Le voile est devenu l’étendard identitaire d’un nombre croissant de Françaises musulmanes. Alors que leurs aînées s’intégraient, ces jeunes bigotes aspirent à une vie communautaire affranchie des valeurs de la République. Enquête.


« Benoît Hamon ira au paradis, Allah le reconnaîtra ! » Ce propos émane d’esprits illuminés par la lecture rigoriste du Coran vivant de l’autre côté de la Méditerranée. On en rit, certes. Mais la rue arabe résume en une phrase la débâcle des élites françaises face à l’affirmation, de jour en jour plus manifeste, d’un islam revendicatif, insoluble dans la République. Cette anecdote, qui cache un phénomène grave, nous est racontée par la Franco-Marocaine Myriam Ibn Arabi, professeur de philosophie et cosignataire de la tribune « Le voile est sexiste et obscurantiste : l’appel de 100 musulman(e)s de France », publiée par Marianne fin octobre. À l’heure où l’opinion mondiale s’indigne du sort des Kurdes délaissés par les Occidentaux dans leur combat contre Daech, il est grand temps d’entendre nos concitoyens de culture et de religion musulmanes qui tentent de s’opposer – sans davantage de soutien que les Kurdes – à la progression de l’islam identitaire. Beaucoup ont fui des pays régis par les préceptes coraniques et savent reconnaître les agissements communautaristes sous le voile d’apparence inoffensif d’une accompagnatrice scolaire.

Le voile se banalise

Nul n’ignore plus désormais que, le 11 octobre, le député RN Julien Odoul a demandé à la présidente du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté de faire retirer son voile à une dame qui accompagnait les enfants d’une école primaire, venus voir le fonctionnement d’une institution démocratique. Fatima E., qui a reçu de très nombreux soutiens, clame néanmoins que sa vie a été détruite. Une autre Fatima, psychiatre et psychanalyste d’origine maghrébine, ne tergiverse pas : « Quelqu’un dont la vie a été détruite n’a pas la force d’aller porter plainte ni de donner des interviews. » Tout comme Myriam (ou Marie, elle emplit les deux) Ibn

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite