Accueil Médias Le bon, la brute et la Culture

Le bon, la brute et la Culture

La culture au tapis (rouge)

Le bon, la brute et la Culture
La ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, sur le tapis rouge de Cannes, le 18 mai 2023 © JM HAEDRICH/SIPA

Pour les progressistes, le Festival de Cannes c’est chasse gardée


Le 19 mai, en plein Festival de Cannes, la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, participait à l’émission de France 5 « C ce soir ». Pendant plus d’une heure, l’atmosphère émolliente du plateau et les prises de paroles maculées de progressisme bon teint ont été pénibles à supporter. Ainsi, on a pu entendre l’actrice Hafsia Herzi qualifier les femmes de victimes « depuis la nuit des temps », ou encore l’acteur Reda Kateb et la co-animatrice Laure Adler faire un éloge d’Adèle Haenel. Une réalisatrice franco-sénégalaise, Ramata-Toulaye Sy, est venue présenter un film « hyper féministe ». Pas étonnant de la part d’une jeune femme qui se décrit comme « très féministe et l’assume complètement ». Quel courage !

A relire: Affligeante Laure Adler!

De son côté, la ministre a été questionnée sur sa volonté de politiser la culture. En effet, le 17 mai dans l’Express, Rima Abdul Malak déclarait: « Je veux que la culture devienne une vraie bataille politique et idéologique. » Après avoir évoqué « la montée du RN », la ministre s’est attaquée au « néo-populisme de Laurent Wauquiez » car le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a récemment privé de subventions un certain nombre de structures culturelles. « Quand on touche à la culture en l’idéologisant, en la censurant, on touche à quelque chose de très profond dans une société, on touche à notre démocratie », a affirmé celle qui désire pourtant que « la culture devienne une vraie bataille politique et idéologique ». Il faudrait savoir ! La ministre souhaite-t-elle une bataille sans adversaire ?

Tout comme il y a le bon et le mauvais chasseur, il y a la bonne et la mauvaise politisation de la culture. Quand Émilie Frèche réalise le film Les Engagés, en faveur de l’accueil des migrants, c’est positif. Lorsque Vaincre ou Mourir décide de rendre hommage au général vendéen Charrette, c’est négatif.



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Une poésie du mystère et de la limpidité
Article suivant Le Mois des fiertés LGBT: une appropriation cultuelle
étudiant en journalisme

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération