Accueil Monde Trop c’est trop!

Trop c’est trop!

Macron II sans Charles III


Trop c’est trop!
© Tim Rooke/Shutterstock/SIPA

Un billet d’humeur de Sophie de Menthon.


D’accord, la réforme des retraites a été mal foutue avec des erreurs de chiffrages, des porte-parole incompétents, des incongruités, des injustices comme partout… Mais oui : il faut travailler plus, parce qu’il faut bien augmenter la masse de travail que nous fournissons (pour payer, entre autres, ces retraites dont tout le monde rêve…), et augmenter la richesse du pays pour alimenter le coût gargantuesque de l’administration ! 

On commence à s’indigner à 18 ans pour certains, on a même un nouveau héros lycéen des plateaux TV de 12 ans, notre « Greta » à nous  – dont les parents ne doivent pas beaucoup aimer bosser.

Oui: tous les pays d’Europe travaillent plus longtemps que nous, oui, on va vivre de plus en plus longtemps… Anne Hidalgo, notre « héroïne » parisienne à tous, inspectrice du travail (la pénibilité, n’était-elle pas pour ceux qu’elle contrôlait ?), est partie à la retraite à 51 ans. Cela lui a permis une deuxième carrière d’élevage de surmulots (elle a aujourd’hui 63 ans).

Superprofits pour super retraites

Nous avons enfin agi sur les régimes spéciaux des futurs entrants de la RATP, de l’EDF, d’Engie, de la Banque de France, des clercs de notaires. Nous avons réformé les régimes spéciaux, mais pas pour tout de suite bien sûr, c’est pour les suivants ! Le comble, c’est que beaucoup de ceux qui manifestent, nous bloquent et nous polluent, ne sont donc pas concernés par l’avancée de l’âge de leur retraite. Pire, ceux qui manifestent aussi contre le capitalisme et les superprofits (ça va avec), et qui bénéficient de régimes spéciaux, sont les seuls à avoir une retraite financée… par la capitalisation. Et que contiennent ces fonds de capitalisation maudits ? eh bien des investissements dans les fameuses entreprises qui font des surprofits et donc qui versent des dividendes ! C’est ce qui s’appelle mordre la main qui vous nourrit.

A lire aussi : Le chœur des pleureuses démocrates

Alors il fallait la faire cette réforme, même si ce n’est pas le moment (c’est quand le moment ?) Il fallait l’expliquer bien mieux, mais pour cela il eut fallu aussi que les Français et leurs élus peureux ou économiquement incompétents ne soient pas réfractaires à l’économie de marché. Il fallait aussi qu’Emmanuel Macron ne soit pas si mauvais communicant ! qu’il ait l’air populaire. Comme Giscard ? (mais n’était-il pas lui aussi un peu hautain, Giscard ?). Ou comme de Gaulle ? (mais n’était-il pas lui aussi un peu méprisant, de Gaulle ?) Il aurait fallu que le président reçoive toujours les mêmes syndicalistes, toujours en désaccord, qui veulent tous le retrait de l’âge limite ? Ils auraient descendu le même perron de l’Élysée, en répétant la même rengaine: « On n’a pas été écoutés »… En tous les cas, on les entend !

Les télévisions toutes contre la réforme

C’est devenu insupportable de voir le déchaînement des médias qui avaient commencé à flinguer le discours du président trois jours avant qu’il ne parle. C’est devenu insupportable de ne voir que des opposants, ou presque, invités sur les plateaux, qui déversent haines et contre-vérités économiques. Tout y passe, les salauds de riches qui s’augmentent, la Bourse qui va bien, le CAC 40 florissant, le Nutella qui augmente, l’inflation des radis et des prix de l’énergie ! Les Insoumis tiennent leur rôle, Mélenchon prépare une énième présidentielle. On envisage le pire, ce qui réjouit tout le monde, surtout les caméras « sur place » et les micro-trottoirs. On a même sérieusement entendu parler de totalitarisme anticonstitutionnel pour le 49-3, alors que justement le 49-3 est dans la Constitution. Précisément, on a un recours déposé devant le Conseil constitutionnel: à peu près personne n’est capable de vous expliquer ce que le Conseil constitutionnel vient faire dans cette loi de financement de la Sécurité Sociale, mais Laurent Fabius, lui, doit bien le savoir… Va-t-il vouloir embêter Macron au maximum, ou juste retoquer quelques dispositions ? Ça dépend s’il veut plus tard être élevé plus haut dans l’Ordre de la légion d’honneur, peut-être…

A lire aussi : Pierre Perret: «Dans Paris, Paris dégoûtant, seuls les rats sont contents»

On arrive à en oublier les retraites. D’ailleurs, quand vous interrogez les gens normaux, dans la rue ou au bistro, sans micro, ils sont « résignés ». Autrement dit, ils s’en fichent un peu et en fait comprennent plutôt bien qu’il faille bosser plus. Alors, il faut que les médias et les opposants fassent attention, parce qu’ils vont finir par rendre Macron sympathique : trop c’est trop !

La honte

Mais on n’avait encore rien vu, la coupe est pleine, le roi Dagobert est contraint de mettre sa culotte à l’envers. Le roi Charles III reporte sa visite officielle. La honte ! Que l’absence de savoir-vivre des Français fasse craindre pour la sécurité de notre hôte et que Buckingham Palace la sente menacée, c’est insupportable.

(Br)Exit donc pour sa première visite officielle en France. Non seulement nous guillotinons nos rois, mais voilà que désormais nous écartons les autres à coup de poubelles renversées ! De surcroît, nos gauchistes révolutionnaires auraient mobilisé tous les médias autour du faste inévitable, qu’on nous aurait présenté comme payé avec la retraite des Français… Et ne nous y trompons pas, nous sommes déçus, quoiqu’on en dise, de ne pas voir le diadème de la reine consort dimanche, de ne pas voir la robe haute couture LVMH de notre Première dame, de ne pas pouvoir comparer la révérence de Brigitte avec celle de Carla Bruni, de ne pas voir la table magnifique etc.

Un dernier grand regret: le roi Charles III étant un Vert dans l’âme, pour peu, nos écolos l’auraient acclamé ! Et c’eût été un conte de fées, dans un cauchemar de poubelles menacées par les fameux « auxiliaires de gestion de déchets » (en anglais: « rat ») ! 

La France sens dessus dessous !: Les caprices de Marianne

Price: 17,00 €

18 used & new available from 6,12 €



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Le chœur des pleureuses démocrates
Article suivant Le sens de l’histoire
Chef d'entreprise, présidente du mouvement ETHIC.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération