Quantcast
Home Édition Abonné OTAN, le retour?


OTAN, le retour?

Poutine sort l'organisation de sa "mort cérébrale"

OTAN, le retour?
Vladimir Poutine est l'invité du sommet de l'OTAN de Bucarest, 4 avril 2008 © AP Photo/Andreea Balaurea/SIPA

L’alliance fondée par les Américains pour défendre l’Europe contre une agression soviétique a raté sa reconversion après la chute du communisme. Au lieu de saisir la main tendue par la Russie au début des années 2000, l’OTAN a multiplié les provocations stratégiques. Les Ukrainiens paient au prix fort trois décennies d’erreurs.


Fin janvier, au début du nouveau pic de tension dans la crise ukrainienne – devenue la guerre d’Ukraine depuis le 24 février –, Washington met en alerte 8 500 hommes et projette 3 000 d’entre eux en Europe de l’Est pour renforcer leurs 68 000 camarades en séjour long de ce côté-ci de l’Atlantique, dans le cadre de l’OTAN. Berlin et Londres lui emboîtent le pas en envoyant chacune quelques centaines de militaires en renfort dans les Pays baltes et en Pologne, où elles arment depuis 2017 des forces de « présence avancée renforcée » – « enhanced forward presence » (« eFP ») dans le jargon otanien. La France prend sa part avec les 300 hommes et 12 chars lourds Leclerc de son groupement Lynx en Estonie. Un contingent symbolique.Pour ne pas être en reste, au moment où il s’envole vers Moscou avec l’intention d’arracher au maître du Kremlin les voies et moyens d’une désescalade à la frontière russo-ukrainienne, Emmanuel Macron annonce l’envoi d’un détachement en Roumanie. Il faut dissuader Poutine pour qu’il plie, explique-t-on alors à Paris, à l’unisson du la émis par Washington. À ce niveau de dissuasion, sourient les experts, c’est de l’esbroufe. La suite l’a prouvé. « C’est nous qui avons fabriqué le Poutine qui vient de reconnaître et d’envahir le Donbass. Nous n’aurions jamais dû en arriver là. Au début de son mandat, le même Poutine avait fait des appels du pied à l’OTAN pour nouer un partenariat, et on l’a ignoré », a rappelé Hubert Védrine lorsque le Kremlin a franchi le Rubicon, le 21 février, en reconnaissant l’indépendance des républiques autoproclamées du Donbass puis, trois jours plus tard, en envahissant l’Ukraine.

A lire aussi : Lucidité à géométrie variable

Ces « eFP » de l’OTAN ont vu le jour à la suite d’une décision prise à l’unanimité de ses membres au sommet de Varsovie de 2016, dans la foulée du précédent pic de tension entre Moscou et Kiev. Un épisode au cours duquel l’OTAN, déjà, avait tout fait pour convaincre les chancelleries et les opinions occidentales que Poutine voulait mâter son ex-satellite avec ses chars. L’OTAN, c’est-à-dire les États-Unis : à Mons, en Belgique, au QG militaire du dernier dinosaure survivant de la guerre froide, le big boss s’appelle le général Tod D. Wolters. Cet officier de l’US Air Force est le patron du commandement américain pour l’Europe (« Eucom »). À ce titre, il occupe le fauteuil du « Saceur », le « commandant suprême des forces alliées en Europe ». Depuis la création de l’Alliance en 1949, il en a toujours été ainsi. Tout passe par celui qui a la haute main sur les opérations et le renseignement. À l’automne 2016, l’ancien chef du renseignement militaire français (la DRM), le général Christophe Gomart, aujourd’hui reconverti dans le privé, avait confié lors d’une intervention à l’École militaire à Paris : « Tous les renseignements en notre possession contredisaient ceux fournis par l’OTAN, ainsi que leurs conclusions alarmistes… »

Prophéties autoréalisatrices

Cinq ans plus tard, le contexte politico-militaire a radicalement changé. Pas un pas de plus en direction de l’Ukraine, ou bien ce sera la guerre, répète Vladimir Poutine à ses visiteurs et lors de ses allocutions publiques au cours des semaines qui précèdent la guerre. À la frontière russo-ukrainienne, la concentration de ses troupes est massive, visible. 170 000 hommes, 1 500 chars, des centaines de batteries d’artillerie, des flopées d’hélicoptères, de chasseurs, de bombardiers. En mer aussi : jusqu’à 80 navires décomptés au large de la Norvège et 140 en Méditerranée orientale à la mi-février. En mer Noire, un lac russe, la marine de Moscou a installé un blocus le long des côtes ukrainiennes. Pendant ce temps, l’Amérique multiplie les livraisons d’armes à Kiev et aux capitales alliées voisines. Sur le ton des prophéties autoréalisatrices, elle annonce que Poutine déclarera la guerre à l’Ukraine le 16 février et l’hôte de la Maison-Blanche lâche à plusieurs reprises que ses soldats n’iront pas se battre en Europe pour défendre le président Zelensky et ses supporters… Chacun sait que l’Ukraine n’étant pas membre de l’OTAN, l’article 5 de sa charte, qui prévoit une obligation de solidarité envers l’un de ses membres attaqués, ne pourrait être invoqué pour se porter à son secours. Et l’ours russe ressort pour de bon de sa tanière, où il hibernait quasiment depuis la fin de l’URSS. Il avait pourtant envoyé des signaux de son réveil avec ses opérations en Syrie et tout récemment au Kazakhstan.

A lire aussi : Russie-Ukraine: le choc des civilisations a eu lieu

« Merci Poutine ! », ironisent ses ennemis. Par son jusqu’au-boutisme – sa « folie », entend-on aujourd’hui chez les dirigeants français –, il a fourni une bonne raison de resserrer les rangs à cette OTAN dont Emmanuel Macron dénonçait encore « la mort cérébrale » en 2019. Il y a trois ans seulement, Donald Trump menace les capitales européennes de s’en retirer si elles n’augmentent pas leur effort de défense. Fin août dernier, chacune constate avec effarement comment Washington, après avoir entraîné ses partenaires dans la très longue et inutile guerre d’Afghanistan (2001-2021), a voulu s’éclipser de Kaboul sans se soucier ni de leur sort, ni du risque de provoquer un immense chaos. « Merci Joe Biden ! » corrigent ceux qui pensent le dirigeant anglo-saxon assez cynique pour avoir instrumentalisé l’OTAN et la Russie, y compris à des fins électorales ; les élections législatives de novembre prochain s’annoncent difficiles pour le camp démocrate aux États-Unis, mais voilà son chef paré des habits de commandant de la coalition occidentale. En jouant la carte anti-russe, l’hôte de la Maison-Blanche s’attire les bonnes grâces des jeunes faucons qui voient la Russie comme l’Union soviétique, et du lobby des industriels de la défense, aux abois après la fin des guerres en Afghanistan et en Irak. En février, à peine les renforts américains ont-ils atterri en Roumanie et en Pologne que Bucarest fait part de son intérêt pour le chasseur F35 et que Varsovie signe le contrat d’acquisition de 250 chars M1 Abraham auprès de General Dynamics ; l’assurance-vie américaine se paie cash.

Les responsabilités américaines (et otaniennes) dans la situation actuelle

Les États-Unis sont « coupables de ne pas avoir accepté le retour de la puissance russe en Europe », accuse l’académicienne aux origines russes Hélène Carrère d’Encausse. « Ils se sont évertués à en faire un État étranger à l’Europe et à le placer sous surveillance. » Machine conçue pour stopper l’armée rouge, l’OTAN ne s’était jamais vraiment remise de la chute du pacte de Varsovie. Elle avait raté sa reconversion, selon la formule du général Vincent Desportes, ancien patron de l’école de guerre. Privée de sa raison d’être, elle demeurait néanmoins un instrument politique aux mains de Washington. Depuis, la Maison-Blanche pilotait en direct son élargissement vers l’Est, bafouant la promesse de George H.W. Bush et de son secrétaire d’État, James Baker, au père de la perestroïka, Mikhaïl Gorbatchev – qui l’a raconté dans ses mémoires. Tout comme les offres de partenariat que lui fit Poutine entre 2000 et 2007. En 1999, elle avait intégré la Hongrie, la Pologne et la République tchèque. En 2004, la Bulgarie, les Pays baltes, la Roumanie, la Slovaquie, la Slovénie. En 2009, l’Albanie et la Croatie. En 2017, le Monténégro et en 2020, la Macédoine. Faire avancer les intérêts stratégiques de l’Amérique : à quoi d’autre sert donc l’OTAN, s’interrogeaient les analystes français critiques avant l’éclatement de la guerre en Ukraine ? Pour plusieurs candidats à la présidentielle (Mélenchon, Le Pen, Zemmour), il était temps de quitter à nouveau le commandement militaire intégré de l’OTAN, pour retrouver la position inaugurée par le général de Gaulle en 1966 ; alliée mais pas inféodée. Nicolas Sarkozy y a mis fin en 2009. Il jugeait que la France, désormais contributrice majeure à ses opérations militaires, devait peser dans ses instances de décision. C’était une opinion assez partagée dans les armées. Comme cadeau de bienvenue, Paris reçoit l’un des trois grands commandements de l’OTAN, celui de la Transformation, basé à Norfolk, aux États-Unis, et pour preuve de sa bonne foi, accroît son effort militaire en Afghanistan.

A lire aussi : La guerre de l’Élysée n’aura pas lieu

En avril 2008, au sommet de Bucarest, on frôle une première fois le drame. La France et l’Allemagne doivent s’opposer frontalement à leur grand allié qui veut formaliser la candidature d’adhésion à l’OTAN de l’Ukraine et de la Géorgie. Coïncidence, l’été suivant, le feu faillit prendre à Tbilissi. Le président pro-américain Saakachvili ordonne une offensive contre l’Ossétie du Sud, sécessionniste et protégée par les troupes russes. C’est Nicolas Sarkozy qui stoppe la main de Poutine. En 2012, les États-Unis franchissent une nouvelle ligne dans la provocation stratégique à l’égard de la Russie. Ils imposent à leurs alliés la construction d’une défense anti-missile balistique en Roumanie et en Pologne. En 2014, éclate à Kiev la révolution de Maïdan, genèse de la guerre d’Ukraine. Moscou accuse les États-Unis d’avoir sponsorisé ce coup d’État afin d’accélérer l’ancrage du pays à l’Union européenne, puis à l’OTAN, selon la mécanique bien documentée des révolutions de couleur dans les Pays baltes. La diplomate Victoria Nuland, chargée de ce dossier dans les administrations Obama et Biden, a reconnu publiquement que son pays y avait « investi au moins 5 milliards de dollars ». Brandir le scénario d’une adhésion de l’Ukraine à l’OTAN était une folie, les deux monstres sacrés et frères ennemis de la géopolitique américaine : le républicain Henry Kissinger et le démocrate Zbigniew Brzezinski, d’origine polonaise, décédé en 2017, étaient tombés d’accord. Le Kremlin, jugeaient-ils, ne tolérera jamais que l’Alliance prenne pied dans son jardin stratégique, et il se braquera. Nous y sommes.

Rencontre entre le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, Bruxelles, 16 décembre 2021 © JOHN THYS / AFP

Échecs militaires répétés

Depuis la chute du Mur, l’OTAN affiche à son compteur deux opérations sur le sol européen. Celle qui, de 1995 à 2004, a mis fin au conflit entre les Serbes, les Bosniaques et les Croates en Bosnie-Herzégovine, dans lequel l’ONU avait été humiliée. La seconde, qui viola la résolution de l’ONU (ce que nous reprochent les Russes quand on les accuse d’avoir violé le droit dans le Donbass), pour faire la guerre aux Serbes du Kosovo en 1999, dont le bilan est peu reluisant. Sous le parrainage de l’Amérique a pris racine au coeur de l’Europe un État notoirement mafieux et islamique. Depuis, l’action et les résultats de l’OTAN sont encore plus maigres. L’ISAF a appuyé l’opération américaine « Enduring Freedom » en Afghanistan, qui vient de se solder par le retour des talibans au pouvoir à Kaboul. En Libye, en 2011, elle soutient la guerre franco-britannique contre Kadhafi, dont les secousses ont déstabilisé tout le Sahel. Actuellement, l’OTAN apporte une petite contribution à la formation des troupes irakiennes. Au passage, cette alliance accélère la standardisation et l’interopérabilité des armées européennes. Mais à quel prix ! soulignent le général Desportes et d’autres experts critiques. Les armées françaises ont dû se résoudre à intégrer les doctrines de l’Alliance, façonnées par la culture stratégique américaine, où le concept de destruction est central et en opposition avec notre culture politique de la guerre. Si l’impératif d’interopérabilité se justifie aisément d’un point de vue technique, expliquent les experts, il ne doit pas servir à dissimuler des « finalités inavouables » : hier, la réduction d’un modèle d’armées complet et résilient ; aujourd’hui, la préférence pour les interventions en coalition, où l’on perd son autonomie d’appréciation et de décision.

A lire aussi : Un chef des armées doit avoir une stratégie et celle de Macron n’est pas claire

Et les intérêts français et européens?

Pour nombre d’experts, la sortie du commandement intégré de l’OTAN est une posture politique qui engendrerait plus d’inconvénients que de gains, quand il suffit à la France d’exercer son indépendance politique, comme elle l’a fait en 2012 en se retirant unilatéralement d’Afghanistan. La guerre d’Ukraine fournit une nouvelle opportunité à Paris d’imposer sa vision, celle d’une OTAN européenne, qui sait à la fois dissuader sans provoquer et dialoguer. Fin février, les États-Unis ont annoncé l’envoi de 8 000 hommes supplémentaires face aux Russes. Avec la mobilisation générale de l’Alliance contre Poutine, la France se retrouve avec eux en première ligne face à l’Est. Depuis le 1er janvier, nos forces armées ont pris le tour d’alerte pour fournir les éléments terrestres et aériens de sa force de réaction rapide. C’est le Corps de réaction rapide France (CRR-Fr), l’état-major de l’armée de terre basé à Lille, qui pilote le déploiement des premiers éléments d’urgence : 200 hommes supplémentaires dépêchés dans le Pays baltes, un bataillon de 500 chasseurs alpins en Roumanie. Le CRR-Fr est taillé pour commander la montée en puissance de 20 000 hommes en trente jours et de 40 000 à terme. À Lyon-Mont Verdun, le centre de conduite des opérations aériennes gère de son côté les opérations dans la troisième dimension, en particulier la patrouille de chasseurs affectée au ciel polonais et les quatre appareils français en alerte permanente. En mer, c’est la Royal Navy qui coiffe la montée en puissance.

Poutine est-il tombé dans le piège que lui tendait l’Amérique, et qui a ressuscité l’OTAN, ou bien assistons-nous à l’écriture d’une nouvelle page de l’histoire des rapports de forces ? Les Européens se mobilisent pour défendre l’Ukraine. En réponse, le maître du Kremlin fait ce qu’il avait dit qu’il ferait : il vient de hausser d’un cran l’alerte de ses forces nucléaires. Les prochaines semaines seront capitales pour la paix en Europe. À Washington, c’est « silence radio »…

Mars 2022 - Causeur #99

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Débat politique: c’était mieux avant!
Next article Dette «cachée» du Mozambique, l’incroyable retournement
Journaliste, officier de réserve, secrétaire général de l'Association des journalistes de Défense.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération