Le 5 septembre 1972, lors des Jeux olympiques de Munich, l’équipe israélienne avait été attaquée par un commando palestinien. Onze athlètes avaient péri ainsi qu’un policier allemand. Sous une plateforme en herbe, non loin du stade olympique, une exposition photo et vidéo retrace les événements et dresse un portrait des victimes. Et puis il y a les autres. Ceux qui ont dans le passé glorifié ce massacre et tortillent du cul pour l’assumer aujourd’hui.

Plenel récuse (mollement) Plenel

On ne peut commémorer ce jour sans penser à la moustache la plus humaniste du PAF, Edwy Plenel, dont je rappelle que cet homme de conviction est l’un des rares, après le massacre des athlètes israéliens, à avoir eu le courage d’écrire : « L’action de Septembre Noir a fait éclater la mascarade olympique, a bouleversé les arrangements à l’amiable que les réactionnaires arabes s’apprêtaient à conclure avec Israël […] Aucun révolutionnaire ne peut se désolidariser de Septembre Noir. Nous devons défendre inconditionnellement face à la répression les militants de cette organisation » – propos qu’il a regrettés du bout des lèvres en affirmant, près d’un demi-siècle après, qu’il les « récusait fermement »

Et puis il y a Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste britannique, grand admirateur des massacreurs.

Corbyn, la preuve par l’image

Des photographies de Corbyn ont été prises en 2014 (un an avant son élection à la tête de son parti) alors qu’il se tenait près de la tombe de terroristes qui ont massacré 11 athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972, tenant une couronne mortuaire.

The Sun écrivait que le leader travailliste assistait à un service de commémoration des « martyrs » palestiniens dans un cimetière en Tunisie.

Corbyn a tout d’abord démenti, déclarant au quotidien Morning Star« J’étais en Tunisie lors d’une conférence palestinienne. J’ai déposé une gerbe à tous ceux qui étaient morts dans l’attaque aérienne survenue à Tunis, au siège des organisations palestiniennes. Et j’étais accompagné par beaucoup d’autres personnes qui assistaient à une conférence à la recherche de la paix » (au passage, « l’attaque aérienne » à laquelle il faisait référence était une frappe aérienne israélienne sur les quartiers généraux de l’OLP en 1985, en représailles du détournement d’un yacht israélien et de l’assassinat de trois passagers israéliens).

– Oui mais… des images le montrent déposant une gerbe sur la tombe des membres de Septembre Noir qui ont perpétré les atrocités de Munich.

– Oui mais… le Daily Mail affirme que le monument commémorant les « victimes du raid aérien » se trouve dans une autre partie du cimetière que celle où Corbyn a été photographié. Car les images, affichées sur la page Facebook de l’ambassade palestinienne en Tunisie, le montrent debout sous un auvent rouge avec un toit en tôle d’acier. Et selon le Mail, cette structure se trouve à côté des tombes des membres de Septembre Noir et d’une plaque en l’honneur de leur fondateur, Salah Khalaf, de son principal collaborateur, Fakhri al-Omari, et de Hayel Abdel-Hamid, chef de la sécurité de l’OLP.

– Oui mais… dans un article publié après ce voyage sur le site du Morning Star en Octobre 2014, Corbyn, chef de l’opposition, semblait effectivement faire référence à la tombe de l’un des meneurs du massacre de Munich.

« Après que des gerbes ont été déposées sur les tombes de ceux qui sont morts ce jour-là et sur les tombes des autres tués par les agents du Mossad à Paris en 1991 [donc là, il s’agit bien des responsables du massacre de Munich, tués le jour du massacre puis à Paris en 1991 pour ceux qui étaient passés entre les mailles, probablement par le Mossad], nous nous sommes dirigés vers la statue poignante de l’avenue principale de la ville côtière de Ben Arous, qui était ornée de drapeaux tunisiens et palestiniens [C’est effectivement là que se trouve le monument dédié aux « victimes » de 1985] », avait-il écrit. D’ailleurs, face à la dénonciation persistante de ses mensonges, Corbyn a finalement admis qu’il était présent au moment où la gerbe a été déposée: « J’étais présent mais je ne pense pas avoir été impliqué. » Tellement pas impliqué que c’est lui qui dépose la gerbe ! En fait il passait là par hasard et a juste voulu aider. Rendre service…

L’hommage… aux terroristes

« J’y étais parce que je voulais voir une cérémonie en mémoire de tous ceux qui sont morts dans chaque attaque terroriste, partout, parce que nous devons y mettre un terme », a-t-il dit. « On ne peut pas vouloir la paix en entretenant un cycle de violence. La seule façon de faire la paix et d’entretenir un cycle de dialogue. »

Donc, après avoir dit qu’il n’y était pas, finalement il admet qu’il y était… Des photos le démontrent, ses écrits le prouvent et pour « rendre hommage » indistinctement « à ceux qui sont morts dans chaque attaque terroriste », il a déposé une gerbe… sur le monument dédié à Septembre Noir. Ah, l’humour anglais…

Lire la suite