Home Édition Abonné Maryam Monsef: une féministe pro-talibans?


Maryam Monsef: une féministe pro-talibans?

Nos frères talibans...

Maryam Monsef: une féministe pro-talibans?
Maryam Monsef, la Ministre des Femmes et de l'Égalité des genres de Justin Trudeau. Photo D.R.

Nos frères talibans…


Le retour au pouvoir des talibans, ces champions incontestés de la misogynie, a eu l’effet imprévu de lancer un concours de gaffes parmi les féministes de la planète. La Française Sandrine Rousseau, candidate à la primaire des Verts, a mis la barre assez haut quand, lors d’un débat sur BFM TV, elle a semblé affirmer qu’il valait mieux avoir des terroristes potentiels en France pour pouvoir les surveiller, propos qu’elle a ensuite qualifiés de « maladroits ».

A lire aussi, du même auteur: Le 11 septembre 2001: l’apocalypse sans fin

Mais elle est concurrencée par la Canadienne Maryam Monsef, ministre des Femmes et de l’Égalité des genres dans le gouvernement de Justin Trudeau (qui cherche à se faire élire pour la troisième fois le 20 septembre). Lors d’une conférence de presse, le 25 août, avant de demander au nouveau régime de Kaboul d’assurer l’évacuation de tous ceux qui voulaient quitter l’Afghanistan – demande quelque peu naïve –, elle lance cette phrase : « Je profite de cette occasion pour m’adresser à nos frères les talibans. » L’esclandre est immédiat, la plupart des Canadiens ne comprenant pas qu’une féministe puisse appeler « frères » des guerriers pratiquant la charia la plus stricte. Elle invoque un usage courant parmi les musulmans qui consiste à appeler « frères » des hommes, quels qu’ils soient. La crédibilité de Mme Monsef a déjà été mise à mal par un scandale datant de 2016 : ayant rejoint le gouvernement de Trudeau l’année précédente, elle avait mis en avant son statut de première députée d’origine afghane, avant qu’un quotidien révèle qu’elle était née en Iran.

A lire aussi, Didier Desrimais : Tomber de Charybde-Piolle en Scylla-Rousseau

Toutes les féministes séduites par leurs frères talibans et souhaitant avoir plus de contacts avec eux pourraient voir ce vœu exaucé : le nouveau gouvernement afghan risque d’hériter de son prédécesseur un siège dans la commission des Nations unies sur la condition de la femme.

Septembre 2021 – Causeur #93

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Frexit: les souverainistes éparpillés comme jamais
Next article Qui a eu cette idée folle, un jour de fermer l’école?
est directeur adjoint de la rédaction de Causeur.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération