Accueil Édition Abonné Qui sont les vrais rebelles?

Qui sont les vrais rebelles?

Le profil des émeutiers, souvent très jeunes, les situe aux antipodes d'une rébellion consciente... Quant aux élus LFI...


Qui sont les vrais rebelles?
Clémentine Autain et ses consoeurs de la Nupes arrivent débraillées à l'Assemblée Nationale. Facebook

Partant d’un constat de Régis Debray, notre chroniqueur nous livre une vision de la rébellion et de ses biais ostentatoires…


On me pardonnera de quitter, le temps d’un billet, les émeutes, la mort de Nahel, la police… J’ai d’autant moins de scrupule à le faire que le dernier livre de Régis Debray, Où de vivants piliers, à la fois un exercice d’admiration et de suprême intelligence, m’a inspiré cette analyse.


Évoquant Julien Gracq, ce grand écrivain ayant été professeur d’Histoire et de géographie et demeurant à Saint-Florent-le-Vieil, Régis Debray analyse sa profonde discrétion de la manière suivante : «…Une rébellion, moins elle est à l’affiche, mieux elle tient la route… Les vrais dissidents n’ont pas l’injure à la bouche… Quand l’époque est à l’hirsute, le rebelle est boutonné… Ce n’est d’ailleurs pas une mauvaise opération : troquer une intime extravagance contre un anonymat social… ». Cette analyse distinguant l’apparence et les tréfonds est fine et pertinente. J’ai été d’autant plus touché par ces fortes observations qu’elles rejoignent une conviction qui ne m’a jamais quitté. J’ai toujours perçu à quel point les singularités visibles, outrancières, ostentatoires n’étaient pas forcément le signe d’une authentique rébellion, mais représentaient au contraire une manière facile et confortable de laisser croire à son existence. Mon expérience – qu’elle résulte de l’introspection ou de l’observation des autres – m’a enseigné que les troubles, les désordres, la dissidence, la révolte, les pensées non conformes, la volonté de fuir les sentiers battus n’avaient pas besoin d’un affichage extravagant mais étaient d’autant plus intensément ancrés dans les êtres qu’ils étaient inscrits dans l’intimité. Ils étaient généralement invisibles si on ne se fiait qu’à la surface des personnalités et des comportements.

A lire aussi : Fachos vs antifas à Angers: «Les médias de gauche sont tombés sur la seule occasion possible pour dire que la violence venait en fait des militants d’extrême droite !»

C’est sans doute à cause de cette certitude que l’exhibitionnisme humain, social et intellectuel m’a souvent mis si mal à l’aise. Comme s’il était la preuve, précisément, d’un manque profond, comme si le dévoilement complaisant et narcissique de soi et de ses prétendues différences par rapport à la normalité, constituait la plus éclatante démonstration de la pauvreté de cette singularité. Ce qui est caché et n’éprouve pas l’envie d’avoir à faire constamment ses preuves, portes et fenêtres ouvertes, est le gage d’une irrigation authentique de la personnalité par la tentation de la rébellion, la fascination de l’opposition et la puissance de la surprise. Ce qui se montre à chaque instant en incitant quasiment autrui à être le voyeur de sa propre existence laisse passer à mon sens un message artificiel, comme une forme de simulacre. On affiche et on s’affiche pour dissimuler au fond qu’on n’a rien d’essentiel à préserver et à protéger, à mettre à l’abri. De la même manière que le profil des émeutiers souvent très jeunes les situe aux antipodes d’une rébellion consciente parce que « leurs actes ne sont ni réfléchis ni contextualisés » [1], ainsi, dans l’univers politique, notamment au sein du groupe parlementaire LFI, il y a des postures qui sont tellement caricaturales, offertes pour la façade, qu’elles peuvent légitimement faire douter de la sincérité de l’esprit collectif qui paraît les susciter. Quel parcours à partir de Julien Gracq, en passant modestement par moi, pour aller jusqu’à LFI ! L’apparence débraillée, pour faire peuple ou révolutionnaire, l’extériorisation vulgaire de conflits et de transgressions chroniques et la forme qui insulte sont des oripeaux qui ne démontrent rien d’autre qu’une rébellion à la recherche désespérée d’elle-même.

Où de vivants piliers

Price: 18,00 €

13 used & new available from 13,16 €


[1] https://www.la-croix.com/France/Violences-urbaines-tete-emeutiers-2023-07-04-1201274152




Article précédent Le sabre et le goupillon, version gauchiste
Article suivant Darmanin: quel aveu d’échec!
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération