Le Cul de la femme, album inédit de photographies prises par Pierre Louÿs, est édité pour la première fois. L’occasion de redécouvrir un des grands noms de la littérature fin de siècle et son érotomanie à mille lieues de la pornographie calibrée et du sexuellement correct contemporain.


Il y a quelque chose de plaisant à se dire que Pierre Louÿs (1870-1925) a été décoré de la Légion d’honneur en 1909. On la donne vraiment à n’importe qui. Si le nom de Louÿs dit encore quelque chose aujourd’hui, c’est surtout comme celui d’un écrivain érotomane, d’un pornographe émérite, d’un taxinomiste voluptueux de toutes les pratiques sexuelles. Il y a quelques années, déjà, la collection Bouquins avait publié son Œuvre érotique : plus de mille pages, pour la plupart découvertes après sa mort. On y trouvait des romans, des contes, des poèmes, mais aussi des études variées sur la prostitution, des lexiques très spécialisés et même un « Catalogue descriptif et chronologiques des femmes avec qui j’ai couché » dont le simple intitulé des chapitres ferait mettre, aujourd’hui encore, aujourd’hui plus que jam

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Décembre 2018 - Causeur #63

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite