Depuis la sortie de leur livre commun en 2012, le géopolitologue et le rappeur batifolent de conférences en salles des fêtes. Invités réguliers du Parti communiste, les deux larrons qui se disent persécutés dénoncent bruyamment « l’islamophobie » de la France « laïcarde ». Tout un programme…


Le premier a 62 ans. Docteur en droit, il dirige l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS). Il a été conseiller ministériel de Jean-Pierre Chevènement et de Pierre Joxe dans les années 1980, administrateur de l’Institut des hautes études de défense nationale, membre du Conseil consultatif pour le désarmement des Nations unies… Le second a 35 ans. Né de parents algériens ayant vécu pratiquement toute leur vie en France, il est devenu rappeur. Ensemble, ils ont signé un livre d’entretien sur l’islam en France, intitulé Don’t Panik, paru en octobre 2012 aux éditions DDB.

« Si j’applique la Charia, les voleurs pourront plus faire de main courante »

Don’t Panik était également le titre d’une chanson de Médine Zaouiche, appelant à dépasser les préjugés sur les musulmans. Le rappeur a signé un titre nettement moins consensuel en 2015, Don’t Laïk : « Crucifions les laïcards comme à Golgotha. Si j’applique la Charia, les voleurs pourront plus faire de main courante. Ils n’ont ni Dieu ni maître, à part maître Kanter, je scie l’arbre de leur laïcité avant qu’on le mette en terre ; Marianne est une Femen tatouée “Fuck God” sur les mamelles… », etc.

Médine Zaouiche figure dans un manuel scolaire d’histoire Nathan pour classe de terminale. Sa chanson 17 octobre est utilisée comme document pour étudier la répression sanglante d’une manifestation d’Algériens à Paris, en 1961. L’entregent de Pascal Boniface, qui a publié chez Laffont et à La Découverte (groupe Editis, comme Nathan), a probablement joué dans ce choix audacieux.

Imposture ? Oui, mais pas celle qui vient immédiatement à l’esprit. Médine Zaouiche n’est pas du tout un rebelle lancé dans le faubourg Saint-Germain par un Pascal Boniface en roue libre. Le rappeur dénonce un anti-islamisme primaire qu’il ne subit pas. Il est invité partout. Fête de l’Huma 2014, conférence de l’Alfred Deakin Institute for Citizenship and Globalisation en Australie en 2016, Normale Sup en 2017, à l’initiative d’une association d’étudiants, etc. Par ailleurs, il est en très bons termes avec la mairie

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite