Home Médias Pascal Praud, la bête poivre et sel du PAF


Pascal Praud, la bête poivre et sel du PAF

C'est le journaliste qui agace tous ses petits confrères...

Pascal Praud, la bête poivre et sel du PAF
Pascal Praud. Image: capture d'écran Cnews

Cela dure depuis quelques mois. Avec les présidentielles en vue, ce curieux phénomène s’accélère. Déjà d’emblée, la suprême délicatesse avec laquelle est traitée la chaîne Cnews interpelle tout esprit critique. L’une de ses figures de proue, à savoir le journaliste Pascal Praud, est ainsi devenue une sorte de tête de turc. « Il était si bien quand il était cantonné – confiné ! – au seul football » : se lamentent ses détracteurs perclus de clichés et… de mauvaise foi. Carton rouge ! Notre confrère semble du genre gonflé à l’antenne. Haro sur l’impudent ! La « bonne » presse parisienne le décrit comme un patron de bar, qui fait chanter les rumeurs et pousser la chansonnette à certains de ses invités les soirs de gouaille. Un journaleux venu du Pouliguen, avec les clichés nostalgiques de son enfance en bandoulière, qui a perdu pied dans les vertiges parisiens. Un «poivre et sel » aux relents fachos, qui se marre avec ses chroniqueurs-maquignons… La belle affaire !

A lire aussi: Sonia Devillers, la vérité guidant les médias

Et si tout simplement il ne faisait que son métier. La définition de l’information par ses censeurs est-elle à ce point galvaudée pour qu’elle ait autant pervertie leur conscience ? Un journaliste informe par essence. Mais c’est aussi un lanceur d’alerte, un type qui appuie là où ça fait mal. Et justement la France a mal. Ses émissions matinale et du soir sont autant d’invites au débat et poussent à regarder derrière le miroir, à ne pas siroter les discours lénifiants sans sens critique… Bref ! à réfléchir tout simplement, sans condamner forcément. Réfléchir… Un mot bientôt banni des dicos si on n’y prend garde. Un mot, un gros mot même, qui fait injure à la « bienpensance » serinée par les grands soporificateurs, qui ont en plus le culot de crier à la manipulation… Ne faiblissez pas Pascal Praud et les vôtres ! Sinon, c’est le glas qui succédera au tocsin, dans notre belle terre de France…

Numéro 92 du magazine de Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Les illusions perdues de la France en Indopacifique
Next article Bosser, une malédiction française?
Journaliste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération