Louer ses seins pour allaitement est illégal et dangereux | Causeur

Louer ses seins pour allaitement est illégal et dangereux

Entretien avec la députée UMP Valérie Boyer

Auteur

La rédaction

Publié le 12 août 2013 / Politique Société

Mots-clés : , ,

valerie boyer allaitement

Propos recueillis par Gil Mihaely et Daoud Boughezala

Sur un site français de petites annonces, on peut lire la proposition suivante : « Jeune maman de 29 ans loue seins pour allaitement de nourrissons ». Vous trouvez cette petite annonce choquante, pourquoi ?
C’est à la fois illégal et dangereux pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire. Je rappelle que l’article L2323-1 du Code de la santé publique dispose que seuls les lactariums sont autorisés à stocker et distribuer du lait maternel et que cette activité est à but non lucratif.
Il en va du lait maternel comme du sang, du patrimoine génétique, c’est anonyme et gratuit, et destiné aux personnes malades ou stériles. C’est l’expression de la solidarité nationale et de la protection des personnes.

Pourtant, il y a en France une très longue tradition de nourrices – bretonnes et bourguignonnes – qui allaitaient les enfants des familles aisées de la région parisienne moyennant finance. Pourquoi ce qui était acceptable il y a cent ans ne le serait-il plus ?
Ce n’est pas parce que cela se faisait avant qu’il est nécessaire de le reproduire et a fortiori de le promouvoir aujourd’hui. Cela se déroulait dans un contexte différent, où les relations humaines étaient différentes également.
Il y a eu un changement de paradigme ; la personne humaine n’est plus caractérisée parce ce qu’elle a, mais par ce qu’elle est. Cette réflexion philosophique fondamentale que l’on doit à Kant ou encore à la théorie personnaliste a été consacrée, après les atrocités de la seconde guerre mondiale qui ont révélé la nécessité de poser des garde-fous pour protéger cette nouvelle conception de la personne humaine, dans tous les textes internationaux et dans notre droit positif. Elle est devenue le fondement de notre société ; l’abolition de la peine de mort, les droits des femmes, tout ce qui caractérise l’environnement juridique dans lequel nous évoluons découle de ce principe éthique essentiel.

Certaines mères ont le sentiment que la société leur met une pression croissante pour allaiter leur bébé le plus longtemps possible. N’est-ce pas là un recul dans l’émancipation de la femme ?
L’allaitement a des vertus indéniables. L’Organisation mondiale de la santé préconise de favoriser l’allaitement maternel pour différentes raisons, outre le développement du lien mère-enfant, il semblerait que l’allaitement ait des vertus dans la lutte contre le cancer du sein et contre l’obésité. Ce moyen d’alimenter l’enfant est également efficace pour le préserver des infections et présente un avantage économique non négligeable.
Mais ce choix relève de l’intime, c’est à la mère d’apprécier ce qu’elle souhaite faire et ce qu’il est possible de faire pour elle car l’allaitement n’est pas toujours aisé pour les femmes qui travaillent. L’enjeu du point de vue des politiques publiques, c’est de créer les conditions pour les mères d’un véritable choix en insistant sur une meilleure formation des assistants maternels sur les bienfaits de cet allaitement et la possibilité pour les enfants d’être nourris au lait maternel au sein des établissements, en développant l’information des salariées partant en congé de maternité sur les dispositions législatives, réglementaires et conventionnelles relatives à l’allaitement maternel.
Avoir les conditions d’un véritable choix, c’est tout le contraire d’un recul dans l’émancipation de la femme. J’ai d’ailleurs fait plusieurs propositions législatives dans ce sens.

Rapprochez-vous la « location de seins » de la prostitution et de la Gestation Pour Autrui, que soutenait Nadine Morano lorsqu’elle était ministre de la famille ?
Toutes ces pratiques – commercialiser son corps ou les produits de son corps – relèvent du même phénomène de marchandisation.

 

*Photo : missmareck.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Août 2013 à 11h28

      clara2411 dit

      N’y aurait-il pas une confusion entre mère et femme. D’ici peu, je pense qu’on lira : n’est-ce-pas un recul de l’émancipation de la femme que de faire un enfant ? Triste société ! Le véritable recul de l’émancipation des femmes est de ne pas supporter d’en être une.

    • 12 Août 2013 à 23h51

      Lector laetaberis dit

      “Il y a eu un changement de paradigme ; la personne humaine n’est plus caractérisée parce ce qu’elle a, mais par ce qu’elle est.”

      C’est évidemment le contraire ! parce que nous y sommes en plein dans la marchandisation; constamment.

      “L’égalité de tous devant les idées” ça ! On ne peut y croire en notant l’indigence intellectuelle du commentaire de la député ! Quelle tâche !

    • 12 Août 2013 à 19h50

      Octavius Pik dit

      Patrick dit (12 Août 2013 à 9h47 ) : ‘’Donc ce texte [Le fait d’obtenir d’une personne le prélèvement de tissus, de cellules ou de produits de son corps contre un paiement, quelle qu’en soit la forme, est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.] interdit aussi la PMA !’’
      En fait, il me semble que ce texte n’interdit ni la PMA, ni la GPA, mais les interdit uniquement contre un paiement.

      • 12 Août 2013 à 19h56

        Parseval dit

        Pour la GPA il y a quand même un problème, on ne peut pas refiler même gratuitement le produit de sa parturition…

        • 12 Août 2013 à 20h11

          Octavius Pik dit

          C’est exact. Je me plaçais simplement sur le plan du droit.
          Sur le plan du paiement, on pourrait citer des exceptions, comme ce cas (réel) d’une mère prête à porter un enfant pour sa fille. Pareil pour une sœur. Voire une relation plus éloignée. Mais ce ne sont que des cas très exceptionnels qui ne sauraient être utilisés pour justifier le principe de la GPA.

        • 12 Août 2013 à 20h17

          Parseval dit

          justement, si le droit permet d’abandonner l’enfant à la naissance, il ne permet pas — en France mais aux US c’est possible, cf le film Juno — de choisir l’adoptant.
          Votre exemple de la mère s’est passé au Canada où la GPA est autorisée (?) mais ça ne justifie en effet pas la GPA plus que les autres arguments.

    • 12 Août 2013 à 19h33

      caffer dit

      Et si une dame se fait engager comme nounou salariée et donne le sein?
      C’est pas bien? 

      • 12 Août 2013 à 19h36

        Marie dit

        c’est interdit vous dit on c’est illégal

      • 12 Août 2013 à 19h59

        eclair dit

        @caffer
        9a c’est légal
        C’est vendre son lait maternel qui est illégal. Afin d’éviter d’avoir des fermes de femmes à traire. 

    • 12 Août 2013 à 18h54

      zapping dit

      Ce qu’il y a de plus énervant ? Cette diligence anticiper un servage uninéluctable. Cécilia, 29 ans, a décidé de « louer ses seins à l’allaitement » pour reprendre la formule du quotidien régional qui aurait pu titrer « Une infirmière réhabilite le métier de nourrice ». Car en plus, Cécilia est infirmière, en bonne santé. Militante du Bien, pour 500 € par semaine, elle propose son lait aux couples gays car ils n’ont « pas la chance » de pouvoir allaiter leur bébé. Pas la chance ? Comme si la nature était concernée par les délires sociétaux de nos élites… Pour l’instant, c’est illégal, mais, grâce à l’armée de cécilias persuadées de la grandeur du libéralisme et de la nécessité de la marchandisation des corps, le moyen âge sera de retour plus vite que prévu.
      Http://www.exorcismes-postmodernes.fr

    • 12 Août 2013 à 15h26

      Mouah dit

      Et à qui compte-t-elle les louer, sachant qu’elle-même ne pourra allaiter que durant une période très brève ? A des homos qui auraient déjà eu le temps d’adopter depuis la promulgation de la loi, et à qui on aurait, de surcroît, confié un,e nouveau-né,e, allaité,e jusqu’à l’adoption ? A un couple homo qui aurait fait fabriquer illégalement un bébé ? Alors, canular-coup de pub du site ? Probablement… 

      • 12 Août 2013 à 15h28

        Parseval dit

        J’avais vu passer un article confirmant que c’était un coup de pub de la personne en question…
        Le quart d’heure de célébrité, etc

      • 12 Août 2013 à 20h01

        eclair dit

        @mouah
        faux la période n’est pas breve . Elle dure tant qu’on tire régulièrement du lait.

    • 12 Août 2013 à 14h35

      gafaroun dit

      “Certaines mères ont le sentiment que la société leur met une pression croissante pour allaiter leur bébé le plus longtemps possible. N’est-ce pas là un recul dans l’émancipation de la femme ?”
      Ben oui, avoir des gosses impose quelques devoirs, aussi bien au père qu’à la mère, vis à vis d’eux… A moins d’accepter que “l’émancipation” doive se faire au détriment des plus faibles?

    • 12 Août 2013 à 12h45

      livia dit

      Veuillez excusez ce hors sujet, je m’efforcerai de ne pas le refaire.

    • 12 Août 2013 à 12h12

      eclair dit

      Effectivement si cette femme vend du lait maternel c’est illégal.
      Ce qui est légal c’est offrir un service de garde d’enfant avec de l’allaitement.

      Ceci afin d’éviter d’avoir des femmes qui ne servent qu’à fournir du lait maternel. 

    • 12 Août 2013 à 11h54

      livia dit

      Parseval

      “Dexter” Tueur en série ET psychopathe , mais pour LA bonne cause et de bonnes raisons, de son point de vue : il rend justice à sa manière, mais pour de justes causes et pour le bien ;-)

      • 12 Août 2013 à 11h58

        Parseval dit

        Ah ! C’est plus clair, je ne connaissais la série que de nom…

    • 12 Août 2013 à 11h30

      livia dit

      Alors là, je fais amende honorable, quand je pense ,qu’à tort les dires de Parseval m’évoquaient presque tjr le personnage de “Dexter” (de la série Dexter ) cela se vérifie souvent, les jugements hâtifs sont une erreur ;-)

      • 12 Août 2013 à 11h38

        Parseval dit

        Repentez-vous vilaine pécheresse !
        Comment mes propos pouvaient-ils évoquer ceux d’un tueur en série (c’est bien ça Dexter ?) ??

    • 12 Août 2013 à 9h33

      CVT dit

      Rappelons-nous de l’origine du mot nourrice: c’est celle qui donnait le sein à un enfant en lieu et place de sa mère…

    • 12 Août 2013 à 9h16

      QuadPater dit

      Selon l’article 511-4 du code pénal,

      Le fait d’obtenir d’une personne le prélèvement de tissus, de cellules ou de produits de son corps contre un paiement, quelle qu’en soit la forme, est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.
      Est puni des mêmes peines le fait d’apporter son entremise pour favoriser l’obtention de tissus, [etc... cf. paragraphe précédent]

      Ce texte sanctionnerait donc les clients de l’infirmière et le site où elle a passé son annonce.

      • 12 Août 2013 à 9h47

        Patrick dit

        Donc ce texte interdit aussi la PMA !

      • 12 Août 2013 à 11h08

        Habemousse dit

        à Parseval,

        A la fois intéressante et glaçante, l’émission de Finkielkraut.
        Merci

        • 12 Août 2013 à 11h14

          Parseval dit

          La pro-GPA est assez « spéciale » en effet…
          Les conditions qu’elle considère comme nécessaires pour devenir mère porteuse (aisance matérielle, le faire une seule fois, …) sont tellement restrictives qu’on se demande comment l’ « offre » pourrait satisfaire la « demande ».
          Et puis ses considérations sur l’abandon…

      • 12 Août 2013 à 14h01

        Boomer dit

        Intéressant.  Mais cet article de loi ne sancitionne pas le fournisseur des produits du corps.  Uniquement ceux qui l’obtiennent (le bébé…).

        Par contre il n’est pas fait allusion ici de l’utilisation onéreuse du corps à titre de cobaye pour les tests pharmaceutiques.