Home Médias De Gaulle, Mitterrand, Onfray et les idolâtres…


De Gaulle, Mitterrand, Onfray et les idolâtres…

"Salutation des vertus de saint François"

De Gaulle, Mitterrand, Onfray et les idolâtres…
Exposition photo place de la Bastille organisée par Génération demain, pour l'anniversaire de la victoire de François Mitterrand à l'élection présidentielle de 1981, Place de la Bastille, Paris, 10 mai 2021 © CELINE BREGAND/SIPA Numéro de reportage : 01018288_000055

Le 10 mai 2021 on fêtait le quarantième anniversaire de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République. La touchante unanimité des commentateurs, plus laudateurs que critiques, fait souhaiter à Philippe Bilger, qu’un jour, on puisse enfin porter un regard lucide et sans idolâtrie aucune sur les anciens présidents…


Le 10 mai 1981, François Mitterrand était élu président de la République. Une alternance radicale certes mais comment oublier qu’entre les deux tours la trahison de Jacques Chirac et de Charles Pasqua a fait perdre toute chance à Valéry Giscard d’Estaing ?

Le 10 mai 2021, on a fait un sort politique et médiatique à l’anniversaire des quarante années de ce bouleversement capital.

Les hyperboles ont fleuri et prospéré, les inconditionnalités d’alors se sont révélées toujours aussi éclatantes et on s’est bien gardé lors des reportages et des émissions de donner la parole à des adversaires et à des contradicteurs, sauf par exemple à un seul François Léotard à peine critique sur France 2.

À lire aussi: Je me souviens de Mitterrand…

C’était inévitable mais en même temps exaspérant et tellement conforme à la manie française de raconter les destinées présidentielles que cela en devenait comique. On évoque un bilan politique, économique et social, on vante les réformes mais on ne se permet jamais de faire une évaluation éthique du mandat présidentiel. Comme s’il aurait été indécent de fustiger certaines pratiques personnelles, une privatisation de l’Etat à des fins strictement égoïstes ou adultérines, une corruption de la République sous une majesté d’apparence.

Cela ne m’a jamais empêché de reconnaître l’extrême intelligence de François Mitterrand, sa lucidité au mieux, sa rouerie et son cynisme au pire, sa culture, son courage physique indiscutable, son appétence forcenée pour un pouvoir qu’il ne voulait pas quitter, son allure de monarque républicain abusant d’une Constitution contre laquelle il avait vitupéré et, en définitive, sa personnalité du XIXe siècle dans la France du XXe.

Souvent, sans plaisanter, j’affirmais avoir aimé le Mitterrand de la fin qui était redevenu l’homme de droite de ses débuts.

À lire aussi: Pourquoi la gauche est-elle en si piteux état ?

Quelles que soient les opinions contrastées sur son double septennat, sur ses comportements publics et privés, rien dans tous les cas ne justifiait l’encens généralement répandu depuis quelques jours qui ne conduisait aucune des grandes consciences de la gauche – en particulier Robert Badinter – à émettre la moindre réserve morale sur les péripéties, les circonvolutions, voire les turpitudes de cette destinée d’exception. Comme s’il bénéficiait d’un état de grâce bien au-delà de sa disparition.

À lire aussi: Mort d’Éric Masson: la police française n’est plus confrontée à une criminalité usuelle

À son sujet j’ai questionné Michel Onfray qui avait établi une comparaison cinglante et dévastatrice entre Charles de Gaulle et François Mitterrand, le premier magnifié sur tous les plans et le second dénigré sur tout.

Face aux éloges de ces derniers jours, j’ai voulu savoir si Michel Onfray aurait été moins sévère avec François Mitterrand s’il l’avait comparé à d’autres, s’il l’aurait crédité tout de même de quelques qualités. Et il m’a répondu ceci – je cite avec son accord : “Quand un homme est mauvais il l’est en tout. Quand il est bon il l’est aussi dans tout. Plus j’ai creusé Mitterrand, plus j’ai trouvé de la boue. Idem avec Sartre. Plus j’ai creusé de Gaulle ou Camus, plus j’ai trouvé de la lumière”.

À l’évidence ce n’est pas la même que celle que Jack Lang a vu surgir !

Si demain, lors des émissions spéciales, on pouvait ne pas oublier les ombres de nos présidents, cela représenterait un grand progrès. Cela permettrait de rassembler les Français, chacun trouvant de quoi satisfaire son adhésion ou son opposition.

Et fi des idolâtres !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Philippe Brunel: vertige de l’oubli
Next article En grève de l’hétérosexualité depuis deux mois
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération