Home Culture Charles Baudelaire, l’allergique au Nouvel An


Charles Baudelaire, l’allergique au Nouvel An

Le poème du dimanche

Charles Baudelaire, l’allergique au Nouvel An
Vente aux encheres d'objets ayant appartenus a Charles Baudelaire a l'Hotel Drouot, 1/12/2009 GINIES/SIPA

Pendant que vous fêtez le passage à la nouvelle année, ayez une pensée pour Baudelaire qui détestait le Nouvel An et qui, déjà, rejetait les âneries de la société de consommation.


Le poème du dimanche

On ne peut pas dire que Charles Baudelaire se caractérisait pas sa joie de vivre. Ce grand poète est celui du spleen et de la nostalgie. Il est moins connu pour sa critique de la modernité bourgeoise de son temps, celle du Second Empire, de Napoléon III et de ses affairistes dénoncés par Marx ou Zola. Le triomphe des marchands, du goût bourgeois le met souvent en colère, comme son contemporain Flaubert. Dans le texte qui suit, extrait des Petits poèmes en prose , il ne décolère pas contre la fête obligée que représente le Nouvel An, qui contrairement à Noël est, pour le coup, purement commercial. Là encore, on est saisi par l’actualité de son propos, où au milieu des lumières et des flonflons, la bêtise et la cruauté ne sont jamais bien loin.

A lire aussi, de Jérôme Leroy : En attendant le Divin Enfant

Un plaisant

C’était l’explosion du nouvel an : chaos de boue et de neige, traversé de mille carrosses, étincelant de joujoux et de bonbons, grouillant de cupidités et de désespoirs, délire officiel d’une grande ville fait pour troubler le cerveau du solitaire le plus fort.


Au milieu de ce tohu-bohu et de ce vacarme, un âne trottait vivement, harcelé par un malotru armé d’un fouet.


Comme l’âne allait tourner l’angle d’un trottoir, un beau monsieur ganté, verni, cruellement cravaté et emprisonné dans des habits tout neufs, s’inclina cérémonieusement devant l’humble bête, et lui dit, en ôtant son chapeau : « Je vous la souhaite bonne et heureuse ! » puis se retourna vers je ne sais quels camarades avec un air de fatuité, comme pour les prier d’ajouter leur approbation à son contentement.


L’âne ne vit pas ce beau plaisant, et continua de courir avec zèle où l’appelait son devoir.
Pour moi, je fus pris subitement d’une incommensurable rage contre ce magnifique imbécile, qui me parut concentrer en lui tout l’esprit de la France.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose

Le Spleen de Paris: Petits Poèmes en prose

Price: 7,60 €

28 used & new available from 1,30 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Lutter contre le terrorisme au prix de l’état de droit?
Next article Nuit américaine sur le Vietnam
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération