Accueil Politique Edouard Philippe veut en finir avec les vacances d’été

Edouard Philippe veut en finir avec les vacances d’été

Le billet politique de Jérôme Leroy

Edouard Philippe veut en finir avec les vacances d’été
Edouard Philippe à Bordeaux, réunion publique du petit parti "Horizons", 9 juin 2023 © UGO AMEZ/SIPA

Taper sur les profs, c’est toujours rentable


« Si nous disons que le système éducatif a pour but essentiel l’éducation des enfants et pas forcément, ni le confort des professeurs, ni le confort des parents, alors, nous devrons accepter l’idée de nous poser des questions qui fâchent mais qui sont au cœur des problèmes »

Édouard Philippe, Bordeaux, 9 juin 2023

Edouard Philippe, qui a besoin d’exister ces temps-ci, a fait savoir qu’il souhaitait réduire la durée des vacances d’été. Cette haine envieuse du prof m’a toujours fasciné. On croirait que ce métier est une charge héréditaire qu’on se transmet d’une génération à l’autre alors qu’on n’interdit à personne de passer les concours. L’homme politique de droite se reconnait, quand il veut masquer sa politique néolibérale et antisociale, aux diversions démagogiques qu’il utilise pour que le bon peuple ait de quoi haïr près de chez lui. Car l’homme de droite a une peur panique, c’est que le bon peuple se mette soudain à se penser comme classe sociale et à regarder ce qui se passe au-dessus de chez lui et plus dans la gamelle du voisin. Ces diversions sont au nombre de trois, et elles reviennent en boucle, à un moment ou à un autre, dans le discours de conquête du pouvoir de l’homme de droite, surtout quand il veut faire bosser 40 heures hebdomadaires jusqu’à 67 ans tout en baissant les impôts des hyper-riches. 1) L’immigration et, en particulier, dans l’immigration, les Arabes. Le « Ils viennent manger le pain des Français » des années 60-80 a été remplacé depuis les années 90 par « Ils sont la cinquième colonne du grand remplacement. » 2) La fraude sociale: il est bien connu que ce sont les allocataires des minimas sociaux, qui parfois, horreur, sont des immigrés, qui expliquent le déficit et pas trente ans de cadeaux aux entreprises et une indulgence coupable pour les niches fiscales ou une certaine indolence à récupérer les dizaines de milliards de l’évasion du même nom. 3) Les fonctionnaires, à l’exception notable de la police qui est armée et qui protège, in fine, les lieux de pouvoir. Et parmi les fonctionnaires, les profs et leurs fameux trois mois de vacances, leur sécurité de l’emploi, leur semaine de 15h. À part de rares exceptions, les ministres de l’Éducation sont les seuls à ne pas défendre leurs agents mais à les offrir, périodiquement, en pâture à l’opinion, avec une première place partagée sur le podium par MM. Allègre et Blanquer qui avaient porté le mépris de l’enseignant au rang des beaux-arts… Alors oui, on peut confirmer qu’Edouard Philippe est bien de droite et qu’il est bien engagé dans une course présidentielle. On lui signalera juste qu’il faudra prévoir des salles de plus en plus grandes pour faire passer les job dating trois jours avant la rentrée, puisque prof, avec des discours de ce genre, plus personne n’a envie de faire ça…



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Immigration au Danemark: quand la gauche regarde la réalité en face
Article suivant Un cavalier pas toujours très à cheval sur les principes

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération