Home Édition Abonné Toi aussi, deviens expert à la télé


Toi aussi, deviens expert à la télé

La France a d'incroyables talents

Toi aussi, deviens expert à la télé
Image d'illustration Unsplash

Un métier d’avenir en plein boom. Les employeurs, là comme ailleurs, ont du mal à répondre à la demande.


Jeune, (ou moins jeune), tu es au chômage ou tes revenus sont nettement insuffisants. Un travail facile et agréable, rémunéré à la pige comme chez Deliveroo ou Uber Eats mais en plus cher, t’attend de l’autre côté de la rue : toi aussi, deviens « expert » ou « spécialiste » sur les chaines infos.

Quelques règles de base

Mais, m’objecteras-tu, tu n’es, comme moi, ni spécialiste, ni expert en quoi que ce soit. Ne te laisse pas arrêter par si peu. Depuis que les chaines infos, malgré leur nom, ont remplacé l’info elle-même par des débats à longueur de journée, il y a de la demande. Rends-toi compte : quatre ou cinq chaines ont besoin de faire H24 ou presque des plateaux se composant d’une demi douzaine d’intervenants. Alors, elles ne sont pas trop regardantes sur les qualifications.

Un bon truc, c’est de te réclamer d’un think tank, une boite à idées en français. Il y en a à tous les coins de rues. Loue une adresse postale et met une plaque. Cet investissement de base, moins cher que de remplacer ton vélo ou ton scoutère, sera vite remboursé. Présente-toi, par exemple, comme expert des questions sociales à la Fondation Bozo Le Clown,  spécialiste de la sécurité à l’Institut Pierre Desproges ou consultant en analyse des réseaux sociaux  chez Goldorak Communications.

A lire aussi, Didier Desrimais: Remplacez votre réveil-matin par un woke-matin: écoutez France Inter!

Il te faut néanmoins connaître quelques règles de base. Selon la chaine sur laquelle tu seras invité, sache que tu seras interrogé sur des sujets de couleurs différentes. Il y a les chaines qui se concentrent sur le génie d’Eric Zemmour, l’insécurité galopante et l’immigration qui est devenue le grand remplacement et met la France au bord de la guerre civile. En revanche, d’autres préfèrent adopter une  tonalité plus libérale : on te demandera ton avis sur la dette astronomique qu’il faudra forcément rembourser après le « quoiqu’il en coûte » de la crise sanitaire, sur le SMIC qui est trop élevé pour relancer l’emploi ou sur le coût de la fraude sociale.

Cela te rend nerveux ? Il ne faut pas. Il suffit de dire exactement ce que dit le présentateur.

Travaux pratiques

Prenons l’exemple récent des émeutes en Guadeloupe. Cela donnera le dialogue suivant :

Le présentateur : -La situation est très grave en Guadeloupe. On vient d’envoyer le RAID et le GIGN. Qu’en pensez-vous ?

Toi : – Il est certain que lorsqu’on envoie le GIGN et le RAID, cela indique un climat inquiétant par son degré de violence.

Le présentateur : -Mais les raisons de cette violence ne dépassent-t-elles pas  la question de l’obligation vaccinale?

Toi : – Bien sûr, la crise est plus profonde. L’obligation vaccinale agit comme un révélateur de ce qui se passe en Guadeloupe en particulier.

A lire aussi, Benoît Rayski: Alain Minc: «Nous étions la pensée dominante»!

Voilà, le tour est joué. Tu es devenu un spécialiste. Le présentateur trouve que tu es compétent car tu penses comme lui. C’est le secret. Tu seras réinvité. Si tu es libre après 22 heures et le dimanche, tu pourras même venir cinq ou si fois par semaine et gagner, pour ne rien dire, plus qu’un prof agrégé en fin de carrière.

Prends garde cependant à une erreur fatale : ne passe pas pour quelqu’un de gauche et ne réponds pas, si on t’interroge sur la fraude sociale, par exemple, que la fraude sociale n’est rien comparée à la fraude fiscale dont on ne parle jamais. Là, tu seras tricard. A jamais. On dirait que tu cherches la polémique et aujourd’hui, les seuls qui ont le droit d’être polémiques, ce sont les polémistes de droite.

Reconnais que ce serait ballot de perdre une bonne planque comme ça. Allez, courage et ne me remercie pas, c’est bientôt Noël.


Previous article Christine Kelly menacée de «décapitation médiatique»: la confrérie des journalistes aux abonnés absents
Next article Scènes d’horreur à Paris : Colbert fait souffrir Rama Yade !
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération