Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Le Peillon et le goupillon

L’édito d’Elisabeth Lévy

Publié le 15 janvier 2013 à 12:00 dans Politique

Mots-clés : , ,

Vincent Peillon CRAP

On croyait la gauche perdue pour l’École républicaine, acquise aux thèses des « pédagos » qui prétendent « mettre l’enfant au centre du système » et invitent les professeurs à aborder en cours des « problématiques proches des élèves » telles que « le divorce de mes parents », « la vie difficile dans ma cité, confronté au racisme », « Papa au chômage »1
Or, dans ce débat entre partisans de l’École-ouverte-sur-la-vie et défenseurs de l’École-sanctuaire, Vincent Peillon a récemment semblé prendre le parti des seconds. Rappelons les faits : mi-décembre, dans un courrier adressé à 8300 chefs d’établissement, Éric de Labarre, secrétaire général de l’enseignement catholique, fait part de son opposition au mariage pour les couples homosexuels et invite les directeurs à « prendre des initiatives pour permettre à chacun l’exercice d’une liberté éclairée ». « Retour de l’ordre moral », « volonté d’endoctrinement »« tartufferie »: à gauche, on s’étrangle de rage. Le ministre de l’Éducation nationale appelle les recteurs « à la plus grande vigilance » afin qu’il n’y ait pas (dans les établissements catholiques) de « phénomènes de rejet et de stigmatisation homophobes ». Ce qui lui vaut le soutien explicite du Président de la République.

Sur le moment, je pense qu’il n’a pas complètement tort. Certes, l’exigence de neutralité n’a pas exactement la même signification à l’École publique et à l’École privée, fût-elle sous contrat, d’où la reconnaissance par la loi du « caractère propre » de cette dernière. En effet, à quoi bon des écoles cathos s’il est interdit d’y transmettre des valeurs cathos ? Et puis, on aimerait que le ministre s’abstienne de soupçonner d’homophobie tout adversaire du « mariage pour tous », ritournelle dans laquelle excelle sa collègue, l’irremplaçable Najat Vallaud-Belkacem – et qui revient, soit dit en passant, à criminaliser toute divergence.

[...]

*Photo : Parti socialiste.

  1. Exemples extraits de La Sagesse du professeur de français, Cécile Révérat, L’Œil neuf éditions, 2008.
  2. Non, je ne souhaite nullement que l’homophobie progresse : je constate simplement, pour m’en réjouir, qu’elle a considérablement régressé. Mais dans une société où chacun entend être plus victime que l’autre, ce constat, que n’importe qui peut faire à l’œil nu, est déjà une preuve d’homophobie.
voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

137

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 24 Janvier 2013 à 11h37

    fogarty dit

    Vincent Peillon est issu d”une famille de sientifiques, sa mère Françoise Blum fut directeur de recheches à l’INSERM et son oncle est le Pr E-E Baulieu, alors que son père fut le directeur de la banque soviétique Banque Commercial du Nord-Eurobank. Ceci explique son attachement à la laïcité d’autant plus qu’il s’est intéressé à Ferdinand Bbuisson qui mit en oeuvre la loi de Jules Ferry de 1882 sur l’école pour tous laîque et obligatoire; excellente loi. Malheureusement Jules Ferry comme Ferdinand Buisson, Waldeck Rousseau, Emile Combes était aussi des anticléricaux notoires et fanatiques qui on fait de cette loi une arme contre l’église catholique au milieu d’un arsenal d’autres lois aticléricales, oubliant que la laïcité doit s’accompagner de la tolérance ce qui ne fut pas le cas jusqu’à l’entre Deux Guerres; voire le livre de Jean sévillia: “Quand les catholiques étaient hors la loi” au mépris de la soi-disante égalité des citoyens. Aussi ne faut-il pas s’étonner des consignes données aux recteurs par Vincent Peillon car elles sont dans le droit fil de l’anticléricalisme du 19ème siècle dans lequel il fut élevé, bien aidé par l’intolérance de Mme Valleau Belkacem qui se prend pour le croisé du mariage pour tous et les consignes de Cécile Dufloàt sur les biens écclésiatiques non occupés. Nos socialistes et autres gens de Gauche continuent par habitude, manque d’imagination,aveuglement , fanatisme intolérant à s’attaquer à l’église Catholique en voulant ignorer la
    prolifération du fanatisme, de l’intolérance de l’islam intégriste en France. Quand ils ouvriront les yeux il sera trop tard.

  • 18 Janvier 2013 à 11h13

    Cortex Libre dit

    1932, Huxley écrit “Brave New World”, le meilleur des mondes. Je l’ai lu à il y a 23 ans, quand j’avais 17 ans.

    Vision cauchemardesque d’un monde sans amour. Tout le monde autour de moi (révolutionnaires absolutistes vivant chez papa maman…) crie haut et fort que jamais au grand jamais un tel monde ne pourra exister avec la gauche “humaniste”….

    2013: je relis les premiers chapitres et redécouvre avec effroi que les mots de “père” et de “mère” sont des mots orduriers, que la vision de Huxley commence doucement à prendre vie.

    J’ai peur qu’un jour, on me dise que ce livre est politiquement incorrect, et qu’il ne sert pas à la mise en marche du progrès sociétal.

    Attendez vous également à ce que tous les lecteurs du “Meilleur des Mondes” soient taxés de pétainistes, de versaillais, de catho fachos, d’homophobes intolérants….

    Bien triste monde… en fait.

  • 16 Janvier 2013 à 17h08

    pic dit

    Déja, depuis les années cinquante, en matière d’histoire ou d’économie, notre enseignement était marxiste (ou keynesien au mieux !) alors l’embrigadement d’aujourd’hui relève à mon sens plus de lideologie que de la capacité à enseigner.

  • 16 Janvier 2013 à 13h55

    Temasek dit

    C’est interessant de penser a une societe dont les grands axes de developement sont la difference, l’homosexualite et la famille atomisee. On se demande a quoi ca correspond comme projet de societe?

    C’est un peu la civilisation des loisirs version partouze bi.  

  • 16 Janvier 2013 à 10h25

    Jesse Darvas dit

    On retrouve dans cet article le coeur de l’échange entre EL et Alain Finkielkraut dimanche dernier sur RCJ (plus modérée que Finkielkraut, Elisabeth Lévy ne fait pas directement référence à la Révolution Culturelle comme modèle supposé de l’attitude de Peillon mais l’allusion est là, indirecte…)

    Le problème est toujours le même, dans ce type d’échange ou d’article. On généralise, on caricature et on extrapole à partir de quelques phrases hasardeuses prononcées par tel ou tel ministre. Que Vallaud-Belkacem défende le projet de loi dans une classe de 30 élèves, et ce sont les millions de collégiens qui sont embrigadés. AF expliquait dimanche que l’enseignement du Cid était désormais presque interdit: curieusement mon fils vient juste de l’étudier, en classe de 4è; l’an dernier c’était Lancelot, chevalier à la charrette… Ma fille en CM2 est supposée étudier des articles de journaux ou des modes d’emploi d’appareils électroménagers (vieille bêtise trouvée dans un vieux texte de Meirieu)? En réalité elle travaille sur Victor Hugo, Emile Zola, Diderot, Rousseau, et Voltaire… Bref il y a loin du mythe à la réalité.

    Revenons donc à la réalité: la gauche voudrait “sévèrement réprimer”, dans une atteinte “effrayante” au pluralisme, toute penser différente de la sienne. La preuve de ce sinistre complot? Une lettre de Peillon à l’enseignement catholique, destinée de toute évidence à la consommation médiatique. On est bien dans le “débat”, n’en déplaise à l’auteur, avec tout ce qu’il peut comporter d’effets de manche, de moyens plus ou moins orthodoxes et de rhétorique: les deux côtés en usent de même sur ce point. On en revient toujours au même constat: lorsque les opposants au mariage gay accusent leurs adversaires de vouloir détruire la famille, la société (voire Dieu au passage), ou lorsqu’ils expliquent (comme deux contributeurs réguliers de Causeur) que l’homosexualité est “un mal spirituel, existentiel” ils “débattent rationnellement”; lorsque les partisans de ce même mariage avancent que leur projet consiste à donner plus de liberté à certains sans en ôter aux autres, ils font de la “répression”. Cette conception du débat manque d’équilibre…

  • 16 Janvier 2013 à 6h45

    L'Ours dit

    Qu’on ne soit pas d’accord, c’est ce qui est bien sur ce site. Mais qu’on déforme les propos pour les faire passer dans le chas de son aiguille c’est ce qui pourrit les fils et décourage. 
    Relisez donc le  15 January 2013 à 20h31 de livia dont on ne peut que conclure si on sait lire qu’elle en appelle nullement à une pensée unique de droite mais au contraire à un pluralisme qui demande seulement qu’une vision des chose ne devienne pas polluante.
    De la même façon, et ce n’est pas pour ménager la chèvre et le chou, je n’ai pas souvenir d’un post de Lampiste prouvant qu’il est communiste ce qu’il aurait bien le droit d’être de toute façon.
    Et c’est vrai, la reductio ad Starlinum est aussi lassante et il serait de bon ton de revenir à nos discussion d’autrefois.

    • 16 Janvier 2013 à 11h17

      saintex dit

      Yep Maître l’Ours.

      Sur le présent sujet, beaucoup ont du mal à transcender le vieux schéma gauche/droite de l’époque communiste. Il en ressort : 1 – Opposants = droite = homophobie = vieux cons réactionnaires. 2 – Favorables = gauche = marxisme = boboïsme = petits cons pseudo-progressistes.

      Eugène ne se présente formellement pas (absolument pas) comme communiste. Il a cherché sa longueur d’onde sur un forum et a adopté une position franc-tireur. D’une certaine façon, il a été poussé dans ce travers par la radicalisation des commentaires.
      La méthode (cf. R. Diallo) consiste à tenir deux formes de propos.
      Sur le sujet en cours, Il faut une idée simple, la plus consensuelle possible, même si elle est impossible. En la circonstance, je suis pour le mariage homo (je suis respectueux de l’égalité, de la fraternité et de la sororité) mais contre l’adoption plénière. C’est anti-constitutionnel, mais le réalisme est facultatif.
      Sur d’autres sujets, il faut des idées choc, simples, à mitrailler en permanence, et toujours d’opposition. Ici c’est, église = religion = dictature, Israël = pas clair (ne pas franchir cette ligne floue), politiques = tous pourris.
      En cas de confrontation, il y a
      - les piques,
      - je n’ai jamais dit ça (ici est la nécessité de certains flous)et quel que soit le développement du sujet,
      - retour au numéro 1, et demander si cette idée est mauvaise. Ce qui disqualifie l’autre, s’il ne voit pas, ne dénonce pas, ou fatigué, laisse passer cette dérive.
      Les airs entendus et les non réponses appartiennent à toutes les chapelles, et peuvent aussi être utilisés ici.

      C’est ainsi que Zemmour se fait doubler depuis des années (c’est mal écrit… vous êtes méchant ou raciste… non je ne suis pas raciste d’ailleurs je pense ceci…perdu Zemmour). Même tournure de discours chez Médiapart ou les syndicats, « contre et dénonciation ».
      Donc Lampiste … chemins de fer ? …. syndicat ?
      Et Lampiste de répondre.
      T’as raison mon pote, ça doit être ça, je dois être à Sud Rail, tiens ça me fait une casquette de plus,
      ou bien, parce que selon toi l’Eglise n’est pas responsable de dictatures, est opprimée
      ou encore, j’ai le même discours ouvert depuis le début sur le mariage homo….
      Et moi je retourne dans ma retraite.

      • 16 Janvier 2013 à 11h59

        L'Ours dit

        saintex,
        je plussoie, je surplussoie. 

      • 16 Janvier 2013 à 18h49

        Eugène Lampiste dit

        M’enfin, saintex, vous ne savez pas encore qui je suis ?

        bibi l’a pourtant assez répété : je suis Goebbels. 

  • 15 Janvier 2013 à 23h41

    Patrick dit

    Le gouvernement nous ment sur les chiffres !
    Voir ici :
    http://paritedanslemariage.com/post/40518679806/340-000-ou-1-3-million-de-personnes-a-la-manif-pour

    Extrait :
    La préfecture de Paris a confié à la Gendarmerie le comptage des manifestants. La gendarmerie a été suspendue de cette mission en milieu de journée (17h). C’est alors la Police qui a pris le relais du comptage. Ainsi le chiffre de 340.000 personnes annoncés à 17h40 par la Préfecture correspondent au comptage simple du nombre de personnes présentes sur le Champ de Mars entre 17h et 17h30.

  • 15 Janvier 2013 à 22h56

    Mouah dit

    Pour en revenir au sujet de l’article, enfin, à peu près : les professeurs de l’enseignement privé sous contrat “sont nommés (et donc payés) par l’Etat”, ce qui est censé garantir leur indépendance vis-à-vis de l’Eglise.

    Et pourtant ! Deux personnes de ma connaissance postulant dans le privé, l’une dans la deuxième moitié des années 80, l’autre en 1995, se sont entendu poser la question suivante : “Nous demandons à tous nos enseignants de participer à la catéchèse, cela vous pose-t-il problème ?” Sachant que la première, répondant au doux nom de Cohen, était bien peu susceptible d’avoir les “compétences” pour, c’est dire si la question devait/doit être posée systématiquement, à la façon d’un test destiné à sonder la “bienveillance” (ou pas :)) des candidates,ats vis-à-vis de l’Eglise.

    Faites circuler ! 

    • 15 Janvier 2013 à 23h00

      Eugène Lampiste dit

      le beurre, l’argent du beurre, et le cul de la crémière en prime.

      mais à part ça, l’Eglise catholique est persécutée, en France. 

    • 15 Janvier 2013 à 23h29

      schaffausen dit

      Un de mes amis, marocain et musulman, est directeur des études des classes terminales dans un établissement catholique très réputé d’une grande ville de province.

      Faites circuler aussi !

      • 16 Janvier 2013 à 0h27

        Mouah dit

        Ce n’est pas contradictoire  : mon propos ne signifie nullement que le diocèse de Paris pratique la discrimination religieuse à l’embauche, mais bel et bien qu’il viole les termes du contrat avec l’Etat.

    • 16 Janvier 2013 à 14h19

      schaffausen dit

      Quand on veur noyer son chien, on dit qu’il a la rage.
      Il faudra que vous m’expliquiez en quoi le fait de demander à des professeurs s’ils sont intéressés par la catéchèse constitue une violation du contrat d’association avec l’Etat.