres de mise à mort (essentiellement Auschwitz, parfois Sobibor) occupe les semaines suivantes. En juin 42, Himmler, qui a obtenu le feu vert de Hitler donne à Eichmann – en charge de cette logistique de mort – l’ordre de « libérer totalement et le plus vite possible la France des Juifs ». Eichmann vient à Paris le 1er juillet pour mettre au point avec les SS du Juden Referat (service IVJ de la Sipo-SD de l’avenue Foch) les détails de l’opération à laquelle, écrit-il, « le gouvernement français [nous] impose des difficultés croissantes » : on est loin de la complicité active dénoncée.  Fin juin, le SS-Haupsturmführer Dannecker, responsable du service IVJ a annoncé aux autorités de Vichy que 40 000 juifs dont 40% de Français devraient être arrêtés par les policiers et gendarmes français et « transportés vers l’Est ». Il prend bien soin de préciser que la décision « n’est pas négociable ».

Pourtant négociations il y eut sur le détail desquelles des doutes subsistent du fait de sources lacunaires et essentiellement allemandes. Du 2 au 10 juillet, les discussions ont porté sur :

Le nombre et la nationalité des Juifs à déporter. À la suite de marchandages dont on ne perçoit les échos qu’à travers les notes et rapports des SS, les parties sont convenues au final d’un total de 22 000 arrestations dans la région parisienne (auxquels le gouvernement français s’engage à ajouter 10 000 autres juifs arrêtés en Zone non occupée[3]). Les Juifs concernés seront des juifs étrangers de certaines nationalités ou apatrides. Noter qu’une partie des enfants que Vichy ne souhaite pas séparer de leurs parents, nés en France d’au moins un parent français sont français[4] : ils représentent une partie des 4 115 enfants de moins de 16 ans arrêtées.

Qui procéderait aux arrestations. « À la suite d’une intervention du Maréchal, Laval a proposé que ce ne soit pas la police française qui procède aux arrestations de zone occupée. C’est au contraire aux troupes d’occupation qu’il voudrait laisser ce soin. » Sur ce sujet, Bousquet s’est heurté à une fin de non-recevoir de ses interlocuteurs SS sous un prétexte fallacieux et hypocrite : « Nous avons invoqué, pour justifier notre refus de procéder à l’arrestation des juifs, le fait que nous voulions dans la mesure du possible en arriver à ne pas faire usage de la force d’occupation. » (Hagen, 4 juillet 1942, note sur l’entretien du 2 juillet 1942 avec le Secrétaire Général de la police, Bousquet).  Une note d’un correspondant allemand à Vichy (VMP44) fait savoir, le 2 juillet, au Bureau IVJ que « Laval s’oppose aux rafles imminentes de Juifs. Il se refuse à charger la police française de ces arrestations. » La réponse de Dannecker (rapport du 4 juillet) montre à qui l’oublierait quel est le rapport de forces : « il faut ici bien faire comprendre à Bousquet que la police française en zone occupée est d’abord sous les ordres du chef supérieur des SS et de la police allemande. Elle devrait donc arrêter même des juifs de nationalité française si elle en recevait l’ordre de la part des Allemands ». Et il précise le 6 juillet avec un cynisme absolu – car LUI n’ignore ni la destination des convois, ni le sort des déportés – : « On a répondu à Bousquet que le fait de débarrasser la France des Juifs, malgré la guerre, était plus qu’un geste de la part de l’Allemagne et témoignait sans aucune ambiguïté possible, de notre volonté de résoudre la question juive à l’échelle européenne. Que l’on n’aille pas s’imaginer que c’est une petite affaire pour l’Allemagne que d’absorber une aussi grande quantité de Juifs.»[5]

Ce sont donc finalement les policiers de la Préfecture de police (PP) qui opéreront comme en août 1941 (rafle dite du 11e arrondissement) mais SEULS cette fois. Une solution qui présente du côté allemand un double intérêt : compromettre encore plus le gouvernement français et en faire un complice dans une besogne où les occupants qui ne connaissent ni la langue ni le terrain ne seraient pas aussi efficaces et provoqueraient un affolement des victimes effectivement rassurées de n’avoir à faire qu’à des policiers – gardiens de la paix pour l’essentiel – français. Ne pas affoler les victimes, mentir jusqu’à la porte des chambres à gaz pour éviter tout grincement dans la mécanique du meurtre de masse sera, jusqu’au gazage des juifs hongrois à l’été 1944, un impératif essentiel des bourreaux, dont on imagine qu’ils ne sont pas vantés auprès des autorités françaises de la finalité de l’opération et de la destination réelle des convois. Officiellement ces derniers vont servir à peupler un état juif situé quelque part en Pologne.

La suite demain matin…

[1] Un exemple parmi des dizaines : sur France-Inter, au cours de l’émission « Tout est faux dans ce que raconte Zemmour », l’historien Pascal Ory affirme (16ème minute de l’émission), en se référant au livre de Laurent Joly, que la distinction entre juifs français et juifs étrangers « ne fonctionne déjà plus au moment des rafles de 1942 », alors que cette question est au cœur de toutes les négociations entre les nazis et Bousquet et Legay. Savoir se taire quand on ne sait pas et ne pas intervenir sur une question qu’on ne maîtrise pas : premier commandement de l’historien.

[2] Mario R. Dederichs, Heydrich, le visage du mal, Texto-Tallandier, 2016, p. 156 ; Edouard Husson,  Heydrich et la solution finale, Tempus, 2012 p. 361.

[3] « Compensation » française aux « concessions » allemandes sur le total et la nationalité des Juifs à arrêter ? Notons que parmi ces étrangers ou apatrides installés en Zone non occupée, se trouvent les 7000 Juifs du pays de Bade que les nazis ont expulsé vers la France en octobre 1940.  Laval, pas fâché de ce « retour à l’envoyeur », rappelle qu’il ne serait « pas déshonoré » d’expédier « les innombrables juifs étrangers qui sont en France » vers « cet état juif » que le gouvernement allemand dit avoir l’intention de créer à l’Est. 

[4] La loi de 1927 prévoyait que les autres – nés de deux parents étrangers – le seraient à leur majorité.

[5] Tous ces documents sont cités par S. Klarsfeld, Vichy-Auschwitz, Fayard, 1983, pp. 230-236.

Le Silence des maquis: Polar généalogique

Price: 19,00 €

10 used & new available from 14,41 €

Polices des temps noirs

Price: 35,00 €

21 used & new available from 31,96 €

Histoire des polices en France: De l'ancien régime à nos jours

Price: 12,50 €

16 used & new available from 6,90 €

La police des moeurs

Price: 8,50 €

12 used & new available from 8,49 €

La police à Paris en 1900

Price: 19,90 €

1 used & new available from 19,90 €

Naissance de la police moderne

Price: 10,00 €

18 used & new available from 4,50 €

Liquider les traîtres

Price: 11,48 €

12 used & new available from

Monde des polices en France

Price: 28,00 €

12 used & new available from 6,43 €

Liaisons dangereuses

Price: 27,00 €

3 used & new available from

L'affaire Guy Moquet - Enquête sur une mystification officielle

Price: 14,91 €

5 used & new available from

Les grandes affaires criminelles du Moyen Âge à nos jours

Price: 22,00 €

8 used & new available from 12,10 €

Policiers français sous l'Occupation

Price: 10,50 €

23 used & new available from 5,78 €

Vichy, Auschwitz

Price: ---

0 used & new available from

Le calendrier de la déportation

Price: 37,80 €

9 used & new available from 31,50 €







Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Vive l’été médiatique !
Next article Pelosi joue avec des allumettes

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération