Pourquoi les Vénézuéliens n’ont plus de papier toilette | Causeur

Pourquoi les Vénézuéliens n’ont plus de papier toilette

Le régime chaviste à bout de souffle

Auteur

Alexis Brunet
est professeur de français langue étrangère.

Publié le 16 juin 2016 / Histoire Monde

Mots-clés : , ,

Les Vénézuéliens manifestent tous les jours pour protester contre la situation très critique du pays, et demandent un référendum sur la destitution du président Nicolas Maduro. Jusqu’à présent, ce dernier s’obstine.
venezuela nicolas maduro crise

Manifestation contre Maduro. Sipa. Numéro de reportage : AP21906178_000011.

Les Vénézuéliens ne peuvent même plus acheter de papier toilette. C’est le refrain qui revient en boucle dans l’opinion et la presse de leurs voisins colombiens.  Après réflexion, s’il fallait se passer de papier toilette, je suis sûr qu’on s´en sortirait très bien : comme beaucoup sur cette planète, on utiliserait de l’eau, versée dans une casserole ou prise directement à la source, au bord d’une rivière. Seulement, il ne s’agit pas que de papier. Il s’agit de bouffe, et même de médicaments. Quatre heures de queue devant une supérette pour s’entendre dire qu’il n’y a plus rien à acheter, c’est pour le moins frustrant. Et pour ceux qui auraient réussi à avoir un kilo de haricots rouges au prix fort, existe alors le risque de se faire dévaliser au coin de la rue à main armée. À l’époque de Chavez, on était rationné mais on pouvait au moins trouver quelque chose.

Une révolte populaire

Il faut dire que 2016 a très mal commencé pour Maduro et sa garde rapprochée. Certes, 2015 avait vu Caracas couronné du triste titre de « ville la plus violente au monde », mais depuis le début de l’année, tout s’est enchaîné : chute du prix du baril de pétrole, sécheresse puis pénurie d’électricité (hydraulique), sans oublier l’inflation, officiellement de 180 % pour 2015 (275% selon le FMI). Les députés ont vu leurs salaires suspendus, tandis que les fonctionnaires ont été priés de rester chez eux le vendredi pour faire des économies d’énergie. Le président a même suggéré aux Vénézuéliennes de ne plus utiliser leur sèche-cheveux, arguant sur le ton d’une boutade « qu’une femme est plus belle quand elle se sèche les cheveux naturellement, avec les doigts. » Il a de l’humour ce monsieur.

On pourrait en rester à ce trait d’humour (mais en est-ce bien un ?) et passer à un autre sujet si la situation n’était pas parvenue à un degré de tension quasi explosif. Tandis que Maduro a décrété « l’état d’exception » et s’est ainsi attribué le contrôle de l’Assemblée nationale, du Tribunal suprême de justice et de l’armée, l’opposition, majoritaire au Parlement, a appelé la population à désobéir au gouvernement et à l’armée. Chacun au Venezuela connaissant une personne ayant été agressée à main armée, séquestrée ou assassinée, et ayant acheté au moins une fois dans l’année des aliments ou des médicaments au marché noir, il y a des raisons pour le moins compréhensibles de descendre dans la rue. Mais pour le gouvernement, la crise est imputable au grand capital étranger, Etats-Unis en tête, qui organise un complot machiavélique afin de bouter la révolution « bolivarienne » et placer ses intérêts libéraux. Ce discours, ça fait dix-sept ans que les Vénézuéliens l’entendent, et ça ne prend plus. Selon un dernier sondage, seulement trois Vénézuéliens sur dix apprécient la gestion du pays par l’ancien chauffeur de bus. Toujours plus que Hollande chez nous, certes.

La fin du chavisme 

Le socialisme est décidément voué à l’échec. Que ce soit à la sauce dite bolivarienne ou plus rustique façon soviétique, ce système économique ne fonctionne pas. Ce serait néanmoins oublier que lorsque Chavez accède au pouvoir en 1999, le Venezuela n’a rien du paysage de carte postale de vacances au soleil que certains prétendent maintenant. A la fin des années 1980, sous la présidence du libéral Carlos Andrés Pérez, une crise très similaire à celle que traverse aujourd’hui le pays entraîne un soulèvement populaire. La répression causera plus de mille morts en une semaine, estime-t-on. Si les chiffres sur la popularité de Chavez à sa mort diffèrent (entre 40 % et 70 % selon les sondages), le fait est qu’il fut élu pour trois mandats présidentiels à la suite, avec des taux de participation allant jusqu’à 80 %. De quoi se poser des questions sur nos tristes élections qui n’intéressent plus grand monde. Quoi qu’on en pense, le défunt Chavez a réussi à placer le peuple au cœur de la politique, et à faire déplacer aux urnes des millions de gens qui jusque-là étaient plus préoccupés par leur feuilleton télé. Et cette fibre politique qu’ont acquise les citoyens est en train de se retourner contre le chavisme lui-même. En espagnol, « maduro », signifie « mature ». Si l’ancien chauffeur de bus voulait faire honneur à son patronyme, il devrait cesser de s’accrocher à son trône comme un gamin capricieux et laisser place à l’opposition majoritaire. Le régime chaviste ayant fait son temps, il n’a plus qu’à écouter les Vénézuéliens.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Juin 2016 à 19h44

      mada dit

      En France, il y a un Grand Homme d’Etat qui salue comme salutaire le manque de papier toilette au Vénézuela. Mélenchon président! Papier toilette pour personne! A mort l’impérialisme américain du papier toilette! Franchement, le cul sale, dans ces conditions, c’est plus propre. Vive la Révolution contre le papier toilette! Et demain contre le papier tout court! Vive la gauche mature!

    • 17 Juin 2016 à 12h14

      Habemousse dit

      Puisque l’on est au royaume des grands dictateurs mous, le nôtre, qui aime bien se faire passer pour plus sot qu’il ne l’est, histoire de nous enfumer un peu plus, a, semble-t-il, réussi à baisser nos retraites au I Juin 2016, en catimini, sans qu’aucun journaliste ou presque ne révèle ou presque le pot aux roses.
      Quelqu’un peut-il confirmer l’information qui suit ?

       « BAISSE DES RETRAITES DE 2.8 % EN JUIN 2016
> Dans une vérité dite… il y en a souvent une autre… > > Impôts 2016 ! “Si vous êtes retraité :Il n’y aura pas d’impôts nouveaux (votés) en 2016″ > > Vous l’avez entendu ça ! Un jeudi soir…. > > Mais une autre vérité est restée bien cachée. Un sujet oublié par M. Hollande un certain jeudi soir. > > Le vendredi tout le monde exposait “qu’il” n’avait pas été bon….. > > > > > Je suis d’un autre avis. > > Le prestidigitateur Hollande a réussi une partie de son numéro. > > ” Je te montre mais tu ne vois rien !” > > > > > Voyez plutôt : > > le taux de CSG augmente pour les retraites qui dépassent 1300 EUROS (le seuil de pauvreté est à 950 euros) > > Près de 460 000 retraités verront leur taux de CSG passer de 6,8% à 10,6% au 1er JUIN 2016, c’est-à-dire une baisse de leur retraite de 2.8 % ! Tiens, tiens. »

       Est-ce vrai ?  

      • 17 Juin 2016 à 12h18

        Habemousse dit

        ( suite ) « Concrètement qu’est-ce que ça donne ?

         - 436 EURO de moins par an pour une retraite de 1 300 EUROS !  

         - 672 EURO de moins par an pour une retraite de 2 000 EUROS ! ( le prix d’un voyage pour beaucoup)
        - 1 008 EURO de moins par an pour une retraite de 3 000 EUROS > > > > > > > > Pas si vite… c’est pas fini !

         De plus, la part de la CSG déductible n’étant que de 4.2 % sur les 6.6 %, les retraités paieront l’impôt sur le revenu sur les 2.2% de la CSG non déductibles restants !

         Donc ils paieront l’impôt sur l’impôt.

         L’affaire débute le 1er juin 2016 mais pourquoi pas le 1er janvier 2016 ?
> Pour la simple raison que cela ne jouera que sur 50% du revenu cette année et que cela n’aura qu’une 1/2 incidence lors de la déclaration fiscale de 2017 celle qui devra être faite juste avant les élections.

         C’est pas malin ça ? > > > > > Et ce n’est que le début !! bientôt augmentation de la TVA et suppression pour les retraités des 10 % sur le calcul de l’impôt.. Là aussi il y a amélioration….. Continuez à dormir braves gens .. Le “casqué” veille sur vous.

         Hollande peut dormir tranquille “On” votera pour lui l’année prochaine… c’est sûr !!!
> Mais qu’il parte ou qu’il reste le mal sera fait.

         Les suivants diront comme d’habitude : C’est pas nous ! »  

      • 17 Juin 2016 à 15h54

        thd o dit

        Je ne sais pas si c’est vrai, mais si ça l’était ce serait une excellente chose.

        C’est en effet dans les dépenses sociales, et en particulier dans les dépenses de retraites, que la France dépense plus que ses voisins. Donc c’est bien là qu’il faut réduire les dépenses, si on pense qu’il faut réduire les dépenses. C’est bien ce que vous pensiez, n’est-ce pas ? Eh bien Hollande vous aura exaucé.

        • 17 Juin 2016 à 19h02

          Habemousse dit

          Votre haine des retraités n’a pas de limites ; je vous rappelle que M. Hollande a gelé leurs salaires depuis un certain temps déjà, et qu’un retraité c’est un individu qui a cotisé toute sa vie pour obtenir sa retraite.

          Evidemment vous n’avez rien à craindre pour la vôtre à l’abri de votre syndicat tout puissant, qui voit d’un bon œil les français s’appauvrir, à l’exception de ses adhérents, dont vous êtes.

          Vous devriez retenir un peu votre joie., vous ne savez pas de quoi l’avenir est fait. 

    • 17 Juin 2016 à 8h04

      Aristote dit

      Leroy, Leroy, où es-tu, entends-tu ?

    • 17 Juin 2016 à 4h01

      dov kravi דוב קרבי dit

      Certes, tout cela est vrai. Mais Maduro a quand même sauvé le Vénézuela d’un énième coup fomenté par l’hydre sioniste. Son concurrent était décrit lors de la campagne électorale comme un Juif cupide vendu au capitalisme international.
      Les Vénézuéliens l’ont échappé belle.  

    • 17 Juin 2016 à 1h02

      Guillaume-Salluste dit

      Le Venezuela, finalement, c’est ce que serait devenu le Chili sans Pinochet…
      Parfois, un dictateur peut sauver, sur le long terme, la démocratie.
      C’est ce que Hegel appellerait “la ruse de la raison” ; c’est aussi “le travail de la négativité” dans un processus dialectique.
      C’est pour cela qu’il faut se méfier des fameuses belles âmes qui ont les mains propres mais… pas de mains.

    • 16 Juin 2016 à 18h15

      thierryV dit

      Ce qui est étrange , c’est le temps qu’a mis se régime a s’effondrer . Certes le pétrole a permis l’arnaque mais tout de même . Que ne fait on pas au nom du peuple . C’est a chaque fois la même chanson .

    • 16 Juin 2016 à 18h11

      L'Ours dit

      J’attends toujours avec nombre d’autres causeurs, que tous ceux qui montraient le régime chaviste en exemple et nous certifiaient que nous avions tort d’être certains de l’échec, viennent nous dire que c’est nous qui avions raison.
      Mais je pense qu’au contraire, on viendra nous dire que si ça n’a pas marché, c’est parce que le régime chaviste n’est pas allé assez loin dans le chavisme et que les USA et les martiens ont sapé les bases de ce bel et glorieux édifice.

      • 17 Juin 2016 à 14h44

        expat dit

        Ah l’Ours ! j’attends surtout que Leroy vient nous expliquer que bien évidemment, c’est le grand méchant USA qui a saboté le pays…

    • 16 Juin 2016 à 17h28

      laborie dit

      On me dit dans l’oreillette que Jérôme Leroy a affrété un cargo de Papier Lotus triple épaisseur. Me voilà rassuré!…