Haro sur Christian Vanneste | Causeur

Haro sur Christian Vanneste

L’histoire est homophobe

Auteur

François Miclo

François Miclo
Twitter : @fmiclo

Publié le 15 février 2012 / Politique

Mots-clés : , ,

Christian Vanneste.

Christian Vanneste.

Ces temps-ci, les occasions de parler comme un seul homme sont si rares à l’UMP qu’on ne boude pas son plaisir quand se présente une tête sur laquelle l’on peut taper à l’unisson. On y met tout son cœur. On redouble d’effort. Plus rien d’autre n’existe que le bruit sourd des petits poings s’abattant sur un crâne. Ils remontent. Les doigts se frôlent. Les adversaires d’hier, les concurrents de demain, tous communient dans la même érotique de l’unanimité tabassante mais retrouvée.

C’est ce qui s’est passé ce matin au bureau politique du parti présidentiel. L’ambiance était morose et la perspective pourtant imminente de la déclaration de candidature de Nicolas Sarkozy ne semblait pas réchauffer les cœurs. C’est alors que le sujet est arrivé sur la table : Christian Vanneste et ses assertions “négationnistes” sur la déportation des homosexuels français. Le député de Tourcoing a déclaré : “Il y a aussi des légendes qui sont répandues. Par exemple, il y a la fameuse légende de la déportation des homosexuels. Il faut être très clair là aussi. Manifestement Himmler avait un compte personnel à régler avec les homosexuels. En Allemagne, il y a eu la répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à à peu près 30 000 déportés. Et il n’y en a pas eu ailleurs. Et notamment en dehors des trois départements annexés, il n’y a pas eu de déportation homosexuelle en France.”

Progressistes aussi bien que conservateurs, les caciques de l’UMP se rabibochèrent sur une fervente dénonciation de Christian Vanneste. Et chacun envoya sa propre lettre de cachet via Twitter : “Il faut le virer de l’UMP”, écrivit Benoist Apparu. “Je condamne fermement les propos de Christian Vanneste. Il ne peut pas porter ni nos couleurs ni nos valeurs”, trancha Nadine Morano, la ministre qui tweete plus vite que son ombre. Le député de Nice Eric Ciotti fut vindicatif : “Propos honteux de Vanneste ! J’ai demandé son exclusion de l’UMP en bureau politique”, rejoint dans la même condamnation par Thierry Mariani, qui partage pourtant les bancs de la Droite populaire avec Vanneste.

Eric Woerth, Chantal Jouanno, Franck Riester : aucune voix ne manque pour condamner l’infâme Vanneste. Et la porte-parole de François Hollande, Delphine Batho, semble même en retrait par rapport à la droite en jugeant les propos du député de Tourcoing “non seulement homophobes mais aussi négationnistes”. Cerise sur le gâteau : le directeur de campagne de Marine Le Pen, Louis Aliot, dénonce une “vraie bêtise” et se paie le luxe de recommander à Vanneste de “relire ses livres d’histoire”.

Relisons-les. Les homosexuels français ont-ils été déportés pendant la Seconde Guerre mondiale ? L’affirmer, écrit l’historien Pierre Vidal-Naquet, serait “un mensonge”. Les seuls homosexuels à avoir été déportés sont les ressortissants allemands ou réputés tels par les autorités du Reich – c’est le cas des homosexuels alsaciens, province annexée de fait, comme celui des Autrichiens depuis l’Anschluss. Les nazis ne prirent même pas la peine de mettre au point un arsenal juridique spécial : ils déportèrent les homosexuels au nom du paragraphe 175 du Code pénal bismarckien, qui réprimait la bestialité et l’homosexualité dans le même mouvement. Pour plusieurs dizaines de milliers d’entre eux furent réservés les pires sévices, les expérimentations les plus cruelles, et, au final, la mort.

Les présupposés idéologiques sur lesquels se fonde l’homophobie d’Etat du IIIe Reich sont exposés par Goering lui-même en 1935 : “assurer la défense et la protection du sang allemand”. Himmler, pour sa part, parle de “maladie contagieuse” prompte à anéantir “la survie du peuple et de l’Etat allemands”. En définitive, les mêmes arguments sont amplement partagés par Mikhaïl Kalinine, président du Soviet suprême, qui signe en 1934 – trois mois avant le durcissement de l’application du paragraphe 175 par les nazis – un décret condamnant les rapports entre individus de sexe masculin de trois à huit ans de prison. Gorki écrit au même moment : “Dans les pays fascistes, l’homosexualité, qui est la ruine de la jeunesse, fleurit impunément. Un slogan circule en Allemagne : “Eliminez les homosexuels et le fascisme disparaîtra.””

Il s’agit, bel et bien, pour les nazis, de “purifier la race” en exterminant les homosexuels. Himmler les estime à plus de 2 millions dans le Reich et il n’entend pas renâcler devant l’ampleur de la tâche. Quant aux autres peuples, dont le chef de la SS écrit qu’ils contiennent, comme l’Allemagne, “7 à 8 % d’homosexuels”, ce n’est pas son affaire : ils ne sont pas “aryens” et tout ce qui peut provoquer leur “dégénérescence” est souhaitable.

Aucun déporté français ne l’a été pour des raisons d’homosexualité. Cela ne signifie absolument pas qu’aucun homosexuel français n’ait été déporté. Mais s’il l’a été, c’est parce qu’il était alsacien-lorrain, juif, résistant ou tsigane.

Il apparaît donc que les propos de Christian Vanneste sont, en réalité, tout à fait conformes à la vérité historique. Ils sont même d’une exactitude déconcertante. Même Serge Klarsfeld, qui s’est exprimé en fin de matinée, reconnaît la justesse des assertions du député de Tourcoing. Mais la vérité, est-ce vraiment la question ? D’ailleurs, qu’est-ce qu’il connaît, Serge Klarsfeld, à la question de la déportation, en comparaison d’historiens de la Seconde Guerre mondiale aussi reconnus que Nadine Morano ou Jean-François Copé ? L’UMP ne va quand même pas prêter l’oreille à ce farfelu de Klarsfeld, dont tout laisse accroire qu’il ne dispose même pas d’un compte Twitter… Vanneste devrait chercher ses soutiens ailleurs !

Et puis, reconnaissons une chose. Monsieur Vanneste aurait pu faire preuve d’un peu plus de délicatesse. Il aurait pu compatir au sort des homosexuels français qui ont souffert pendant la Seconde Guerre mondiale. Tenez : Jean Cocteau fut tellement résistant qu’il consacra la guerre durant ses efforts à résister à la résistance. Abel Bonnard, ministre de l’Education de Pierre Laval, pâtit beaucoup du surnom de “gestapette” que ses opposants gaullistes (et homophobes) lui collèrent. Marcel Jouhandeau se dépensa également beaucoup pour tenter de faire oublier après 1945 le petit livre qu’il avait publié en 1938 et qui portait le sobre nom de Péril juif. Quant à Robert Brasillach, il fut fusillé, alors que son homosexualité se cantonnait essentiellement à l’admiration de la statuaire d’Arno Breker. Ne parlons même pas de Bernard Faÿ ou de Maurice Bardèche. Non, Christian Vanneste aurait dû montrer un peu plus de compassion et communier avec la doxa qui nous tient lieu de règle : l’homosexualité peut tout excuser.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 18 Février 2012 à 13h02

      saintex dit

      “Aujourd’hui encore l’extrême droite en comporte un paquet soit tendance monarchiste-mondaine soit tendance race supérieure antisémite..”

      Misère ! Qu’est-ce qu’y faut pas lire, à en pâlir, à ne plus en lire.

    • 17 Février 2012 à 20h06

      Theodora dit

      Bon article mais il faut complèter comme l’a suggéré Klarsfeld. Il y avait sous le IIIe Reich des homosexuels parmi les victimes mais aussi une très grande proportion parmi les boureaux. L’homoérotisme des films de propagande de Leni Riefenstahl n’a échappé à personne, la section d’assaut (SA) en était pleine et la Nuit des longs coûteaux en témoigne. L’entourage direct d’Hitler en comportait au plus haut niveau et il existait toute une théorie nazie de la distinction entre actifs et passifs. Aujourd’hui encore l’extrême droite en comporte un paquet soit tendance monarchiste-mondaine soit tendance race supérieure antisémite..

      • 18 Février 2012 à 12h40

        Pierre Jolibert dit

        Vous-même avez l’air d’en connaître un sacré rayon. Je trouvais cela étonnant, de la part d’une princesse élevée dans la pourpre, mais j’apprends par le Larousse, qui ne m’explique cependant pas dans quelles circonstances exactes vous avez rencontré Justinien, que vous êtes fille d’un gardien de l’hippodrome de Byzance. C’est dire qu’au contact des gardes et des palefreniers, vous avez dû en voir et entendre des vertes, des bleues, et des pas mûres.
        (Au fait, peut-être pourriez-vous me renseigner sur un point : savez-vous si oui ou non Guillaume II aurait assisté à une cérémonie gymnique pré-riefenstahlienne et en aurait eu un sursaut Vieille-Prusse : “Si mon grand-père voyait ça, il nous ferait tous mettre aux arrêts ?”)
        Cela dit, je crois que le dernier § de l’excellent article de Miclo sera suffisamment dur à digérer pour nos bonnes consciences de l’UMP. Les vérités historiques, qu’elles soient de fait ou d’opinion, constituent parfois un choc très brutal. Pour qu’elles s’enfoncent aisément dans les esprits fragiles, il convient de procéder avec doigté, par étapes, voire avec douceur et fluidité. Bon, je sors.

        • 18 Février 2012 à 13h07

          saintex dit

          Pourpre ? Peut-être qu’elle est vêtue de pourpre et d’écarlate et survole Babylone accompagnée de la patrouille de France.

    • 17 Février 2012 à 19h53

      Dio Gêne dit

      Vaneste est un pion de sarko, le seul but est de se ramasser les voix des homos

    • 17 Février 2012 à 17h33

      ylx dit

      Je n’ai pas relu tous les commentaires,mais j’ai 2 remarques.
      1 – Je n’ai rien lu sur le contexte de la “phrase” de Vanneste. Je suppose qu’il a été interviwé, et qu’on a voulu le provoquer avec une question sur les homos, et qu’il a répondu comme tout le monde le sait. Mais pourquoi a-t-il parlé de cette question ? Pas spontanément !
      2 – A ma connaissance le département du Nord ne dépandanit pas de la poilce française mais du Gauleiter de Belgique, les flamands étant supposés être des germains, donc avec un statut spécial. C’est pourquoi des tsiganes de ce département ont été déportés alors qu’il ne l’était pas sur le territoire administré par Vichy. L’exemple connu est celui de Django Reinhardt qui a pu jouer en France pendant toute l’Occupation.

    • 17 Février 2012 à 9h48

      red benjamin dit

      Pour Fiorino,

      L’historien Mickaël Bertrand -celui qui a travaillé sur la déportation des homosexuels, soutient qu’il y a eu entre 5 000 et 15.000 déportés dans toute l’Europe. Il a recensé 62 déportés français dont 22 arrêtés en Alsace-Moselle, 32 au sein du Reich, 1 dans un lieu indéterminé et 7 en zones occupées.
      Il reconnait également: “On n’a pas la preuve réelle que ces personnes ont été arrêtées en raison de leur sexualité”.

      Je ne dis pas ça pour clore le débat mais vous l’avez beaucoup invoqué pour contredire F. Miclo et de nombreux commentateurs.
      Vanneste a beau être un con, il est lynché par ses propres compères la première fois qu’il dit un truc étayé et historiquement avéré. C’est ce lynchage qu’il y a bien lieu de regretté car il fait montre du peu de probité des médias et des politiques opportunistes.

      • 18 Février 2012 à 12h55

        lisa dit

        En effet, c’est ce peu de probité qui est inquiétant pour l’avenir. Ce manque de probité augmente. Du coupage de phrase (du Pape, de Guéant et autres) au déni des études historiques, il y a un pas, quel sera le suivant ?

        • 18 Février 2012 à 13h06

          eclair dit

          @lisa
          C’était pas bachelot qui avait tronqué les propos du pape en afrique?
          Pas copé qui avait dis que marine le pen voulait la peine de mort pour les consommateurs de drogue?

          La probité cela fait longtemps que cela n’existe plus. 

        • 18 Février 2012 à 13h08

          lisa dit

          VOus avez raison il n’y a pas que les medias…. ce qui est intéressant c’est que c’est toujours dans le même sens.

    • 16 Février 2012 à 21h13

      Dio Gêne dit

      L’ump qui veut les voix des homos…genre: “Vous avez vu on a sanctionné le gars qui vous aimait pas dans notre camp donc nous on vous aime hein”…quelle hypocrisie.

    • 16 Février 2012 à 16h19

      Florence dit

      Mangouste,
      je crois aussi que le bien et la beauté existent.
      Je trouve aussi qu’hélas la beauté tient de moins en moins de place dans notre société moderne.
      Pour le bien, je ne saurais dire mais pour la beauté, cela saute malheureusement aux yeux.

    • 16 Février 2012 à 14h54

      Saul dit

      totalement d’accord avec Mangouste et Florence.
      et concernant l’Histoire, non il n’y a pas de principes à transposer.
      si on commence à lire l’Histoire au travers d’un prisme des convictions, principes ou émotion, c’est le début de la réecriture.
      l’objectivité et la distanciation sont les premières qualités dans ce domaine

      • 16 Février 2012 à 16h19

        agatha dit

        M. Vanneste n’est pas historien, l’eût-il été qu’il ne se serait pas exprimé comme ça.
        On lui reproche d’avoir mis de l’affect dans ses déclarations, mais pas de la bonne manière.

      • 16 Février 2012 à 18h23

        lisa dit

        On y est déjà dans la réécriture dans les medias en tous cas.

        • 17 Février 2012 à 9h27

          agatha dit

          Peut-être, Lisa, je n’ai pas étudié la question.
          Mais en l’occurrence ce ne sont pas les médias qui ont été sanctionnés mais Vanneste et je trouve que c’était normal. Il n’a pas été poursuivi en justice, juste écarté d’un parti qui a le droit de poser ses limites.
          Et l’unanimité contre Vanneste dans son parti n’est pas forcément due qu’à de l’opportunisme. Il y a peut-être aussi une part de sincérité. On peut avoir honte de M. Vanneste.

        • 17 Février 2012 à 9h39

          lisa dit

          C’est vrai qu’il est “limite bord cadre” depuis des années, je suis contente d’être en accord avec vous !

      • 16 Février 2012 à 19h00

        Mangouste1 dit

        Merci, Saul.

    • 16 Février 2012 à 13h48

      Dio Gêne dit

      Qui va gagner la bataille de la déportation? L’homme dans toute sa splendeur du ptit chichi au gros gnangnan. Quand je disais qu’il ne pense qu’à son cul…..

      • 16 Février 2012 à 18h30

        isa dit

        Vous avez un problème avec votre zizi Diogêne?

        Parce qu’à en parler sur tous les fils…

        • 16 Février 2012 à 21h10

          Dio Gêne dit

          Confondre une queue avec un cul …heu …rappelez moi  de ne jamais prendre le votre ça m’évitera les mauvaises surprises.

    • 16 Février 2012 à 12h47

      robespierre dit

      En tout cas, grace à Vanneste, je sais enfin que des millions d’hétéros ont été déportés par les Nazis. Merci.

    • 16 Février 2012 à 12h22

      Guenièvre dit

      Je me joins à tous ceux qui demandent le retour de Fiorino. Il est une voix et une sensibilité singulières qui manquent ici !

    • 16 Février 2012 à 12h04

      LEPIEUX dit

      Eh oui triste constat que cet acharnement contre un homme qui sans doute parle trop vite (il faut savoir se taire dans notre monde où la police de la pensée est prompte à réagir autant à “droite” qu’à gauche° Tous ces as de twiter (quel perte de temps) feraient mieux de relire leurs livres d’histoire et de philosophie avant de condamner un homme qui peut parfois être border line mais qui est intelligent, cultivé et charmant.

    • 16 Février 2012 à 11h45

      borgoloff dit

      Mardi, Jugnon le clown était en piste chez Taddéi. Il n’a pas déçu.

      Fiorino, on n’est pas forcé d’être toujours d’accord. C’est l’intérêt de Causeur. Allora, per favore, devi rimanere…

      • 17 Février 2012 à 8h12

        isa dit

        Borgoloff, et il est toujours ici. lisez le plus haut, toujours aussi grâcieux…

    • 16 Février 2012 à 11h37

      Mangouste1 dit

      Agatha,

      Et surtout, vous passez complètement à côté dans votre premier paragraphe : nous ne défendons aucunement la déportation comme vous semblez le suggérer.