« Wir schaffen das ! », « Nous y arriverons ! », martèle Angela Merkel, depuis qu’elle a ouvert les frontières de son pays à un million de réfugiés syriens. Il est encore trop tôt pour savoir si le pari sera tenu, mais une chose est sûre : ce pari a déstabilisé l’Allemagne.

Quatre-vingt-dix députés de l’AFD (Alternative Für Deutschland), un parti né des frustrations et de l’inquiétude provoquées par la politique de « Mutti », viennent de faire leur entrée au Bundestag. Les admirateurs de Merkel ne sont pas ébranlés pour autant. Ce soubresaut renforce, au contraire, leur admiration. Ils en concluent que le peuple, ou qu’une fraction du peuple allemand, n’est pas à la hauteur des grandes espérances qu’Angela Merkel et toute l’Europe éclairée avaient placées en lui. Il a déçu. Au lieu de saisir l’occasion d’expier ses crimes en relevant l’immense défi de l’hospitalité inconditionnelle, il a voulu secouer le joug de la mémoire et s’est donné le droit de redevenir méchant.

Certains signes semblent valider cette interprétation. J’apprends dans Le Fi

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite