Johnny dans la « Cage aux phobes » | Causeur

Johnny dans la « Cage aux phobes »

L’Idole des jeunes contre les homos ?

Auteur

François Miclo

François Miclo
Twitter : @fmiclo

Publié le 14 décembre 2011 / Société

Mots-clés : , , ,

L’autre soir, au Grand Journal de Canal+, Johnny Hallyday a déclaré au détour d’une phrase : « Alain Delon c’est un vrai mec de toute façon. Je pense pas être un pédé moi non plus hein, bon. » On admirera, un moment, l’aisance grammaticale et syntaxique qui fait de notre Johnny national un lointain descendant de Vaugelas par l’escalier de service, pour passer à la suite. Car il y a une suite.
Un honorable – et néanmoins obscur – conseiller municipal PS de Bordeaux dénonce les propos du rocker. C’est son droit. Mais son indignation ne s’arrête pas en si bon chemin : il demande à Alain Juppé, maire de Bordeaux, de ne plus louer le stade Chaban-Delmas à Johnny, qui doit s’y produire, le 3 juillet prochain, pour son mille cinq centième adieu à la scène.

Attention ! l’élu girondin a ses pudeurs : il écrit, dans un communiqué, ne pas vouloir réclamer « la censure » de Johnny Hallyday. Juste qu’il ne se produise pas sur scène. Sacré distinguo. Puis, il continue : « Ces propos publics, en plus de comporter une insulte à proprement parler, considèrent que les homosexuels seraient des sous-hommes. Ces allégations nauséabondes participent à entretenir ce substrat si favorable aux violences homophobes. »

Evidemment : le prochain homosexuel qui se fera tabasser à Bordeaux – ou ailleurs, en France, vu que Canal+ est une chaîne certes cryptée, mais captée au-delà de la Gironde –, ce sera la faute à Johnny.Car, voyez-vous, les gars qui vont le week-end, casser du pédé, de la tapette, de la tarlouze sur les lieux de drague et qui le font en bande – seuls ils n’ont rien dans la culotte – sont des téléspectateurs attentifs de Canal+ lorsque la chaîne boboïde diffuse en clair. Et ces gars sont, bien entendu, tellement influencés par Johnny Hallyday qu’ils justifient par ses propos de beauf leur acte criminel.
De deux choses l’une. Soit l’on considère que les mains courantes de la Police nationale sont suffisamment éloquentes et renseignées pour nous indiquer quel est précisément le « substrat » de l’homophobie en France. Soit l’on dit n’importe quoi.

D’abord, il faudrait considérer une chose : depuis quand prend-on Johnny au sérieux ? Par quel miracle ses propos, qui ont toujours rivalisé en profondeur avec ceux du pilier de bistrot moyen, sont devenus ceux d’un spécialiste en “gender studies”? Et puis, Johnny Hallyday a-t-il encore quelque influence sur son public ? Oui, très certainement, mais quel public ? Johnny reste l’idole des jeunes, mais des jeunes de 1962 ! C’est-à-dire de fans, éminemment respectables, mais qui n’ont plus l’âge d’aller jouer les blousons noirs. Le fan de Johnny reste un rocker, un insoumis peut-être. Mais un rocker, un insoumis perclus d’arthrite. Parfois, il a même une pension d’invalidité. À 8 heures du soir, le gars attend encore les Jeux de 20 heures sur FR3, tout en demandant à maman – généralement le fan de Johnny appelle sa femme comme ça –, pourquoi Champs-Elysées ne passe plus tous les soirs. Et maman n’ose même pas lui avouer que Michel Drucker est décédé dans les années 1990. Elle lui tapote sur l’épaule, remonte le plaid sur ses jambes. Une camomille, et au lit.

Bien sûr, tous ses fans ne sont pas ainsi. Ce qui fait le génie de Johnny, c’est de passer les générations. Parce que Johnny, voyez-vous, c’est un chanteur populaire. Un type qui sue corps et âme dans les bals et les bastringues et fournit à toute âme de quoi y accrocher ses sentiments. Quand ça va mal – ou quand ça va bien –, tu écoutes une chanson de Johnny, tu y trouveras toujours de quoi t’y repaître.
Et puis, comment vous le dire, puisque le ministère de l’Intérieur se conforme aux avis du Conseil constitutionnel et interdit les références ethniques aux statistiques qu’il fait paraître ? Mais ce que j’ai pu, moi-même, constater, c’est que les actes homophobes (tabassages entraînant une interruption de travail de plus de huit jours et assassinats entraînant une interruption de la vie d’un peu plus longtemps) sont le fait, essentiellement, de «  jeunes issus de la banlieue ».

Ne stigmatisons pas. Mais ce sont, pourtant, les mêmes, qui passent leur journée à stigmatiser les filles qui ne portent pas le voile en les traitant de « salopes ». Il faudra un jour que ces choses soient dites et que l’on arrête d’expliquer, dans le pays, l’homophobie autrement que par une rupture de civilisation.
Jamais, en France, si l’on regarde l’histoire longue, l’homosexualité n’a été autant tolérée et acceptée qu’à l’heure actuelle. Seulement, nous avons, au sein de la société française, une population qui refuse les « avantages acquis » de notre civilisation. Ce n’est pas l’islam le problème – les musulmans se sont, toujours et de tout temps, très bien enculés. C’est une frange de la population, composée de jeunes cons, issus de la banlieue et de la « diversitude », auxquels on n’a pas simplement appris la politesse. Ils ne sont pas seulement en rupture de ban avec la société, ils ont rompu avec la civilisation !

Eh bien, quand, chez un homme, la politesse n’est pas apprise, c’est à coups de bâton qu’il faut lui faire réviser sa leçon. Et c’est très courtoisement qu’il faut lui coller des coups de pied au cul. On n’en a rien à faire des origines et des tabous religieux. On n’en a rien à faire de la beaufitude d’un Johnny Hallyday, qui prenait de la cocaïne avant que je ne prenne le biberon. Ce que nous voulons, c’est d’une société française où l’on n’enquiquine personne pour ce qu’il est.

Je n’aime pas Johnny1, mais je peux comprendre ceux qui l’adorent. Allez savoir pourquoi, moi ma came c’est Tino Rossi. Entre nous, même avec ses airs de ne pas y toucher, Tino, c’était pas un pédé non plus.
Oups ! Je m’aperçois que je viens de commettre un acte hautement homophobe. Je viens d’employer le terme « pédé » pour sous-entendre que Tino baisait des filles à tout-va et se levait, chaque soir, comme il voulait, de la meuf, de la gonz, de la miss ou du laidron.
N’était-ce justement pas ce que Johnny voulait dire ? Que son ami Delon s’était tapé, au long de sa carrière de gigolo cinématographique, tout ce qui bougeait. Et que lui, aussi, en avait pris sa part. L’histoire nous dira, un jour, si Johnny Hallyday et Alain Delon, ont tout baisé de ce que la France pouvait compter de femmes baisables. Ils n’ont jamais essayé les hommes. Faut-il leur en vouloir ? C’est ce qui chagrine certainement le conseiller municipal bordelais. Moi, personnellement, je ne veux même pas savoir : je passe, honteusement, mon tour.

  1. Sauf quand c’est mon copain Jean-Claude Bader qui l’interprète, avec sa bande à Bader.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 15 Décembre 2011 à 21h12

      pirate dit

      toujours éternellement les mêmes débats sur Causeur… mais qu’est-ce qu’on s’en fout franchement, un couillon met ses burnes sur la table, un élu (évidement s’il était UMP Causeur n’en parlerait pas où trouverait à le défendre) se faire du beurre sur la question, non mais franchement vous n’avez pas d’autre sujet de discussion ?

      Patrick, une nuance, môa chuis pas un pédé môa, c’est le langage camionneur, marais c’est carrément trop pédé, c’est du langage pédé. Tapiole aussi (et souvent utilisé d’une manière péjorative pour désigner la folle extraverti), etc… je sais c’est pas un monde que vous connaissez bien mais quand même.

      • 15 Décembre 2011 à 21h27

        eclair dit

        @pirate,
        Cela à un autre sens pirate c’est pas tant la folle extraverti que le fait que cela ne soit pas un homme dans l’esprit.
        C’est  dire que l’homme n’as pas un rôle d’homme dans la société par rapport à certaines images véhiculées par la société. 

        • 15 Décembre 2011 à 22h03

          pirate dit

          Eclair ? ta gueule. Tu m’expliqueras le sens des choses quand t’auras mangé ta soupe toto.

    • 15 Décembre 2011 à 18h28

      sylce dit

      Que de minorités offensées, hargneuses, revanchardes! Toutes ces querelles de belettes et de petits lapins pourraient faire les délices de Grippeminaude.

    • 15 Décembre 2011 à 17h25

      Saul dit

      l’élu c’est Mathieu Rouveyre, homo revendiqué, president de la lesbian et gay pride.
      on a l’habitude avec lui, il passe son temps à se mettre en avant en tapant systématiquement sur tout ce qui vient de la mairie.
      le genre de mec plutôt horripilant…

    • 15 Décembre 2011 à 16h23

      Jrockfalyn dit

      Quand les girondins commencent par vouloir censurer, ils finissent par brûler les églises vendéennes avec des enfants dedans…

      • 15 Décembre 2011 à 16h50

        Patrick dit

        Girondins, jacobins, chouans, la Révolution française, quoi !

      • 15 Décembre 2011 à 17h22

        Saul dit

        vous ne confondriez pas pluôt avec les montagnards ?

        • 15 Décembre 2011 à 17h52

          Jrockfalyn dit

          Un montagnard, c’est un girondin qui grimpe

        • 15 Décembre 2011 à 22h07

          Saul dit

          c’est pas faux

    • 15 Décembre 2011 à 16h04

      Patrick dit

      Entendu hier soir sur une radio “périphérique” dans “On refait le monde” : “Si on veut interdire la scène à Johnny parce qu’il a dit qu’il n’était pas “pédé”, il faudrait interdire tous les matches de football dans toute la France, car ce type d’expression fuse souvent à l’encontre des arbitres !”

      Par ailleurs, j’ai entendu Ruquier dans “On n’est pas couché” : “Tout le monde sait bien que je suis pédé !“. Personne ne s’est plaint qu’il ait utilisé une expression dite “homophobe”.

      • 15 Décembre 2011 à 16h10

        isa dit

        Tiens, rien que pour ça, ça me plairait!
        Plus de Johnny et plus de foot, quelle merveille!

        Si, si, je suis pour le politiquement correct à fond.

      • 15 Décembre 2011 à 16h56

        Patrick dit

        Et qui va porter plainte contre Ruquier parce qu’il s’est traité lui-même de “pédé” ?

    • 15 Décembre 2011 à 15h51

      lisa dit

      Tu nous diras ! on fêtera ça !
      On pourra entonner des chants scouts !

    • 14 Décembre 2011 à 22h43

      Sophie dit

      Pas encore….

    • 14 Décembre 2011 à 21h43

      lisa dit

      @Sophie,
      C’est vrai ça craint, mariée tris enfants pas mariée à l’église au moins ?

    • 14 Décembre 2011 à 21h15

      Mangouste1 dit

      Merci Rackam : je travaille à la campagne et j’ai vécu ça d’assez loin. Pas comme ma belle-soeur (sans rire) qui travaillait dans un magasin à-côté et qui a eu la frousse de sa vie. Mais tout le monde va bien chez moi, merci encore.

      Au fait, puisque je vous tiens : bon anniversaire! Un peu en retard mais le coeur y est. 

      • 14 Décembre 2011 à 21h27

        rackam dit

        Merci, un café liégeois pour tout le monde!

      • 14 Décembre 2011 à 21h33

        saintex dit

        Un seul café pour tout le monde ?
        Vous êtes Calédonien, je présume (Astérix chez les Bretons).

        Bon anniversaire, par ailleurs, où par ici plutôt.

        • 14 Décembre 2011 à 21h35

          Mangouste1 dit

          Bon app’, n’avalez pas les bougies.

        • 14 Décembre 2011 à 21h42

          rackam dit

          Triste cire…

    • 14 Décembre 2011 à 21h07

      rackam dit

      Mangouste,
       heureux de vous savoir sauf, et vos proches aussi, espérai-je.
      Mes hommages à votre soeur. 

    • 14 Décembre 2011 à 20h58

      Mangouste1 dit

      @ Sausage,

      “on est tous le beauf de quelqu’un”"

      Sauf ma soeur! 

    • 14 Décembre 2011 à 19h52

      borgoloff dit

      Et si Johnny s’est excusé, c’est grave…

    • 14 Décembre 2011 à 19h50

      borgoloff dit

      Que lis-je ? Sophie nous priverait de ses commentaires ?
      Ne nous faites pas ça ! ! !

    • 14 Décembre 2011 à 18h40

      Pierre Jolibert dit

      J’en profite parce que je n’en aurai plus l’occasion, mais dans le très dense et profond texte que François Miclo consacrait à la misanthropie le mois dernier, l’auteur nommait «monadisme» la conception d’un homme retranché de tout lien à ses semblables, état qui «nous est interdit». Deux pages plus loin dans le Causeur papier, Jérôme Leroy parlait des élèves d’aujourd’hui, «monades ne connaissant que leurs désirs».
      Je me demande s’il n’y a pas là, dans cet emploi péjoratif, une insulte anti-monade. Les monades sont des substances simples et fermées sur elles-mêmes, certes, mais on n’a pas le droit de leur dénier l’accès à l’universel, car, dans la singularité absolue qui caractérise chacune se trouve en même temps l’image même de l’univers.
      Halte à la mondadophobie,
      pour nous soutenir, écrivez à :
      La Folle de Bassan-SOS monadophobie
      116 quai de Hanovre, à Condom

    • 14 Décembre 2011 à 17h07

      Patrick dit

      @ Sophie.
      On regrettera beaucoup votre absence.
      ;-)

      • 15 Décembre 2011 à 16h33

        Jrockfalyn dit

        .. et vos évocations…

    • 14 Décembre 2011 à 16h56

      Sophie dit

      Cela dit, après lecture de cette article, je crois que je vais arrêter de poster sur Causeur. Il m’est quasi impossible de poster plus de 3 commentaires sans évoquer Mon Chéri et les délices hétérosexuelles dans lesquels je me vautre avec délectation. Je vais finir par avoir des ennuis….

    • 14 Décembre 2011 à 16h53

      Sophie dit

      “L’idée de vivre avec des gens qui seraient tous comme moi, quelle horreur !”

      Non, Sausage, c’est excessif! L’idée de vivre avec des gens qui seraient tous comme vous ne me remplit pas d’horreur! De perplexité, peut-être, mais pas d’horreur.

      • 14 Décembre 2011 à 17h39

        sausage dit

        Vous dites ça pour me faire plaisir :-)

      • 14 Décembre 2011 à 17h39

        sausage dit

        Pourtant je vous assure, je suis bien mieux avec les autres qu’avec moi !

    • 14 Décembre 2011 à 13h51

      Lady dit

      Pardonnez mon offense: “…Ce qui revient à offensER…”

    • 14 Décembre 2011 à 13h42

      Lady dit

      Qu’on insulte la personne du Christ avec l’argent public (où est la belle laïcité?) ce qui revient à offensé un nombre incalculable de chrétiens, c’est normal, “l’art” a tous les droits et comme catholique veut dire extrême droite pour ces grandes consciences, c’est surtout un combat politique vertueux. En revanche, si en ricanant, je dis que je ne suis pas un pédé, il n’y a plus de liberté d’expression, je suis banni, je n’ai plus figure humaine…Mieux vaut en rire…heureusement, l’intelligence, l’esprit et le bon sens travaillent dans l’ombre, dans le secret de chaque âme.
      Johnny a bien le droit de ne pas être pédé et même de le revendiquer, il n’a pas à s’en excuser….Il va bientôt falloir s’excuser d’être les “rois et les reines de la création” , les rois et les reines de l’altérité féconde!

      • 14 Décembre 2011 à 21h05

        lisa dit

        Je suis allée porter une fleur blanche….

        • 14 Décembre 2011 à 21h08

          rackam dit

          Pas au concert de Johnny, tout de même…

    • 14 Décembre 2011 à 13h21

      Marie dit

      @quadpater
      “À défaut de contrôler l’Élysée le PS contrôle le surmoi de la majorité de la population.”
      C’est exact et particulièrement inquiétant!