S’occuper du réel alors que le président sombre dans le solipsisme, ça ne doit pas être facile tous les jours.


À un moment, pendant les deux heures interminables du service après-vente flou comme une photo de David Hamilton de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran, j’ai eu pitié du Premier ministre. Sur le papier, il est plus à droite qu’Emmanuel Macron, comme il l’a montré dernièrement en appuyant la contre-offensive libérale du Medef sur le thème « Il faudra travailler plus », contre-offensive vite avortée malgré le soutien servile de la secrétaire d’État à l’économie, Agnès Pannier-Runacher qui doit aussi, pour son deuxième boulot, être la secrétaire de Geoffroy Roux de Bézieux, ce n’est pas possible autrement. 

On a du mal à penser qu’Edouard Philippe ait été mis au courant de la date du 11 mai. Ou alors au dernier moment…

J’ai eu pitié parce qu’Édouard Philippe m’est sympathique. Il fait de la boxe, il écrit des polars et surtout, il est aussi un élu de terrain, maire d’une grande ville. C’est-à-dire qu’il est un des rares dans ce gouvernement purement technocratique, à savoir à quoi ressemble la France. Lors du premier tour des municipales, au Havre, il a d’ailleurs senti le vent du boulet en n’étant pas réélu au premier tour et en étant talonné par un candidat d’union de la gauche qui a fait dix ou douze points de plus que prévu dans les sondages.  Il n’a pas dû être étonné. Après les gilets jaunes et les retraites, il se doutait bien que son électorat n’allait pas l’applaudir, quand bien même il serait un bon maire. 

La réouverture prochaine des écoles inquiète

Je vous rappelle, à tout hasard, que le 15 mars dernier, alors que les écoles étaient fermées, les Français ont pu voter. Là, ce sera le contraire, les Français ne pourront pas voter fin juin mais les écoles seront ouvertes. En mars, ce sont les candidats et les assesseurs dans les bureaux de vote qu’on a envoyé au casse pire, fin juin ce seront les profs et les élèves ! S’il y a une logique à tout ça, il faudra nous l’expliquer. Edouard Philippe, lui, il est du genr

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite