Vers une Europe autoritaire et ghettoïsée? | Causeur

Vers une Europe autoritaire et ghettoïsée?

Bienvenue dans le monde d’après

Auteur

Roland Hureaux

Roland Hureaux
essayiste français né le 14 juin 1948 à Bayonne. Haut fonctionnaire

Publié le 18 février 2016 / Société

Mots-clés : , , , ,

Certains imaginent encore une politique d'accueil des migrants large et généreuse. Ils devraient pourtant être refroidis par les perspectives qui se dessinent.

Le quartier parisien de Barbès bouclé par la police, lors de l'attaque de son commissariat en janvier dernier (Photo : SIPA.00736864_000015)

La conjonction de vagues migratoires hors de contrôle, d’attentats terroristes de grande ampleur et d’une restriction des libertés (loi sur les écoutes, état d’urgence) allant jusqu’à une réforme de la Constitution qui va jusqu’à inquiéter le Conseil de l’Europe, pourrait bien dessiner les traits de l’Europe vers laquelle nous allons : ghettoïsée, conflictuelle et autoritaire.

Les tenants de la société multiculturelle pensent que la diversité des communautés allogènes implantées dans les pays européens constituera un enrichissement pour le pays d’accueil par la multiplication des échanges et le croisement des cultures qu’elle suscitera, pouvant aller jusqu’au métissage. Cela est vrai, au moins en partie, quand les dites communautés ne sont qu’une petite minorité, trop réduite pour rester dans l’entre-soi et pour apparaître comme une menace. Chacun de ses membres a de fortes chances de rencontrer à l’école, sur les stades ou au travail des autochtones et de s’assimiler à leur  mode de vie. Les autochtones ne sentant pas leur primauté remis en cause, se montrent accueillants et ouverts aux échanges.

Il n’en est plus de même quand les dites communautés se font nombreuses. Les nationaux ont moins envie d’échanger. Les immigrés ou fils d’immigrés ont moins de chances de les rencontrer notamment dans des classes devenues monocolores. En France, la reprise de la fécondité immigrée depuis quinze ans, laquelle s’était jusque-là plus ou moins normalisée, est un marqueur de la communautarisation, de pair avec la préférence des mâles pour des femmes qu’ils font venir du pays, plus dociles que leurs voisines de palier.

Au terme : une société d’apartheid telle que l’Allemagne en montre l’exemple depuis longtemps. A Berlin, il n’y a pas d’Allemands dans les quartiers turcs et très peu de Turcs dans les quartiers allemands. Plus les populations immigrées seront importantes, plus la séparation sera grande.

Des tensions prévisibles

Les  relations de ces communautés seront, qu’on le veuille ou non, conflictuelles. Sans doute, le nombre de musulmans impliqués dans les actes terroristes est-il infime par rapport à leur nombre total : 1 sur 1 000 si on se réfère au fichier S, lui-même très extensif. Mais ces actes auront statistiquement et toutes choses égales par ailleurs deux fois plus de chances de se produire si la population allogène devient deux fois plus nombreuse. Ils contribuent et contribueront à durcir les relations intercommunautaires,  à entretenir la méfiance et l’hostilité dont les effets seront seulement tempérés par la  séparation des communautés. En outre, le terrorisme n’est pas la seule forme de l’agressivité réciproque des communautés : la délinquance ordinaire, les « incivilités » ou alors les réflexes d’autodéfense des autochtones y contribueront aussi.

Malgré les exemples de pays comme le Liban, la Bosnie, le Sri Lanka qui montrent que des communautés religieuses  d’importance comparable1 ne peuvent coexister longtemps de manière pacifique, on peut penser que ce n’est pas ce genre de guerre ouverte qui menace immédiatement l’Europe. Mais, comme l’a montré Pierre Manent 2, la démocratie  ne peut prospérer que dans une communauté relativement homogène. On peut craindre que l’hétérogénéité au contraire lui soit fatale. C’est une loi historique que plus une société est hétérogène, plus il faut un pouvoir fort pour y maintenir la paix civile.

Menaces sur les libertés

On ne voit que trop comment un pouvoir socialiste qui proclame à tout-va son attachement aux valeurs républicaines, conforte chaque jour sa légitimité par une gesticulation sécuritaire qui entretient la psychose de l’attentat et habitue insensiblement les esprits à un régime d’exception. S’il est vrai que des failles dans le dispositif policier ont fait obstacle à ce que les attentats de Charlie et du Bataclan aient été détecté à temps, personne n’a considéré que ces failles provenaient de lacunes juridiques, seulement de dysfonctionnements des services. Il est probable que leur vigilance ayant été aiguisée par les événements, ils mettront un point d’honneur à mieux prévenir les attentats et donc à diminuer les risques que court la population. Il reste qu’avec l’état d’urgence, tout citoyen français peut craindre de voir au milieu de la nuit débarquer la police chez lui pour y effectuer une perquisition sans mandat judicaire. Il est aussi vrai que depuis la loi du 24 juillet 2015  sur le renseignement, des gens font attention au contenu de leurs courriels craignant qu’ils ne soient interceptés et utilisés contre eux. Ces moyens juridiques d’exception ont été notoirement utilisés contre des personnes, écologistes, identitaires ou autres, qui n’avaient rien à  voir avec les réseaux terroristes. Sans aucune nécessité, on veut réformer la Constitution alors même qu’une démocratie forte devrait garder ses lois fondamentales sauves quelles que soient les  circonstances3.

S’il est vrai, comme on le dit, que les événements que nous avons vécus ne sont rien à côté de ceux qui nous attendent (il faut espérer le contraire !), alors les restrictions de libertés que nous aurons à connaître dans le futur seront encore plus considérables.

Cela ne concerne pas que la France. Une fois l’euphorie de la politique d’accueil de Merkel passée, qui sait ce que nous réserve ce pays dont les oscillations extrêmes ont déjà ébranlé l’Europe ?

Il est des gens, en France et en Europe, qui imaginent qu’une politique d’accueil large et généreuse rendra les gens meilleurs et la société plus prospère et démocratique, qu’elle fera progresser les droits de tous à commencer par ceux des migrants. Certains sont même prêts à faire émerger cette société vertueuse par la force d’une loi impitoyable au moindre écart de langage. Ils devraient être refroidis par les perspectives qui se dessinent. Ce n’est pas la première fois dans l’histoire contemporaine que les bons sentiments amènent des catastrophes, c’est même plutôt là la règle que l’exception. Nos anticipations ne découlent de rien d’autre que d’une connaissance objective de la dynamique des sociétés de tous les temps et de l’extrapolation de ce qui se passe sur notre sol depuis quelques mois.

  1. Ce qui ne veut pas dire un poids démographique équivalent. Le nombre d’adeptes actifs de chaque groupe, ses appuis extérieurs, importent aussi.
  2. Pierre Manent , La Raison des nations : réflexions sur la démocratie en Europe. Gallimard, collection L’esprit de la cité, 2006.
  3. Ce qui fut le cas de la IIIe République en guerre de 1914 à 1918 ou des Etats-Unis jusqu’au 11 septembre 2001.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 20 Février 2016 à 18h19

      causette dit

      Tellement vrai, mais tellement évident, pour ceux qui n’ont pas de la m… dans les yeux.
      L’Evangile le dit de manière plus raffinée: “les pierres crieront!”. Mais auront-elles le temps?

    • 20 Février 2016 à 10h47

      François dit

      Toute médaille a son revers. Il est des pays occidentalisés qui refusent l’immigration et dont le déclin démographique se révèle être une menace pour leur simple survie.
      Le Japon en fer de lance d’une société extraordinairement repliée sur elle même où la population a fait le choix de la robotisation plutôt que celui de l’immigration.
      C’est sûr qu’un robot ça ne viole pas… quoique  

    • 19 Février 2016 à 18h19

      willot dit

      oui il n’est pas bon de croire que cela va changer en ne comptant que sur ses bons sentiments, ceux qui dirigent l’Europe n’en n’on que faire, ils sont avant tout cyniques, dressent les uns contre les autres par le biais de TV et journaux  aux ordres de leurs propriétaires fortunés qui défendent leurs profit. si on laisse faire je pense que ce sera plus dur au moins aussi durs que pendant la période de la seconde guerre mondiale et de l’occupation par les forces Hitlériennes et Pétainistes.

    • 19 Février 2016 à 11h52

      salaison dit

      euh??……. sur la photo,c’est la “femme à barbe” ?……

    • 19 Février 2016 à 11h51

      salaison dit

      à quoi cela sert-il de vouloir (à tout prix) remplacer une religion, par une autre?
      ou un”Roi”par un “Président” (changement de nom , pas de fonction) ??????
       surtout que celui-ci a quasiment les mêmes prérogatives que celui-là!……
      (sauf la durée)  (là ,on tient compte de l’avis (et uniquement de l’avis) des citoyens (nes)…… après l’élection c’est autre chose!

    • 19 Février 2016 à 11h40

      Fixpir dit

      “le nombre de musulmans impliqués dans les actes terroristes est-il infime par rapport à leur nombre total : 1 sur 1 000 “
      Attendez, si “un pour mille” constitue un risque infime, pourquoi nous emmerde-t-on avec le péril fasciste et/ou raciste depuis un demi-siècle ?
      Quelle est la proportion des citoyens européens impliqués dans un meurtre fasciste et/ou raciste ? Quel est le ratio de temps de parole/surface d’article dans les media passé sur le péril raciste à celle passé sur le péril musulman ?

      • 19 Février 2016 à 19h22

        salaison dit

        vous voulez rire?……..
        les uns (es) parce qu’ils (elles ) ne savent pas, ce que signifie “ratio”
        les autres parce qu’ils encore “formatés” selon le P.S (depuis des décennies)……
        voila pourquoi il faut rester vigilant, jusqu’au bout! 

    • 19 Février 2016 à 9h29

      Amilcarenta dit

      Le lendemain des attentats de janvier n’ont pas fait mentir cette article. Le choc a été de voir que les musulmans en France dans leur immense majorité ne partageait pas la peine des français mais allaient jusqu’à justifier voir se réjouir des tueries islamistes. De façon plus marginale, la dictature de la pensée de l’extrême droite communautariste, ébranle même des communautés depuis longtemps assimilées en France comme les juifs sépharades et les antillais. Les premiers parlant de partir pour Israel les autres se plaignant (parfois à raison) que l’assassinat de Clarissa Jean-Baptiste est été occulté par ceux de l’Epicerie casher.

    • 19 Février 2016 à 9h29

      salaison dit

      il n’y a qu’à voir, comment ces “partis politiques” se démènent en ce moment (même ici !)

    • 19 Février 2016 à 9h14

      salaison dit

      (suite interrompue) y compris de Bruxelles ! (qui ne pense d’ABORD qu’aux salariés présents! et/ou “élus” ) le reste “ils” (elles) s’en fichent !

    • 19 Février 2016 à 9h11

      keg dit

      La diktature sera t-elle le nouveau genre humain….. européen!

      Pourquoi 1789 si c’est pour arriver au 10 Février 2016 et l’accouchement sur les fonds baptismaux de la Constitution de l’état d’urgence comme un état normal?

      Aux armes citoyens! N’y a t-il plus personne…. Où sont les forts en gueule?

      http://wp.me/p4Im0Q-Xz

      • 19 Février 2016 à 9h27

        salaison dit

        c’est pourquoi les “partis politiques” (TOUS CONFONDUS!) en profitent !

    • 19 Février 2016 à 9h10

      salaison dit

      la GRANDE erreur des partis politiques, (de Bruxelles aussi) a été de croire les “diktats” de ces partis (gauche, droite, milieu, extrêmes)
      comme du “bon pain”, de ce P
      alors que la véritable  décision appartient aux Citoyens(nes) !!!! (décision finale)

      tout ce qui se passe après une élection est nul et NON-AVENU! (car après une élection, ils (elles) font CE QU’ILS (ELLES) veulent (y compris MENTIR effrontément)

    • 18 Février 2016 à 23h14

      hmr dit

      Comment se fait-il que des faits, qui relèvent en bonne partie du moindre bon sens, comme ceux relatés dans cette analyse, ne retiennent pas l’attention et surtout la circonspection de certains dirigeants européens dans leurs décisions, lourdes de conséquences, comme la Merkel, pour ne citer qu’elle, qui, c’est à craindre sera dans un avenir proche, vouée aux gémonies, pour avoir laissé délibérément envahir son pays, faute de savoir maîtriser ses émotions.

    • 18 Février 2016 à 20h50

      Letchetchene dit

      Bonsoir à tous

      Pour rester dans la même vaine de ce qui se dit , hier soir (j’habite dans le 7ème secteur de Marseille 13-14ème arrondissements) nous avions une réunion (je suis au bureau d’un CIQ) avec le commandant de police du secteur , une représentante de la mairie centrale qui représenté la police municipale et nous avons entendu c’est 2 personnes , pourtant très efficaces nous dires sans langue de bois:
      “Aujourd’hui nous devons laisser faire les vendeurs de drogue , guetteurs ,chouffes et autres faire leur “Business” car demain si nous arrivons a les empêcher de trafiquer nous risquons de très gros problèmes dans tout Marseille”
      Voilà ou nous en sommes arrivé aujourd’hui et tout le reste dont vous parler ci-dessous et du même acabit…
      Alors demain les incidents “D’Ajaccio” qui pourraient se reproduire partout en métropole ou devrions nous laisser faire pour arriver plus rapidement à une guerre civile d’ici 5 à 8 ans maximum….
      A nous de voir et de peser le pour et le contre!!

    • 18 Février 2016 à 19h43

      Habemousse dit

      Voilà qui est clair : plus une population grossit et plus elle a tendance à suivre ses traditions, avec lesquelles elle se sent forte plutôt que celles du pays d’accueil qui la fragilise, loin de ses bases : c’est tellement simple.

      Nos gouvernants le savent et savent que dans quelques années nous seront les moins nombreux : malgré les avertissements que les experts n’ont pas manqué de leur donner, ils sacrifient un peuple et son histoire pour des raisons de pouvoir et d’idéologie, avec la complicité de « presque » toute la classe politique, sauf quelques veilleurs comme monsieur Alain Finkielkraut et consorts, cibles de toutes les railleries.
      Et voilà t’y pas qu’au milieu de tous ces drames, une ministre de l’Education, aussi inconsciente que son maître, vient nous parler d’accents circonflexes, histoire de mettre un peu de piment dans notre purée noire. ! 

      • 18 Février 2016 à 20h43

        C. Canse dit

        À habemousse 

        Le coup de l’accent circonflexe ? Un ignoble léchage de c…du lobby de l’imprimerie assistée par ordinateur.
        Les ordi ayant un nombre limité de caractères, tant qu’on ne passera pas à l’unicode (codage des caractères sur 16 bits) les documents ne seront pas universellement lisibles, le ministère de l’Éducation vend l’orthographe à la société Microsoft ! 

      • 18 Février 2016 à 20h46

        C. Canse dit

        À Habemousse 

        Veuillez me pardonner cet écart de langage, j’étais très fâchée. 
         

        • 19 Février 2016 à 9h38

          Habemousse dit

          Vous étiez déjà pardonnée avant de l’écrire, vous aviez raison d’être fâchée.

           Cependant, pour être lavée de tout péché :
          « Ne faites pas de boogie woogie
           Avant de faire vos prières du soir » ( pape Eddy )

          Dimanche inclus sinon c’est trop facile.

          Et puis il nous reste les trémas auxquels je suis très attaché, histoire de mettre les points sur autre chose que les i.  

        • 19 Février 2016 à 9h48

          C. Canse dit

          Habemousse

          :-) 

    • 18 Février 2016 à 19h20

      cage dit

      Il y a qq années, Régis Debray (…) prédisait:
      “nous aurons le choix entre une “démocratie autoritaire” ou une “république islamique”…
      nous y voilou…

       

    • 18 Février 2016 à 19h10

      kersablen dit

      Aux armes citoyens .

    • 18 Février 2016 à 18h08

      plouc dit

      ça nous a pas suffi ce que les français ont subi en Algérie avec un déplacement de population de + de 1 million de personnes et des milliers de crimes abominables sur les français là bas et des centaines de milliers sur les harkis !!!!!
      et depuis qu’ avons nous fait pendant plus de 40 ans , nous avons importé chez nous ces arabes qui nous combattaient là bas !!!! cela dépasse l’ entendement !!!!!
      nous sommes devenus otages de ces populations maghrébines qui viennent maintenant nous combattre chez nous !!!!
      Bravo !!!!!!!!!!

      • 18 Février 2016 à 20h58

        Mitidja dit

        Salut Plouc,
        Et l’ami Fixpir qui, à 11h46, nous sort la tirade du “plus grand des français” dont le contenu, de nos jours, aurait fait embastiller n’importe qui….ce qui ne l’a pas empêché, en 58, de crier “vive l’algérie française”, etc…..Mais que ne ferait on pas pour s’accaparer du pouvoir par tous les moyens et satisfaire un ego aussi surdimensioné que nettement surévalué : en utilisant la trahison, le reniement, le renoncement, la complicité avec l’ennemi FLN, il a assassiné l’algérie et signé l’arrêt de mort de la France. Tous ses électeurs complices qui, par référendum, ont approuvé ses basses besognes, portent l’entière responsabilité de la tragédie qui se dessine aujourd’hui : Ils n’ont pas voulu de l’algérie française, ils auront la France algérienne, et c’est bien parti.

        • 19 Février 2016 à 3h57

          thd o dit

          Absolument pas, de Gaulle a été cohérent avec ce qu’il dit plus bas en rompant avec l’Algérie, et ses 10 millions de musulmans qui sont devenus 40.

          Vous, par contre, vous êtes incohérent si vous ne voyez pas qu’une Algérie française signifierait 40 millions de musulmans au lieu de 5.

          Vous étiez du mauvais côté de l’histoire, et ce n’est pas la faute de de Gaulle. De qui, alors ?

        • 19 Février 2016 à 5h41

          Vert Gallois dit

          Si l’Algérie était restée prospère ils seraient certes nombreux mais pas à La Goutte d’Or.

        • 19 Février 2016 à 10h54

          Fioretto dit

          @ thd o
          Je suis d’accord avec vous mais De Gaulle n’aurait pas du accepter les accords qui facilitent la mobilité des algériens. Il y aurait pas du tout avoir eu d’accords. 

        • 19 Février 2016 à 11h02

          cage dit

          sur cette question, il semble que P. Buisson ait soufflé l’idée à Sarko de rompre ses accords privilégiant la libre circulation des algériens venant pourtant d’accéder à l’indépendance, mais Sarko comme sur bcp de sujets à hésité devant l’obstacle. 

        • 19 Février 2016 à 11h19

          Fixpir dit

          @Fioretto
          “De Gaulle n’aurait pas du accepter les accords qui facilitent la mobilité des algériens.”

          Je connais très mal les accords d’Évian. Ce que je comprends, c’est que les accords étaient très large, avec la création d’une sorte de commonwealth. Que la partie algérienne a accepté sans jamais l’appliquer.
          Le détail est peu connu – (de moi, en tous cas). Probablement parce que, d’un côté, on préfère oublier les mensonges et la roublardise des négociateurs algériens, de l’autre, on préfère passer discrètement sur le fait que l’on a été roulé par des négociateurs de mauvaise foi.
          Notamment, lors de la négociation, il n’avait jamais été question, à ma connaissance, du rapatriement des citoyens d’origine plus ou moins lointaine de métropole, et encore moins de l’expatriement des juifs.

          Les questions de circulation ne serait plus qu’un fossile juridique datant de cette négociation et des mensonges algériens.

        • 19 Février 2016 à 11h27

          Fixpir dit

          @Mitidja
          Il est délicat de ma part de parler “intellectuellement” d’une situation à quelqu’un qui l’a vécu et en a souffert. J’ai compris que vous étiez né en Algérie. Sachez que je respecte la souffrance des personnes qui ont été rapatriées.

          Cependant, la question fondamentale, me semble-t-il, c’est que la double citoyenneté (“européens”/”indigènes”) était indéfendable sur le moyen terme. [indéfendable, pour moi moralement, mais, indépendamment de toute question morale, indéfendable politiquement dans les années 60 compte tenu du rapport des forces politiques].
          Et que les situations démographiques font que l’analyse du Général a, rétrospectivement, été prouvée exacte.
          Quant à la partie de l’analyse concernant “la séparation de l’huile et du vinaigre”, je vous laisserai donner votre avis.

        • 19 Février 2016 à 12h37

          Mitidja dit

          Thd, vous veillez trop tard, et cela vous embrouille l’esprit. Blague à part, votre argument est légitime, si on se fit aux nombres d’aujourd’hui, mais ne tient pas, car : l’algérie n’a JAMAIS existé avant l’arrivée de la France, c’est elle qui l’a enfantée, batie, construite, c’est un fait reconnu par le FLN lui même ( Ferhat Abbas, Aït Ahmed, récemment décédé…). L’algérie d’aujourd’hui n’est comparable qu’au Groland de canal+, et encore!
          Les “algériens”, terme erroné d’avant 62 sauf pour les autochtones berbères, se cherchaient une identité, et les évènements de 58 auraient été un formidable levier pour une mise à niveau des “indigènes”, car tout n’était pas parfait, loin de là. Mais il ne faut pas demander à la France de réussir en 132 ans à la perfection ce que personne avant elle n’avait ne serait ce commencé de commencer depuis la nuit des temps, sauf les romains! Je n’imagine pas un seul instant mes ancêtres se comporter comme des cow boys qui ont zigouillé tous les indiens, en en laissant que quelques uns dans des réserves comme des animaux dans un zoo. Paradoxalement tout le monde aujourd’hui les considère comme de “valeureux pionniers” et tout le monde ou presque envie le “rëve américain”…..Si on lui en avait laissé le temps, cette californie méditerranéenne à la française aurait permis au plus grand nombre de s’épanouir, de s’européaniser, de n’avoir que l’envie de rester chez soi et peut ëtre de ne plus se multiplier comme des lapins. Hors, que voyons nous aujourd’hui? Des gens élevés depuis 54 ans dans la haine de la France, dans un fanatisme religieux, et qui de toute façon arrivent ici par centaines de milliers, avec une seule envie : nous pomper jusqu’à la moelle, nous bouffer jusqu’au trognon. Vous préférez cela??
          Et puis il y a surtout la manière adoptée pour “solutionner” le problème par le plus grand traitre de l’Histoire de France : par arrivisme, par ambition, il s’est faufilé au bon moment pour satisfaire enfin sa soif de pouvoir. Pour cela, il a utilisé la trahison, le mépris, l’indifférence, en organisant l’épuration ethnique de plus d’un million de ses compatriotes, en livrant 150000 harkis qu’il avait bien pris soin de faire désarmer auparavant aux couteaux de ses complices du FLN; C’est la plus grande saloperie de l’Histoire de France de tous les temps, en obligeant sa propre armée victorieuse sur le terrain à une rédition sans condition : on n’avait encore jamais vu cela, nulle part!! Thd, on ne peut accepter l’inacceptable, soutenir l’insoutenable. Tout le monde aujourd’hui est au courant de cette ignominie, et l’omerta savamment organisée depuis un demi siècle ne grandit pas ses auteurs.

        • 19 Février 2016 à 13h41

          Fixpir dit

          @mitidja
          “.Si on lui en avait laissé le temps, cette californie méditerranéenne à la française aurait permis (…)”
          Peut-être. Cela n’a pas été le cas.
          Cela aurait pu aussi être “une Californie” dans laquelle vivraient en harmonie des personnes de toutes origines, français, juifs, berbères, arabes. Cela n’a pas été le cas non plus.
          Les algériens ont éliminés ces deux hypothèses dans un bain de sang.

          Incidemment, nos intégristes de la religion bien-pensante n’ont toujours pas expliqué pourquoi virer les européens d’origine en Algérie, c’est être dans le Bien, alors qu’émettre le moindre doute sur les bienfaits de l’immigration, c’est incarner le Mal absolu.

        • 19 Février 2016 à 13h43

          Fixpir dit

          Je voulais dire dans mon second point :
          Cela aurait pu aussi être “une Californie” INDÉPENDANTE dans laquelle vivraient en harmonie des personnes de toutes origines, français, juifs, berbères, arabes.

        • 19 Février 2016 à 16h36

          Mitidja dit

          Fixpir,

          Indépendante, surtout pas….Lorsque vous réalisez quelque chose de particulièrement réussi, vous aimez peut être bien la montrer, mais vous vous la gardez. Dans l’absolu, cela aurait été en effet la solution idéale, mais offerte surtout à la convoitise de tous, des grandes puissances de l’est ou de l’ouest, qui n’auraient pas trainer pour semer la zizanie et tenter d’en tirer profit. Faire partie de la France d’avant 62, une France encore forte et respectée, serait resté le meilleur gage de sécurité pour tous, sans oublier la manne pétrolière qu’elle ne devait qu’à elle même et qui lui aurait donné une indépendance énergétique particulièrement enviable.
          Une dernière chose essentielle que j’ai omise dans mon dernier post: en mars 62, faire tirer sur des français manifestant devant la grande poste d’alger uniquement parce qu’ils voulaient rester français ( 100 morts ), désarmer les harkis pour qu’ils soient sans défense devant le couteau des égorgeurs, signer à Evian une rédition sans condition en faveur des vaincus en acceptant toutes leurs volontés, ordre donné aux militaires français ( général Katz, le boucher d’Oran ) encore présents à Oran de rester dans leurs casernes le 5 juillet62 alors qu’une chasse aux français était le sport du jour ( 3 à 4000 pieds noirs massacrés en une seule journée et jetés dans le “petit lac” prés d’Oran ), tout cela a été un signal fort envoyé aux nouveaux vainqueurs qui ont vite compris que désormais la France était devenue une serpillière, un paillasson, une roulure à qui on peut tout demander, de qui on peut tout exiger! Vous en avez aujourd’hui, et vous en aurez de plus en plus la démonstration, et ce n’est que le début du commencement.
          Chercher ne serait ce qu’à nier ces crimes d’état qui ne méritent que l’échafaud ou tenter simplement de les minorer ou de les “expliquer” ressemblerait étrangement aux thèses négationnistes qui osent encore affirmer qu’il ne s’est rien passé avec les juifs en 39/45!!

    • 18 Février 2016 à 17h58

      Parseval dit

      http://www.lemonde.fr/corse/article/2016/02/18/beaucoup-de-corses-partagent-l-impression-d-etre-denigres-systematiquement-par-l-etat_4867867_1616678.html
      La Corse ou la banlieue ethno-victimo-ghettoïsée de la France

      C’est lié en partie à l’attitude de l’Etat depuis un demi-siècle. Le dernier rebondissement après ce qui s’est passé à Reims en est l’exemple. Le parquet vient d’ouvrir une enquête pour violences volontaires sur un supporteur, ce qui semble accréditer le fait que les jeunes supporteurs auraient été agressés par les forces de l’ordre, alors qu’une première version de l’affaire disait l’inverse [le parquet de Reims avait dit que le supporteur s’était « blessé tout seul en tentant de fuir la police », alors que lui affirme avoir été victime d’un tir de Flash-Ball]. Quatre jours après les événements on ne sait toujours pas ce qu’il s’est réellement passé. C’est grave car, dans le contexte insulaire, cela ne fait qu’apporter de l’eau au moulin du discours répandu sur l’éternelle suspicion à l’égard d’un Etat qui n’agirait pas en Corse comme ailleurs, où il jouerait au menteur et au dissimulateur. (…)
      L’impression d’un dénigrement systématique de la Corse et des Corses est partagée par énormément de personnes, probablement par une très grande majorité des insulaires. Il suffit de voir la polémique après les réactions de la classe politique nationale et de certains médias au discours en langue corse de Jean-Guy Talamoni à l’Assemblée de Corse. Il y a eu des propos d’un grand mépris, un journaliste a parlé d’un retour de la Corse aux châtaignes et aux ânes !

      Encore un territoire perdu de la République ?

      • 18 Février 2016 à 19h11

        Flo dit

        L’Etat est tellement faible que tout part en sucette.

      • 18 Février 2016 à 19h25

        cage dit

        ou  ”terroir gagnant”?
        La Corse ses figatellis, ses bergers, sa langue “Italienne” sauce sanglier, 
        ses embrouilles aux enchères, ses surrenchères,
        et grand fournisseurs de Ministres l’Intérieur:
         on ne change pas une “équipe qui fait gagner”

      • 18 Février 2016 à 19h26

        GHMD dit

        Je n’ai aucune compassion pour les Corses, dont j’ai effectivement une image déplorable. A mes yeux, des gens qui tirent dans le dos, qui attendent tout de l’Etat français et qui reçoivent beaucoup, qui sont à mes yeux responsables de leur propre malheur par leur propension à se détourner de la loi républicaine pour appliquer la loi locale. Laquelle loi locale semble être tout simplement celle du plus fort, si ce n’est celle du plus vicieux. J’ai personnellement fait vœux de n’acheter aucun produit Corse tant que l’assassin du préfet Erignac ne se sera pas dénoncé, puisque le condamné actuel prétend qu’il est innocent. Je suis un fervent partisan de l’indépendance de la Corse. Pour ma part, je n’y mettrai plus jamais les pieds.

        • 19 Février 2016 à 11h32

          Fixpir dit

          Sans être aussi irrité que vous, je ne puis que constater que beaucoup de régionalismes acceptent fort bien les avantages de la communauté nationale (notamment la capacité à aller bosser là où il y a des jobs), mais refusent un peu facilement le côté inconvénient (si nous pouvons aller à Paris, alors ils peuvent venir ici).

    • 18 Février 2016 à 17h24

      ornoto.be dit

      “Sans doute, le nombre de musulmans impliqués dans les actes terroristes est-il infime par rapport à leur nombre total : 1 sur 1 000 si on se réfère au fichier S, lui-même très extensif”.
      Au temps de l’attentat du métro londonien, les Anglais estimaient (je n’ai pas pu malheureusement retrouver l’info)que sur 100 musulmans (je suppose qu’on parlait des adultes), 10 étaient rigoristes, et sur ces 10 1 était prêt à passer à l’acte). Si la France compte donc 6 millions de musulmans, disons 40.000 seraient dont à classer “S”. Or on en détecte 8.500 actuellement, ce qui ne dément pas cette statistique. Sur 2 millions de “réfugiés” Syriens et autres,adultes, l’Europe aura donc importé 20.000 terroristes potentiels. Vous me direz que tout ça est bien approximatif ! Je vous répondrai que c’est sans doute plus réaliste, et que, de toute façon, nous faisons avec ce qu’on nous dit, qui n’est pas hélas grand chose…