Vacances, j’oublie tout ! | Causeur

Vacances, j’oublie tout !

Cécile Duflot maladive au retour des Maldives

Publié le 06 janvier 2010 / Politique

Mots-clés : , ,

Cécile Duflot, © Audrey Aït Kheddache (flickr).

Cécile Duflot, © Audrey Aït Kheddache (flickr).

Oui, on le sait, c’est facile de taper sur Cécile Duflot et ses vacances aux Maldives. Surtout dans Causeur. Mais c’est pas pour autant qu’on va s’en priver. Après tout, vu que la dame en question nous tape sur les nerfs depuis des mois avec son humilité en bandoulière, ses couches-culottes lavables et ses admonestations ad nauseam, nous pouvons nous estimer, façon Inspecteur Harry, en état de légitime défense permanente. Quand faut flinguer, faut flinguer !

Donc avec son escapade conjugale aux Maldives à Noël, Cécile s’en est pris plein les dents. On devrait logiquement la défendre. Au nom du droit à la vie privée, à l’amour ou aux bains de mer. Qui sont des droits de l’homme, certes mineurs, mais hautement recommandables. Sauf que non. Et on vous explique pourquoi.

Tout d’abord parce que les Verts sont par excellence le camp du mélange des genres entre sphère publique et privée. Quand, sous l’œil ému des caméras, on se véhicule ostensiblement en vélo, comme Mamère au Palais-Bourbon ou, comme Duflot, en train à Copenhague (dont elle est revenue en avion faut pas exagérer quand même), on ne fait qu’exposer sans trop de décence ses stigmates d’irréprochabilité. Idem quand on met en avant l’apôtre de la transparence absolue qu’est Eva Joly. On nous prouve par l’image qu’on est non seulement plus purs, plus vrais que les autres politiques, mais aussi que la masse des irresponsables qui constituent le corps électoral de ce pays, à l’exception des vertueux 16 % d’Europe-Ecologie.

Les Verts ne cessent de nous répéter qu’ils sont ontologiquement meilleurs que les autres, c’est donc uniquement de leur faute s’ils ont l’air d’être pires quand ils sont tout banalement pareils à leurs collègues. On n’est d’ailleurs pas à l’abri de surprises bien plus déroutantes que ces vacances malvenues le jour ou un juge mal intentionné ira plonger le nez dans les finances subventionnées de certaines associations qui leur sont proches…

Ensuite, il y a la jurisprudence Hortefeux. Certes, faire une boulette de ce type (Auvergnats, Parlement européen, Maldives) n’aurait été qu’un péché véniel dans le monde d’avant. On sourit ou on boude, et puis on oublie. Mais, à notre grand regret, ce monde d’avant est mort (peut-être pas pour toujours, mais c’est une autre histoire). Et ce n’est pas nous qui l’avons tué. En imposant la fusion irréfragable entre politique et communication, les fossoyeurs de droite et de gauche du débat idéologique old school n’ont vu que ce qu’il y avait à gagner. De Nicolas Sarkozy en T-shirt NYPD à Olivier Besancenot déguisé en postier de calendrier en passant par notre chère Cécile vêtue 100 % commerce équitable, tout le monde s’est gavé de “je looke, donc je suis” comme chacun de dinde aux marrons. Grand bien leur fasse, et jusque là, la combine s’est révélée plutôt payante. Mais, de grâce, chéris, faîtes gaffe aux pas de côté ! Je pose avec un reubeu à Seignosse pour faire genre, bravo, 10 points. Mais j’évite de faire le mariole dès que je crois les caméras éteintes, parce que le monde que j’ai souhaité est un monde où les caméras ne sont jamais éteintes. C’est votre règle du jeu, et on ne gagne pas à tous les coups. Sinon, faut changer de boulot. Qui a vécu par la com’ périra par la com’.

Enfin, Cécile Duflot est indéfendable parce que les arguments qu’elle a déployés pour tenter de s’extraire de ce bourbier sont pitoyables. Il fallait l’entendre plaider sa cause chez Elkabbach. Il est bien évident que la seule réponse digne aurait été de demander à son intervieweur si lui-même passait toutes ses vacances dans le Pas-de-Calais et quelle était la couleur de son slip. Mais non, notre dealeuse de moraline est semble-t-il accro à sa propre marchandise. Ce qui donne lieu à des justifications d’abord grotesques (“On ne peut pas y aller en pédalo”), puis carrément hypocrites (“Le réchauffement climatique est une des raisons pour lesquelles je m’intéresse aux Maldives depuis plus de dix ans”) et enfin délirantes quand elle “revendique d’être une femme normale”. T’as raison, Cécile, toutes les femmes normales partent en vacances d’hiver dans les îles de l’hémisphère sud. En été, elles vont skier à Gstaadt et le reste de l’année, elles posent sur la couv’ de Vanity Fair. Et nous, on croyait que les Verts new look de 2009-2010 s’étaient enfin convertis au social…

En vérité, avec cet aller-retour Paris-Malé, Cécile ne vaut pas plus cher que notre Président sur le yacht de Bolloré. Bravo, elle vient d’inventer l’écologie bling-bling. Rigolo, certes, mais pas sûr que ça paye au scrutin de mars prochain. On espère pour nos amis les Verts que d’ici-là, on n’apprendra pas que leur colistier Augustin Legrand a réveillonné au Fouquet’s…

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 12 Janvier 2010 à 12h02

      Alpin dit

      @Youri,

      J’en parle pour avoir visité ce type de bâtiment et discuté avec les habitants et des professionnels locaux de la construction.

      Tous très satisfaits de ces bâtiments chaleureux et superbement efficaces
      sur le plan énergétique et particulièrement agréables à utiliser notamment
      par exemple pour les espaces d’enseignement avec leur remarquablement efficaces système de ventilation,régénération de l’air
      (ex amphi avec des dizaines ou centaines de personnes).

      je me souviens ,entre autres,d’un collège bibliothèque public intercommunal(cela se fait beaucoup là bas à la satisfaction des acteurs concernés) de toute beauté,original,efficace et agréable,fonctionnant depuis ~6ans déjà.

      Cependant je vous accorde que l’adaptation urbanistique de ces techniques et leur pleine exploitation reste à faire pour une grande part.

      Mais ne sousestimez pas l’ampleur de la question énergétique qui n’a
      pas besoin du réchauffement climatique pour peser lourdement.

      Que vont devenir les logements sociaux passoires thermiques dans
      les années à venir?Par exemple.

    • 12 Janvier 2010 à 11h48

      Youri dit

      @ Alpin

      Quand aux 16 maximes que vous m’avez indiqué en lien:

      En voici un extrait:

      “Ecologie
      Une maison écologique doit remplir plusieurs critères. Elle doit se trouver à proximité des transports en commun. Le langage architectural utilisé doit se référer au paysage et au contexte. Sa réalisation devrait avoir recours à un minimum de ressources, et peser le moins possible sur l’environnement. Son fonction¬nement devrait être le plus économique en énergie possible et sa démolition devrait s’effectuer en laissant le moins d’em¬preinte dans la nature. Les différents composants de la maison devraient être de cycles de rénovation différents, pour qu’une réhabilitation soit facile à réaliser.

      Maison économe en énergie
      Une maison économe en énergie doit être construite compacte. L’enveloppe du bâtiment doit être optimisée en termes d’isola¬tion thermique. Les matériaux devraient être renouvelables et de provenance locale. Une maison écologique doit, d’une part, être construite de façon à ce qu’elle vit longtemps et, d’autre part, prévoir déjà lors de sa conception les possibilités d’adap¬tations futures.”

      LES GENS QUI VONT VIVRE DEDANS SONT IL JUSTE UN MORCEAU DE VIANDE QUE L’ON MAINTIENT A TEMPERATURE EN CONSOMMANT LE MOINS D’ENERGIE POSSIBLE OU ONT IL UN COEUR ET UNE TETE ET HABITENT POUR FAIRE QUELQUE CHOSE ?

    • 12 Janvier 2010 à 11h41

      Youri dit

      @ alpin

      Quand au projet que vous m’avez indiqué en lien:

      Il semble posséder pas mal de qualités, mais tout de même, en quoi correspond il à l’avancée de la pensée architecturale de l’habitat collectif intermédiaire?

      A l’exception du bois mignon sur la façade, des surfaces vitrées honorables et je ne doute pas que les plans soient ingénieux, je ne vois pas en quoi ce morceau de quartier est diffèrent de la cité HLM raisonnable dans laquelle j’ai grandi à Lyon 5ième, décente mais quelconque. Les vides, volumes et sol entre les masses construites, me semblent d’ailleurs d’une qualité médiocre.

      Mes remarques sont à prendre avec des pincettes car en fin de compte il faudrait visiter le quartier et parler avec ses habitants pour donner un vrai avis motivé.

    • 12 Janvier 2010 à 11h29

      Youri dit

      @ alpin

      « J’ai l’impression que la vie comporte de nombreuses situations, dans lesquelles l’organisation est trop brutale; l’architecte a pour tâche de conférer à la vie une structure sensible »
      Alvar Aalto en 1953

      Une définition du métier de l’architecte: conférer à la vie une structure sensible. Haute aspiration que celle-ci, grand défi de s’y tenir dans le contexte technico-normatif actuel. L’architecte en tant que technicien applicateur de normes infinies, des PLU obscurantistes dans un contexte français d’absence d’architecture au quotidien.

      Conférer à la vie une structure sensible, c’est là que l’essence du métier se trouve. Un bâtiment respectueux de l’environnement, des équipements techniques efficaces, un entretien facilité…, tout cela est la base solide du projet, ce sont des incontournables, des invariants que l’architecte doit maîtriser à la perfection. Son trait doit s’enrichir de la systématisation de toutes ces qualités.

      Alors que le préchi précha ecolocentriste HQE règne dans les milieux de la construction, les objectifs que l’on nous fixe sont souvent sous forme de chiffres… ubat, normes handicapés, nombre de m², T1, T2, T3.

      Nos amis écologistes qui prennent part à se débat ne se donnent pas les moyens d’en maîtriser les clefs. Un architecte peut espérer devenir un professionnel décent après 6 ans d’études et surement 10 ou 20 ans d’expérience, pas en sachant que 50kWhEP/m²/an c’est une consommation faible.

      2010: Faites un bunker vous serez applaudis.

    • 12 Janvier 2010 à 8h36

      Alpin dit

    • 12 Janvier 2010 à 8h33

      Alpin dit

      @Youri,

      La question énergétique est un problème majeur à plusieurs dimensions.

      Les verts s’en servent en général de manière très idéologique y compris
      quand elle est liée à l’architecture et l’urbanisme.

      Mais pour prendre un bain d’air frais d’innovation à taille humaine et
      d’esprit pragmatique,il faut jeter un coup d’oeil en Autriche:

      http://www.hermann-kaufmann.com/fr/

    • 12 Janvier 2010 à 7h56

      webu2zootv dit

      T’a raison Cécile ! ,donne toi du bon temps au soleil !.
      De toute façon la planète est foutue !

    • 11 Janvier 2010 à 23h40

      Youri dit

      En tant qu’ architecte, concerné par le débat auquel les Verts veulent prendre part. je voudrais juste rajouter une chose:
      Ils y participent avec des idées préconçues non alimentées de l’analyse nécessaire de la complexité des facteurs qui rentrent en jeu dans la conception de l’espace qui accueille notre vie.
      Je donne comme premier exemple le fait que les écologistes militent pour la réduction de la consommation de nos bâtiments. Combat évident et facile parce qu’on peut se réfugier derrière une performance quantifiable et sur laquelle on peut communiquer, mais qui laisse de côté tous les autres aspects: bien être, expression du corps et de l’esprit, social, budgets, vie en société, évolution du modèle de l’habitat en adéquation avec celui de la pensée, long terme et j’en passe…
      Enfin je ne vais pas m’étaler sur le sujet ici qui est infini et un peu spécialisé en fin de compte mais actuellement je dois bien dire que les Verts sont une plaie pour la construction du monde tel que la pensée de pointe nous le laisse imaginer (loin de certaine erreurs du XXième siècle).
      Les écologistes dans l’ensemble consacrent d’ailleurs une certaine partie de leur énergie à combattre les permis de construire (en france, il y a dans 95% des cas une loi qui permet de faire des recours).

    • 11 Janvier 2010 à 16h10

      Alpin dit

      A lire :la contribution de P Thibaud dans le dernier N° de “Marianne”

      N°:664(9 au 15janvier 2010)
      “Quand la mondialité déconcerte ses promoteurs.”

      Pages:”forum”.

    • 10 Janvier 2010 à 22h55

      Youri dit

      Les nouveaux inquisiteurs sont verts.

    • 10 Janvier 2010 à 12h53

      lisa dit

      @Susheela,
      Comment disait-il Kennedy,
      “ne vous demandez pas ce que votre pays vous apporte, mais ce que vous apportez à votre pays”.
      Encore un catho, d’origine irlandaise….louche quoi.

    • 10 Janvier 2010 à 12h51

      lisa dit

      @Susheela,
      “Vous n’avez apparemment toujours pas compris que quand je critique l’église catholique,”
      J’ai compris que vous le dîtes, mais pas que vous le pensez !
      Et comme je suis une vilaine réac, je suis choquée qu’une personne d’origine étrangère, qui a sans doute profité de l’éducation nationale et des services publics, venant des richesses créées par les français, ne vous en déplaise, crache sur un pays qui l’accueille (ou ses parents) et ne nous explique jamais ce qu’elle apporte à ce pays si naze.

    • 10 Janvier 2010 à 12h45

      lisa dit

      @Têtu,

      “travail , la famille…”
      Faites gaffe, si un jour vous vous marriez et adoptez des enfants, vous devrez travailler pour les élever, aie, ça va nous rappelez les heures les plus sombres de notre histoire ça.