“Tout le monde s’en branle de l’antisémitisme!” | Causeur

“Tout le monde s’en branle de l’antisémitisme!”

Entretien avec Yvan Attal

Publié le 04 juin 2016 / Culture Société

Mots-clés : , , ,

"Ils sont partout", comédie sur les clichés antisémites de et avec Yvan Attal est sorti en salles le 1er juin. On y retrouve notamment Benoît Poelvoorde, Valérie Bonneton, Dany Boon, Charlotte Gainsbourg et Denis Podalydès. Certains penseront, comme nous, que le réalisateur aurait dû être plus explicite sur l'antisémitisme qui sévit en banlieue. Mais beaucoup hurleront qu'il en dit déjà trop. Bref, on va beaucoup en parler et nous en avons beaucoup causé.

(Photo : Hannah Assouline)

On avait d’abord pensé filer, la patronne et moi, juste après la projection presse du film d’Yvan Attal, Ils sont partout, qui est sorti le 1er juin, mais on s’est retrouvés pris dans un cocktail. On s’était dit qu’il valait mieux pour tout le monde éviter une rencontre avec le réalisateur qu’on aimait bien et qui nous aurait obligés à lui mentir ou à nous mentir. Mais c’est Yvan Attal, qui nous avait sans doute vu bondir en regardant son film, qui est venu se planter devant nous et devant tout le monde pour nous demander avec un geste sépharade et sa gueule d’humour : « Alors, qu’est-ce qu’il a mon film ? Qu’est-ce qui ne va pas ? »

Il aurait pu facilement et honorablement s’épargner une critique désagréable et préférer les amabilités de ses invités, mais il est venu nous voir et nous entendre. Défiés par son courage, on a trouvé celui d’être francs, et on lui a dit ce qui ne nous allait pas. Ils sont partout est un film à sketchs sur l’antisémitisme, dont chaque séquence expose et moque l’un de ses clichés. La première met en scène une famille de l’extrême droite française, et le paquet sur son néonazisme viscéral et congénital. Un Moati n’y aurait sans doute pas retrouvé ses Le Pen mais la salle a beaucoup ri. Le deuxième sketch a commencé, et lorsque les premières images d’une banlieue « populaire » sont apparues j’ai sincèrement cru que l’auteur déroulait son récit pour nous mener du passé antisémite « vieille France » vers son présent le plus « jeune », comme on dit pudiquement pour ne pas nommer ceux qui sont plutôt Coulibaly que Charlie, et qu’on allait rire de la haine du Juif chez la racaille islamisée, comme on rirait plus loin du préjugé antisémite résiduel chez le catholique. J’ai donc été sérieusement déçu quand le mot « Fin » est apparu sans que l’on ait vu le moindre musulman dans le décor ni entendu le mot « islam » dans la bande-son de la cité sensible.

Je dois avouer que j’étais déjà plutôt remonté, après tant de débats télévisés où d’éminents spécialistes peuvent palabrer pendant des heures sur les difficultés françaises, nos problèmes de logements, d’école, de délinquance, de sécurité, de laïcité, de terrorisme, sans jamais prononcer les mots « immigration » ou « islam ». Marre qu’on craigne les amalgames jusqu’au déni, qu’on brandisse le rienavoirisme jusqu’à l’aveuglement. Ras-le-bol qu’on s’évertue à ne pas stigmatiser ceux qui nous tuent et qu’on ménage encore et toujours une seule susceptibilité : l’islamique. Devant ma télé, depuis longtemps, je m’énerve, mais je n’attends plus grand-chose. En revanche, du discours indirect d’une œuvre de fiction, j’avais espéré deux ou trois choses bien senties sur ce nouvel antisémitisme décomplexé et assassin. D’où mon agacement, ou peut-être ma colère, car il a fini par y avoir un micro-attroupement. Voilà à peu près où j’en étais quand Attal est venu nous chercher. Evidemment, le ton est monté – c’est la patronne qui a dû me rappeler au calme, c’est dire –, et puis il est redescendu. L’affrontement a glissé vers l’échange, on a même fini par se comprendre – ce qui ne signifie pas excuser…–, alors on a décidé de se revoir pour mettre notre dispute par écrit. Yvan Attal a du cœur, de l’intelligence et de la gouaille. C’était plus qu’il n’en fallait pour transformer un désaccord en rencontre. En belle rencontre, comme on dit dans le cinéma.

Cyril Bennasar

Causeur. Pourquoi faire ce film ? Et pourquoi maintenant ?
Yvan Attal. Le projet, c’était de démonter les clichés antisémites. « Les Juifs ont de l’argent ! Les Juifs sont partout ! Les Juifs ceci ! Les Juifs cela ! » Pourquoi maintenant ? Cette histoire, pour moi, date d’il y a dix ans. Ça a commencé, je pense, avec la seconde Intifada, avec Dieudonné… Quand j’ai commencé à soupçonner un peu d’antisémitisme ici ou là, on me disait : « Tu exagères, tu es paranoïaque. » D’où l’idée d’un mec qui va chez le psy pour dire : « Je vois de l’antisémitisme partout, et les gens me disent que je suis paranoïaque ! » Et puis j’ai commencé à écrire, je me suis arrêté, j’ai fait un film comme acteur, un film comme metteur en scène…

D’habitude, l’antisémitisme est un sujet grave, traité par des intellectuels qui produisent des thèses. Pourquoi une comédie ?
Parce que c’est ma nature ! Et puis, ceci, plus important : il y a une multitude de clichés, et j’ai pensé qu’à travers un film classique, avec une dramaturgie unique, je ne pouvais pas m’attaquer à tous les poncifs. Ce qui caractérise l’antisémitisme, c’est qu’on est attaqués sur tous les fronts. J’ai donc choisi de faire des histoires courtes, ce qui impliquait une forme de comédie, de légèreté. Il y a dix ans, j’ai même pensé solliciter plusieurs réalisateurs. Et puis j’ai compris que ça ferait trop « grande cause » : le sida, le tabac, l’antisémitisme… Ce n’est pas une grande cause, c’est un sujet qui me titille. Ce n’est même pas que je voulais faire un film plus personnel, ça s’est vraiment imposé à moi. Un jour, je me suis levé et je me suis dit : « Il y en a marre ! Je fais ça ! »

Donc il n’y a pas eu « un matin », mais il y en a quand même eu un !
Bah ! Il a dû y avoir un matin où j’en ai eu ras-le-cul ! En dix ans, l’antisémitisme que j’avais repéré est devenu un phénomène avéré. Alors, certains critiques disent : « Le mec, il est en colère ! » Oui ! Je suis en colère ! Je suis particulièrement en colère aujourd’hui, je me suis réveillé en colère !

Cet « antisémitisme avéré », est-ce que tu l’as ressenti ? Ce qui t’a vraiment énervé, n’est-ce pas que dans ton milieu, celui du cinéma, les gens, au mieux, s’en fichent éperdument ?
Si seulement ils s’en foutaient ! Je vais vous raconter une vraie anecdote. C’est le moment de la seconde Intifada : je ne peux plus aller nulle part, dans le cinéma, sans qu’on me casse les couilles. On parle d’Israël comme ça, à tort et à travers, j’entends des trucs, on me dit des trucs… Je parle de mon milieu : le cinéma français. Un soir, Charlotte me dit : « On est invités à dîner chez machin. » Je lui dis : « Écoute, laisse-moi tranquille, je reste chez moi, je vais regarder le football, je reste avec les enfants, va à ton dîner… » Elle insiste, promet que tout se passera bien. Moi : « On va encore me casser les couilles avec le conflit israélo-palestinien, je vais être le Juif de service, je n’en peux plus ! » Elle allait travailler avec les gens qui nous invitaient, j’ai cédé, j’ai accompagné ma femme. Il y avait là un distributeur, avec lequel j’allais faire, plus tard, deux films, qui me dit : « Israël, machin, etc. ! » Je regarde Charlotte, je lui dis : « Tu vois bien ? Aujourd’hui, où que j’aille, c’est la même chose ! » Pour abréger la conversation, je dis au gars, et c’était sincère : « De toute façon, tu veux deux États ? Tu es pour un État palestinien et un État israélien indépendants ? Eh bien ! tu sais quoi ? Viens, on mange, on boit, on est d’accord ! » Et lui me répond : « Mais si on est d’accord, pourquoi vous nous faites chier ? » Il m’a dit cette phrase ! « Pourquoi vous nous faites chier ? » Et j’ai répondu : « C’est qui, “vous” ? C’est qui, “nous” ? C’est quoi, l’histoire ? » Et là, c’était fini. Le prochain qui dit un mot, je lui mets un coup de boule et je me casse. Et j’étais vraiment en colère. Je pense que le film est sorti là. De ce « Pourquoi vous nous faites chier ? »

Tu vois que c’est grâce à ta femme !
Mais c’est toujours grâce à ma femme ! Elle mérite tous les lauriers, ma femme ! Enfin, voilà : cette anecdote, je ne l’ai toujours pas digérée, d’ailleurs. J’essaie encore de comprendre cette phrase d’un gars éduqué, distributeur de films, socialement tout va bien pour lui, il n’est ni juif, ni musulman, ni Palestinien… Mais le « Vous nous faites chier », j’essaie de comprendre. Pourquoi on s’identifie au frère palestinien quand c’est un soldat israélien qui l’a tué et pas quand c’est Bachar el-Assad ? Pourquoi il y a des centaines de conflits dans le monde qui font beaucoup plus de morts que celui-là, et qui n’intéressent personne. Alors, et c’est ce que j’essaie de dire dans la dernière partie du film, je crois que le problème d’Israël n’est pas un problème de territoire, mais toujours un problème d’antisémitisme.

En effet, d’où l’antisémitisme camouflé en antisionisme. Venons-en à notre litige. Voilà comment nous, nous avons vécu ces dix années. En 2002, paraît le livre Les Territoires perdus de la République. Si l’on excepte l’article de Pierre-André Taguieff sur « la nouvelle judéophobie » dans le Figaro en 2000, c’est la première fois qu’on parle cash de l’antisémitisme arabo-musulman dans nos banlieues. Nous aussi, nous tombons des nues. Ce livre fait grand bruit, et puis on remet le couvercle sur la marmite. Et pendant les dix années qui suivent, alors que les écoles publiques du 9-3 se vident de leurs élèves juifs, à chaque fois qu’on aborde le sujet, on se fait traiter de racistes et d’islamophobes, voire traîner au tribunal. Et ça continue après Merah. Mais depuis les attentats de Charlie et de l’Hyper Casher, beaucoup d’yeux se sont dessillés, et la réalité de l’antisémitisme en banlieue est de moins en moins discutée. Or, quand nous avons vu ton film, nous avons eu l’impression que cet antisémitisme-là, tu ne le montrais pas. Alors que tu mets le paquet sur le vieil antisémitisme d’extrême droite, maurrassien, celui du Front national de Le Pen …
Je suis d’accord, on peut le dire comme ça. Je peux comprendre qu’on ressente ça. J’ai une espèce de réponse un peu lâche mais qui est la plus sincère du monde. D’abord, quand je commence à penser au film, c’est quoi les clichés antisémites ? « Les Juifs ont de l’argent, les Juifs sont partout, les Juifs s’entraident. Les Juifs ont tué Jésus. » Il n’y a pas encore tout à fait ce « Ras-le-cul de la Shoah ! » Et il n’y a pas l’antisionisme. Cependant, je ne suis pas aveugle, au moment où je commence à écrire, je ne peux pas ignorer qu’il y a un antisémitisme musulman, et je ne veux pas entrer là-dedans parce que je sens le piège. Si j’en parle, je risque d’être attaqué, et si je n’en parle pas aussi. Donc j’essaie de slalomer. Mais je fais un film sur les clichés, je ne vais pas tomber dedans : quand je suis dans la banlieue, je ne veux pas de représentation des gars de banlieue. Et puis, comme je connais surtout l’antisionisme, qui est une évidence dans mon milieu, je crois, peut-être naïvement, que le segment « Et Israël », sur le sujet, est déjà assez gonflé.

Et finalement, tu as traité l’antisémitisme de gauche, pas l’antisémitisme musulman.
Je n’ai pas voulu mettre de l’huile sur le feu. Mais il y avait peut-être aussi une forme de politiquement correct. J’avais peur qu’on m’attaque en disant : « Un Juif fait un film sur l’antisémitisme, il faut qu’il y mette les Arabes… » Donc, même si je suis dans une banlieue, je ne veux pas faire clairement allusion aux Arabes, parce que je veux qu’on reste sur l’antisémitisme. Et puis, j’ai tout de même l’impression de parler de ce qui anime l’antisémitisme islamo-gauchiste, ou de ce sur quoi il se cristallise, l’antisionisme. Alors, peut-être que, pour ne pas attaquer « les Arabes », j’ai attaqué l’antisionisme.
Mais le plus important, c’est que je veux m’adresser à la France. Par exemple, le dealer, je n’en fais ni un Noir ni un Arabe, pour ne pas qu’il m’arrive la même chose qu’à Zemmour. Ou, pire encore, à Finkielkraut ? Qu’est-ce qui arrive à un homme brillantissime, qui a un temps d’avance sur tout le monde ? La jeunesse pense qu’il est raciste. Moi, j’espère m’adresser aussi à la jeunesse, alors j’essaie de ne pas me la mettre à dos… de ne pas être contre-productif. Sans dévoiler la fin, si j’ai fait ce film, ce n’est pas uniquement pour me battre mais aussi pour tendre la main.

[...]

 

Ils sont partout, d’Yvan Attal, avec Yvan Attal, Benoît Poelvoorde, Charlotte Gainsbourg, Dany Boon, Valérie Bonneton… . Durée : 1h 51. En salles.

  • causeur.#36.couv

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 95 - juin 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#36.couv
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 9 Juin 2016 à 10h18

      chboyer dit

      Antisémitisme de banlieue? C’est un retour des choses pas forcément juste. Que les israéliens arrêtent de leur taper dessus, qu’ils cassent les 700km de murs de la honte et peut être que la braise s étouffera d elle même . Attal me fait penser à un adolescent rebelle attardé piégé par ses amalgames qu’ il génère et qu’ il livre au public sans scrupule. Pauvre mec!!!

    • 8 Juin 2016 à 20h41

      politshouk dit

      A propos de ma peur des arabes idiogene.
      Si vous pouviez vous imaginer les nombres d’arabes que j’ai tués durant mes services militaires mes guerres mes actions un peu partout chez eux vous auriez peut être compris que mes rencontres avec eux ne m’ont jamais occasionné quelques peurs que ce soit..
      Simplement parce que armé devant ces lâches ce n’ai pas la même chose que de les rencontrer, ces même lâches, désarmés en plein concert de rock.

      • 8 Juin 2016 à 21h54

        Peter33 dit

        Tartarin de Tarascon n’est pas mort !!!

        • 8 Juin 2016 à 22h18

          la pie qui déchante dit

          les innocents civils du Bataclan… oui

      • 8 Juin 2016 à 22h33

        i-diogene dit

        Tare t

      • 8 Juin 2016 à 22h46

        i-diogene dit

        Tare tarin de ta race, con..!^^

        Ou encore:

        - “Simplement parce que armé devant ces lâches ce n’ai pas la même chose que de les rencontrer, ces même lâches, désarmés en plein concert de rock.” (politshouk),

        Bin ouais, c’ est tellement plus courageux de tirer sur des paysans avec des armes lourdes, des drones et des missiles..!^^

        • 8 Juin 2016 à 22h50

          la pie qui déchante dit

          pas encore au lit ??? en maison de retraite ,vous devriez être couché …

        • 8 Juin 2016 à 22h56

          Guenièvre dit

          C’est la soirée accordéon …

        • 8 Juin 2016 à 23h43

          i-diogene dit

          La pie, 

          .. Tu seras sûrement couchée avant moi..: ici, comme tout les soirs, c’ est la fête, les terrasses sont pleines, il est 4 h 30 du matin, il fait encore 27 °, et je n’ ai pas encore sommeil..!^^

          Guenièvre,

          Nan, c’ était la soirée biniou et je viens de faire purger le mien par une professionnelle..!^^ 
           

    • 8 Juin 2016 à 20h28

      politshouk dit

      Je suppose que les choix d’idiogene sont aux nombre de deux ou je me suicide de honte d’appartenir a un peuple aussi barbare et agressif ou je cherche a me raconter des histoires sur les autres pour compenser..

      • 9 Juin 2016 à 21h20

        i-diogene dit

        Toi, tu n’ as aucun choix: juste la haine des arabes, aucune alternative..!^^

    • 8 Juin 2016 à 15h43

      la pie qui déchante dit

      bon , c’est pas tout , je vais arroser mes tomates … je vous laisse avec Idiogene , pas aussi bon que Guera mais presque …

      • 8 Juin 2016 à 16h35

        Guenièvre dit

        Arroser ou traiter ? Parce que si c’est arroser je ne vois pas le rapport avec i-diogène …:-)

        • 8 Juin 2016 à 22h19

          la pie qui déchante dit

          ;))

        • 8 Juin 2016 à 22h49

          i-diogene dit

          Guenièvre, tu vas faire rougir les tomates..!^^

        • 8 Juin 2016 à 22h51

          Guenièvre dit

          Non, il fait encore trop froid !

        • 8 Juin 2016 à 23h46

          i-diogene dit

          Bon, alors tu vas faite se ratatiner les tomates..!^^

        • 8 Juin 2016 à 23h55

          i-diogene dit

          …* faiRe…

        • 9 Juin 2016 à 9h36

          la pie qui déchante dit

          A reuh a rheu
          Il devient ou plutôt il est gâteux …

    • 8 Juin 2016 à 11h22

      Livio del Quenale dit

      le sujet n’était-il pas la stupidité paranoïaque de Y.Attal.
      Travers que nombre de musulmans en France partagent .
      Étonnant , non ?

    • 8 Juin 2016 à 11h16

      Livio del Quenale dit

      C’est oublier un peu vite les razzias du 7eme siècle jusqu’au 19 eme en méditerranée et qui se perpétuent de nos jours en Afrique
      monsieur l’i_diogénial à la vue basse, le raisonnement court et les idées spécieuses, ôtes son masque on t’a reconnu.

    • 8 Juin 2016 à 11h04

      Livio del Quenale dit

      &&& Où vois-tu une différence entre le christianisme et l’ islam intégriste.? &&&
      - deux siècles !

    • 8 Juin 2016 à 0h34

      nilbig dit

          Croyez-vous nécessaire d’exciper d’un racisme ontologique pour expliquer la haine du Palestinien pour le Juif, la haine de l’Algérien pour le Français , et par extension la haine du monde arabe pour l’Occident ? Nous nous prenons pour des victimes, je crains que nous ayons été les premiers agresseurs, et que nous les soyons encore, et de façon très asymétrique.  

      • 8 Juin 2016 à 0h45

        Patrick dit

        Nous avons été les premiers agresseurs” ?
        C’est qui “nous” ? les Occidentaux ?
        Ne sont-ce pas Mahomet et ses hordes musulmanes qui ont conquis tout ce qu’on appelle aujourd’hui “pays musulmans“, en violant, massacrant et soumettant de force des peuplades entières qui n’en demandaient pas tant ?

      • 8 Juin 2016 à 0h51

        Patrick dit

        Nous nous prenons pour des victimes“.
        Pas du tout ! Ceux qui se victimisent sans cesse sont bien ceux qui nous accusent de racisme, d’islamophobie et tutti quanti alors que beaucoup d’entre eux sont anti-français, crachent sur nos valeurs et cherchent à imposer les leurs, les ont déjà imposées dans certains “quartiers”, enfermant leurs coreligionnaires dans des carcans que certains ont cherché à fuir en quittant leurs pays d’origine.

        • 8 Juin 2016 à 1h23

          i-diogene dit

          Patrick,

          .. Tu semble oublier l’ évangélisation de force des peuplades africaines, américaines et asiatiques..

          Une évangélisation militaire qui ne leur laissait que deux choix possibles:
          - se baptiser,
          - ou être détruits..

          Depuis le début des expéditions coloniales, les païens étaient considérés comme des animaux, ni plus, ni moins..

          Où vois-tu une différence entre le christianisme et l’ islam intégriste.? 

        • 8 Juin 2016 à 10h24

          Patrick dit

          Idiogène, je pense que vous méritez amplement les deux premières syllabes de votre pseudo.
          Combien de fois faut-il vous redire que les “expéditions coloniales” n’ont rien à voir avec l’enseignement du Christ, et encore moins avec le Christ lui-même.
          Par ailleurs, Il faut arrêter de prétendre que la nuisance de l’islam provient d’un ressentiment contre les anciens colonisateurs occidentaux. Cette malfaisance est présente aussi dans les pays n’ayant jamais colonisé qui que ce soit.
          Et comme je l’ai dit plus haut, mais il faut croire que vous n’y avez rien compris, les massacres musulmans de peuplades entières ont eu lieu bien avant la colonisation.
          C’est le coran de Mahomet qui appelle ouvertement à l’éradication de tout ce qui n’est pas musulman et ceux qui s’y livrent ne font qu’obéir à leur “prophète“. La colonisation n’est qu’un prétexte.

        • 8 Juin 2016 à 22h58

          i-diogene dit

          Bin tiens, Patrick…

          Déni des réalités.. !^^

          De plus, l’ évangélisation forcée continue avec les ONG chrétiennes:

          - si tu te baptises, t’ as droit au vaccin,
          - si tu ne te baptises pas, va mourir ailleurs..

          … Sans compter la pédophilie endémique dans le clergé.. Là-bas, rien ni personne à craindre.. Point de juges ni de tribunaux..!^^ 

      • 8 Juin 2016 à 10h18

        Grouex dit

        Les victimes sont ceux qui ont été élevé dans la haine de nous et l’adoration de l’autre, synonyme de victimes. Si vous croyez que l’histoire musulmane n’est qu’un long martyr vous vous fourvoyez quelque peu….

      • 8 Juin 2016 à 15h23

        la pie qui déchante dit

        schmilbignilbig

        oui , tout est dans un et un est dans tout , ainsi va le monde ( La Rochefoucauld

      • 8 Juin 2016 à 22h22

        scarlet dit

        Nilbig: Ah oui et pourriez vous nous expliquer pourquoi, les Asiatiques que nous avons pas moins agressés, ne nous haïssent pas. Regardez les Japs, ils se sont même pris une bombe atomique et ils ne passent leurs vies, depuis des générations à ruminer leur vieille rancœur. Les Vietnamiens haissent ils les Français? Ben non!

        En fait il n’y a que le monde musulman qui se comporte ainsi! 

        • 8 Juin 2016 à 23h53

          i-diogene dit

          Arf, Scarlet, tu causes sans savoir: tu es déjà allé au Viet Nam..?

          .. De plus, il n n’ y a pas de néo-colonialisme financier français au Viet Nam.. 

    • 7 Juin 2016 à 10h15

      MGB dit

      @ LA PIE
      Je me suis mal fait comprendre : je ne nie pas du tout le génocide des Juifs par les nazis, qui a bien eu lieu.
      Ce que j’observe depuis 1945 et plus particulièrement depuis les années 80, c’est l’exploitation de la Shoah, on va dire à toutes fins utiles, y compris mercantiles. D’autres que moi, plus qualifiés, dans CAUSEUR notamment, on montré comment certains, dans les années 80, ont introduit et cultivé chez nous la maladie de la repentance et de la culpabilité vis à vis des Juifs martyrisés par les Allemands (et bien sûr par les Français), pour en arriver au politiquement correct d’aujourd’hui où nous les gaulois avons ad vitam aeternam le mauvais rôle. J’ai ma petite idée sur qui a été à la manoeuvre.
      Il est donc rigoureusement interdit de dire ou écrire quoique ce soit sur les Juifs qui soit contraire au Dogme et les censeurs veillent. Seul un juif peut intituler son film “ils sont partout”. Et si Zemmour a pu faire oeuvre de salubrité sans être détruit socialement et professionnellement, c’est bien parce qu’il est juif. Renaud Camus, lui, ben, il est pas juif…
      Moi qui ne suis ni juif ni musulman, je me garderai bien de proférer des horreurs anti-sémites comme par exemple de me demander si “ils” ne sont pas statistiquement nombreux dans certains secteurs d’activité. Comme le cinéma, par exemple… Ou la vente de kippas.
      Dieudonné, sort de ce corps…

      • 7 Juin 2016 à 14h35

        la pie qui déchante dit

        en principe ,toujours statistiquement , ils ne sont pas mal placés : le rapport prix Nobel sur population existante est satisfaisant …On va essayer de prolonger cet état de fait …
        merci de votre sollicitude ..

        • 7 Juin 2016 à 15h01

          MGB dit

          Je ne comprends pas ce que vous voulez dire. Pourriez-vous être plus explicite ?

        • 8 Juin 2016 à 1h33

          i-diogene dit

          La Pie,

          Tu oublies de préciser que les prix Nobel juifs sont issus de la diaspora, donc que leur enseignement a été réalisé dans les pays où ils sont nés..!^^

          Ce communautarisme raciste que tu développes, en faisant passer la judéïté avant l’ humain, c’ est EXACTEMENT le même principe que développait le nazisme avec la race aryenne, soit disant supérieure…

          On sait, aujourd’hui, où ce genre d’ idéologie a embarqué l’ humanité..!^^ 

        • 8 Juin 2016 à 15h36

          la pie qui déchante dit

          l’enseignement ! fut-il excellent est sterile sans les cerveaux qui le reçoivent et le font fructifier …sinon les proportions serez inversées …

        • 9 Juin 2016 à 0h11

          i-diogene dit

          Idée préconçue, la Pie,

          Dans l’ industrie, les arabes sont aussi dans les secteurs de pointes: programmation, automation, robotique, conception, etc..

          Et tout particulièrement chez: Alstom et CEGELEC (nucléaire), Peugeot, Citroen, Renault, en pétrochimie, métallurgie et en plasturgie… En fait dans tout le tissus industriel..  

          Par contre, en quarante ans, je n’ ai vu aucun juif… Ou alors, il ne s’ est pas fait connaître et n’ a pas revendiqué son communautarisme (bin, oui, il y a des gens intelligents qui passent par dessus les haines ancestrales..!^^). 

        • 9 Juin 2016 à 9h34

          la pie qui déchante dit

          sans parler les inventeurs de la musique arabe ,celebrée par Charles Tenet dans son immortelle chanson :
          “Quand ça fait Boum là dans mon cœur
          quand ça fait Boum ,c’est du bonheur “”

    • 7 Juin 2016 à 4h05

      Livio del Quenale dit

      Monsieur Attal finasse pour dire sans dire tout en disant, il geint, se plaint, accuse les uns les autres, il ne cherche pas d’où vient le problème, parce qu’il y en a effectivement un. C’est d’ailleurs la seule chose qu’il martèle. Mais n’aborde pas la thèse contradictoire.
      Généralement pour avancer et positiver sur un échec, un problème non résolu , une question s’impose : ” qu’est ce que j’ai fais comme connerie, très en amont du présent, pour en être arrivé là ?”. qq fois une réalité du present masque une origine ancienne.
      Habituellement, 99 fois sur cent, la solution se trouve dans la réponse honnête et objective à cette question.

      • 7 Juin 2016 à 9h59

        la pie qui déchante dit

        Ils ont tué Jésus Christ ???
        voilà vous avez trouvé , bravo!!!

        • 7 Juin 2016 à 16h48

          Livio del Quenale dit

          Faire l’imbécile en remontant à 2000 ans, d’autant que cela remonte à encore plus loin, n’arrange rien, et c’est peut être une partie de la réponse aux questions d’Attal et à une autre question que vous soulevez avec malice.
          -
          Malice et victimisation autre éléments de réponse.
          Vous n’abordez votre problème que de façon tendancieuse et orientée.
          Vouloir avoir raison à court terme est contre productif à long terme.
          Vous êtes poursuivis depuis la nuit des temps par une malédiction qui vous est tellement naturelle que vous refusez de l’admettre et refusez que seulement on vous en parle.
          C’est donc vous, dans l’intimité de vos réflexions qui devez en prendre conscience et essayer d’admettre ce que vous êtes et non ce que l’on vous inculque que vous devriez être et de ce que la terre entière vous devrait.
          Car votre problème, pour ceux qui s’en plaignent, c’est vous qui le générez, cessez d’en accuser la planète des humains, qui s’en fout d’ailleurs et heureusement, sinon, vous feriez battre les montagnes.

        • 7 Juin 2016 à 18h50

          la pie qui déchante dit

          je suis très sensible à vos argumenta …

          Croyez que si on pouvait le déclouer en faisant repentance , on le ferait …

        • 8 Juin 2016 à 9h09

          Peter33 dit

          @la pie
          Ca c’est la thèse qui vous arrange depuis plus de deux millénaires. Elle est un peu usée et vous devriez tenter de trouver autre chose qui soit plus sérieux. Le petit meurtre entre amis ne subjugue plus personne.

        • 8 Juin 2016 à 10h30

          Guenièvre dit

          “Car votre problème, pour ceux qui s’en plaignent, c’est vous qui le générez”

          “bats ta femme tous les matins même si tu ne sais pas pourquoi elle le sait”

        • 8 Juin 2016 à 15h39

          la pie qui déchante dit

          peter 33 :
          mais non , je vous assure , dés que je trouve un arrache clous , je m’attelle à la besogne et me transforme en compagnon du tour de France

    • 7 Juin 2016 à 1h47

      Simbabbad dit

      “Et j’étais vraiment en colère. Je pense que le film est sorti là.”

      Donc le film est “sorti” de sa colère contre un distributeur pro palestinien, c’est-à-dire de l’islamogauchisme, mais “J’avais peur qu’on m’attaque en disant : ‘Un Juif fait un film sur l’antisémitisme, il faut qu’il y mette les Arabes…’”, et donc pas d’Arabe et on tape sur ces braves cons de Français blancs, parce sur eux, on peut taper à volonté, pas vrai?

      “Par exemple, le dealer, je n’en fais ni un Noir ni un Arabe, pour ne pas qu’il m’arrive la même chose qu’à Zemmour.”
      … et donc on ment?

      Si on n’a pas le courage de dire la vérité, alors autant avoir la décence de ne pas mentir avec les autres.

      • 7 Juin 2016 à 2h41

        i-diogene dit

        Il faudrait aussi faire un film palestinien sur l’ arabophobie..!^^

        • 7 Juin 2016 à 8h51

          politshouk dit

          Justifiée
          Les arabes font peur . De temps en temps ils décident de se suicider dans un aéroport plein de monde des fois ils choisissent une salle de rock certaines fois ils mitraillent un supermarché ..Les arabes font peur.
          Pas tous mais suffisamment.
          Les arabes ont une mentalité agressive ils règlent leurs problèmes même au sein de leur famille par la violence Ceux qui parlent au lieu de cogner sont des navettes chez eux.
          Demandez aux homos dans les pays arabes ce qu’ils encaissent vous arrêteriez de juger le monde entier et sa phobie des arabes.. Les arabes font peur.
          Il n’y a que ceux qui armés leur foutent plein la gueule qui savent quelle lâcheté se cache sous cette agressivité.

        • 8 Juin 2016 à 1h42

          i-diogene dit

          CORRECTION, Politshouk:

          TU as peur des arabes..!^^

          Un chien qui a peur mord sans raison..!

          Un milliard et demi de musulmans, si tu crois qu’ ils sont tous dangereux c’ est que tu es parano..!^^

        • 8 Juin 2016 à 23h03

          la pie qui déchante dit

          il se mord la queue … Essayez Idiogène …

      • 8 Juin 2016 à 22h55

        la pie qui déchante dit

        le dealer , je n’en fais ni un noir ni un arabe ???

        Pourquoi???

        Toujours de la discrimination ???

    • 6 Juin 2016 à 22h49

      Jasmin dit

      J’ai détesté ce film.
      Je ne suis pas la seule
      La plupart des spectateurs sont partis avant la fin.
      Je n’ai pas tenu jusqu’au bout.
      Spectacle exaspérant, vulgaire, caricatural, de très mauvais goût. 

    • 6 Juin 2016 à 20h05

      l’oiseau bleu dit

      Il manquait l’antisémitisme d’importation responsable de  ce retour de flamme
      Cet antisemirisme violent avec passage à l’acte apparu à  l’arrivée de ces centaines de milliers de musulmans ne doit rien conflit du moyen orient. Il lui bien antérieur  
      Donc le film est bancal.
      De plus un peu trop au deuxième, troisième nième degré. Il fallait y aller en finesse ET en même temps au 405 de Marine. En fait les scénaristes rêvés pour un tel film auraient été Pierre Desproges pour sa subtilité, Jean Yanne  pour le 405 de Marine justement et Woody Allen pour faire la synthèse

      • 7 Juin 2016 à 2h38

        i-diogene dit

        Non non, L’ arrivée de ces centaines de milliers de musulmans a surtout produit une recrudescence de l’ arabophobie et de l’ islamophobie…

        .. La preuve; il suffit de lire les coms de ce fil pour s’ en convaincre..!^^

        • 7 Juin 2016 à 8h55

          politshouk dit

          Et ca vous cause de victimisation..
          Oh la la les pauvres arabes Mais qu’ont-ils fait? Qu’ont-ils fait pour mériter ce traitement..

        • 7 Juin 2016 à 9h33

          l’oiseau bleu dit

          Rien qu’en France nous en sommes à 148 morts à 0 du 01/01/2015 au 31/12/2015 
          Il,suffit de lire les journaux et voir les images.
          Là où il y a de l’idiogene il y a de la désinformation et du déni  

        • 7 Juin 2016 à 9h35

          l’oiseau bleu dit

          Et ces 148 morts c’était aux cris et au nom de Allah HouAkbar

        • 8 Juin 2016 à 1h45

          i-diogene dit

          L’ oiseau,

          .. Et alors..?

          Juste une vingtaine de fous de dieu, ça ne fait pas un peuple, ni une religion..!^^ 

        • 8 Juin 2016 à 22h25

          la pie qui déchante dit

          tout a fait , mais c’est suffisant pour emmerder tout un peuple de braves gens… ainsi prenez un syndicat qui représente 2 5% des salariés … et bien ….

    • 6 Juin 2016 à 19h54

      Gwendan dit

      Bon déjà J’ai toujours considéré yavan attal comme un piètre acteur (l’essentiel de son “jeu” se limitant à souffler par les narines pour avoir l’air énervé).Et je crains fort que vu ses propos le réalisateur ne trouve pas d’avantage grâce à mes yeux.
      Mais surtout on est quand même face à un faux-cul de première catégorie, ses excuses Pour ne pas avoir traité l’antisémitisme sont ridicules d’hypocrisie.
      Plus grave ,il invoque le sort fait à Zemmour et Finkielkraut pour justifier sa mauvaise foi.Or fin 2014,le même yvan attal a signé ,avec d’autres pseudo-”artistes”,l’infâme pétition lancée par SOS racisme réclamant le licenciement de Zemmour et sa mise en quarantaine par les médias.Donc confirmation,attal est un faux-cul de compétition

      • 8 Juin 2016 à 0h30

        Gwendan dit

        “Ses excuses pour ne pas avoir traité l’antisémitisme musulman sont ridicules d’hypocrisie” Un seul mot manque et la phrase perds tout son sens

        • 8 Juin 2016 à 22h31

          la pie qui déchante dit

          oui , c’est comme :
          “un seul être vous manque et tout est dépeuplé “”….

          c’est bête ,hein …

    • 6 Juin 2016 à 15h15

      la pie qui déchante dit

      “”
      Prêchi prêchons:

      “”il faut tuer les juifs et les coiffeurs “”

      “pourquoi les coiffeurs?” interroge l’assistance étonnée ….

      • 7 Juin 2016 à 2h45

        i-diogene dit

        La Pie Pëlette, tu devrais renouveler ton sketch: ça fait 50 ans qu’ elle est dépassée, l’ histoire du coiffeur…!^^

        • 7 Juin 2016 à 14h44

          la pie qui déchante dit

          “Les vérités sont d’immortels chefs d’oeuvre “( La Rochefoucauld)

        • 8 Juin 2016 à 1h50

          i-diogene dit

          Ce n’ est pas une vérité, mais seulement une plaisanterie pleurnicharde..!^^

          .. Toujours ce communautarisme victimaire… 

        • 8 Juin 2016 à 22h59

          la pie qui déchante dit

          “”les chants désespérés sont les chants les plus beaux , j’en connais d’immortels qui sont de purs sanglots …”"