Onomastique pop

Les prénoms de "Christine and the Queens", ça ne tient décidément pas debout!

Onomastique pop
© D.R.

Après s’être présentée sous tous les genres et sous toutes les identités possibles, Christine and the Queens revient à son premier nom de scène. Son dernier album a fait un flop.


Tout le monde connaît Christine and the Queens. Mais Christine and the Queens se connaît-elle elle-même ? Quatre fois lauréate des Victoires de la musique, encensée par Vanity Fair, Forbes et Time comme personnalité influente, celle qui naît Héloïse Adélaïde Letissier change de nom et de genre comme les gens ordinaires changent de chaussettes.

À lire aussi : Marguerite Stern et Dora Moutot: «Le féminisme actuel a été parasité par l’idéologie transgenre et queer»

Adoptant d’abord un pseudonyme au pluriel, Christine and the Queens, en hommage à des drag queens londoniens qui auraient exercé une influence importante sur elle, c’est en 2018 qu’elle se fait appeler Chris et se déclare « pansexuel(le) » avant de se proclamer « genderqueer » en 2019. En 2021, elle annonce sur Twitter se décliner à tous les pronoms mais, dans son cercle intime, il se genre au masculin. Octobre de cette année le voit adopter le nom très inclusif de « Rahim », « qui pardonne » en arabe, mais qui lui vaut d’être accusé par plus wokiste que lui d’appropriation culturelle. Il trouve ensuite de plus en plus original : « Sam le pompier », en hommage à un dessin animé pour enfants, Fireman Sam, et ensuite un simple point : « . ». Il confie qu’il utilise encore Héloïse parfois, pour rappeler son enfance, mais que son « enfant intérieur » s’appelle Manamané. En août 2022, le nom Christine and the Queens disparaît au profit de Redcar, un artiste trans résolument masculin qui doit son nom à des visions incessantes de voitures rouges ! Aujourd’hui, Redcar disparaît à son tour. Après tout, les voitures, ça pollue. Avec sa nouvelle chanson sortie en mars, To Be Honest, l’artiste revient à Christine and the Queens. Cette grande fluidité a l’avantage de permettre un retour vers ce qui a le mieux marché. Apparemment, le propre du progressisme, c’est de tourner en rond. Le cas d’Héloïse Letissier représente-t-il une quête de soi socratique, une tentative d’exploiter les fluctuations incessantes de la mode ou un symptôme de la lamentable confusion identitaire de notre époque ?

Avril 2023 – Causeur #111

Article extrait du Magazine Causeur




Article précédent Sciences-Po Lille: le mur des cons 2
Article suivant Soft power: défendre l’identité française

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération