Vel’ d’hiv’: la France et les Français doivent reconnaître leur culpabilité | Causeur

Vel’ d’hiv’: la France et les Français doivent reconnaître leur culpabilité

Jacques Chirac avait raison

Auteur

Guy Sitbon

Publié le 02 mai 2017 / Histoire

Mots-clés : , , , ,

Jacques Chirac assiste à la cérémonie commémorative de la rafle du Vel' d'Hiv', juillet 1995. SIPA. 00265144_000007

De la Révolution de 1789 à ce jour, pas un homme politique n’a été aussi populaire, aussi aimé en France que le maréchal Pétain. De 80 à 90% de soutien au moins jusqu’à fin 1942 (rapports des préfets). Ni Thiers, ni Clémenceau, ni De Gaulle ne lui arrivent à la cheville avec son portrait dans presque tous les foyers. Est-ce qu’il a représenté « la France » ?

Le Général parlait au nom de la France libre, pas au nom de la France

De l’armistice à novembre 1942, Pétain possédait une armée de 600 000 hommes (100 000 en métropole, le reste dans l’empire), avec ses États Majors, ses généraux (dont les maréchaux Juin et De Lattre de Tassigny), son armement, sa marine et son aviation. Il leur est arrivé de se battre. Toujours dans le camp de l’Axe, contre les Alliés. Après la bataille de Narvik (avril/mai 1940), 100 000 soldats français se trouvent sur le sol britannique. De Gaulle, qui parlait déjà « au nom de la France Libre » (pas de la France), fait appel à eux. Mais 98 % d’entre eux choisissent de rentrer au pays derrière le maréchal. Un seul magistrat a refusé de prêter serment, Paul Didier. Un seul préfet, Jean Moulin. Même unanimité parmi les ambassadeurs et policiers. Lisez Paxton ou simplement les Mémoires de guerre du général De Gaulle, tout y est. Le Général parlait au nom de la France éternelle, de la France Libre, de la France Combattante, pas au nom de la France.

>> A lire aussi: La France, Marine et le Vel’ d’Hiv’: avant tout une question politique

C’est l’affaire des historiens, il suffit de les consulter. Au fait, celui qui vous a dit que le Gouvernement provisoire de la République Française (GPRF) avait été créé le 28 octobre 1940 à Brazzaville, s’est fichu de votre gueule. Ce gouvernement a vu le jour à Alger le 2 juin 1944, quatre jours avant le Débarquement, et en prévision de celui-ci. Jusque là, le gouvernement français siégeait à Vichy. Londres puis Alger se contentaient du titre de Comité national.

L’Allemagne l’a fait

Ce bla-bla wikipédien pour déboucher sur quoi ? La France, les Français doivent reconnaître leur culpabilité. Tant qu’ils s’innocenteront, le passé ne passera pas et la guerre non plus. Les Allemands l’ont admis. Ils ont été complices, pourvoyeurs de crimes. Ils le reconnaissent tous les jours. Ils réparent leur faute. Ils ne prétendent pas que « l’État » porte tout le mal sur ses épaules. Ils ne s’en tirent pas la conscience tranquille. À Berlin, le mémorial de l’Holocauste occupe deux hectares de cimetières au centre de la ville. Le Chancelier Willy Brandt, héroïque résistant s’il en fut, a bien mérité son prix Nobel de la Paix pour s’être agenouillé au ghetto de Varsovie. Aujourd’hui encore, je suis invité par l’Allemagne à me faire connaître pour recevoir les indemnités de dédommagement que les Allemands croient me devoir. Moyennant quoi, aujourd’hui, l’Allemagne est l’Allemagne et la France, la France.

Chirac, après avoir incriminé deux fois l’État français et précisé « toute la France n’était pas à Vichy », admet qu’« il y a une faute collective ». Tout est là. L’esprit public est resté sourd à cette évidence, le discours n’a été ni digéré ni suivi d’effets. Tout reste à faire. Certains, surfant sur le courant, blâment carrément Chirac, le seul à avoir effleuré l’immense travail qui reste à faire. Et retourne la manivelle « La France était à Londres. » Allez dire ça aux déportés.

À quelle occasion ? Blanchir Le Pen en pleine campagne. Bravo, camarades !

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Mai 2017 à 18h41

      bellini dit

      La haine de la France partagée par des minorités qui pourtant en profitent. « Tant que l’humanité demeurera divisée en états de puissance, les juifs de la diaspora, libres de déterminer leur destin, doivent choisir entre Israël et leur « pays d’accueil«, devenu leur patrie. Citoyen de la république française, ils maintiennent légitimement leurs liens spirituels ou moraux avec les Israéliens ,mais si ces liens avec Israël deviennent politiques et l’ emporte sur la citoyenneté française,il devrait logiquement choisir la citoyenneté israélienne. » R. Aron

    • 4 Mai 2017 à 17h48

      Leucate dit

      C’est la France, et non le “régime appelé Etat Français” qui a été victorieuse de la seconde guerre mondiale, qui a eu son secteur d’occupation en Allemagne et à Berlin et a siégé au tribunal de Nuremberg.

      En Histoire et en politique, les vainqueurs ont toujours raison et les vaincus tort.

    • 4 Mai 2017 à 1h58

      MikeCarson dit

      “la France et les Français doivent reconnaître leur culpabilité”

      Compte là-dessus fdp. Si tu te sens un lien particulier avec Vichy, c’est ton problème ; pas le nôtre. Ma France, elle était à Londres, au Tchad, au Liban, en Syrie, à Alger. Elle mourrait à Bir Hakeim, sur le front russe, italien, français, allemand. Elle vivait dans le maquis et pleurait ses martyrs. Ma France, elle était là et pas à Montoire.

      • 4 Mai 2017 à 2h03

        Flo dit

        Je crois, malheureusement pour lui, que M. Sitbon a du mal à évacuer son ressentiment.

    • 4 Mai 2017 à 0h44

      heraclite dit

      Monsieur Sitbon, faites attention à ne pas aller trop loin.

    • 3 Mai 2017 à 15h30

      Theodora dit

      Colère noire de Badinter contre les militants juifs qui insultent Miterrand en 1994 parce qu’il refuse d’imputer les actes de Vichy à la France :
      http://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu01247/la-ceremonie-du-50eme-anniversaire-de-la-rafle-du-vel-d-hiv.html

    • 3 Mai 2017 à 13h44

      Liamone dit

      Le débat du Mercredi 3 mai est un contre sens. On ne débat pas avec le racisme de l’islamisme militant qui s’est imposé en France, comme on ne débat pas avec l’extrême droite.L’ultime raison pour qu’il n’y ait pas de débat avec l’extrême droite, c’est la nomination du négationniste Falk comme président du FN par intérim. On ne débat pas avec la peste de l’islamisme militant comme on ne débat pas avec cette extrême droite là.

    • 3 Mai 2017 à 10h16

      Vincent-G dit

      Culpabilité (n,f) : État de quelqu’un qui est coupable d’une infraction ou d’une faute.
      Je suis né en 1971. De quel acte puis-je être coupable qui s’est produit en entre 1940 et 1945 ?
      Que ceux qui ont commis des actes ignobles soient jugés et punis, 100% d’accord. Que les historiens s’emparent enfin de cette période pour établir la vérité historiques sans le diktat du politique, 100% d’accord.
      Mais reconnaître je ne sais quelle “culpabilité” pour des fautes que je n’ai pas commises, non.

      • 3 Mai 2017 à 13h48

        Liamone dit

        Tu es coupable d’ignorer l’histoire de ton pays tout en dissertant.

        • 3 Mai 2017 à 15h28

          Vincent-G dit

          D’une part, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble, à ce qu’il me semble. D’autre part, je ne suis pas ignorant de l’Histoire de mon pays, comme vous l’insinuez. Cette Histoire, je l’accepte dans ce qu’elle a de grandeur, comme en ce qu’elle a de bassesse.
          J’accepte la de porter la responsabilité de 1/50 millions des erreurs commises par mon pays depuis ma majorité électorales. Ni plus, ni moins.

    • 3 Mai 2017 à 9h07

      accenteur dit

      Philgold 23H34
      vous dites n’importe quoi comme l’auteur qui a signé cet article. La responsabilité collective ? “Collectif” ne veut rien dire. Et pourquoi pas “raciale” tant qu’on y est ? Ceux qui détestaient le communisme étaient souvent des fanatiques de l’Allemagne, de la culture allemande, de la musique allemande et finalement du nazisme et de son idéologie de la supériorité biologique des Germains. Il y a eu les profiteurs du moment qui furent souvent des collabos méprisables. Et puis l’ensemble de la population française qui a haï les Allemands occupant, le nazisme, la Gestapo. Les Français étaient vaincus et obligés de subir l’occupant et le régime fantoche de Vichy. Les rafles dans la rue, les emprisonnements arbitraires, les tortures et les exécutions sommaires étaient le sort des Français. Plus la faim, le froid, la peur qui régnaient partout. Oublier la souffrance de la plupart et condamner en prenant la partie pour le tout est injuste et odieux. Vichy c’était Vichy pas la France. Point.

    • 3 Mai 2017 à 8h57

      Ligure dit

      En fait, tout peut encore s’arranger… un bonne repentance, de plates excuses et quelques grasses indemnités.
      Ecoeurant. Allez au diable.

    • 3 Mai 2017 à 1h47

      Martini Henry dit

      Bonne chronique de Zemmour à ce sujet : https://www.youtube.com/watch?v=o2z1tZZmwf8

    • 3 Mai 2017 à 1h21

      taubiroute dit

      Vichy c etait l Etat Francais.
      Monsieur Sitbon, ma famille est originaire du CHambon sur lignon et je vous interdit de m insulter !!
      Nous n avons aucune lecon a recevoir en matiere de Resistance et de protection des Juif a l epoque !
      A Bon entendeur…… !

    • 3 Mai 2017 à 0h13

      Guillaume-Salluste dit

      Il va falloir le purger, le camarade Sitbon, avec quatre grains d’ellébore…

      Je crois qu’il devient méchant.

    • 2 Mai 2017 à 22h41

      phsanchez@gmail.com dit

      Les Romains doivent reconnaitre leur culpabilite pour avoir envahi les Gaules.

      • 3 Mai 2017 à 9h10

        accenteur dit

        Et les Arabo-musulmans d’avoir occupé pendant 800 ans l’Espagne Wisigothe.

    • 2 Mai 2017 à 22h20

      Martini Henry dit

      La France était vaincue et en déroute quand Pétain a pris le pouvoir. Son gouvernement en fuite. Pas l’Allemagne quand elle s’est choisi Hitler, par les urnes, ce que les français n’ont pas eu l’occasion de faire pour Pétain.
      Comparer les deux situations relève de la mauvaise foi ignoble ou de la connerie la plus épaisse.
      Que vous apporte de plus, à côté de la condamnation du régime de Vichy par la France, d’entrainer avec lui, dans l’opprobre et la honte, la France et les français tout entiers? Quelle satisfaction malsaine cela fait-il naître ne vous de vous compter dans le camp des salauds? Ça vous console? Ça vous fait jouir?
      Vous imaginez que le fait de mêler la France entière et les français à ces saloperies évitera le retour de l’horreur alors que vous aurez installé dans l’esprit de chacun le dégoût de sa Nation et de son âme? Mais, dans une telle situation, donnez-moi une seule raison pour que les français se respectent et se retiennent de tomber dans l’indignité quand, selon vos vœux, eux-mêmes et leur pays ne seraient pas respectables?

      • 2 Mai 2017 à 23h34

        philgold dit

        Curieux comportement … un abus de martini. Peut-être l’alcool nuit à la santé.
        La responsabilité de la France et des Français n’en fait pas une affaire personnelle et la génération actuelle qui a ses propres responsabilités n’a pas celles des hommes des années 1940. Il n’en reste pas moins que admettre la faute d’une majorité de Français de toutes ses institutions de cette époque fait parti de NOTRE devoir et que toutes les vociférations et dénégations n’y feront rien. Sauf à montrer du doigt un agité du bocal.
        Il y avait une France dite libre à Londres et des individuels (civils et religieux qu’on appelle les Justes des nations) en Métropole qui ont eu des comportements remarquables si on doit le dire pourquoi ne pas dénoncer tous les autres et les comportements délictueux ou criminels?

        • 3 Mai 2017 à 0h03

          Martini Henry dit

          Où êtes-vous allé chercher que ces comportements délictueux ou criminels, et les hommes qui les ont commis n’ont pas été dénoncés? Vous êtes malade? Ils ont, non seulement été dénoncés mais aussi jugés et condamnés. Par qui? Par la France! Etonnant, non? Le gouvernement de Vichy n’était pas légitime, mis en place dans un pays vaincu dont l’armée était en déroute. Savez-vous qu’en droit, un contrat passé sous la contrainte n’a aucune valeur juridique? Le gouvernement de Vichy n’en n’avait pas plus. La faute d’une majorité de français? Les français? D’où sortez-vous ça? Les français ne sont pour rien dans la désignation de Pétain à la tête de l’Etat français! Pour rien! Et leur reprocher d’avoir soufflé à la signature de l’armistice relève de la stupidité totale. Enfin, malgré la présence de Pétain à la tête du pouvoir et la politique de collaboration, la France est le pays occupé où la communauté juive a connu le moins de victimes! Les français que vous voudriez voir reconnus comme coupables, y sont certainement pour quelque chose. Alors, non, ils n’ont pas à s’excuser des crimes de Vichy!!!

      • 3 Mai 2017 à 6h03

        t hdo dit

        Une “saloperie” dont vous êtes personnellement responsable, Martini, c’est la lâcheté qui consiste à abandonner en rase campagne Pétain, et à laisser des tiers mal intentionnés lui attribuer plus de responsabilités qu’il n’en mérite.

        Et non seulement, c’est une saloperie, mais en plus cela ne marche pas : votre candidate, quoi qu’allant dans la direction que souhaite une majorité de Français, ne sera pas élue.

        • 3 Mai 2017 à 9h09

          ji dit

          Récuser, sur une base historique, que l’âme, la substance de la France et des français génération après génération soient coupables de cette horreur = oeuvrer pour mme le pen ! On délire.
          Je commencais à me lasser du “padamalgame”.
          S’il y a une culpabilité globale c’est celle d’avoir permis le développement de l’antisémitisme, mais c’est beaucoup plus diffus. Pour ça l’Eglise n’a pas refusé de regarder sa faute, et l’antisémitisme païen, antique ou moderne, n’est sûrement pas mort.

        • 3 Mai 2017 à 10h21

          ji dit

          Ajout : pour le dernier point, son parallèle est particulièrement à l’oeuvre contre les chrétiens, génocide arménien, églises coptes, père Hamel, etc. etc. blagues uniquement envers les cathos sur les ondes en France et tout le monde de rire sans aucun scrupule.

        • 3 Mai 2017 à 10h46

          t hdo dit

          L’antisémitisme est une notion moderne, et n’a rien à voir avec l’Eglise. Les mesures en faveur de la conversion des juifs n’ont strictement rien de critiquable.
          Et dans tous les cas, une version non biaisée de l’histoire n’oublie pas l’expression anglaise : it takes two to tango.

        • 3 Mai 2017 à 12h15

          ji dit

          C’est complètement hs, mais si, il y a une certaine faute de la part des chrétiens : réflexion sur le verus Israël, faute entre frères jaloux, qui a été close par nostra aetate puis par la position de Jean Paul II. Et pour les conversions : à la lumière de ce qui est dit actuellement par l’Église, les juifs ne sont pas à convertir, ils ont leur chemin propre dans la première alliance, et restent pour les chrétiens un signe de l’alliance de Dieu avec les hommes, d’où découle la bénédiction sur toutes les nations (Genèse).