Hollande président ! | Causeur

Hollande président !

Elections, piège à cons. Premier tour, piège à sourds

Auteur

François Miclo

François Miclo
Twitter : @fmiclo

Publié le 22 avril 2012 / Politique

Mots-clés : , , ,

Ne nous racontons pas de bêtises. En arrivant nettement en tête du premier tour de l’élection présidentielle, François Hollande a désormais de son côté toutes les chances de l’emporter dans quinze jours. Certes, sur le papier, ça n’est pas encore gagné : Nicolas Sarkozy semble bénéficier aujourd’hui d’un réservoir de voix bien supérieur à celui de François Hollande (à condition de penser que le vote lepéniste soit, bel et bien, un vote de droite). Dans une logique assez brutale de reports, le vote de droite a été plus important que celui de la gauche.

Mais, contrairement à ce qu’affirment les commentateurs, cette logique n’a jamais prévalu dans une élection : la politique est un sport de combat. C’est le mouvement et la dynamique qui comptent. Or, la dynamique est aujourd’hui dans le camp de François Hollande.

Ce que l’on doit retenir de ce premier tour, c’est que nous n’avons jamais assisté, dans toute l’histoire de la Ve République à une bipolarisation aussi forte de la vie politique française : la droite représente 47 % de l’électorat, la gauche 44 %. Les 9 % restant sont ceux du centre, c’est-à-dire d’un François Bayrou qui, historiquement, a réduit la “voie centrale” à un score aussi piètre. Il est bien loin de ses résultats de 2007 – il les a divisés par deux. Mais comme c’est un garçon intelligent et qu’il connaît la volatilité de son électorat qui se répartit aussi bien à droite qu’à gauche, il sait pertinemment qu’il ne sera pas, cette année, l’arbitre des élégances : il voulait danser, il fera une nouvelle fois tapisserie.

Pour sa part, Marine Le Pen, qui fait un excellent score, se gardera bien de donner des consignes de vote pour le second tour. Son intérêt politique bien compris est qu’un socialiste accède à l’Elysée : c’est la garantie pour le parti politique qu’elle préside et dont elle veut changer le nom, afin de faciliter la recomposition des droites, de marquer des points à l’avenir.

Restent, donc, deux inconnues. Primo, la capacité de Nicolas Sarkozy à marquer des points. Il en est bien capable. Mais il faudrait, pour ce faire, qu’il soit doué de ce que le Saint Esprit laissa à la Pentecôte aux apôtres : la glossolalie. Il doit, en deux semaines, à la fois rallier le maximum de voix marinistes et le maximum de voix bayrouistes. L’équation semble impossible à tenir, tant les discours d’un Patrick Buisson, capable de parler aux tripes du dernier militant FN, et ceux d’un Jean-Louis Borloo, apte à convaincre le coeur de l’ultime centriste du pays, soient diamétralement opposés. Mais rien n’est impossible. Plus que jamais, Nicolas Sarkozy doit composer avec Henri Guaino, qui n’est pas, contrairement à François Fillon, son « collaborateur ». C’est, en réalité, son meilleur allié : lui seul est capable, parce qu’il s’inscrit dans la plus profonde lignée du gaullisme social, de concilier les Français épris de nation et ceux épris de justice.

Quant à François Hollande, la difficulté est encore plus grande pour lui. Dans les prochains jours, il laissera tomber l’électorat Vert : avec Jean-Louis Borloo, l’écologie avait connu son Grenelle. Avec Eva Joly, elle connaît aujourd’hui son Père-Lachaise. Il consacrera l’entièreté de ses efforts à rougir son discours, pour rallier à lui les voix qui se sont portées, moins que prévues, sur Jean-Luc Mélenchon. Mais se rougir ainsi ne fera-t-il pas fuir l’électorat centriste tenté au second tour par un vote Hollande, plus par détestation conformiste du sarkozysme que par alignement idéologique.

Et puis, arrivant en tête du premier tour de la présidentielle, il échoit à François Hollande de dire très vite quel sera son gouvernement. Il a déjà indiqué ne pas vouloir l’ouverture. C’est son choix de gouverner la France d’une manière partisane. Il a été premier secrétaire du Parti socialiste – c’est son principal titre de gloire. Il fera, très certainement, un excellent premier secrétaire de l’Etat. Sauf que ce n’est pas précisément ce qui lui est demandé. Dépourvu de stature internationale, indécis sur des choix géostratégiques importants, accordant beaucoup de crédit à Pascal Boniface et à Stéphane Hessel sans jamais, pour autant vouloir déplaire au CRIF, notre homme a toujours préféré la Corrèze au Zambèze. Il lui faudra donc compenser et la nécessité des choses l’obligeront à nommer Pascal Lamy à Matignon – Dominique Strauss-Kahn étant, pour l’heure, indisponible. Or, choisir le patron de l’OMC comme Premier ministre ne sera-t-il pas un épouvantail pour l’électorat mélenchoniste peu enclin à se rallier aux thèses libérales et mondialistes, fussent-elles défendues par un socialiste haut teint. Voici l’équation insoluble de François Hollande.

Ce soir, François Hollande bénéficie d’une prime à la dynamique électorale. Saura-t-il entretenir, en quinze longs jours, cette dynamique ? Là est la seule question.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 25 Avril 2012 à 14h40

      livia dit

      Félicitations! Saintex , meilleurs voeux pour votre famille et votre bébé tout neuf.

    • 23 Avril 2012 à 18h37

      saintex dit

      Et puis tac, je replace mon hors-sujet.
      Ma fille Aude est née le 12 de ce mois d’avril 2012.
      Comme dit mon pote Jacques, “et on voudrait qu’je sois sérieux !!!”.

      • 23 Avril 2012 à 20h55

        Fiorino dit

        :-)

      • 25 Avril 2012 à 14h31

        red benjamin dit

        Félicitations Saintex!
        A votre santé ce soir je boirai!

    • 23 Avril 2012 à 18h35

      saintex dit

      Tiens, ça fait longtemps que je ne suis pas venu faire du mauvais esprit !

      Election, piège à cons ! Bien sur, je vais aller plus loin pour pouvoir me faire traiter de complotiste qui est, avec auto-proclamé, la dernière marque de mépris à la mode.

      Vous croyez que les instituts de sondages se trompent ? Bonne affaire pour les politiques. Tant que vous y serez, il gagnent du temps, ils pérennisent leur situation. Les sondages ne se trompent pas, ils mentent en espérant faire réagir l’électeur comme ceci ou comme cela.

      Là est la dynamique. Nous avons eu l’exemple de chute de Le Pen et montée de Mélenchon. Effectivement, le dynamisme de Mélenchon et de ses militants ont été dopés. Là et uniquement là, parce que la sauce de la dynamique n’a pas pris, ou si peu.
      Les Français n’en ont fait qu’à leur tête.

      Alors la dynamique de Hollande, qui déjà refuse les confrontations, je ne parierai pas un kopek dessus. Pardon, je voulais dire, pas un dollar même dévalué.
      Il y a une belle analyse de M. Kaplan sur l’intérêt politique de Le Pen. Elle est juste son analyse, juste bonne à donner la nausée, à laisser penser que pas un politique n’a autre chose en tête que lui, pas un ne croit à ce qu’il dit.

      Si la situation devait échoir, je ne donnerais pas un blanc-seing au programme du FN. Il y a trop de, et aussi pas assez de. Mais là n’est pas la question. Peu importe le comment de ce qu’elle dit. Croit-elle à ce qu’elle dit, et le veut-elle ? Là est la vraie question.
      Ce qu’elle dit est simple, il y a une part des français qui ne veulent pas mourir, qui veulent parler leur langue et au-delà des querelles d’historiens avec des ancêtres gaulois et des rois de France. Si ils pouvaient en vivre, ça le ferait. Et si quelqu’un dit que c’est possible, ça leur plaît.
      Ce que dit Mélenchon est du même tonneau. Ou du moins ce qu’entend une partie de son électorat. Sauf qu’au lieu de revendiquer la culture des Saint Louis, il revendique celle de Robespierre désembourgeoisé.
      Les deux sont indissociables, qui ont fondé les républiques et deux empires, avec de la fierté jusqu’au grand Charles.

      Il faudra bien s’y faire. gauche et droite ne sont que des positions physiques dans une salle.
      M. Mélenchon peut s’y tromper un peu de temps, et faire se tromper ainsi une grande part de son électorat. Aujourd’hui ou demain, ils verront que ce n’est pas le PS qui va faire plier la finance ou payer l’Allemagne.

      Ceci posé, je reprends mes comptes. FN + FdG + NDA + divers gauches + absentionnistes = 55% + les 8% de non inscrits = un bon 60% qui refusent le système proposé, en vrac, mondialisation (sinisation), Europe bornée, injuste, moralisatrice, ultra-libéralisme qui bloque toute dynamique mais sinon c’est le stalinisme, perte de la culture dont même les anticléricaux savent qu’elle n’est pas islamique, des valeurs sociales, de l’harmonie, de la langue, de l’espoir…

      Cela vient petit à petit. Je vois que certains comment à le sentir, même si cela se limite au rejet de l’Europe. Gauche-droite, c’est fini. L’UMPS n’a pas fini de nous parler de démocratie et de valeurs républicaines, pour faire oublier une assise sur la moitié de 45% des français, sans proportionnelle à l’Assemblée.

      NOTRE démocratie est le pire des systèmes parce qu’il est le plus menteur, celui qui use ses ennemis de désespoir, évitant ainsi le combat, celui de l’avènement du meilleur des mondes, et bien sur en toute sécurité grâce à un radar, un alcootest ou une étiquette sur la boîte de fayots.

      Elections piège à con ! Et ni mes parents, ni mes grands-parents, tous au moins aussi anars que moi pendant 13 générations ne se sont battus pour ce simulacre.

    • 23 Avril 2012 à 17h40

      Fiorino dit

      RB
      Après le score ridicule de NDA censé connaître les français et censé être le prote parole des pauvres contre les journalistes de Canal vous êtes encore là à taper sur Nicolas Sarkozy???
      D’ailleurs on aura droit à un article de DD bientôt qui nous avais promi un gros score pour NDA mais bon peu importe on se trompe et on continue…

      • 25 Avril 2012 à 14h29

        red benjamin dit

        Quel rapport? Mon candidat n’a pas fait un gros score ergo Sarkozy ne peut être sujet à critique?
        Et je ne me souviens pas que DD ait joué les madame Irma.

        Votre suffisance, vous pouvez vous la garder accessoirement.

    • 23 Avril 2012 à 13h32

      livia dit

      Second degré de la part de GK ?
      Il en est bien capable ;-)

      • 23 Avril 2012 à 13h43

        François Miclo dit

        Ce serait étonnant : le second degré n’est même pas coté au second marché !

    • 23 Avril 2012 à 8h05

      bea33 dit

      Un bon résumé,
      On est en plein heroïc fantasy. Vous avez les guerriers, les magiciens, les démons.
      Le sept mai le réveil va sonner et on va quitter le monde du rêve.

    • 23 Avril 2012 à 7h15

      Impat1 dit

      Kacyj” vous nous laissez même pas un petit % d’espoir :) “…
       
      Mais si. Il faut comprendre que pour Georges Kaplan Sarko est aussi socialiste -:) 

      • 23 Avril 2012 à 13h27

        kacyj dit

        Certes, certes mais je crois tout de même que Kaplan nous fait du second degré

    • 23 Avril 2012 à 7h04

      L'Ours dit

      Si cette g. de MLP était un tant soit peu cohérente, voici ce qu’elle dirait: “si vous votez Hollande, vous aurez le droit de vote aux étrangers, vous aurez… blabla…, alors votez Sarkozy car si vous serez déçus, ce sera moins pire… mais au vrai second tour, les législatives, vous pourrez enfin voter pour nous, les vrais défenseurs de la France… blabla…”!
      Ca, c’est s’il y avait un peu de cohérence en politique.
      Evidemment, le calcul politique fera que les choses seront espérées par elle exactement comme vous l’avez développé. 
      Je rappelle aussi ce que j’avais écrit en substance en 2002:
      “les Français ont pactisé avec le diable pour qu’on prenne en compte leurs vraies préoccupations, si on ne les écoute pas, la fois prochaine ils diront qu’il n’est pas le diable!”

      • 23 Avril 2012 à 11h58

        Marie dit

        mais l’Ours on sait très bien que MLP est la meilleure alliée du Ps et ça dure depuis Mitterand!
        En tout cas moi ce qui me navre c’est de voir les gens voter pour un type qui a annoncé qu’il piocherait dans leurs économies pour boucher les trous du budget!

        • 23 Avril 2012 à 13h45

          red benjamin dit

          Parce que les 24 nouvelles taxes de Sarkozy c’était pour faire joli Marie? Il y a quelques clivages (rares) entre les 2. Choisissez les pertinents au moins…

    • 23 Avril 2012 à 0h02

      kacyj dit

      “Il se l’est pris dans la gueule” (ndlr, Sarko), “les centristes font la gueule” “il les a baisés”
      FOG la classe, F2.
      Il assure.

      Georges, vous nous laissez même pas un petit % d’espoir :) 
      Bon, foi d’archives de Causeur, j’avais annoncé MLP à 20%. Je ne suis pas loin. Ma seconde partie sera – t-elle vraie? Je ne voyais pas le châtelain du Havre si haut, je dois dire.

    • 22 Avril 2012 à 23h10

      Eric Dufour dit

      Je viens de regarder une bonne partie de la soirée électorale en passant, alternativement, de TF1 à France 2. peut-être le constat que je vais faire n’est pas généralisable et que la situation a été meilleure sur d’autres chaines ou à la radio mais, voilà ce que j’ai vu et entendu : un très grand nombre d’intervenants (journalistes compris) est incapable de se tenir tranquille, de se taire quand un autre parle. J’ai vu des personnes dont je ne partage pas les idées couper la parole à des personnes dont je partage les idées mais, j’ai aussi vu l’inverse ! À tout ce beau monde je dis : quand un autre parle, FERMEZ LA ! J’avoue avoir peur de 2 choses : 1) Que ce mépris de la parole adverse ne favorise quelque dictateur; 2) Que finalement, étant donné le niveau de vos débats qui tient plus du merdier (désolé, il n’y a pas d’autre mot) que d’autre chose, je ne m’oppose pas à la venue dudit dictateur !
      Eric Dufour  

    • 22 Avril 2012 à 23h07

      Eric Dufour dit

      Je viens de regarder une bonne partie de la soirée électorale en passant, alternativement, de TF1 à France 2. peut-être le constat que je vais faire n’est pas généralisable et que la situation a été meilleure sur d’autres chaines ou à la radio mais, voilà ce que j’ai vu et entendu : un très grand nombre d’intervenants (journalistes compris) est incapable de se tenir tranquille, de se taire quand un autre parle. J’ai vu des personnes dont je ne partage pas les idées couper la parole à des personnes dont je partage les idées mais, j’ai aussi vu l’inverse ! À tout ce beau monde je dis : quand un autre parle, FERMEZ LA ! J’avoue avoir peur de 2 choses : 1) Que ce mépris de la parole adverse ne favorise quelque dictateur; 2) Que finalement, étant donné le niveau de vos débats qui tient plus du merdier (désolé, il n’y a pas d’autre mot) que d’autre chose, je ne m’oppose pas à la venue dudit dictateur ! Eric Dufour  
       

    • 22 Avril 2012 à 23h05

      Eric Dufour dit

      Je viens de regarder une bonne partie de la soirée électorale en passant, alternativement, de TF1 à France 2. peut-être le constat que je vais faire n’est pas généralisable et que la situation a été meilleure sur d’autres chaines ou à la radio mais, voilà ce que j’ai vu et entendu : un très grand nombre d’intervenants (journalistes compris) est incapable de se tenir tranquille, de se taire quand un autre parle. J’ai vu des personnes dont je ne partage pas les idées couper la parole à des personnes dont je partage les idées mais, j’ai aussi vu l’inverse ! À tout ce beau monde je dis : quand un autre parle, FERMEZ LA !
      J’avoue avoir peur de 2 choses :
      1) Que ce mépris de la parole adverse ne favorise quelque dictateur;
      2) Que finalement, étant donné le niveau de vos débats qui tient plus du merdier (désolé, il n’y a pas d’autre mot) que d’autre chose, je ne m’oppose pas à la venue dudit dictateur !

      Eric Dufour  

    • 22 Avril 2012 à 22h31

      Georges_Kaplan dit

      « Son intérêt [MLP] politique bien compris est qu’un socialiste accède à l’Elysée. »
      Bonne nouvelle : il y a 100% de chance pour que notre prochain président soit socialiste. 

      • 22 Avril 2012 à 23h48

        Guenièvre dit

        On va donc finir par tout savoir : les libéraux aussi préfèrent François Hollande …

    • 22 Avril 2012 à 22h19

      D.F. dit

      Bonne analyse.

      • 22 Avril 2012 à 23h11

        Eric Dufour dit

        Je viens de regarder une bonne partie de la soirée électorale en passant, alternativement, de TF1 à France 2. peut-être le constat que je vais faire n’est pas généralisable et que la situation a été meilleure sur d’autres chaines ou à la radio mais, voilà ce que j’ai vu et entendu : un très grand nombre d’intervenants (journalistes compris) est incapable de se tenir tranquille, de se taire quand un autre parle. J’ai vu des personnes dont je ne partage pas les idées couper la parole à des personnes dont je partage les idées mais, j’ai aussi vu l’inverse ! À tout ce beau monde je dis : quand un autre parle, FERMEZ LA ! J’avoue avoir peur de 2 choses : 1) Que ce mépris de la parole adverse ne favorise quelque dictateur; 2) Que finalement, étant donné le niveau de vos débats qui tient plus du merdier (désolé, il n’y a pas d’autre mot) que d’autre chose, je ne m’oppose pas à la venue dudit dictateur ! Eric Dufour