Législatives: décomposition maximale | Causeur

Législatives: décomposition maximale

Eparpillée, la politique française va devoir se recomposer

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 19 juin 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

François Baroin, Marine Le Pen et Jean-Christophe Cambadélis. SIPA. 00806011_000006 / AP22046324_000031 / 00811569_000010

Les administrateurs de l’Assemblée nationale sont soulagés. Aucune salle ne pouvait accueillir plus de 400 députés, nombre qui était promis au futur groupe LREM par les sondages depuis une semaine. On peut imaginer qu’Emmanuel Macron ressente aussi un soulagement. Un tel groupe pléthorique aurait généré un joyeux « foutoir », terme prêté au président lui-même. Avec une majorité absolue d’une vingtaine de sièges, et le renfort du groupe Modem, la majorité présidentielle compte à peu près le même nombre de députés que celle de l’UMP en 2002, après la victoire de Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen.

La guerre des LR aura-t-elle lieu?

Comme la semaine dernière, l’abstention a battu des records. Elle a atteint presque 57%. Il semble que les prévisions de majorité massive aient démobilisé les électeurs du parti présidentiel, soit qu’ils aient considéré que l’affaire était déjà dans le sac, soit qu’ils aient souhaité modérer l’ampleur de la victoire. On craignait qu’il n’y ait pas de véritable opposition organisée à l’Assemblée nationale. Des questions se posaient et continuent de se poser sur les députés issus de LR. Y aura-t-il un groupe ou deux, une scission intervenant entre ceux qui sont décidés à ne pas voter la confiance à Edouard Philippe et ceux qui sont tentés de le faire ?

L’autre vainqueur de ce second tour est incontestablement Jean-Luc Mélenchon. Le nouveau député des Bouches-du-Rhône devrait pouvoir former un groupe parlementaire ne dépendant pas du PCF. C’était exactement son objectif avant de démarrer la campagne de la France insoumise pour ses élections législatives.

Grand-huit du FN, zéro pointé pour Philippot

Quant au FN, il échoue à la constitution d’un groupe. Il obtient toutefois davantage de sièges (8) que ce qui lui était promis cette semaine (3 à 4). Il est intéressant de se pencher sur la composition des nouveaux députés FN. La garde philippotiste est la véritable perdante puisque Florian Philippot lui-même, son frère Damien, Sophie Montel et Kévin Pfeffer ont été battus. Pour compenser, il semble bien que la majorité penche vers le FN du Nord, davantage sur la ligne social-souverainiste donc, par rapport à celui du Sud. Marine Le Pen est élue pour la première fois député dans le Pas-de-Calais. Mais elle doit quitter une présidence de groupe à Strasbourg pour siéger parmi les non-inscrits au Palais-Bourbon, ce qui signifie que ses moyens de peser hors de la salle des quatre colonnes seront réduits à peau de chagrin. Elle aura en tout cas fort à faire pour empêcher qu’une guerre sans merci oppose Florian Philippot à ses nombreux adversaires. En aura-t-elle la possibilité ? En aura-t-elle seulement l’autorité ? Son score confortable (56,8%) à Hénin-Beaumont peut l’y aider.

Les personnalités battues au second tour © AFP Frédéric BOURGEAIS

Enfin, le PS et ses alliés parviennent à conserver une grosse quarantaine de sièges, ce qui n’est pas si mal, si l’on considère son poids d’aujourd’hui dans l’électorat. Mais ses élus seront de deux catégories : ceux – les plus nombreux – qui doivent leur élection à la mansuétude d’Emmanuel Macron à leur égard, en ne leur opposant pas de candidat. Et ceux qui ne lui doivent rien, en battant parfois un candidat LREM. Ces derniers semblent aujourd’hui, alors qu’ils sont minoritaires, les plus vindicatifs. Là encore, est-il envisageable que les uns votent la confiance et d’autres pas ? Une telle cohabitation est-elle possible entre ces deux catégories d’élus dans un même groupe ?

La prochaine configuration des groupes parlementaires donnera quelques indications sur les lignes de force, en vue des futurs congrès de partis, en particuliers ceux de LR, du FN et du PS. C’est à ce moment-là qu’on pourra alors dessiner les contours de certaines recompositions. Pour l’heure, la décomposition semble avoir atteint son niveau maximum.

Retrouvez tous les articles de David Desgouilles sur son blog Antidote

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

    107

    Déjà inscrit, connectez-vous

    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     
    • 20 Juin 2017 à 8h34

      ruanluis dit

      On avait pas “essayé” le centrisme pour nous rassurer, voilà c’est fait. Laissez mijoter 5ans. 5 ans pour “Tuer les extrèmismes” a dit le chef des centristes. Définition actuelle de l’extrème une trentaine de députés FI + FN. L’objectif c’est donc tout le monde centriste ou supporter. Les medias ont senti le danger, vite une opposition.

      • 20 Juin 2017 à 18h28

        steed59 dit

        dans la démocrature macroniste, le seul spectre politique autorisé va de Valls à Juppé, le reste est voué aux gémonies (et encore j’ai cru comprendre que Valls, c’est limite acceptable).
        Cette séquence électorale aurait marqué une extension impressionnante du champ de la diabolisation politique. Celle-ci commence désormais à Fillon. Il y a même, et c’est nouveau, une diabolisation “de gauche” avec Mélenchon, le vilain qui a osé ne pas appeler à voter macaron au 2nd tour.

    • 20 Juin 2017 à 8h04

      QUIDAM II dit

      Le très haut taux d’abstention révèle que la décomposition politique touche également le mouvement de Macron qui, malgré sa nette victoire électorale, est en réalité politiquement très minoritaire dans le pays.
      Les invraisemblables distorsions induites par le scrutin par circonscription (telles qu’elles sont découpées) infirment gravement (et même dangereusement) la validité de notre système représentatif… au point que notre démocratie apparaît aujourd’hui comme un décor en carton-pâte aux yeux d’une grande majorité de citoyens qui n’ont pas daigner se déranger jusqu’aux urnes.
      Il semble que, dans notre pays, le pouvoir a été définitivement capté par une petite minorité endogame de privilégiés qui, quelques fois comme aujourd’hui, font monter sur la scène politique des figurants soigneusement sélectionnés qu’ils encadreront étroitement. 

      • 20 Juin 2017 à 9h51

        lafronde dit

        Le pouvoir réel est donné par les Législatives, seul le pouvoir symbolique est donné par la présidentielle.

        Notre problème est que par ambition tous les grands partis ont privilégié la conquête de la présidence par rapport à la conquête de l’Assemblée. A ce jeu, c’est Macron qui a gagné. Il sort de l’Inspection des finances, comme Giscard. Il s’est avéré meilleur stratège que les autres.

        Si les autres partis avaient expliqué que le 1er vote utile c’est le vote aux Législatives, nous n’aurions pas eu cette abstention et cette Chambre introuvable. Les anciens partis au pouvoir PS et LR-UMP-RPR n’ont pas vu le risque politique induit par la satellisation de l’élection législative, seule légitime pour donner la représentation nationale.

        Une erreur de programme, de comportement, d’image, et hop c’est foutu un quinquennat pour l’adversaire ! Cette manière de jouer au dé ou au poker mediatique l’avenir de pays est un abaissement de l’esprit public !

    • 20 Juin 2017 à 1h59

      Nolens dit

      Le seul point positif c’est le renouvellement. Le point négatif c’est l’augmentation massive des impôts pour les classes moyennes et la redistribution encore plus massive vers les défavorisés (i.e. les parasites de service, RSA et autres assistés).
      En marche vers la paupérisation de ceux qui ont réussi à dépenser moins qu’ils ne gagnent pour donner à ceux qui ont l’habitude de dépenser l’argent des autres.

    • 20 Juin 2017 à 1h11

      Lucid dit

      La dépression politique des patriotes souverainistes et la déception envers marine Lepen et JLM ont nourris l’abstention et empêché que quatre partis siègent à l’Assemblée nationale de façon consistante, il reste des groupes de dizaines d’élus. Rien de plus, rien de moins.

    • 19 Juin 2017 à 19h04

      jetoc dit

      Les médias auraient-ils honte d’en parler après l’avoir enterré un peu vite; mais malgré un ballottage défavorable, NDA A REUSSI MAGISTRALEMENT A ÊTRE RÉÉLU POUR LA 5° FOIS DÉPUTÉ A YERRES; Ce qui prouve au grand dam de la presse macronite que les qualités d’homme d’État sont reconnues par le peuple. Bravo pour ce champion de l’intégrité qui préfère servir que de se servir comme beaucoup de politiciens qui ne songent que d’aller ” à la soupe”…

      • 19 Juin 2017 à 19h55

        Warboi dit

        5ème fois ?? Mon dieu ! et vous trouvez ça bien ? Avec la loi de moralisation ce sera impossible ! Place aux jeunes ! Terminées, les rentes de situation.

        • 19 Juin 2017 à 20h55

          Clash75 dit

          Ferme là avec tes post macronistes à la con. Change de site

        • 20 Juin 2017 à 12h02

          saintex dit

          Ce n’est plus la loi de moralisation. A se demander s vous êtes vraiment officielle, nadia.

        • 20 Juin 2017 à 18h23

          isa dit

          Ce site affiche une priorité” surtout si vous n’êtes pas d’accord,

    • 19 Juin 2017 à 17h23

      Pol&Mic dit

      “Eparpillée, la politique française va devoir se recomposer”
      ……..
      ce ne sera pas triste !…..

    • 19 Juin 2017 à 15h34

      Muys dit

      Pour reconstruire, il faut d’abord reconstruire.
      C’est fait.
      Macron a construit qqch de nouveau en un an, il faut lui reconnaître ce mérite.
      Combien de temps les autres, qui n’ont pas entendu les multiples avertissements que scrutins apres scrutins les électeurs leur envoyaient, mettront ils? Ils ont quatre ans maximum pour y arriver.
      En attendant, j’espère que Macron fera adopter sa loi interdisant plus de trois mandats identiques à la suite. Et qu’il rajoutera un article interdisant à tout politique ayant perdu son siege de se représenter : Ca permettra de faire le menage (penser que ce vieux schnock de Goasguen a été reelu me donne des boutons. Beurk!)

      • 19 Juin 2017 à 16h43

        isa dit

        Ah bon?
        Moi j’en suis ultra contente. Pas une question de parti, je suis zussi tres contente de l’élection de Pupponi. 

      • 19 Juin 2017 à 20h59

        Clash75 dit

        Très bien goasguen.nda aussi. Change de site

    • 19 Juin 2017 à 15h30

      Gbaug dit

      Voter la Loi et la fabriquer pour gouverner sont deux tâches distinctes dans toute démocratie, depuis que ce mot a un sens (le pouvoir judiciaire, indépendant des deux premiers étant le troisième pilier de fonctionnement). Après plus d’une douzaine de changements de constitutions depuis la Révolution, nous demeurons incapables de trouver un équilibre et bricolons au fur et à mesure nos institutions sans trouver LA formule. Plus personne n’y comprend rien sauf les spécialistes, donc étonnez vous que le Peuple se désintéresse de ce qui se passe. Comment voulez vous en plus contraindre au deuxième tour un citoyen dont les opinions ne sont plus présentes à opter pour des pis allers….dont l’efficacité sur ces trente dernières années au moins n’a pas été démontrée? De plus l’invention diabolique de la primaire crispe caque camp sur les positions les plus tranchées, entre lesquelles choisissent le citoyens le mieux motivés (donc les plus extrémistes de chaque camp)ce qui ne facilité en rien . Tout cela parce que M. POMPIDOU est mort en avril contraignant à une élection en mai, et parce que MM. Jospin et Chirac ont fait un compromis sur le quinquennat, identique pour l’assemblée et le Président. C’est du folklore pur et simple et il faudra en revenir à des règles simples: ou bien le Président ne tranche que de très grandes options et un régime parlementaire issu de la représentation nationale (dont l’élection peut être disjointe et sans pouvoir de dissolution du Président sauf circonstance exceptionnelle) gouverne. Ou bien le Président reste la clé de voûte des institutions, il n’y a plus de Premier Ministre, et la Chambre a un renouvellement décalé comme aux USA (et pourquoi pas par fraction) ce qui contraint le Président à tenir compte de l’évolution de l’opinion. Gouverner comme nous à grands coups de barre est inefficace et ressuscite très vite des confrontations….et Emmanuel MACON n’y échappera pas plus que les autres avec son mouvement hétéroclite!

      • 20 Juin 2017 à 10h13

        lafronde dit

        En effet désynchroniser, débrancher les Législatives de la présidentielle redonnerait à l’élection des députés leur rôle 1er : représenter la Nation, et non leur rôle utilitariste actuel : donner au Président les moyens de gouverner. le travers actuel de notre République c’est le présidentialisme.

        Il est caricatural que les candidats députés du président aient été nommé par son parti après son élection, et se soient fait connaître en accolant le portrait du président sur leurs affiches.

        Mais le pire c’est que ça ait marché ! A Gauche c’était normal puisque le socialisme français a échoué sous Mitterrand, et avait survécu comme imposture. Mais la mode macroniste a sévit à Droite remportant les circos résidentielles et bourgeoises, preuves de la superficialité de l’assise électorale de l’UMP-LR.

        Il est vrai que pour l’essentiel la Droite parlementaire n’a pas défendu la Liberté des français. Elle est comme la Gauche, et le Centre, étatiste. C’est pourquoi le PS au pouvoir a pu être funeste à l’Ecole, à l’Entreprise et à l’Emploi, aux libertés locales, aux traditions et à l’Identité nationale.

        Maintenant que le rationalisme jacobin et progressiste est bien installé au Centre avec Macron et En Marche, le moyen dialectique d’exister au plan politique sera pour l’Opposition de défendre la Liberté dans tous les domaines. La vague macroniste aura alors été un mal pour un bien.

    • 19 Juin 2017 à 15h10

      accenteur dit

      Il y aura donc un grand tribun, plus une grande tribune, et à eux deux, ils mettront de l’ambiance. D’autant qu’ils risquent se s’entendre sur plusieurs sujets.

      • 19 Juin 2017 à 17h33

        Warboi dit

        Vous voulez dire sur quasi tous. Seule l’immigration les sépare. Pour le reste, ce sont des sociaux identitaires.

    • 19 Juin 2017 à 14h35

      lafronde dit

      Cette décomposition politique est le fruit de plusieurs erreurs.
      L’une institutionnelle, fut de placer les législatives systématiquement en aval de la présidentielle. Depuis 2002 la courbe de la participation est accablante : l’Assemblée nationale est désormais élue à la minorité des inscrits ! Après la dissolution de 1997, la nouvelle Assemblée d’alternance fut élue au deux tiers des inscrits !

      Rendre son autonomie au scrutin législatif serait la première mesure civique. Ce serait une mesure d’équité électorale, car n’oublions pas que le scrutin présidentiel est verrouillé par les signatures des élus. L’élection de la représentation nationale ne doit pas être subordonnée à une élection personnelle, certes éminente, mais verrouillée.

      L’autre erreur est politique : c’est pour la plupart des grands partis, d’avoir joué la présidentielle, plutôt que la législative, le centralisme plus que le fédéralisme. Avec la doube victoire de Macron au centre, il est probable que tous les partis d’opposition retrouvent les vertus d’une législative autonome et de la subsidiarité politique et administrative.

      L’erreur mediatique. Les partis de Droite n’ont remis en cause ni le CSA, ni le PAF, et n’ont pas été attentifs aux empires de Presse du capitalisme de connivence. Toutes ces institutions ont été outrageusement favarables au candidat Macron.

      L’erreur de la professionalisation des politiques. Au fil des mandats et surtout des ministères le politicien perd le contact avec le monde réel. Les partis de Droite doivent retrouver comment assurer le lien avec la Société civile. En prenant comme fils conducteurs la Liberté, et la Tradition (du Peuple, de la Société), harmonieusement servis par le Conservatisme. Raison pour laquelle nous avons besoin de medias conservateurs, y compris radio et TV. la bataille culturelle précède la reconquête politique.

      • 19 Juin 2017 à 15h14

        Muys dit

        Excellente analyse.
        Notamment sur le 1er point.

    • 19 Juin 2017 à 14h21

      Daniel Jean-Louis dit

      Je continue à penser que cette vague surréaliste de marcheurs finira par noyer la plupart et que le chant du président Macron n’est que celui du cygne. Quoiqu’il en soit il se passera certainement quelque chose d’imprévu ! 

    • 19 Juin 2017 à 14h09

      isa dit

      Clémentine Autain ést élue?
      Mais c’est une catastrophe! 

      • 19 Juin 2017 à 14h45

        srul dit

        pourquoi?

        • 19 Juin 2017 à 14h52

          srul dit

          au fait anissa khedher aussi voir agora vox,quelle est la meilleure à vous de me le dire chère isa!

        • 19 Juin 2017 à 14h52

          isa dit

          Recherchez juste pourquoi Bartolone n’avait pas été elu.

        • 19 Juin 2017 à 15h17

          isa dit

          Je ne connais pas l’autre, mais question grande gueule!!!

      • 19 Juin 2017 à 17h51

        Caminho dit

        Mme Autain ou l’autisme politique. Le cerveau remplacé par une brique d’idéologie.

    • 19 Juin 2017 à 13h08

      C. Canse dit

      Bravo à La Rem ; 57,4 % d’abstention et le nombre de députés FN quadruple tandis que la FI gagne 27 députés.
       À quoi sert le “Front Républicain” ? À rien. La Rem fait progresser l’abstention et les extrêmes, sans faire aussi bien que Mitterrand qui fit entrer à l’Assemblée Ntionale une flopée de FN.
      Essaie encore, Emmanuel. 

      • 19 Juin 2017 à 13h39

        Warboi dit

        Non. 17 pour la FI et 10 pour les cocos. qui se haïssent.
        Je ne vois pas en quoi LREM fait progresser l’abstention. Les électeurs n’ont pas envie de voter LR ou PS, c’est bien dommage, mais qu’y pouvons-nous… Faites les rêver que diable !
        Quant au FN, on lui promettait un groupe, il a perdu 600 000 voix par rapport au premier tour des législatives 2012 et avec ses 11% se situe bien loin du score de MLP à la présidentielle. Les règlement de compte en interne seront sanglants.
        Macron a gagné son pari, il a une majorité très confortable et besoin de personne pour réformer, ce qu’il va faire, ce pour quoi il a été élu.
        sinon votre bisque rage m’enchante.

        • 19 Juin 2017 à 13h43

          C. Canse dit

          Quelle rage ?? 

          Que le FN ait quadruplé son nombre de députés ne vous gêne pas, cela est intéressant. Vous en rêviez, Macron l’a fait. 

        • 19 Juin 2017 à 13h51

          steed59 dit

          d’autant qu’il y a 5 ans c’était 2 députés élus en triangulaire, aujourd’hui ce sont 8 députés élus en duel, ce qui était considéré jusqu’à présent comme quasiment impossible

        • 19 Juin 2017 à 14h01

          isa dit

          On se fiche de huit députés, le problème ce sont les deux gueulards: la Pen et Melenchon.ca parle pour parler, que du rien derrière. Ou alors on ne le sait que trop.
          Perso cette arrivée des FI m’ennuie beaucoup beaucoup plus( pour connaître certains d’Ivry, par ex., ), ce n’est pas de la tarte. Ils sont uniquement focalisés sur les pbs de racisme et d’Etat qui doit déverser sa manne sur leurs têtes, vu qu’ils ne fichent strictement rien. Ils sont en principe chômeurs de très longue duree( sont jamais contents de leur boulot), il faut du temps pour se réunir ” en parler” et déverser son aigreur sur le ” tous pourris sauf nous”.

        • 19 Juin 2017 à 14h04

          Pierre Jolibert dit

          Je suis assez d’accord avec vous pour les gueulards, isa, ça ça va être pénible.

        • 19 Juin 2017 à 14h04

          steed59 dit

          isa, c’est un le principe d’un parlement d’offrir une tribune à des gens qui ne sont pas d’accord afin qu’ils y trouvent un défouloir qui les empêcherait de s’entre-tuer.

          Parlement … du verbe “parler”

        • 19 Juin 2017 à 14h37

          Guenièvre dit

          “Quant au FN, on lui promettait un groupe, il a perdu 600 000 voix par rapport au premier tour des législatives 2012″

          Mais il a gagné 700000 voix par rapport au second tour…
          Nombre de voix FN : 17 Juin 2012 : 842 695
          Nombre de voix FN : 18 juin 2017 : 1 590 858

          “le Fn, avec ses 11% se situe bien loin du score de MLP à la présidentielle.”

          On ne peut comparer les deux élections ! Sinon on peut dire aussi que Macron est passé de 66 % à 43 % !!!
          Vous prenez les chiffres qui vous arrangent . Macron n’a pas du tout fait baisser le FN comme vous aimez le répéter pour vous auto persuader. La seule chose qui ferait baisser le FN c’est qu’il réussisse à redonner dignité, sécurité, travail et confiance aux Français.Souffrez que l’on soit quelques uns à exprimer quelques doutes et quelques inquiétudes à ce sujet…

        • 19 Juin 2017 à 16h47

          isa dit

          Steed,
          Parler n’est pas hurler.
           

        • 19 Juin 2017 à 17h40

          Warboi dit

          Vous n’avez pas compris Guenièvre que je comparais naturellement les premiers tours entre eux.
          FN au premier tour des présidentielles 21,5. 11 au premier tour des législatives après le KO debout du débat.
          Cela dit, rien n’est réglé en effet et ce qui a fait le succès du FN n’est pas réglé par la déroute de MLP.
          Vous pensez bien ce que vous voulez de Macron, mais il est le seul qui puisse le faire. Il a le programme pour y parvenir, mais s’il se plante, alors les deux extrêmes prendront ce pauvre pays en tenailles. Et votre joie mauvaise pourra se répandre comme une eau sale.

        • 19 Juin 2017 à 21h07

          eclair dit

          warboi

          en 2012 68 candidats FN au second tour, en 2017 110.

    • 19 Juin 2017 à 13h07

      accenteur dit

      Majorité d’électeurs ???Poutine pourra dire à son jeune donneur de leçons : bienvenue au club !