Home Culture Pierre Louÿs: la femme… vue d’en bas


Pierre Louÿs: la femme… vue d’en bas

"Le Cul de la femme", album inédit de photographies prises par Pierre Louÿs

Pierre Louÿs: la femme… vue d’en bas
Photographie de Pierre Louÿs tirée de l'album "Le Cul de la femme", 1892-1914. ©La Manufacture de livres

Le Cul de la femme, album inédit de photographies prises par Pierre Louÿs, est édité pour la première fois. L’occasion de redécouvrir un des grands noms de la littérature fin de siècle et son érotomanie à mille lieues de la pornographie calibrée et du sexuellement correct contemporain.


Il y a quelque chose de plaisant à se dire que Pierre Louÿs (1870-1925) a été décoré de la Légion d’honneur en 1909. On la donne vraiment à n’importe qui. Si le nom de Louÿs dit encore quelque chose aujourd’hui, c’est surtout comme celui d’un écrivain érotomane, d’un pornographe émérite, d’un taxinomiste voluptueux de toutes les pratiques sexuelles. Il y a quelques années, déjà, la collection Bouquins avait publié son Œuvre érotique : plus de mille pages, pour la plupart découvertes après sa mort. On y trouvait des romans, des contes, des poèmes, mais aussi des études variées sur la prostitution, des lexiques très spécialisés et même un « Catalogue descriptif et chronologiques des femmes avec qui j’ai couché » dont le simple intitulé des chapitres ferait mettre, aujourd’hui encore, aujourd’hui plus que jamais, Pierre Louÿs au pilori du sexuellement correct.

C’est que cette figure de la littérature fin de siècle et de la Belle Époque, ami du jeune André Gide, avait d’abord en son temps la réputation d’un érudit et d’un bibliophile de premier plan. C’est lui, par exemple, qui émet le premier l’hypothèse, encore discutée aujourd’hui, d’un Corneille qui serait en fait l’auteur des pièces de Molière. Il était aussi représentatif de cette sensibilité symboliste et décadente qui donna une profusion d’écrivains à la postérité diverse, mais qui demeurent malgré tout régulièrement réédités : Remy de Gourmont, Marcel Schwob, Hugh Rebell, Péladan, Jean Lorrain, Huysmans, Bloy… Le point commun : un certain mépris pour une société industrielle qui désenchante le monde et un goût parfois morbide pour une beauté qui n’est vraiment belle que si elle est vénéneuse. Parmi tous ces noms, Pierre Louÿs se démarque par ce qu’il conviendrait d’appeler une bonne humeur, une santé qui assume joyeusement ses appétits et un véritable amour pour ce monde d’avant qu’est l’Antiquité.

Bien entendu, l’œuvre officielle de Pierre Louÿs, celle qu’il ne publiait pas sous pseudonyme, était déjà fortement teintée d’érotisme, mais d’un érotisme qui pouvait plaire aux lettrés de son temps, à ce public de radicaux coquins notaires à Montargis, de socialistes gentiment libertins journalistes à Montpellier, voire d’anarchistes partisans de l’amour libre dans les communautés de Montmartre, qui refusaient de lancer des bombes comme Ravachol, mais préféraient ces histoires de nymphes qui chevauchent nues des branches d’arbres pour faire corps avec la nature.

Louÿs, helléniste hors pair, avait recréé sa propre Grèce, au point d’imaginer, de manière déjà très borgésienne, des faux plus vrais que nature. Dans Les Chansons de Bilitis, il invente le personnage d’une courtisane grecque de l’époque de Sapho à travers une série de poèmes en prose qui ont inspiré Debussy. Il montre là son art de la sensualité, de la clarté et restitue dans la pureté des commencements ce bleu grec des matins profonds. Ses romans, comme Aphrodite, La Femme et le Pantin ou Les Aventures du roi Pausole sont des succès. Il est un peu sulfureux, mais somme toute, il reste de bonne compagnie dans cette France de la III e République. À peine faut-il interdire sa lecture aux jeunes filles qui pourraient y connaître des émois trop précoces. On en a un témoignage amusé, dans Claudine à l’école, de Colette, où un médecin libidineux interroge l’adolescente délurée : « Pourquoi as-tu les yeux cernés ? –Hier, j’ai fini Aphrodite ; ce soir je commencerai La Femme et le Pantin»

Pourtant, à l’exception de quelques amis proches, ses contemporains ne pouvaient nullement soupçonner une érotomanie aussi systématique. Non content de manier les mots avec une merveilleuse obscénité dans Trois filles de leur mère et Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation, une parodie des manuels de savoir-vivre tellement en vogue en ce temps-là, Pierre Louÿs avait besoin de l’image pour accompagner ses fantasmes et s’était fait photographe. C’est ce qui nous vaut aujourd’hui la parution de cet album, Le Cul de la femme.

L’histoire de ce livre est étonnante. Il s’agit d’une quarantaine de clichés, admirablement
léchés, où les corps ne sont pas calibrés selon les désirs du marché, mais apparaissent dans leur vérité, leur normalité, ce qui les rend infiniment plus troublants. C’est aussi une belle preuve de fétichisme assumé pour cette partie du corps féminin. Quand les poètes de la Renaissance célébraient dans leurs « blasons » la bouche ou les yeux de l’être désiré, Louÿs, lui préférait le voir de dos. Toutes ces paires de fesses, Pierre Louÿs les avait classées dans un album avec un mélange d’obsession maniaque et d’humour, de désir sincère d’explorer la sexualité féminine comme de laisser cours à son plaisir dans une liberté souveraine. Il avait ébauché un classement, comme d’habitude chez lui : « Retroussée », « Debout », « Hanchant », « Debout une jambe levée » « Position genu-pectorale » (nous laisserons au lecteur audacieux le soin de découvrir à quoi correspond cette position.), « Accroupie-suspendue ».

Il s’agissait évidemment d’un exemplaire unique. Il a été trouvé dans les archives de Pierre
Louÿs à sa mort, au milieu d’autres « curiosa » qui furent vendues pour quelques francs à des amateurs et des libraires spécialisés. Pascal Pia (1903-1979), critique et érudit, spécialiste d’Apollinaire et des surréalistes, mais aussi grand connaisseur de l’érotisme, raconte qu’il en amassa plus de 800 kilos ! Et il arrive encore aujourd’hui que des bouquinistes ou des amateurs chanceux trouvent des inédits dans les greniers. Le Cul de la femme, lui, termine ses pérégrinations dans la bibliothèque de l’acteur Michel Simon, membre éminent de la confrérie des érotomanes. À sa mort, sa collection est dispersée et cet album tombe entre les mains du libraire et collectionneur Alexandre Dupouy qui l’édite aujourd’hui à la Manufacture de livres, enrichi de quelques autres clichés inédits et de citations extraites des textes érotiques de Louÿs.

Ce qui est frappant, pour le public de 2018 coincé malgré lui dans le néopuritanisme à double face des porcs balancés et de la pornographie la plus violente accessible aux mineurs en deux clics sur Internet, c’est la sincérité de Pierre Louÿs : aucune pulsion de mort, de compétition ou de domination comme dans l’hypersexualité moderne. Sans doute parce que Pierre Louÿs aimait à se présenter comme « catholique de naissance et très sincèrement païen de foi. » Ce qui signifie que sa jouissance, au sens premier du terme, est innocente : elle refuse de nuire en même temps qu’elle récuse tous les tabous et toutes les injonctions paradoxales. Qu’elle est libre, tout simplement.

Pierre Louÿs, Le Cul de la femme (présentation d’Alexandre Dupouy), La Manufacture de livres, 2018.

Le cul de la femme

Price: 29,90 €

10 used & new available from 29,90 €

Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Trois livres et deux BD pour fêter Noël
Next article Absurdie, terre de contrastes
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération