Pascal Lamy à Matignon | Causeur

Pascal Lamy à Matignon

François Hollande a fait son choix

Auteur

François Miclo

François Miclo
Twitter : @fmiclo

Publié le 03 mai 2012 / Politique

Mots-clés : , ,

Les hypothèses vont bon train. À elles s’ajoute la rumeur, alimentée par les offres de service à peine déguisées de certains. Elle grandit et s’étend, de bouche à oreille – plus rarement de bouche à bouche –, de la rue de Solferino jusqu’au boulevard Saint-Germain. Elle rampe cent mètres. Fatiguée et incertaine, elle n’a pas la force de pousser jusqu’à la terrasse des Deux-Magots. Elle s’épuise, entre deux verres de blanc, à la terrasse du Mucha. Là, des lèvres à peine humides posent la question qui fait trembler : qui sera le Premier ministre de François Hollande ? Oui, qui ? La question est, en elle-même, si angoissante que ceux qui se la posent en oublieraient presque une autre : François Hollande sera-t-il élu dimanche ? Au diable les préliminaires, quand on en est à chanter la victoire sur l’air du Trouvère. Et puis, François Hollande n’en est-il pas, déjà, à composer son cabinet à la présidence de la République : pourquoi ne songerait-il pas à nommer, dans la foulée, un Premier ministre ?

Ce ne sera pas Martine Aubry. La Première secrétaire reste la Dame des 35 heures. Elle est marquée du sceau du gouvernement Jospin, dont elle fut la pasionaria. Certes, en ces temps de revival du mitterrandisme, la répétition de l’accession d’un maire de Lille à Matignon rendrait plausible la farce : après Mauroy, Aubry ! Mais le temps a passé. Le devoir d’inventaire a fait son œuvre. Et il n’est pas sûr que François Hollande veuille nommer comme chef de la majorité celle qui a passé sa carrière politique à vouloir venger papa de tous ceux qui ont eu l’impudence de lui faire du mal. Et puis, comment dire ? Pour devenir Première secrétaire du parti socialiste, il suffit de bourrer les urnes, comme les partisans de Ségolène Royal n’ont cessé de le clamer. Pour devenir Premier ministre, il faudrait bourrer François Hollande. Or, il est au régime et ne boit pas : le bât blesse.

Ce ne sera pas non plus ni Arnaud Montebourg ni Manuel Valls. Pourquoi ? Parce que les deux ont défendu le « non » au référendum de 2005. François Hollande ne commettra pas l’impair de nommer l’un ou l’autre trublion eurosceptique à Matignon, risquant par là-même de s’attirer les foudres conjuguées de Londres et de Berlin. La City verrait d’un œil mauvais une telle nomination qui porterait un coup dur à l’Europe des marchés. Quant à la chancelière Merkel, elle est prête à se rendre à Montoire (le maire de la commune est socialiste) serrer vigoureusement la main du futur Président. Mais pas plus – surtout pas accepter l’installation d’un homme à Matignon qui aurait combattu le Traité constitutionnel européen, texte qui reste, aux yeux berlinois, le meilleur fruit de l’entente franco-allemande depuis les accords Bichelonne-Speer. Vous me direz : on ne gouverne pas la France avec l’Allemagne. Certes, mais on ne la gouverne pas sans. Ni même contre.

Alors, que nous reste-t-il pour prétendre aller succéder à François Fillon à Matignon ? En vérité, pas grand monde. Pierre Moscovici ? Michel Sapin ? Evidemment. Et pourquoi pas Danièle Gilbert ?

En vérité, François Hollande est acculé. Il n’a que deux solutions pour sortir de l’impasse dans laquelle il se trouve et compenser, par son Premier ministre, ses propres défauts. Cherche-t-il un chef de la majorité ? Evidemment que non : il a suffisamment embobiné son monde comme Premier secrétaire qu’il n’a plus besoin de personne pour parvenir à une synthèse dont il est devenu un artiste. Ce qui lui manque réellement, c’est une crédibilité internationale. Le fait d’être élu président de la République y pourvoira à moitié. Mais à moitié seulement : il aura les cartes de visite et les accès VIP aux sommets internationaux. Mais les réseaux, tissés de longue date et de lente expérience, lui manqueront.

C’est la raison pour laquelle François Hollande n’a, en réalité, qu’une alternative : nommer Dominique Strauss-Kahn ou Pascal Lamy à Matignon. Ce sont les deux seuls socialistes à peu près présentables sur la scène internationale. On me souffle à l’oreille que, pour Dominique Strauss-Kahn, ce ne sera pas trop possible. Fausse joie, donc. Nous reste dans le champ des possibles, Pascal Lamy. Dispose-t-il de réseaux internationaux ? Cela ne souffre aucun doute : il dirige l’Organisation Mondiale du Commerce et, à l’heure actuelle, c’est certainement le Français le plus respecté par les gouvernements et les marchés au monde. Est-il socialiste ? Assurément. Mais d’un genre nouveau : ce n’est pas qu’il soit un fervent adepte de la troisième voie, cette réconciliation blairiste entre le libéralisme et le socialisme. Il est passé, comme Jacques Attali, à une vitesse supérieure : il frôle la 25e, si ce n’est la 30e voie. Pascal Lamy est non seulement le partisan, mais également le chef d’orchestre d’un socialisme ultra-libéral ou d’un ultra-libéralisme socialiste. Un truc maouss costaud, où la dérégulation est érigée comme règle ; et où toute règle est sujette à la dérégulation. Pascal Lamy est, dans le monde entier, le chantre de la « mondialisation heureuse ».

C’est lui donc qui, nommé début mai à Matignon, nous fera, en bonne logique, rentrer dans ce XXIe siècle que nous promettait Nicolas Sarkozy en 2007. Mais remarquez que rien n’est sûr en politique. Surtout pas la bonne logique.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 3 Mai 2012 à 23h49

      Eric Dufour dit

      @ FIorino

      Pour moi être Gaulliste se résume dans cette simple phrase toujours applicable aujourd’hui pour donner une ligne directrice à une politique : “j’ai toujours eu une certaine idée de la France.” et Cette phrase ne convient nullement, je vous l’accorde bien volontiers, à Sarkosy ou à Hollande mais, que voulez-vous dans une guerre (et je dis bien une “guerre” et pour moi, ici, il s’agit d’une guerre), on choisit ses ennemis et pas ses alliés. C’est ce qu’avait bien compris Churchill qui ne se faisait aucune illusion sur Staline mais qui devait s’allier avec lui pour battre Hitler. (Je vous arrête tout de suite, je ne compare pas Hollande à Staline, pas plus que Sarkosy à Hitler; fort heureusement, ils sont à mille lieues du degré de nuisance de ces deux là). Pour moi, Sarkosy et Hollande sous tous deux des fossoyeurs de la France (ils étaient tous deux partisans de Maastricht, du TCE etc); simplement, je hiérarchise les priorités : 1) Sarkosy, 2) Hollande !…
      Quant t’a ma qualifier de gauchiste ou de partisan de la Droite, cela ferait se tordre de rire mes amis qui savent très bien que je ne suis pas politiquement hémiplégique.
      Enfin, pour terminer, M. MICLO (merci à Patrick au passage pour la précision) a parfaitement le droit de soutenir Sarkosy (si c’est effectivement le cas) en tentant d’instiller “la discorde chez l’ennemi” mais vous souffrirez que l’on s’oppose à ses plans si on les découvre.

      @ hatorique

      Comme “seconde mort du Gaullisme” (si on accepte l’idée que le Gaullisme est bien mort, ce qui n’est pas mon cas) je mettrais Pompidou avant Seguin.  

    • 3 Mai 2012 à 22h32

      hathorique dit

      Puisque les paris sont ouverts, je mise sur Jean Marc Ayrault parce qu’il est licencié en allemand, et qu’il faut bien un lettré germanique pour tenir tête à Angéla et reprendre les négociations sur le traité à venir, à moins qu’il ne le joue aux runes, qui ne comptent pas pour des prunes et que Madame Merkel ne nous impose le système runique et son usage magique pour faire disparaitre l’abyssal dette publique française de 1700 milliards d’euros .
      C’est d’ailleurs en prenant connaissance de ce chiffre effrayant que Munch a peint son célèbre tableau “le cri” :=)
        @ Fiorino,
      le gaullisme est mort trois  fois :
      la première avec de Gaulle
      la seconde avec Philippe Seguin
      la troisième avec Dupont Aignan
        

      • 3 Mai 2012 à 22h35

        Fiorino dit

        Donc vous considerez Dupont Aignan crédible sur le plan du gaullisme? De Gaulle était un fin analyste de la politique etrangère, je ne crois pas du tout que NDA y conaisse grand chose.

        • 3 Mai 2012 à 22h48

          hathorique dit

          non je considère Dupont Aignan, comme un “desperate zombie” du gaullisme

        • 3 Mai 2012 à 23h06

          Fiorino dit

          Ah voilà je suis rassuré.

        • 4 Mai 2012 à 12h21

          hedgehogmsx dit

          Pour connaitre ses compétences réelles en la matière, il faudrait qu’il puisse avoir autant de place dans les médias que les autres, et qu’il puisse alors en parler. Il a fallu attendre les candidatures officielles pour que Apathie (ce n’est qu’un exemple) l’invite à son interview quotidienne sur RTL, alors que les Duclos, Joly et Placé l’ont été plusieurs fois avant lui, tout en étant aussi un parti à «petit candidat».
          Dans le peu de temps de parole qui lui est accordé tout au long de l’année, il se concentre sur son cheval de bataille principal, l’Europe actuelle.
          Peut-être au final n’a-t-il que cela à dire, je ne le pense pas, mais c’est difficile de le savoir réellement, pour le commun des mortels, au vu du traitement médiatique actuel.

    • 3 Mai 2012 à 22h01

      Fiorino dit

      Il faudra tout de même un jour nous expliquer et faire un beau papier bien sérieux sur le gaullisme aujourd’hui. D’abord déjà chez DLR vous avez des gens comme Vianès qui soutenait Fanny Truchelut (même moi qui suis classé “islamophobe” j’était pas d’accord avec elle). Puis d’autres comme Pinsolle qui font de l’antifascisme à chaque fois que NS s’exprime et qui nous expliquent qu’il y a aucun problème en France avec l’islam. C’est gens sont resté aux annés ’60. La France n’est plus la même il faut bien prendre en compte qu’il y a des gens qui ont comme idéal Tariq Ramadan plutôt que De Gaulle. Sous De Gaulle c’était facile sans vraiment des musulmans en France faire les sympas en tapant sur Israël et les USA mais aujourd’hui les musulmans sont en France et il ne suffit plus de le calmer en tapant sur Israël ou sur les USA (sans succes par ailleurs) car il faudrait aussi taper sur la France elle même, coloniale, raciste, islamophobe et j’en passe. En plus à cette époque la France ne donnait pas les mêmes droits aux hommes et au femmes (interdiction d’ouvrir un compte bancaire sans le consentement du mari) et interdiction de l’homosexualité fléau à combattre, avortement interdit, laïcité moyennement appliqué comme les appels à voter pour les général n’était pas rares dans les paroisses. Donc au fond il y a vait pas vraiment ces débats. Alors franchement j’aimerai bien savoir ce que le gaullisme peut donner aujourd’hui comme réponse sachant l’etat de division de la société et les moeurs qui ont changé. Si sa seule mission est de faire et défaire des candidats et bien ils ont bien les fossoyeurs de la France comme tout les autres.

    • 3 Mai 2012 à 21h31

      Eric Dufour dit

      À la lecture de cet article, je me pose une question : pour qui roule M. François MICIO ?
      En effet, l’annonce de la nomination comme premier ministre du triste sire qu’est Pascal LAMY qui est au Socialisme ce que le Big Mac est à la gastronomie, a tout pour effrayer les électeurs du PG, des Verts, du NPA et de LO voir de DLR donc, tout pour avantager Nicolas Sarkozy (qui lui est au Gaullisme ce que l’intelligence est à un hooligan). J’ai cherché sur le web le “pedigree” de M. MICIO mais je n’ai rien trouvé. J’aimerai simplement savoir si je n’ai pas affaire à un “troll” sarkosyste.

      Eric Dufour
       

      • 3 Mai 2012 à 21h47

        Fiorino dit

        Mais c’est quoi le gaullisme aujourd’hui? Vous ne pensez pas que si les gaullistes étaient vraiment intelligents les français s’en serait rendu compte? Le choix c’est entre Sarkozy et Hollande alors si votre intérêt unique c’est de punir sarkozy pour non respect du gaullisme et vous préfèrez la clique des verts et du pg qui a fait campagne contre la France en disant qu’elle n’existe pas sans l’europe ou au choix sans les pays du sud c’est votre problème. Et vous vous êtes quoi un troll gauchiste? Toutes les sensibilités s’expriment ici ce qui n’est pas le cas chez marianne et toute la presse de gauche, vous voulez même que sur causeur tout le monde se met à lyncher sarkozy? Ces “gaullistes” répresentent 1,7% des français mais ne vivent que sur la toile.

      • 3 Mai 2012 à 21h56

        Patrick dit

        Vous ne pouvez pas trouver : c’est François MICLO.

        • 3 Mai 2012 à 22h03

          Fiorino dit

          Mais c’est fou tout de même il a même pas le droit d’être pour sarko en plus.

    • 3 Mai 2012 à 21h04

      Villaterne dit

      Vous ne connaissez pas Lamy? Je vous le présente, c’est” l’ami” des financiers car c’est lui avec Delors qui institua au niveau européen le libre-échangisme financier.
      Tout ce que condamne aujourd’hui Hollande !
      Autant dire les artisans de la propagation de la vérole qui viennent se plaindre d’avoir la vérole!
      A pleurer !

    • 3 Mai 2012 à 18h08

      Patrick dit

      saintex dit 3 May 2012 à 13h19
      Effectivement, DSK ne convient pas, il est beaucoup trop humain, donc humaniste
      Bonjour Saintex, il y a longtemps…
      Mais vous croyez vraiment que trop humain, trop humaniste est la vrai raison de sa non-convenance ?

    • 3 Mai 2012 à 18h04

      Patrick dit

      le chef d’orchestre d’un socialisme ultra-libéral ou d’un ultra-libéralisme socialiste. Un truc maouss costaud, où la dérégulation est érigée comme règle ; et où toute règle est sujette à la dérégulation.
      Si c’est cela, c’est reparti comme dans les années ’90 avec les Delors, Jospin, Bérégovoy et consorts : des gens prétendument de gauche, mais qui vous trahissent avec une mauvaise politique de droite.

    • 3 Mai 2012 à 17h49

      Saul dit

      ça parait quand même très leger pour proclamer qu’il n’y a pas d’autres alternatives possibles.

    • 3 Mai 2012 à 17h04

      brindamour dit

      Et Ségolène Royale? Ce serait piquant.

      • 3 Mai 2012 à 17h51

        Fiorino dit

        Oui :-)))
        Mais je pense qu’elle veut devenir la premier femme présidente de l’assemblé nationale.

        • 3 Mai 2012 à 18h06

          Patrick dit

          Je ne vous dis pas la gravitude de la situation !

    • 3 Mai 2012 à 15h07

      Alain Briens dit

      Si cette hypothèse était avérée, nul doute qu’il s’agirait d’un casus belli pour Causeur dont beaucoup de rédacteurs lisent la politique principalement à travers la ligne de fracture pour / contre l’Europe supranationale et la mondialisation heureuse.
      Ceux qui, sans nier la pertinence de cette segmentation, voient d’autres lignes de fractures, comme celle qui sépare le rêve de la réalité, seront soulagés si Lamy était désigné.

    • 3 Mai 2012 à 13h19

      saintex dit

      Effectivement, DSK ne convient pas, il est beaucoup trop humain, donc humaniste, et dans l’esprit de beaucoup ça se confond avec une droite incertaine.

      Alors il faut de la droite, de la vraie, de celle des cow-boys reaganiens, de celle qui refait le partage du monde. Pour nous, ce sera Chine-USA sur le podium et l’Europe au tiers-monde.
      Parce que tout de même, le pognon décide et le politique applique.

      Ou alors… oh ben non, pas trop à la fois.

      • 3 Mai 2012 à 13h20

        saintex dit

        D’un autre côté, Hollande en premier ministre de Sarlozy, ça a de la gueule.

        • 3 Mai 2012 à 13h48

          Maquis_Art dit

          Je vous demande de vous arrêter.

    • 3 Mai 2012 à 12h37

      hedgehogmsx dit

      Pascal Lamy est pour beaucoup de français un illustre inconnu … mais ce ne serait pas la première fois que cela se produirait, nombre de ténor politique de l’UMP et du PS sont devenu des personnalités politiques de premier plan une fois être passé par Matignon.
      Malgré cela, je pense d’avantage à Jean-Marc Ayrault .. pourquoi ne pas avoir analysez cette hypothèse ? Qu’est-ce qui pourrait remettre en cause cette option ?

      • 3 Mai 2012 à 13h48

        Fiorino dit

        je pense que les français conaissent très bien lamy en tout cas ceux de la droite et la gauche antilibérale, ça serait la gifle suprême pout tout ceux qui ont travaillé pour l’élection de hollande chez les “gaullistes” de DLR…

        • 3 Mai 2012 à 16h37

          hedgehogmsx dit

          Je parlais des français de la vie de tous les jours, ceux que je côtoie au travail et qui ne sont ni des experts en politique, ni des experts en économie. J’ai posé la question durant la pause en sale café, personne ne savait qui il est …

        • 3 Mai 2012 à 16h40

          Fiorino dit

          oui d’accord.

      • 3 Mai 2012 à 14h48

        Alain Briens dit

        Comme dirait l’autre…qui connait Jean-Marc Ayrault ? (A l’international s’entend car effectivement, de Nantes à Montaigu, c’est une vedette).
        Si Hollande veut compenser son anonymat international et son absence de réseaux en dehors de nos frontières, Lamy est un choix judicieux, avec comme effet secondaire heureux d’envoyer un signal d’apaisement à nos partenaires ainsi qu’aux marchés financiers. En revanche, je ne suis pas certain que Mélenchon / Duflot / Montebourg apprécient ce choix. Ca sent le troisième tour social à plein nez dés le mois de septembre.
        L’autre avantage du choix de Lamy est que cela neutralise la fée Carabosse, Lamy étant le disciple de son père.

        • 3 Mai 2012 à 14h58

          Fiorino dit

          Oui d’accord avec vous Alain, Lamy est connu à l’étranger mais quelle gifle aux souveranistes. Ils vont pas s’en remettre.

        • 3 Mai 2012 à 16h30

          hedgehogmsx dit

          Je ne prétends pas que Ayrault soit plus connu, et je n’ai pas suggéré que ce serait un meilleur choix. Seulement, comme il y a plus d’une hypothèse dans cet article, j’aurais aimé avoir les raisons qui écartent cette hypothèse.

          Nous verrons bien.

    • 3 Mai 2012 à 12h06

      rico211 dit

      Juste d’accord Montoire pret du point gowdin

    • 3 Mai 2012 à 11h50

      from dit

      “Quant à la chancelière Merkel, elle est prête à se rendre Montoire (le maire de la commune est socialiste) serrer vigoureusement la main du futur Président.”
      Oh! ça, c’est méchant méchant !!