Accueil Culture Yves Ravey: humaine condition

Yves Ravey: humaine condition

Les cartes postales de Pascal Louvrier (4)

Yves Ravey: humaine condition
L'écrivain français Yves Ravey © Mathieu Zazzo

En 2021, Yves Ravey publie « Adultère ». Les cartes postales de l’été, la série de Pascal Louvrier


Quand on lit un roman d’Yves Ravey, né en 1953, dans la même ville que Victor Hugo, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, on se dit qu’il ne faut décidément rien attendre de l’homme. Il est fourbe, cupide, lâche. Balzac l’avait déjà montré, mais avec d’interminables descriptions. Simenon avait noirci le trait, et ôté le gras. Yves Ravey travaille sur l’os. C’est presque un travail de chirurgien opérant sur un champ de bataille. Le chirurgien de guerre va directement à l’essentiel, sa main ne tremble pas, il faut faire vite, l’hémorragie due à une kalachnikov ne permet pas la digression.


Le pessimisme de la Grâce

Les romans de Ravey sont courts, bien ficelés, avec une chute aux petits oignons. Les dialogues sont enchâssés dans le récit, ça forme une masse compacte comme un ventre soutenu par une puissante ceinture abdominale. C’est surtout, j’insiste, sans espoir de rédemption. La grâce a quitté l’homme depuis la nuit des temps. C’est même sûrement une invention diabolique, cette histoire de grâce et de lumière.

Retrouvez les autres cartes postales de Pascal Louvrier ici

Avec Adultère, paru en 2021, on n’échappe pas à ce constat pessimiste. Jean Seghers est un type insignifiant qui dirige une station-service dans un coin paumé de la France. L’entreprise est en faillite. Son veilleur de nuit, Ousmane, marié à Amina, deux enfants, lui réclame ses indemnités. Il croit que sa femme, Remedios – pas la Remedios  de « La Nuit catalane », nouvelle de Paul Morand, une femme de caractère celle-là – entretient une liaison avec son vieil ami de lycée, Walden, président du tribunal de commerce, qui est prêt à racheter la station-service. Un crime va être commis, pas celui que l’on croit. Une enquête est menée qui ennuie l’adjudant de gendarmerie Bozonnet. Mais survient l’experte en assurance, Brigitte Hunter, cassante et surexcitée, en chaussures basses, vernies. À un moment du récit, une trouvaille de Ravey fait mouche. Le narrateur : « Hunter m’a interrompu : Vous pensez à voix haute, Seghers ? Dommage que je n’aie pas été plus près pour vous entendre. »

La dernière page est inattendue et jouissive. Ravey a tout compris : la morale est une sacrée tromperie.

Yves Ravey, Adultère, Minuit double.

Adultère

Price: 8,00 €

13 used & new available from 3,30 €



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Avons-nous été dignes face à la mère de Nahel?
Article suivant The Velvet Underground, velours d’adolescence 
Pascal Louvrier est écrivain. Dernier ouvrage paru: « Philippe Sollers entre les lignes. » Le Passeur Editeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération