« Nos équipes ont fait un travail formidable », se réjouissait Ruth Elkrief le soir de la victoire d’Emmanuel Macron, paraissant maladroitement suggérer que les équipes en question étaient pour beaucoup dans ce triomphe, alors qu’elle voulait probablement saluer leur efficacité professionnelle et rien de plus. En tout cas, à BFM TV, ils sont vraiment, mais vraiment, très contents d’eux-mêmes, au point de nous proposer, le 24 mai au soir, un sujet de 40 minutes consacré à la manière dont les journalistes de la chaîne ont vécu la campagne !

Je ne sais pas si vous avez déjà eu la curiosité, l’occasion ou le malheur de regarder l’émission « Les Marseillais South Africa » (ou une autre du même genre). Ce qui m’intéresse ici n’est pas le contenu mais le principe ; donc, pas besoin de subir plus de trois minutes.

Voici comment cela fonctionne : nous voyons, en alternance, les gens vivre des banalités et ces mêmes gens raconter ce qui leur est arrivé.

Ainsi, on nous montre les filles qui se lèvent et se rendent, chargées de coussins, dans la chambre des garçons, afin d’en bombarder ceux-ci. Et cet épisode passionnant est entrecoupé de témoignages délivrés, au présent de l’indicatif, par les protagonistes. Ce qui donne : la blonde en situation disant « Bon, les filles, je propose qu’on aille attaquer les garçons avec des coussins ». Puis, la même blonde, seule, assise face caméra (dans ce qu’ils appellent « le confessionnal ») : « ce matin, je suis très en forme, je propose aux filles qu’on aille canarder les garçons avec des coussins ».

Les mêmes mécanismes que la téléréalité

L’effet de cette narration différée, et redondante par rapport aux images, est triple: 1. comme les gens racontent au présent, nous avons l’impression, par la magie du montage, de vivre la scène depuis de multiples points de vue (nous ne voyons pas seulement ce que nous montre la caméra mais aussi ce qui se passe dans la tête des différents personnages); 2. racontées avec force dramatisation, des banalités deviennent des aventures palpitantes; 3. parce qu’ils racontent avec une complaisance nombriliste ce qu’ils ont vécu, ces gens acquièrent le statut de personnages dans une histoire. Le séquençage en épisodes renforce cet aspect de la scénarisation.

Il manque, bien entendu, le témoignage intime d’un personnage : le caméraman, l’observateur. Je vous le fais : « là, je vois la blonde qui propose aux autres filles d’aller lancer des oreillers sur les garçons et je me dis que la journée va être longue ».

Eh bien ce qui manque dans « Les Marseillais South Africa », BFM TV l’a fait. Avec « l’incroyable élection », les observateurs sont devenus les personnages centraux de l’aventure, les héros de la campagne. Pour le reste, c’est tout pareil : on les voit en situation (rediffusion d’émissions filmées pendant la campagne), puis au confessionnal, le tout scandé par les titres des différents épisodes. Voyez plutôt :

Vous avez vu, on a donc ce genre de passages : « on va les saluer chacun dans leur loge et on arrive à la loge de Philippe Poutou qui est en grand conclave avec Nathalie Arthaud » et l’on voit les journalistes arriver à la loge de Philippe Poutou, où ce dernier discute effectivement avec…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Ingrid Riocreux
Agrégée de lettres modernes, spécialiste de grammaire, rhétorique et stylistique. Elle est actuellement chercheur associé à l'Université Paris IV. Auteur du blog "La voix de nos maîtres". Les journalistes se présentent volontiers comme des adeptes du "décryptage". Mais est-il autorisé de "décrypter" leur discours ? ...