Valls en Sarkozy, Hamon en Juppé, Montebourg en Fillon… | Causeur

Valls en Sarkozy, Hamon en Juppé, Montebourg en Fillon…

Décryptage du débat des primaires de la gauche

Auteur

David Desgouilles

David Desgouilles
Blogueur et romancier.

Publié le 13 janvier 2017 / Politique

Mots-clés : , , , ,

hamon peillon valls pinel montebourg

Le plateau était moins prestigieux que ceux des débats de la primaire de droite. Aucun ancien président. Un seul ancien Premier ministre. Evidemment, on est tenté de comparer. A ce jeu-là, on est évidemment tenté de faire une revue d’effectifs, et d’oser quelques comparaisons avec les protagonistes de cet automne.

Manuel Valls ne peut échapper à la comparaison avec Nicolas Sarkozy. Non seulement parce qu’il a toujours partagé le même style, notamment dans les débats télévisés, mais aussi parce qu’il mise avant tout sur son expérience, employant les mêmes mots que l’ex-président sur le mode : « face à Trump, Poutine, Erdogan, il faut un homme, un vrai ». Mais il partage aussi avec Nicolas Sarkozy le fait d’avoir été souvent la cible d’autres débatteurs, et avoir été souvent sur la défensive, en particulier dans la première moitié du débat, consacrée à l’économie où il a été contraint de porter le bilan de François Hollande. Mais cette comparaison comportait néanmoins une limite : contrairement à Sarkozy, Valls a pu compter sur des alliés objectifs, François de Rugy, Sylvia Pinel et le fantasque Jean-Luc Bennahmias, qui ont peu ou prou défendu les mêmes positions que lui.

Vincent Peillon n’est pas passé à côté de son débat et il n’a -cette fois- pas commis de gaffe d’importance, si on excepte une erreur de langage lorsqu’il a évoqué les militaires français « d’origine musulmane » assassinés par Merah.


Primaire de la gauche: La gaffe de Vincent… par morandini

Lisez la suite de cet article sur le blog de David Desgouilles.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 17 Janvier 2017 à 8h44

      Livio del Quenale dit

      Hamon et son revenu de survie généralisé dans l’uniformité-égalitariste par peur d’injustice maladive mais ignorant l’équité

      C’est une escroquerie financière et intellectuelle
      Tous “en laisse” et ne pas pouvoir s’affranchir même des restos du cœur, un os pour la paix sociale et encourager la désocialisation en augmentant les désœuvrés vieux ou jeunes qui hantes les rues, il faut occuper les gens qu’ils soit fiers d’eux même et de leur patrie.

      Où va-t-il trouver le financement? en empruntant encore et toujours pour fonctionner au lieu de mette cet argent en investissement pour faire tourner des usines qui font de l’emploi ou alors de former les chômeurs pour les emplois plus pointus proposés qui ne sont pas pourvus.

      Votons pour ceux qui comprennent ça et non ces crétins obnubilés par leur fauteuil et/ou la dilution de notre société faisant par trouille allégeance à l’égorgeur ou les sangsues

    • 14 Janvier 2017 à 10h50

      lapaladine dit

      Comment oser comparer les candidats de la primaire du PS à ceux de la primaire de droite? C’est un sophisme ou une erreur de jugement.
      Ces candidats proposent tous plus de dépenses quand ceux de droite proposent plus d’économies par exemple. Comment proposer plus de dépenses non financées sauf par l’augmentation des impôts quand notre dette est 97% du PIB, la dépense publique 57%, il faut emprunter pour payer les salaires des fonctionnaires à partir de début novembre. Ces candidats sont dans l’utopie et ne méritent pas d’être écoutés ou vus dans ces débats, on est à “l’école maternelle”! On a assisté au concours Lépine de la démagogie socialiste!!!
      Certes les socialistes aimeraient que leurs candidats et leur primaire ressemble à ceux et celle de droite mais ils en sont loin, ils n’ont pas “la pointure” pour gouverner la France et la sortir du marasme. D’ailleurs c’est la raison du renoncement de Hollande.

    • 14 Janvier 2017 à 10h24

      keg dit

      Il paraît que la présidentielle de 2022 est déjà finie…
      On a de la chance on nous fait l’économie d’élections… C’est ce cà coûte ces bestioles qui empêchent la France de rouler comme elle veut et,surtout, qui elle veut.

      Que vais-je faire de ces anciens temps consacrés à choisir l’inchoisissable?

      http://wp.me/p4Im0Q-1u6

    • 13 Janvier 2017 à 23h00

      Alex Z dit

      Bof ! Après m’être littéralement endormi devant le petit écran devant ce débat barbant au possible, j’ai fini par zapper pour aller voir un film sans prétention “Coyote Girl”, sur W9. C’est dire !

    • 13 Janvier 2017 à 20h19

      Lector dit

      Vincent Peillon n’aurait pas commis de gaffe ? Sauf tout de même qu’il ignore qu’il existe déjà une “sécu à deux vitesses” (pour dire rapidement).
      Quant à Valls, étant donnés les résultats départageant chaque candidat dans cette première audience, la comparaison avec Sarkozy est en tous points semblable : un désaveux qui pourrait bien créer la surprise une fois de plus.

    • 13 Janvier 2017 à 19h06

      almifrel dit

      Les originaux sont toujours préférables aux pâles copie !!!

    • 13 Janvier 2017 à 18h23

      Malinamodra dit

      Ah oui …on peut continuer l’exercice: Evelyne Dheliat aurait pu être Pinel et Coluche Benhamias (Dans ce dernier cas, il faut faire appel aux morts car hormis Gerra, y a plus de comiques)
      Juste une question! si Desgargouilles écrivait des choses aussi intéressantes dans le Figaro, y serait-il encore journaleux
      Un peu marre du foutage de gueule!!!

    • 13 Janvier 2017 à 18h21

      Malinamodra dit

      Ah oui …on peut continuer l’exercice: Evelyne Dheliat aurait pu être Pinel et Coluche Benhamias (Dans ce dernier cas, il faut faire appel aux morts car hormis Gerra, y a plus de comiques)
      Juste une question! si Desgargouilles écrivait des choses aussi intéressantes dans le Figaro, y serait-il encore journaleux
      Un peu marre du foutage de gueule!

    • 13 Janvier 2017 à 15h02

      Franc tireur dit

      C’est quoi, c’est où l’erreur de langage à propos des militaires français d’origine musulmane tués par Merah ? Fallait dire les militaire français musulmans ?

      • 13 Janvier 2017 à 15h08

        durru dit

        “De confession”. Déjà, la religion n’est pas une origine. Ensuite, ils étaient tous nés en France, si je ne m’abuse, donc leur origine est française. Sans parler du fait qu’ils étaient, assez probablement, des musulmans “zombies”, comme dirait l’autre.

    • 13 Janvier 2017 à 13h17

      clark gable dit

      Dans le sud ouest , impossible de ne pas dire RUGBY a la place de RUGY
      Surement parce que la passion du ballon ovale est supérieure a celle de la politique , doivent plus vibrer dans un stade que dans un meeting ces braves gens !

    • 13 Janvier 2017 à 8h37

      eclair dit

      3 militaires et non 2 appelés. Il n’y a plus d”appelés du contingent.

    • 13 Janvier 2017 à 8h15

      Ananias dit

      Aucun intérêt.

      • 13 Janvier 2017 à 8h26

        steed59 dit

        Si. Benhamias ne portait pas de cravate

    • 13 Janvier 2017 à 8h14

      Cardinal dit

      On a plutot vu :
      Montebourg = Juppé avec la pose digne
      Valls = Sarkozy l’atitude agitée
      Peillon = Copé sarcastique
      Hamon = KNM innovant
      de Rugy = Poisson digne, explicite
      Sylvia Pinel = Fillon rappel qu’elle sort du terroir
      Bennahmias = Le Maire pas de cravatte