Zemmour la hyène, le MRAP a la haine | Causeur

Zemmour la hyène, le MRAP a la haine

Tout anti-antiraciste est un chien, voire pire…

Auteur

Marc Cohen

Marc Cohen
Rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 26 août 2011 / Société

Mots-clés : ,

Mouloud Aounit, président du MRAP.

En ces temps où Terra Nova suggère de suspendre les prolos au vestiaire, où les socialistes ne connaissent de Jaurès que la chanson de Pierre Bachelet, où la candidate verte veut faire tankiste à Tripoli, où les militantes trotskystes portent le hidjab et où le PCF, après avoir été à l’Est, est complètement à l’ouest, on accuse, souvent à juste titre, la gauche d’être oublieuse de son propre passé et d’avoir enterré ses meilleures traditions.

Un reproche qui ne pourra assurément pas être fait au MRAP, qui vient de ressusciter une tradition communiste que les moins de 80 ans ne peuvent pas connaître, sinon par les grimoires sur l’histoire du mouvement ouvrier international. Voici l’affiche que l’ex-mouvement antiraciste, devenu depuis assez longtemps un lobby ethniciste, a publié pour en appeler à la générosité de ses donateurs.

Brice Hortefeux y est donc représenté en vautour, et Eric Zemmour en hyène. Or, si le vautour n’a jamais totalement disparu du bestiaire politique de la gauche (les caricaturistes cossards l’utilisent souvent pour représenter les grands capitalistes), la hyène, elle, en était exclue depuis fort longtemps. Il faut dire qu’elle avait beaucoup servi, et pas forcément à bon escient. Un petit détour historique s’impose, ça tombe bien, les gars, on est encore en vacances…

Aux temps lointains de la Guerre froide, chaque tête de turc du Parti Communiste de l’Union Soviétique, et donc des partis frères et de leurs organisations satellites, avait droit à un gracieux surnom, souvent d’origine animale. On se souvient du fameux sobriquet de « vipère lubrique » attribué par Staline à Tito, mais il y eut aussi des « rats visqueux » et même, en version chinoise, des « tigres de papier ». Quant à la hyène, elle fut célébrissime durant les fifties grâce à Alexandre Fadeïev, un des romanciers officiels du régime stalinien, et pas un des pires – on lui doit notamment La Jeune garde, qui m’a fort ému dans mon adolescence, j’assume, moi, madame.

Président-fondateur de l’Union des Écrivains, titulaire du prix Staline, Fadeïev était aussi l’un des dirigeants du Conseil Mondial de la Paix, qui regroupait les compagnons de route du monde entier dans la lutte contre l’Otan, le Plan Marshall, le réarmement allemand, etc. Le CMP a été notamment à l’initiative du célèbre Appel de Stockholm, que fit signer le jeune Jacques Chirac.

Lors de la mise en place de ce bazar, en 1948, Fadeïev s’en était très vivement pris à l’auteur de La Nausée, coupable à ses yeux de renvoyer dos à dos USA et URSS dans les débuts de la Guerre Froide. Et c’est à cette occasion que l’écrivain moscovite avait affublé son collègue parisien d’un qualificatif qui allait immédiatement faire un buzz mondial, celui de « hyène dactylographe », comme quoi l’Inquisition n’empêche pas la fantaisie, voire le baroque flamboyant.

Le plus drôle dans tout ça, c’est que Jean-Paul Sartre n’en tiendra pas longtemps rigueur à ses procureurs soviétiques, puisque quatre ans plus tard, il se ralliera à ce même Conseil Mondial de la Paix, lors de son congrès de Vienne. Porté par son enthousiasme de fraîchement converti, c’est exactement à la même époque qu’il décrète que « tout anticommuniste est un chien », apportant ainsi sa petite contribution au bestiaire stalinien…

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Août 2011 à 16h12

      Sophie dit

      Par lâcheté, en effet, et par intérêts financiers à court terme!

    • 30 Août 2011 à 15h35

      hathorique dit

       merci à Skardanelli, pour son lien
      un article d’un écrivain franco tunisien Abdelwahab Meddeb hélas trop peu invité dans les médias par les journalistes , qui tout autant que les hommes politiques préfèrent faire intervenir dans leurs émissions les plus intégristes des psalmodistes musulmans au prétexte de la diversité de culture et des opinions.
       http://pointdebasculecanada.ca/archives/224.html
       extrait d’un entretien avec Mgr Raboula Antoine Beylouni, archevêque libanais d’Antioche, qui s’est montré très clair sur la réalité du dialogue avec l’Islam et qui attire l’attention sur les sujets d’ordre pratique et social, difficilement abordables lorsque le Coran ou la sunna les a abordés et parle du Coran :
      « Il inculque au musulman la fierté d’avoir la seule religion vraie et complète.  C’est pourquoi, il vient au dialogue avec cette supériorité et avec l’assurance d’être victorieux.  il n’y a pas d’égalité entre l’homme et la femme, ni dans le mariage lui-même  ; ni en matière d’héritage où l’homme a une double part ; ni dans le témoignage devant les juges où la voix de l’homme égale la voix de deux femmes, etc.
      Le Coran permet au musulman de cacher la vérité au chrétien et de parler et d’agir contrairement à ce qu’il pense et croit.
      Dans le Coran, il y a des versets contradictoires et des versets annulés par d’autres, ce qui donne au musulman la possibilité d’utiliser l’un ou l’autre selon son avantage.
       Le Coran donne au musulman le droit de juger les chrétiens et de les tuer par le djihad. Il ordonne d’imposer la religion par la force, par l’épée.  C’est pourquoi les musulmans ne reconnaissent pas la liberté religieuse, ni pour eux ni pour les autres. »  
       La  liberté religieuse dans  cette religion viendra peut être par les femmes qui sauront s’arracher à  à cet étau mortifère et se débarrasser de ce collier d’esclavage religieux.
      Il ne faut jamais oublier que le Coran est un tout à la fois :
      code religieux, code civil, code de commerce,  code  pénal, code vestimentaire,  
      code alimentaire,  code  medical,  code de travail,  code de la route  :==)))  

         @ guenièvre,
      je suis d’accord avec vous, sur le rôle émancipateur que pourrait jouer l’Europe, mais que je crains, quelle ne l’assume pas par pusillanimité ;  je n’ose dire par  lâcheté .

    • 30 Août 2011 à 14h47

      skardanelli dit

      Sophie, pour la même raison qui nous a fait pousser Ferhat Abbas dans les bras du FLN et abandonner les harkis à un sort horrible. Le mépris.

    • 30 Août 2011 à 14h32

      Marie dit

      coup de feu et enlèvement à la mosquée de Copenhague , c’est la une des journaux suédois!

    • 30 Août 2011 à 14h10

      Sophie dit

      On peut aussi se demander pourquoi de nombreux politiques prennent systématiquement les plus obscurantistes des musulmans pour interlocuteurs.

    • 30 Août 2011 à 13h47

      Guenièvre dit

      @ Skardanelli,

      Merci pour le lien ! Vous avez raison Skarda, ce que l’on oublie c’est qu’il y a actuellement une lutte très rude au sein de l’Islam et que des intellectuels comme Soheib Bencheikh s’emploient pour tirer cette religion de l’obscurantisme où certains voudraient la reléguer.
      Le problème c’est que ce ne sont pas eux que l’on met sur le devant de la scène . Qui a défendu Amar Saïdi, congédié de la mosquée de Rouen pour avoir célébré des mariages mixtes et prêché en français ? Tout se passe comme si nous hésitions, comme si nous étions « gênés » de soutenir des gens qui nous sont proches, comme si nous voulions échapper au reproches de « colonisation intellectuelle » ou même d’islamophobes. Et l’on sait bien qu’ en France, Soheib Bencheikh, Abdelwahab Meddeb et Malek Boutih ont ainsi été dénoncés comme «facilitateurs d’islamophobie» ou «musulmans islamophobes .

      L’issue du combat interne à l’islam dépend donc beaucoup des hésitations de l’Europe à l’égard de ses propres valeurs.

      • 30 Août 2011 à 14h28

        saintex dit

        Je trouve cela rudement vrai, Dame Guenièvre.
        Il faut aussi ajouter tous ceux pour qui l’islam est une négation de la France et n’ont jamais ouvert un Coran. Ils sont ennemis des intégristes, et pourtant alliés objectifs.

    • 30 Août 2011 à 12h37

      l’oiseau bleu dit

      Pour compléter – et comprendre le message de Soheib Bencheikh, lisez de Daniel Sibony -psychanaliste ayant une connaissance parfaite  de l’Islam et donc du Coran qu’il lit dans le texte – :

      Les trois monothéismes
      Nom de Dieu 
      L’Enigme antisémite 
       

    • 30 Août 2011 à 11h59

      skardanelli dit

      Chers amis, prenez le temps de lire cet entretien

    • 30 Août 2011 à 1h02

      paderhy dit

      Bon je vais faire un immense effort et lui envoyer un euro

    • 29 Août 2011 à 23h36

      skardanelli dit

      Allez bonne nuit, je vous aime ! Ces islamistes sont des tigres de papier !

    • 29 Août 2011 à 23h31

      skardanelli dit

      Cet essentialisme par les textes me semble la vraie fausse route. L’islamisme est une interprétation particulière des textes.

    • 29 Août 2011 à 23h30

      skardanelli dit

      Et bien l’ancien testament n’est pas beau non plus !