Accueil Édition Abonné Éric Zemmour: «Toute une génération est prise entre wokisme et islamisme»

Éric Zemmour: «Toute une génération est prise entre wokisme et islamisme»

Entretien avec le président de «Reconquête!»


Éric Zemmour: «Toute une génération est prise entre wokisme et islamisme»
© Lionel GUERICOLAS / AGENC/SIPA

L’effondrement du niveau scolaire et les dérives idéologiques qui définissent désormais l’Éducation nationale ne laissent pas indifférent. Et en dénonçant un «Grand Endoctrinement», Éric Zemmour a annoncé le moyen de le contrer: le réseau Parents vigilants. Ce n’est pas un chantier mais un combat culturel qu’il est nécessaire de mener. Propos recueillis par Élisabeth Lévy et Jonathan Siksou.


Causeur. Comment est née l’idée des « Parents vigilants » ?

Éric Zemmour. Tout au long de ma campagne, j’ai été marqué, même surpris, par la récurrence de la question scolaire dans les discussions que j’avais avec nos compatriotes. Ici des grands-parents qui hébergeaient leurs petits-enfants pour contourner la carte scolaire, là un grand-frère qui devait aller chercher sa sœur au collège pour lui éviter le racket, ici encore une mère célibataire qui trimait pour payer une école privée à ses deux fils après avoir découvert la propagande dont ils étaient bombardés dès l’école primaire ! Il m’est donc paru évident que nous devions nous emparer du sujet de l’école. En septembre dernier, j’ai fait un discours pour dénoncer ce que j’appelle le « Grand Endoctrinement » et pour lancer un réseau de Parents vigilants à travers toute la France. Les parents, qui étaient jusqu’ici souvent démunis et isolés, peuvent désormais se rassembler et disposent chez nous d’une équipe qui les écoute, les soutient, les informe, met en lumière leur situation et essaie de résoudre leurs problèmes ou d’empêcher le scandale qu’ils nous signalent.

Le nouveau numéro du magazine est disponible à la vente ce 1er mars 2023.

Avez-vous été surpris par le succès du dispositif ?

Surpris, oui ! Nous n’avions pas anticipé à quel point la réaction allait être massive ! Six mois après le début de la campagne, nous avons réuni plus de 40 000 Parents vigilants et recueilli des milliers de témoignages.

L’effondrement du niveau scolaire rend les élèves encore plus malléables face au Grand Endoctrinement

Ces témoignages sont-ils tous d’électeurs de Reconquête ?

Plus de la moitié ne vient pas de Reconquête, mais a été séduit par l’initiative. Aux États-Unis, l’exemple du gouverneur de Floride, Ron DeSantis montre à quel point le sujet scolaire rassemble : son combat contre l’idéologie woke à l’école a rendu ce Républicain extrêmement populaire jusque dans l’électorat démocrate afro-américain. Ce travail illustre la façon dont j’envisage l’action de Reconquête : celle d’un parti politique solide, mais pas seulement. Nous devons aussi peser sur le champ culturel dans la vie de tous les jours. La droite a trop longtemps abandonné ce terrain.

Qu’est-ce qui vous a le plus frappé dans ces témoignages ?

Toute une génération est prise en tenaille entre propagande woke et offensive islamique ! Nous retrouvons à l’école presque tous les maux de notre pays : effondrement de l’État, haine de soi, pertes des repères les plus évidents, violence, offensive islamique, collapsologie pseudo-écolo. Sincèrement, je pense qu’on ne mesure pas la propagande qui est déversée sur nos enfants et qui fait son chemin à travers les manuels scolaires, les enseignants ou encore les intervenants extérieurs. Il faut savoir que de nombreuses associations sont ainsi agréées par l’État pour intervenir devant des enfants et défendre les migrants (SOS Méditerranée) ou évoquer des « troubles de l’identité » et des « changements de genre », au moment où leur notion du réel est la plus fragile, et la relation à leur corps la plus compliquée. Ce n’est pas un hasard si 22 % des 18-30 ans s’estiment non binaires. J’ajoute autre chose : dans notre analyse, nous pointons aussi l’effondrement du niveau scolaire – attesté par tous les classements internationaux – qui rend les élèves encore plus malléables face au Grand Endoctrinement.

Pour vous, les premières responsabilités sont-elles celles des professeurs de plus en plus militants ou celles de l’institution ?

Les deux, mon général ! L’institution couvre bien trop souvent les professeurs militants et vit dans le « pas de vague »… J’en veux surtout aux responsables politiques qui nous ont conduits dans le mur, par idéologie ou par lâcheté. Quand le ministre de l’Éducation, Pap Ndiaye, se donne pour objectif de « réduire les inégalités » à l’école, il dit à quel point la situation va continuer d’empirer… Il s’agit en plus d’un dévoiement des mots : ces inégalités « sociales » ne sont plus considérées que sous le prisme du genre ou de la race. Or, pour moi, ce sont les apprentissages fondamentaux – lire, écrire, compter – qui permettent d’échapper à sa condition sociale, pas le discours victimaire de la gauche !

On découvre que même l’école privée catholique n’est pas à l’abri.

Exactement. Depuis des décennies, la lutte forcenée pour la prétendue mixité sociale a conduit beaucoup de parents à fuir le public. Rendez-vous compte : à Paris, 40 % des enfants sont dans le privé ! Mais le gouvernement risque d’empirer la situation, car la machine égalitariste entend désormais s’attaquer à l’enseignement privé en imposant, là aussi, des quotas de « diversité ». De la même façon que les millions de Français qui ont fui les banlieues, pour se réfugier dans le périurbain ou à la campagne, voient désormais Emmanuel Macron répartir les migrants jusque dans les villages, les parents qui ont fui l’école publique retrouvent le même égalitarisme destructeur dans le privé ! Nous avons de nombreux témoignages au sujet d’écoles catholiques où les enseignantes sont des femmes voilées, où la propagande fait rage et où le niveau chute… Des îlots préservés existent encore et le hors-contrat en fait sans doute partie, mais pour combien de temps ?

Au-delà de lancer l’alerte, pensez-vous que Parents vigilants peut permettre de changer le cours des choses ? Avez-vous déjà réussi à faire reculer l’institution ?

Bien sûr ! En novembre dernier, par exemple, à Valenciennes, nous avons fait annuler une sortie scolaire dans un camp d’immigrés clandestins en informant simplement sur cette sortie et en révélant le cursus de la professeur impliquée, présidente d’une association pro-migrants. En réaction, un député d’extrême gauche est allé jusqu’à demander la dissolution des Parents vigilants et de Reconquête ! Depuis des décennies, la gauche a pris l’habitude d’endoctriner sans la moindre opposition, alors forcément, quand on se met en travers de sa route, elle hurle. Il va falloir qu’ils s’y habituent !

Quel est l’avenir de Parents vigilants ? Comptez-vous les structurer de façon pérenne ?

Oui, et nous envisageons même de participer aux élections scolaires l’an prochain, notamment pour contrer la FCPE et sa dérive islamo-gauchiste. Avant cela, nous allons publier un recueil de témoignages, car ils valent le détour, et organiser un colloque sur la question scolaire au mois d’avril. Plus largement, nous continuons de structurer notre réseau à travers tout le pays. Aujourd’hui, chez Reconquête, une équipe composée de nos cadres, de parents d’élèves et de professeurs traite les témoignages, apporte des réponses, aide les parents qui témoignent. Des réunions entre Parents vigilants commencent même à voir le jour un peu partout en France. Que vos lecteurs n’hésitent pas à y contribuer et à nous rejoindre via le site www.protegeons-nos-enfants.fr.

Comment expliquez-vous qu’un sujet aussi fondamental que l’École ne soit pas en tête des préoccupations des électeurs, donc des politiques ?

Je crois que ce sujet est bel et bien dans les préoccupations quotidiennes des parents et des grands-parents. Et le succès des Parents vigilants le prouve. Mais ce sont les politiques – et ceux de droite en tête – qui ont abandonné le sujet, comme si l’école devait être reléguée au rang de simple question technique. Songez-y : la dernière grande mobilisation de droite sur la question scolaire, c’est la mobilisation pour l’école libre en… 1984 !

En lisant ces messages consternants, on se dit que c’est foutu et qu’il ne reste plus qu’à fermer la boutique France. Vous avez dix lignes pour nous redonner de l’espoir…

Vous connaissez l’Histoire : regardez à quel point la situation peut changer en une génération. En moins de dix ans, la génération de nos enfants est devenue écolo. Ce qui est possible dans un sens l’est aussi dans l’autre. Les exemples ne manquent pas. Il suffit de voir à quelle vitesse les pays asiatiques ont atteint des sommets d’excellence scolaire, en imitant bien souvent les méthodes dont nous nous sommes débarrassés et qui fonctionnent. Nous connaissons le mode d’emploi : nous l’avons inventé ! Réutilisons-le ! Le combat pour l’avenir de nos enfants ouvre la voie d’un succès politique, électoral mais surtout culturel et moral.

La France n'a pas dit son dernier mot

Price: 21,90 €

118 used & new available from 1,72 €

Mars 2023 – Causeur #110

Article extrait du Magazine Causeur




Article précédent Souveraineté nationale au Nicaragua
Article suivant Quand France Culture reçoit le philosophe antiraciste Lilian Thuram

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération