Accueil Société Rites d’été

Rites d’été

Le billet de Dominique Labarrière


Rites d’été
Les Gorges du Verdon. Image Unsplash

Et si nous imposions le visionnage du Tour de France, comme devoir de vacances obligatoire, aux petits sauvageons des quartiers chauds?


Il y a bien sûr l’anisette et la pétanque, le feu d’artifice et le bal des pompiers, le premier baiser et le dernier bain, le coup de soleil et le coup de trop, le barbecue, ses braises, ses saucisses, son rosé bien frais et son bras d’honneur à Rousseau (la harpie, pas le douanier ni Jean-Jacques). Il y a tout cela bien sûr au nombre des rites d’été, ainsi que bien d’autres jolis moments, sans aucun doute. À chacun les siens, je suppose. Mais il y a aussi et, selon moi, surtout, le Tour de France. Magie d’un événement qui chaque jour nous donne à voir combien la France, notre France, est belle. Elle défile devant nous, où qu’on se trouve, le derrière posé sur le pliant sous le auvent de la caravane, au bistrot avec les copains qui savent tout sur tout là-dessus depuis Henri Desgrange, ou benoîtement calé dans le fauteuil de son chez-soi volets tirés pour cause de canicule. La France et sa foule, celle des grandes occasions, massée le long des routes pour le salut aux couleurs de l’éphémère peloton qui passe dans le chuintement des mécaniques parfaites. La France fait son show pour nous, trois semaines durant. Les paumés-tarés qui l’incendient, la saccagent, la conchient devraient se donner la peine de regarder. Peut-être apprendraient-ils à l’aimer. Peut-être aussi découvriraient-t-ils mine de rien d’où elle vient, ce dont elle est faite. La mise en perspective, la mise en patrimoine, allais-je dire, que distille judicieusement un Franck Ferrand, incollable, pourrait éventuellement, de surcroît, leur donner l’envie de mieux la connaître. On peut rêver. Justement, la magie du Tour c’est aussi cela, le rêve. Combien de gamins ne se sont-ils pas rêvés en jaune au sommet du Ventoux, du Puy-de-Dôme, à l’Alpe d’Huez où sur les Champs Élysées ? Désormais – cela devrait combler d’aise la même Rousseau et ses copines très en pointe sur les chantiers de parité – les petites filles aussi peuvent prendre la roue de ce rêve-là puisque ces dames ont également leur boucle. A sa direction, Marion Rousse, ci-devant championne cycliste elle-même et jolie personne dont on se permettra de dire qu’elle appartient au peloton, de plus en plus étoffé d’ailleurs, de ces femmes qui montrent et démontrent à la perfection qu’effort et performances ne sont en rien inconciliables avec la féminité la plus rayonnante. On s’en réjouit. Le mot effort est venu tout naturellement dans ces lignes. Là encore, une certaine jeunesse pourrait puiser une forme d’inspiration. Le Tour de France, c’est cinq ou six stars, une poignée de prétendants aux dents longues, une bonne centaine d’anonymes qui le resteront. Mais – splendide égalité qui devrait plaire aux forcenés de la chose – la même dose d’efforts pour tous. Peut-être encore plus violent, plus terrible, l’effort, pour les derniers, pour la lanterne rouge, que pour les costauds à panache des hautes performances. Autre leçon éventuelle pour cette jeunesse, un sens indéfectible de la solidarité. Jusqu’à l’abnégation pour ces anonymes. Jamais aucun champion, même le plus grand, le plus fort  – les noms viennent d’emblée à l’esprit – n’a gagné seul. La gagne se construit au collectif. Avec à la clef, les gains équitablement partagés entre les coéquipiers. (Là, on dirait du Mélenchon dans le texte). C’est aussi cela, le Tour : Le Tous pour Un et le Un pour Tous des mousquetaires décliné ici à la force du mollet. Aussi, puisque nous sommes quelques-uns, de plus en plus nombreux fort heureusement, à nous alarmer de l’indigence du contenu des programmes scolaires, ayons donc un peu d’audace et imposons le Tour de France comme devoir de vacances obligatoire. Histoire de montrer aux gens, à tous les gens, la France telle qu’elle est. Avec, cette fois, un bras d’honneur, à ceux qui prétendent ne nous la montrer que comme ils voudraient qu’elle soit. Suivez mon regard.

Le prince assassiné - Duc d'Enghien

Price: 9,90 €

6 used & new available from 9,90 €

Marie Stuart - Reine tragique

Price: 9,90 €

10 used & new available from 9,88 €



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Fils de…
Article suivant Les émeutes après la mort de Nahel marquent la fin des figures d’autorité traditionnelles
Ex-prof de philo, auteur, conférencier, chroniqueur. Dernières parutions : "Marie Stuart: Reine tragique" coll. Poche Histoire, éditions Lanore. "Le Prince Assassiné – le duc d’Enghien", coll. Poche Histoire, éditions Lanore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération