« Si James Bond le rencontrait dans la rue, reconnaîtrait-il le jeune homme pur et ardent qu’il avait été à dix-sept ans ? Et qu’est-ce que ce jeune homme penserait de lui, l’agent secret, le James Bond mûr ? L’adolescent le reconnaîtrait-il, sous l’écorce qui était venue recouvrir cet homme, et qu’avaient ternie des années de tricheries, de cruauté, de terreur — cet homme aux yeux froids et arrogants, à la joue sabrée d’une cicatrice, avec cette bosse sous l’aisselle gauche ? » (Ian Fleming, From Russia with love, chapitre XIII — 1957).

Ian Fleming aurait voulu Cary Grant, paraît-il, pour interpréter Bond. Il trouvait Sean Connery un peu trop écossais — et l’acteur a fait de son mieux, dans les Bond qu’il a joués, pour effacer son accent édimbourgeois. L’écrivain réfugié à la Jamaïque ne se voyait pas incarné par l’ex-Monsieur Univers-Ecosse:

Sean Connery et Ian Fleming sur le tournage de Goldfinger en 1964. SIPA. 00384421_000003
Sean Connery et Ian Fleming sur le tournage de Goldfinger en 1964. SIPA. 00384421_000003

Quant à Sean Connery, lorsqu’aujourd’hui il se retourne vers celui qu’il a été quand il jouait Another time, another place avec Lana Turner (1958)…

Sean Connery et Lana Turner dans "Another place, another time", 1958. SIPA. 00513399_000003
Sean Connery et Lana Turner dans « Another place, another time », 1958. SIPA. 00513399_000003

…reconnaît-il celui qu’il est devenu cinquante ans plus tard :

Sean Connery à l'US Open de tennis, 2015. SIPA. REX40396200_000004
Sean Connery à l’US Open de tennis, 2015. SIPA. REX40396200_000004

Bien sûr, nous, nous l’avons à peu près figé ainsi — magie du cinéma :

>>> Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli <<<

Lire la suite