Le Molenbeek néerlandais existe, Zeegers l’a rencontré | Causeur

Le Molenbeek néerlandais existe, Zeegers l’a rencontré

Quand un journaliste de gauche découvre le salafistan

Auteur

Albane de Saint Germain

Albane de Saint Germain
journaliste freelance

Publié le 28 septembre 2016 / Monde Religion

Mots-clés : , , , ,

Prenez un journaliste néerlandais bien sous tous rapports. Immergez-le dans une ex-banlieue ouvrière de La Haye devenue un ghetto salafiste. Vous obtenez un livre-témoignage certes édifiant mais qui ne rompt pas vraiment avec la culture de l'excuse...
zeegers islam pays bas

Plan de Transvaal. Wikipedia.

Lorsque Maarten Zeegers, journaliste néerlandais pour le Volkskrant et NRC Handelsblad, et sa femme syrienne Sarah décident de s’installer dans le quartier de Transvaal, à La Haye, pour des raisons financières, ils découvrent un véritable Molenbeek hollandais : dans cet ancien quartier de la classe ouvrière blanche où il y a aujourd’hui 90% d’étrangers – dont 75% de musulmans -, un appel tonitruant à la prière retentit tous les vendredis et des versets coraniques ont remplacé les affiches publicitaires. Difficile de s’intégrer dans pareil quartier quand on est un trentenaire néerlandais de souche. Sauf à se faire passer pour musulman. Ce qui est plutôt chose aisée pour Maarten Zeegers, un brun aux yeux marrons qui pourrait facilement passer pour un Arabe, et qui connaît de surcroît parfaitement la langue arabe depuis qu’il a couvert la révolution syrienne.

Comment on devient salaf

C’est ainsi que Maarten Zeegers, qui prévoyait alors d’écrire un livre-témoignage sur son expérience, se laisse pousser la barbe, se lève tous les matins à cinq heures pour faire sa prière, mange hallal et va même jusqu’à réciter le Coran dans son bain. Très vite, le journaliste, naguère jugé peu fréquentable parce que non-musulman, se fait de nouveaux amis, qui l’appellent « frère » et sont ravis de l’accueillir dans leur mosquée. Chez les jeunes musulmans du Transvaalkwartier, le salafisme est populaire : la drague n’étant pas autorisée, on se marie très jeune, quitte à se séparer après avoir consommé le mariage ; la musique est proscrite, de même que le maquillage. Des départs pour la Syrie, il y a en déjà eu des dizaines, et cela ne fait que commencer car à la mosquée salafiste Qeba – que Maarten Zeegers fréquente – les prêches sont très virulemment pro-jihad. Si l’imam prêche en néerlandais, s’il est, de l’avis de Marteen Zeegers, « ultra-drôle et ultra-accro à WhatsApp », il n’en est pas moins farouchement opposé à la démocratie – coupable d’être contraire à la volonté d’Allah.

Avec de pareils voisins, l’on comprend que les derniers néerlandais aient déserté le quartier. Pas tous, certes. Maarten Zeegers, en habit de musulman, y est resté trois ans. Le temps pour lui de fréquenter les salafistes d’un peu trop près, et de leur trouver des excuses, eux qui ont « leurs propres idées, leurs propres rêves » et qui sont motivés par la religion mais aussi par la « dimension humaine ». C’est forcément beaucoup plus facile quand les choses vont mal aux Pays-Bas. » Ajoute t-il. « Pas d’emploi, des dettes, un passé dans le monde de la drogue, des délits, … Si en plus, vous avez une motivation religieuse – quand vous mourrez sur place, vous allez au paradis et tous vos péchés sont lavés- le choix est encore plus facile à faire. Je comprends vraiment ces gens-là. Et peut-être… Si j’avais été vraiment musulman, j’aurais peut-être fait le même choix ».

Ce que constate Maarten Zeegers, c’est que les choses vont mal au Transvaalkwartier : les musulmans peinent à s’assimiler et les hollandais préfèrent fuir vers des quartiers où le multiculturalisme est moins prégnant. D’où un repli identitaire chez les musulmans. La suite, c’est le chômage, la délinquance, la drogue, et bien sûr, comme il faut bien s’en sortir laisse t-il à penser, le Jihad. C’est là un glissement un peu dangereux, et nombreux sont les politiciens et les journalistes, en France, qui cherchent aussi à expliquer le terrorisme islamiste par la pauvreté et le rejet. Les réactions médiatiques ayant fait suite aux attentats de Nice sont à cet égard fort significatives : le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) s’inquiète aussitôt après lesdits attentats des « mouvements racistes et identitaires » qui séviraient en France, tandis que le journaliste Edwy Plenel craint une réplique de l’ultra-droite et que d’autre s parlent de renforcer le « vivre-ensemble ». C’est évidemment sous-entendre que le terreau du terrorisme islamiste serait français, tout comme Maarten Zeegers laisse entendre que c’est parce que « les choses vont mal aux Pays-Bas » – comprendre, parce qu’il y a de l’endettement, du chômage, de la précarité, de l’intolérance, du rejet, etc – que le terrorisme fait des émules parmi les populations prétendument rejetées.

Qui exclut qui ?

Il serait de bon ton de rappeler que du temps que le Transvaalkwartier était un quartier d’ouvriers blancs, construit entre 1900 et 1935, l’endettement, la pauvreté, la précarité, voire la condescendance des classes plus riches étaient monnaie courante ; de même faudrait-il se ressouvenir de ce que dans les mêmes années à Saint-Denis les immigrés bretons et espagnols vivaient dans des foyers insalubres où il n’était pas rare d’attraper la tuberculose … Les choses, de ce point de vue, allaient plus mal qu’aujourd’hui. Les gens étaient miséreux, et non point nourris aux allocations. Pour s’en sortir, ils n’allaient pas « faire le Jihad » – ce qui eût été pour eux tout à fait incompréhensible, autant qu’ hors de leur champ culturel et religieux – mais ils travaillaient, s’entraidaient, votaient pour le Front populaire.

Que les choses aillent mal aux Pays-Bas dans les quartiers les plus populaires, qu’il y ait de la pauvreté et de l’exclusion en Seine-Saint-Denis, c’est certain. Mais ce sont des quartiers qui ont connu pire. Aujourd’hui si des musulmans radicalisés issus de ces quartiers réputés difficiles s’envolent pour la Syrie, ce n’est nullement, contrairement à ce qu’affirme Maarten Zeegers, pour échapper à la précarité et à l’exclusion. Ce n’est pas un pays de Cocagne que cherchent les djihadistes, mais un pays guerrier. Ce n’est ni la pauvreté ni l’exclusion qu’ils cherchent à tout prix à éviter, mais la fréquentation des chrétiens, des juifs, des athées, bref de tous les infidèles. Ces gens-là ne veulent pas du vivre-ensemble. Et ni les Néerlandais ni les Français ne sauraient être coupables d’intolérance envers des soldats étrangers qui – au nom de l’Islam – veulent détruire leur civilisation et leur peuple.

Maarten Zeegers lui-même devra bien convenir que, depuis la sortie de J’étais l’un d’eux en avril 2015, et surtout depuis qu’il s’est dévêtu de ses habits de salafiste, il n’est plus le bienvenu à la mosquée Quba du Transvaalkwartier. Il est allé vivre dans une autre ville. Preuve, s’il en est encore besoin, qu’au Transvaalkwartier on préfère l’entre-soi, et que là-bas comme en France, le vivre-ensemble n’est qu’un leurre.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 1 Octobre 2016 à 14h48

      beornottobe dit

      et les “socialistes” de tous bords, ont beaucoup de boulot de “remise en causeS” (le “s” majuscule est volontaire , car il y a beaucoup de domaines)!)

    • 1 Octobre 2016 à 14h46

      beornottobe dit

      “Ce n’est ni la pauvreté ni l’exclusion qu’ils cherchent à tout prix à éviter, mais la fréquentation des chrétiens, des juifs, des athées, bref de tous les infidèles. Ces gens-là ne veulent pas du vivre-ensemble. ”
      CQFD

      ( et c’est loin ‘être “fini”…… il faudra trois ou quatre générations pour y voir un peu plus clair) (c’est en ce sens que : “vive les jeunes!)
      (leurs parents, de parents, de parents, de parents bof……..)

    • 1 Octobre 2016 à 14h38

      beornottobe dit

      “Luther” Aurait “fort à faire” avec ce nouveau “job” imprévu au départ!

    • 30 Septembre 2016 à 14h03

      persee dit

      -”Les musulmans ne veulent pas de nous , mais qu’ils se rassurent ,nous ne voulons pas d’eux !” Mais question , pourquoi viennent ils toujours plus nombreux à exiger leurs “droits,” si ce n’est pour transformer la terre de France en terre d’Islam ? C’est bien leur objectif et ils ne s’en cachent pas. ( Je précise pour certains que la réalité n’étant ni de droite , de gauche , du centre ou d’ailleurs , je me fiche de savoir si je fais en diagnostiquant les faits et en la disant si je fais le jeu de qui vous savez … Car vous vous souvenez de Kant et de ceux qui font découler la morale d’une conviction politique …

      • 1 Octobre 2016 à 15h00

        beornottobe dit

        je ne sais rien de Kant, mais ce que je sais c’est que vous avez raison!!!!!

    • 29 Septembre 2016 à 17h31

      Martini Henry dit

      Au fait, qui étaient les guignols qui soutenaient, dans ces colonnes que les agressions de chinois par des racailles n’avait rien à voir avec le racisme? Il semble bien que le tribunal de Bobigny vient de leur mettre le nez dans… leur bien pensance, soyons magnanimes…
      http://www.liberation.fr/france/2016/09/29/a-bobigny-la-justice-reconnait-le-racisme-anti-chinois_1513707
      Il me semble que ce sont les mêmes qui prétendaient que Molenbeek était un charmant quartier de Bruxelles et qu’il n’y avait pas de terroristes parmi mes migrants…
      Comment il disait le père Trotsky déjà? Ah oui, “la botte souveraine de la réalité”! Il semble qu’elle leur ait encore laissé une trace de semelle bien visible dans le bas du dos…

      • 2 Octobre 2016 à 6h17

        IMHO dit

        http://www.liberation.fr/apps/2016/09/racisme-chinois/

        Du vrai journalisme, avec un contenu, pas que des mots.
        Exrait:
        A Belleville pourtant, certains riverains estiment que si la tension s’est apaisée, c’est surtout que la communauté a appris à vivre au quotidien avec l’insécurité.
        Dans une rue proche de l’épicentre du quartier, un restaurateur se présentant sous le nom de Pham Nguyen dit avoir constaté des changements dans le comportement des Asiatiques du quartier : «la plupart ne portent plus de chaîne autour du cou ni de bijoux, pour ne pas attirer les voleurs. Et on ne décroche plus le téléphone dans la rue non plus.»
        Autre fait marquant, selon lui, la disparition des touristes chinois dans le quartier. Il sort de son commerce et pointe du doigt une petite rue à sens unique : «Il y a quatre ans, c’était plein de gens. Aujourd’hui, c’est vide, regardez.» A le croire, ces facteurs expliquent aussi la baisse du nombre d’agressions, «de deux par jour, à une par mois environ».
        Preuve que le stéréotype «Chinois = riche» a la vie dure, deux jeunes voisins, casquette sur la tête, balbutient un début d’analyse. «Regardez les Porsche Cayenne et les Mercedes. Et observez qui les conduit. Ce sont à chaque fois des Asiatiques. Je ne sais pas comment ils font d’ailleurs», glisse l’un d’eux.

        Question: si c’était la haine (raciste) des Chinois qui motivait ces vols à l’arraché, pourquoi ces vols ont-ils diminué depuis qu’il y a moins à voler ? Si c’tait la haine qui motivait ces actes, les agresseurs continuerait à les commettre, gratuitement.
        Et ils ne se contenteraient pas de voler, ils cognerait sans voler .

        • 2 Octobre 2016 à 10h39

          IMHO dit

          Et puis des vols à l’arraché commis par haine !
          Que les adolescents sans espoir d’avenir qui cohabitent avec les Chinois leur soient hostiles est un effet de leurs frustrations et de leur humiliation

    • 29 Septembre 2016 à 10h13

      beornottobe dit

      des “Molenbeek” ??????? = il y en a PARTOUT maintenant !!!!!
      (et “ils” (les socialistes) ont tout fait pour que ça existe

      • 29 Septembre 2016 à 11h46

        HdA dit

        Cela fait 30 ans que nous cultivons des Molenbeek (ou Sevran), que nous financons les mosquées les plus haineuses, que nous définissons comme “racisme” les actes des européens contre les autres ethnies, que nous trouvons des excuses aux massacres inter-ethniques ou inter-religieux dans les espaces africains ou musulmans, que nous taisons les massacres des chrétiens, mazdéens ou animistes.
        Les Molenbeek n’apparaissent pas soudainement, mais maintenant on commence à en parler.

    • 29 Septembre 2016 à 7h08

      politshouk dit

      N’est-il pas conforme aux idées savantes que la première condition de guérison et d’admettre la maladie.
      Les peuples européens n’ont pas le courage d’admettre qu’ils sont malades malades d’une maladie qui a fait 6 millions de victimes hommes femmes et enfants exterminés par une machine européenne allemande huilée par les peuples européens y compris les Français, il n’y a pas si longtemps.
      La tolérance (politkly correct)chrétienne envers les autres religions est un phénomène moderne qui ne peut pas avoir raison de siècles de pouvoir ecclésiastique omni présent dans la vie des européens.
      Cette civilisation chrétienne, et non judéo-chrétienne comme veulent nous le faire penser les hypocrites, renferme en elle tous les germes du racisme virulent envers les autres.
      les juifs les musulmans, et bien sur personne n’oublie les sanglantes guerres de religions dévastatrices. l’inquisition, les croisades et tout le jambo mambo que la religion chrétienne traine dans son sillon historique.
      Et bien sur il y a ce passé colonial ou les arabes ont été traités comme des esclaves ou la France a laissé tant de victimes sur les champs de bataille pour rien.
      Rien a y faire deux trois générations après Hitler les mêmes refrains se font entendre un peu partout en Europe
      Jeanne d’Arc est de nouveau a la mode en France et l’aube dorée nous prépare des aubes obscures en Grèce.
      Apres tout cela les Européens se sentent menacés par les musulmans.
      Ceux qui ne se souviennent pas, ceux qui préfèrent oublier, avant l’holocauste les juifs étaient un danger pour l’Europe, pour le monde.”la domination juive” a été le terreau fertile pour la semence et l’entretien de la haine du juif.
      Cultivez la crainte la peur de l’autre la haine suivra très vite.

      • 29 Septembre 2016 à 11h42

        HdA dit

        pendant des siècles, les européens ont servi d’esclaves aux Arabes. Mais de cela point n’est mention.
        Les guerres de religion? Vous voulez sans doute parler des Sunnites contre les Chiites. Cela fait 1500 ans que ca dure et ce n’est pas en passe de s’arrêter.
        Chrétienté à la tolérance récente? Un peu de culture vous monterait que partout où le christianisme est passé, il a emmené dans ses bagages l’Islam. Quand celui-ci s’est senti assez fort, il a usé de l’épée pour s’imposer. Le christianisme aurait sans doute dû être moins tolérant.
        La colonisation européenne n’a christianisé qu’en Amérique, la colonisation arabe a islamisé partout où elle est passé.
        Dans le monde arabe, il est naturel de défendre sa culture et d’opprimer les non-musulmans, en Europe, on devrait faire le dos rond et accepter l’aculturation et la soumission.
        Je pense aux coptes d’Egypte, aux Syriaques d’Irak, aux chrétiens de Turquie, aux non-musulmans en Arabie et j’utilise cette expérience pour me faire ma propre opinion. Encore faut-il être capable de regarder la réalité.

      • 29 Septembre 2016 à 14h41

        Schlemihl dit

        Mains non Politchouk , c’ est une erreur de diagnostic .

        La civilisation européenne souffre d’ accès de violence haine agressivité ? c’ est exact mais il en va de même ailleurs . Ce qui a donné au nazisme et au communisme leur terrible efficacité dans le crime , ce n’est pas un degré supplémentaire de méchanceté . Ce sont les inventions du chemin de fer , des armes automatiques , du fil de fer barbelé et des gaz mortels . Les autres civilisations font de leur mieux , avec des machettes des pistolets des massues des poignards .

        La civilisation chrétienne est réellement judéo chrétienne , bien que ce soit écrit dans les journaux Sinon Marcion aurait gagné depuis longtemps …. et nous serions musulmans .

        On a le droit de critiquer l’ islamophobie , de dénoncer l’ ignorance , de combattre la haine . Mais l’ islamophobie , née de faits réels , n’a rien à voir avec la haine anti juive qui est une terreur sans aucun rapport avec les faits . L’ islamophobie , sentiment récent en Europe , est né de l’ immigration , de l’ échec de l’ intégration et du terrorisme . En 1970 , l’ Islam faisait penser à des harems , des chameaux , des caravanes , des mosquées et à Ali Baba . Rien de bien méchant . L’ anti judaïsme , avec son faux nom anti sémitisme ( qu’ est ce qu’ un sémite ??? ) , était et est toujours en dehors de toute réalité Il proliférait et prolifère toujours dans des endroits ou il n’ y avait pas de juifs , comme de nos jours la Malaisie ( il y en aurait une centaine ) ou l’ Algérie ( il n’ y en a plus depuis de 50 ans ) .

        Tout le monde connaît l’ horrible juif Shylock créé par Shakespeare . Mais qui sait que Shakespeare et ses contemporains n’ avaient jamais vu un juif de leur vie ? Ils avaient disparu d’ Angleterre depuis 3 siècles !

        Je ne connais pas l’ avenir et il sera peut être terrible . Ca ne m’ étonnerait pas d’ailleurs . Mon opinion est que les juifs trinqueront avant les musulmans et d’autres et que bientôt ils auront disparu d’ Europe .

    • 28 Septembre 2016 à 23h13

      maxou dit

      Je suis issue de l’immigration italienne, c’était très dur quand j’étais enfant, mais mes parents se refusaient à parler italien en présence de français, et ils exigeaient de leurs enfants qu’ils aient un comportement plein de droiture et de respect pour le pays qui nous accueillait. Mon frère a fait l’armée dans une école d’officier dont il est sorti aspirant lieutenant, nous les filles nous sommes mariées, eu des enfants à qui nous avons donné des prénoms français, nous avons travaillé et avons été estimé par les habitants de ce pays qui est maintenant ma mère patrie, même si j’ai de la tendresse pour l’italie, la France c’est mon pays.

      • 29 Septembre 2016 à 0h10

        Wil dit

        Respect.
        Je suis d’autant plus sensible à votre témoignage Madame que j’adore le pays de vos ancêtres.
        D’abord le tremblement de terre qui a touché ce merveilleux pays m’a profondément émut au point que j’étais prêt à partir pour aider si besoin.
        Selon moi la culture italienne en dehors des starlettes aux gros seins(quoique quand je regarde la TV italienne il y a parfois des actrices de TV qui sont totalement boulversifiantes comme disaient les inconnus que je serais prêt à partir en courant de Paris à Rôme si elles avaient besoin d’aide)et du foot et certainement d’autres choses,devrait être au patrimoine mondiale de l’humanité pour son art,sa pensé…(ok,sa bouffe et ses femmes.Non je rigole,sans l’Italie la culture française ne serait rien),Au même titre que la France et que d’autres pays.
        Tout ça pour dire que je regrette les persécutions sont ont été victimes les italiens au début du siècle.
        Ceci étant dit,l’avantage est qu’ils se sont intégrés et que comme vous dites vous vous sentez française.
        Ce qui prouve que c’était la bonne manière de faire et que si on continue la folie du multiculturalisme,c’est à dire du pays qui doit s’adapter à la culture et non de l’assimilation qui est l’inverse nous courrons droit à la guerre civile.

      • 1 Octobre 2016 à 14h27

        beornottobe dit

        Bienvenue à vous tous (tes) (à retardement) !!!!!!aussi dur qu’a été le chemin!
        c’est gagné maintenant (et longue vie à nos amis Italiens!!!!!)

    • 28 Septembre 2016 à 22h13

      Warboi dit

      c’est un fake cet article ? Elle existe vraiment Albane de Saint Machin ?