La pédagogie est un sport de combat | Causeur

La pédagogie est un sport de combat

Dans la jungle des lycées…

Auteur

Henri Cambon
Etudiant

Publié le 10 janvier 2017 / Société

Mots-clés : , ,

Planqués, les profs ? N’allez pas dire ça au lycée François-Truffaut ; vous risqueriez d’être fort mal reçu par la direction. Car, dans cet établissement de Beauvais, réputé « sans histoires », pour parler comme au JT, il se pourrait que l’on milite bientôt pour introduire une épreuve de légitime défense au concours du Capes.

En cause, la bagarre qui a eu lieu dans une salle de classe entre trois élèves de seconde, et qui a causé une victime collatérale en la personne de la prof d’espagnol, saisie aux cervicales par un des protagonistes alors qu’elle tentait de s’interposer.

Comme si ces violences ne suffisaient pas à leur bonheur, les enseignants ont eu droit à la double peine, grâce à la réaction épatante du rectorat. Certes, les trois élèves ont immédiatement été exclus de l’établissement. Mais la décision du Conseil d’administration du lycée a été contestée par une des familles, qui a réussi à obtenir du rectorat un allègement de la sanction : de définitive, la mise à la porte de l’élève est devenue temporaire et il a pu réintégrer sa classe. C’est sans doute ce qu’on appelle « lutter contre l’exclusion ».

  • causeur.#42.couv.bd

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 101 - Janvier 2017

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    causeur.#42.couv.bd
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 13 Janvier 2017 à 19h51

      Surbranĉa Birdo dit

      Une certaine Pascale Nodot-Delange, professeur d’anglais dans ce lycée prétendu sans histoire, a protesté contre « cette décision [qui] est un désaveu du conseil de discipline ». Mais quand on sait que cette dame est déléguée du syndicat Sgen-CFDT de Picardie, syndicat de gauche et évidemment laxiste, on se demande de qui elle se moque. Quand les enseignants adhèreront au SNALC, le seul syndicat sérieux de l’enseignement secondaire, on pourra espérer qu’ils ont compris.

    • 11 Janvier 2017 à 22h40

      marcopes dit

      mais que ceux qui pensent que les enseignants sont des planqués aillent donc faire un essai pour voir !

    • 10 Janvier 2017 à 20h54

      Eric Dufour dit

      “Planqués, les profs ?”

      Si journalistes, commentateurs voir certains enseignants arrêtaient d’utiliser le terme “prof” pour le remplacer par “professeur” ? Ce serait déjà un progrès, un petit début de retour du respect.  

      • 10 Janvier 2017 à 21h39

        Villaterne dit

        Belle parole mais voyez-vous cher Dufour, il y a une différence entre l’autorité et le respect. La première se donne et le second se gagne !
        Le problème des professeurs est que leur hiérarchie leur a enlevé l’autorité et leur formation IUFM, aujourd’hui ESPE, leur a enlevé le respect. C’est pourquoi ils deviennent des profs, c’est-à-dire non plus des faire-valoir mais des larbins.
        Certains vous diront qu’ils le méritent bien, ces épigones du pédagogisme. Ils n’ont pas tort pour beaucoup d’entre eux, barbeaux téteurs du biberon progressiste basé sur le copinage plutôt que sur le respect du sachant, mais pour d’autres à véritable vocation d’enseignant dans son acceptation première, c’est dur ! Je les plains, surtout les « profs » femmes.
        Enfin voilà, si vous n’êtes pas heureux de l’apocope « prof », adressez-vous à qui de droit (rectorat, ministère de l’EN, formateur pédagos..) mais ne fustigez pas ceux qui ont perdu la foi dans le magistère !

        • 10 Janvier 2017 à 22h54

          saintex dit

          Hugh mon frère, beau développement et belle envolée. Epi comme ça t’avoues que t’es prof. Peut-être pris comme rude par Dufour, mais on ne fait pas de nonette dans chauffer les fours.

        • 11 Janvier 2017 à 13h29

          Eric Dufour dit

          “ceux qui ont perdu la foi dans le magistère”

          N’en faisant pas partie, je ne m’adressais pas à eux. 

        • 11 Janvier 2017 à 13h31

          Eric Dufour dit

          “Peut-être pris comme rude par Dufour,”

          Non ; si certains aiment se faire craché dessus, après-tout, c’est leur droit. 

        • 11 Janvier 2017 à 13h32

          Eric Dufour dit

          CracheR… pardon.

      • 11 Janvier 2017 à 5h57

        Archebert Plochon dit

        J’ai maintes fois entendu des professeurs utiliser eux-mêmes cet apocope par commodité, comme on parle d’aller au “cinéma” sans visées péjoratives. 
        Par ailleurs, appeler “professeurs” les enseignants du secondaire et primaire est une licence, puisque le terme désignait à l’origine les titulaires de chaire universitaire. Donc pas de susceptibilité qui tienne, pour un titre à demi usurpé ;)

      • 11 Janvier 2017 à 6h53

        alain delon dit

        Coming-out émouvant en effet

    • 10 Janvier 2017 à 20h46

      Patrick dit

      Espérons que le candidat qui sera élu en mai mettra un peu d’ordre. Il est plus que temps !

      • 12 Janvier 2017 à 13h45

        MGB dit

        Pour mettre “un peu d’ordre”, il faudrait virer toutes les “têtes pensantes” du ministère de l’EN et déjà, commencer par en changer le nom en ministère de l’instruction.