Accueil Édition Abonné Vive la reine!

Vive la reine!

Les allusions de la reine consort contre les "sensitivity readers"...


Vive la reine!
Camilla Queen Consort joined by King Charles III, The Reading Room, Clarence House, London, 23 février 2023 © Jonathan Brady/WPA Pool/Shutters/SIPA

Après des propos tenus par Camilla Parker Bowles, l’éditeur anglais de Roald Dahl a annoncé qu’il continuerait à publier les versions originales des œuvres de l’auteur, dans une collection spéciale.


Roald Dahl est un grand auteur anglo-saxon de la «  littérature jeunesse » – Le Bon Gros Géant, Charlie et la Chocolaterie, Matilda – ces romans qu’on lit à l’âge tendre et qu’on peut reprendre à tout autre moment de la vie lorsqu’on se lasse de la grisaille du monde et des pesanteurs de la production romanesque sanctifiée par les officines de la bien pensance. Dahl est mort en 1990. On aurait pu le laisser vivre en paix son éternité, mais non ! La patrouille du wokistement correct veillait, qui n’a pas hésité longtemps à aller lui chercher noise jusque dans sa tombe. Une escouade de censeurs s’est penchée sur son œuvre et – Ô m’y god ! – y a déniché maints passages, maints termes dont on pourrait penser qu’ils risqueraient de choquer telle ou telle minorité, sociale, ethnique, sexuelle et autres (liste non exhaustive, le catalogue des possibles victimisations ne cessant de s’allonger jour après jour). Alors, ces zélés purificateurs ont retroussé leurs manches et se sont attelés à remettre l’ouvrage du défunt auteur sur le métier, supprimant à la serpe des horreurs telles que « femmes de ménage », « gros », « nain », etc. Fort heureusement, cela n’a été entrepris que pour l’édition anglaise de l’œuvre. L’éditeur français, Gallimard, n’a pas jugé utile, lui, de se compromettre dans cette énième croisade de la bêtise woke. On s’en réjouit. Au demeurant, l’éditeur anglais lui-même en est venu à mettre un peu d’eau dans sa navrante soupe littéraire. Les œuvres vierges de toute manipulation resteront disponibles à côté de celles sacralisées par l’imprimatur woke. De nouveau on se félicite.

A relire: Roald Dahl, nouvelle victime de la pudibonderie woke

Mais d’où nous viendrait ce repentir ? Tout simplement d’une recommandation de pur bon sens adressée à la cantonade, en quelques mots, aux auteurs, aux créateurs: « Restez fidèles à votre vocation. Ne vous laissez pas impressionner par ceux qui veulent restreindre votre liberté d’expression ou imposer des limites à votre imagination. » On ne peut mieux dire. Et qui parle ainsi ? La très honorable Camilla, la reine consort d’Angleterre. Elle a glissé cette saine mise en garde lors d’une réception donnée pour le deuxième anniversaire de son club de lecture en ligne, le Reading room. On peut donc penser qu’elle aura été entendue.

Au passage, on ne résistera pas à la tentation de souligner que nous nous nous trouvons là devant un des plus remarquables avantages de la monarchie: parler de haut, certes, mais en toute subjectivité désintéressée, puisque l’ambition de se faire élire ou réélire ne vient pas altérer la sincérité, l’authenticité de la pensée et du propos. La prise de parole n’en a donc que plus de force. J’imagine que, de là où il est, Roald Dahl ne peut que clamer avec nous : Vive la reine !

Le prince assassiné - Duc d'Enghien

Price: 9,90 €

8 used & new available from 9,90 €




Article précédent « C’est payé combien? »
Article suivant Prisonnier de la vache
Ex-prof de philo, auteur, conférencier, chroniqueur. Dernières parutions : "Marie Stuart: Reine tragique" coll. Poche Histoire, éditions Lanore. "Le Prince Assassiné – le duc d’Enghien", coll. Poche Histoire, éditions Lanore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération