Quantcast
Home Politique Carole Delga : le sectarisme et le néant


Carole Delga : le sectarisme et le néant

La présidente de l'Occitanie aime tellement les pauvres qu’elle en fabrique.

Carole Delga : le sectarisme et le néant
Carole Delga (à gauche) avec Clémentine Autain à la fête de l'Humanité sur la Base 217 du Plessis-Pâté, le 10 septembre 2022 Gabrielle CEZARD/SIPA 01087425_000001

La situation économique de l’Occitanie est plus que préoccupante. La présidente du conseil régional, loin de venir à la rescousse des Occitans, préfère se consacrer à de basses manoeuvres politiciennes. Tribune du maire de Perpignan, Louis Aliot.


En manifestant un 11 novembre devant la mairie de Perpignan pour défendre le droit du Nouvel Parti Anticapitaliste à insulter son maire en le traitant de «fasciste», Carole Delga nous rappelle que même le 11 novembre, elle ne compte pas mettre son sectarisme en veilleuse.

Déjà condamnée pour discrimination à raison des opinions politiques envers la commune de Beaucaire, dirigée par le maire RN Julien Sanchez, Carole Delga incarne le sectarisme politique devenu son seul moyen d’exister. Elle ne vise en réalité qu’à trouver une identité à une gauche régionale en perte de vision, en perte de repères et devant faire face à son échec.

Cette stratégie cynique n’occulte pas le bilan d’une politique qui ignore les réalités d’aujourd’hui et dont les chiffres sont parlants. L’Occitanie est l’une des régions les plus pauvres de France avec un taux de pauvreté de 16.8%. La précarité atteint des niveaux stratosphériques avec 22% des habitants d’Occitanie de moins de 65 ans considérés comme précaires. Carole Delga aime tellement les pauvres qu’elle en fabrique.

A lire aussi: Nantes terre d’asile

Derrière ces chiffres se cache également une réalité affreuse et discrète, autre versant de la politique conduite non seulement par Carole Delga, mais par tous ses vassaux dans les conseils départementaux et dans les métropoles, Toulouse et Montpellier en tête : La constitution d’une fracture territoriale.

La fumeuse Assemblée des territoires n’a rien changé à la réalité. La politique de Carole Delga conduit à faire migrer les pauvres des champs pour qu’ils deviennent des pauvres des villes. C’est la raison pour laquelle la pauvreté semble diminuer dans la ruralité, tandis qu’elle augmenté dans les grands centres urbains et dans la ruralité profonde. Fini, ce tissu de petites villes et de petits villages qui assuraient l’équilibre économique et social du territoire, nous n’avons plus désormais le choix qu’entre le désert ou la grande métropole, pour ceux dont la voiture pourra encore y entrer.

Louis Aliot à Cap d’Agde le 18 september 2022 Alain ROBERT/SIPA 01088340_000003

Rien, dans les stratégies proposées par Delga et ses supplétifs ne pourra régler ce problème. La gauche régionale se disperse en vœux pieux et saupoudrage qui empêchent la réalisation de projets économiques concrets dignes des moyens d’une région de la taille d’un petit pays. L’avenir est mal anticipé, le présent largement ignoré, et l’on se contente de réagir aux obsessions idéologiques du moment en manquant toute chance d’être pertinent sur les réels enjeux structurants de nos territoires. Au lieu de vouloir sauver le monde depuis l’Occitanie, Carole Delga ferait bien de revenir aux réalités concrètes de la vie des gens.

Les Pyrénées Orientales n’ont que trop souffert de cette sujétion aux absurdités de l’exécutif régional. Ces lubies socialistes ont aggravé un contexte national déjà difficile face auquel le département présidé par Mme Malherbe est totalement impuissant.

A lire aussi: Nous ne nous interdirons jamais de parler de la République française

L’élection départementale partielle à laquelle j’ai choisi de me porter candidat est pour l’ensemble des citoyens qui y voteront, l’opportunité d’envoyer un message à la duchesse Delga et à sa vassale Malherbe. Celui que Perpignan, que les électeurs ont confié à mes soins et aux soins de ma majorité municipale, ne se laissera pas faire face à un système qui a décidé d’opérer une véritable ségrégation socio-spatiale des habitants en fonction de l’endroit où ils vivent, mais aussi à raison de leurs opinions politiques, comme l’a démontré la condamnation de Carole Delga pour discrimination à l’égard  de Julien Sanchez.

Dans l’ensemble du département, la lassitude du système Delga-Malherbe est prégnante. Dans toute la région, la demande d’un changement dans les principes politiques et la méthode de gouvernement se fait de plus en plus forte. Perpignan, Beaucaire et tant d’autres ont prouvé qu’il était possible de faire mieux et de ne se résigner ni face à la pauvreté, ni face à l’insécurité, ni face à la volonté politique de briser les territoires qui votent mal. A Paris, en Occitanie, et dans les Pyrénées Orientales aussi, l’urgence, c’est l’alternance.

Impossible n'est pas français: 2022, les voies du succès

Price: 20,00 €

19 used & new available from 7,44 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article «La France n’a pas de problème avec l’islam», vraiment ?
Next article Lettre d’un jeune Matador français
Maire de Perpignan

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération