Home Monde Moscou, Delhi et Téhéran sortent le grand jeu

Moscou, Delhi et Téhéran sortent le grand jeu

Moscou se rapproche de l’Inde et l’Iran

Moscou, Delhi et Téhéran sortent le grand jeu
Le président iranien Hassan Rohani rencontre son homologue russe Vladimir Poutine, Ufa, Russie, juillet 2015. Sipa. Numéro de reportage : AP21762467_000081

La Chine n’a pas de pétrole, mais plein d’idées. Son projet de « nouvelle route de la soie » vise à relier par la route et le rail l’empire du Milieu à la Grande-Bretagne en passant par le Kazakhstan, la Russie, la Pologne, l’Allemagne et la France. Dans l’océan Indien, la République populaire tisse d’ores et déjà un « collier de perles » entre différents ports et finance directement la construction de la base navale de Gwadar (Pakistan). Pour Pékin, il s’agit d’élargir son assise maritime au-delà de la mer de Chine, quitte à inquiéter ses rivaux indiens et américains.

Un rêve russe

Plus circonspecte, la Russie bénéficie des retombées du transit entre la Chine et l’Europe, mais ne s’en satisfait pas complètement. Son rêve ? Devenir un gigantesque centre eurasiatique. Pour ce faire, Moscou se rapproche de deux autres grandes puissances : l’Inde et l’Iran. Le vieux projet de corridor nord-sud entre les trois pays a été relancé il y a deux ans afin de constituer un axe long de 7 200 km. À New Delhi, le gouvernement applaudit car, n’ayant toujours pas réglé ses querelles frontalières avec la Chine et le Pakistan, l’Inde reste enclavée sur le plan terrestre. Paradoxalement, la relance des sanctions américaines contre l’Iran pourrait consolider l’alliance indo-irano-russe. Par cette combinaison bateau-train-route de Saint-Pétersbourg à Bombay, Vladimir Poutine gagnerait un meilleur accès aux mers chaudes en s’épargnant la longue boucle logistique qui passe par la mer du Nord, Gibraltar et le canal de Suez.

Payer en roubles et en roupies

Mais le plus dur reste à faire : financer cet investissement titanesque sans passer par le dollar. L’Inde et la Russie devront ainsi « dédollariser » leurs échanges avec l’Iran afin de commercer en roupies et en roubles. Sans quoi, il sera compliqué de moderniser le port iranien de Bandar Abbas qui donne sur le golfe Persique. Quant au projet de grand canal reliant la Caspienne à l’océan Indien via l’Iran, il paraît encore très chimérique. Bref, le grand jeu est loin de se terminer.

La France atlantiste ou le naufrage de la diplomatie

Price: 21,36 €

13 used & new available from 13,93 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Délit de solidarité” : la victoire à la Pyrrhus des no border
Next article Philippe Lançon, résilient par le sang versé
est responsable des questions internationales à la fondation du Pont neuf.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération