Vol 447 : l’information en deuil | Causeur

Vol 447 : l’information en deuil

Tout et n’importe quoi, plutôt que le silence radio !

Publié le 02 juin 2009 / Médias

Comme disait l’autre, c’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on doit fermer sa gueule… C’est à voir… En tout cas, c’est ce qu’on n’aura pas vu et pas entendu après la catastrophe aérienne d’hier. Depuis sa disparition des écrans, le vol Rio-Paris monopolise nos écrans.

Personne ne niera que cette abominable tragédie en soit une. Ni même que ce soit une information capitale. Alors, on en parle et, depuis 24 heures, on ne parle même que de cela. Le seul problème, c’est qu’à l’heure où ces lignes sont écrites, on ne sait pour ainsi dire rien. Donc on en parle. Où plutôt, on meuble, pour occuper l’antenne de la radio ou de la chaîne d’info en continu. Je ne sais rien, mais je dirai tout.

Depuis hier midi, l’aéroport Charles-de-Gaulle est devenu l’endroit où il faut être quand on est un journaliste chaud sur l’info. Et faire chauffer du rien, c’est raide. Alors on scrute le néant, on sonde l’affliction des « gens ». Ceux qui ont vraiment perdu quelqu’un dans l’Airbus sinistré ont hélas autre chose à faire que de répondre à l’envoyé spécial de RTL ou France Info. Alors on met en route le grand huit de l’angoisse du voyageur lambda, la peur de ceux qui montent dans un avion pour Sao Paulo. Lequel doit passer juste au-dessus de la zone ou l’AF 447 a disparu. Puis une jeune fille qui descend d’un Pékin-Paris et fond en larmes en apprenant de la bouche d’un touriste américain qu’elle ne connaît pas “l’horrible nouvelle”. Le journaliste – mais peut-être faut-il dire “le grand reporter” – nous décrit ensuite par le menu l’ambiance “étrange” qui règne à Roissy. Etonnant, non, vu le nombre de caméras, de nagras et de crétins avides de témoignages anxieux ?

En studio, ça ne vaut pas plus cher. L’essentiel, sur ce drame dont on n’a ni le son, ni l’image, c’est de montrer sa douleur de journaliste compassionnel. À l’instar de cette présentatrice de LCI qui, à 8 heures pile, se souvient soudain qu’il ne faut pas servir aux clients le sourire formaté standard au moment de dire bonjour, et affaisse brutalement, face caméra, la commissure des lèvres pour prendre un air de circonstance.

Après l’émotion, place à l’information. Ou à ce qui en tiendra lieu. En l’occurrence, de la bribe de néant, sur laquelle on brode et rebrode. Promis, vous saurez tout sur le Rien. Sur les caméras à infrarouge de l’armée de l’air brésilienne, sur la mise en place de cellules d’aide psychologique “destinées à accompagner les familles”, sur l’hébergement de ces mêmes familles dans des chambres réquisitionnées dans tous les hôtels de la zone de Roissy et Air France “qui prendra tous les frais à sa charge”. Sur la minute de silence ce soir à Geoffroy Guichard, avant le match amical France-Nigéria et les vingt-deux joueurs “qui porteront tous un brassard noir”. On ne nous dit pas si l’arbitre en portera un lui aussi. Mais on l’apprendra sans doute dans un autre flash d’info.

Et puis il y a aussi les déclarations de Nicolas Sarkozy, d’Hervé Morin, de toute une flopée de ministre plus ou moins concernés mais également consternés. I-Télé a même réussi à obtenir sur la question une interview exclusive de Barack Obama. On sent qu’ils meurent d’envie de crier au scoop mais qu’ils se retiennent très fort. La décence, sans doute.

Sinon, les vraies questions ? Là, curieusement on n’y répond pas, d’ailleurs on les pose pas non plus. On n’osera pas penser qu’une fille qui fait une crise d’hystérie en direct live, c’est plus porteur qu’une analyse un peu technique du drame…

En temps ordinaire, on s’énerve parce que les médias devraient avoir des choses passionnantes à nous dire, et qu’ils ne nous disent pas grand-chose. Alors, quand ils doivent tenir l’antenne H 24 et qu’ils n’ont vraiment rien à dire, là, c’est la catastrophe.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 26 Octobre 2012 à 18h18

      riquet dit

      je viens de m’abonner pour 3 numéros  de causeur :12,90 euros + un N° ,6,50 “a t on  le droit de critiquer l’islam” j’ai réglé 19,40 euros N’ai je pas fait double achat pour ce dernier N°.Prière de faire en soerte de m’adresser 4 numéros différents!Merci

    • 7 Juin 2009 à 7h51

      Eureka dit

      Mise en place d’une cellule psy pour les survivants : au moment de monter sur l’échaffaud, Louis XVI a demandé si l’on avait des nouvelles de la Boussole et de l’Astrolabe. Comment tous les proches de ces marins ont-ils pu survivre après, surtout qu’à l’époque pas de télé ou de radio pour les tenir en haleine ?

    • 4 Juin 2009 à 13h36

      Franz dit

      @Tetunicois
      Retour a la source pour les cathos dans les discussions theologiques, l’Evangile.

      On lit dans St Luc, chapitre 13 « Rappelez-vous ces dix-huit personnes qui ont été tuées quand la tour de Siloé s’est effondrée sur elles. Croyez-vous qu’elles aient été plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, je vous le dis »

      Si ca ne vous parle pas, on peut lire dans Franz, chapitre 13 « Rappelez-vous ces 228 personnes qui ont été tuées quand le vol AF 447 s’est abime en mer. Croyez-vous qu’elles aient été plus coupables que tous les autres habitants de la terre ? Non, je vous le dis » Est-ce clair?

    • 3 Juin 2009 à 22h15

      Mustang dit

      Têtunicois le khmer rose qui hante le web n’a vraiment rien d’autre à foutre que de passer son
      temps à cracher sa bave haineuse contre le Pape,
      les catholiques et tous les croyants de la planète.
      C’est d’ailleurs le propre des dictateurs que d’avoir
      raison contre tout le monde….On frisonne à l’idée
      que de tels individus pourraient accéder un jour au pouvoir. Il n’y aurait plus qu’à réouvrir les pontons de Rochefort pour déporter les prêtres et les faire crever à petit feu comme à la bonne époque révolutionnaire.
      Pour votre information, cher monsieur je-sais-tout, Benoit XVI avait 6 ans quant Hitler est arrivé au
      pouvoir. Les gamins étaient enrolés de force dans
      les hitlerjungen, parce que, jusqu’à nouvel ordre, le nazisme était une dictature.

    • 3 Juin 2009 à 17h44

      zoumit dit

      @ Tetutniçois
      Et si ce bébé dont vous parlez était Staline, Hitler ou Mao? Tout ça pour vous signifier qu’à dire nimporte quoi on raconte souvent des âneries…

    • 3 Juin 2009 à 10h53

      Têtuniçois dit

      Franz , c’est pourtant ce que les religions nous disent depuis des siècles , du tremblement de terre de Lisbonne au XVIII ème siècle au Tsunami en Indonésie . Des imams on même accusé les homosexuels d’être responsables de la catastrophe …..
      Quand il s’agit d’adultes les religions accusent les fidèles de ne pas assez prier , d’avoir des moeurs dissolues et blabla …..d’où la punition de “dieu” .
      mais en ce qui concerne ce bébé , de quoi peut-on l’accuser ? Les parents n’étaient pas assez religieux ?

    • 3 Juin 2009 à 10h50

      Garry Grouve dit

      Pffff… impossible de lire tous ces commentaires philosophiques…
      j’hesite… on se croirait sur le forum de Libération ou de doctissimo…

    • 3 Juin 2009 à 9h15

      zen aztec dit

      sans oublier les eternels miracules ceux qui ont rate l’avion ….

    • 3 Juin 2009 à 8h39

      Franz dit

      Rotil dit “Mais quesqu’il est allé encore nous gâver à occupper l’espace médiatique, quand il fallait se taire devant la douleur ????”

      Ca me rappelle l’article de Francois Miclo sur B16 (le Pape, pas l’avion) a Yad Vashem.

      @Tetunicois
      “où était “dieu” quand un bébé meurt dans le crash de l’avion ?”
      On espere que Dieu l’a chope au vol et qu’il est tout paisible au paradis.

      “Quel est le crime de ce bébé ?”
      Drole d’idee d’associer la mort avec une punition pour un crime. Vous vous croyez en Arabie Seoudite?

      C’est juste pour relancer un petit debat bien saignant et ne plus parler de l’avion dont personne ne sait rien…

    • 3 Juin 2009 à 7h41

      Zyva dit

      Juste au moment où Sarko voudrait bien vendre ses navions au grand Manitout du pétrole ! Zut, pas de bol quand même, il cumule (us) Nimbus !

    • 3 Juin 2009 à 2h37

      Antoninus Lucretius dit

      Effectivement.
      Alors n’en parlons pas.
      Fin de la communication.