L’Europe des damnations | Causeur

L’Europe des damnations

Une dystopie poétique et désespérée signée Curval

Auteur

Jérôme Leroy

Jérôme Leroy
Ecrivain et rédacteur en chef culture de Causeur.

Publié le 28 août 2016 / Culture

Mots-clés : , ,

On vient de rééditer la trilogie que le romancier de SF Philippe Curval a consacrée il y a quarante ans au "Marcom", l’Union européenne apocalyptique du futur. Avec le recul, il avait raison de craindre le pire.

Philippe Curval (Photo : Jean-Luc Vallet)

En France, contrairement à ce qui se passe dans le monde anglo-saxon, la SF n’a jamais baigné dans l’optimisme prométhéen de pères fondateurs tels que van Vogt ou Asimov. Au contraire, la technologie a toujours été considérée avec méfiance comme dans Ravage de Barjavel qui, en 1943, imaginait notre monde plongé dans une immense catastrophe après la disparition de l’électricité. Dans les années 1960 et 1970, la SF française se distingue même par une véritable acuité politique qui transforme le genre, comme le néo-polar de Manchette à la même époque, en une littérature de critique sociale tirant avec insistance des sonnettes d’alarme sur des cauchemars possibles, voire probables. Que l’on songe à Jean-Pierre Andrevon par exemple, Michel Jeury ou encore Gérard Klein. Philippe Curval appartient à cette mouvance : on réédite aujourd’hui en un seul volume, sous le titre L’Europe après la pluie, trois romans – Cette chère humanité, Le dormeur s’éveillera-t-il ? et En souvenir du futur – qu’il consacra entre 1979 et 1983 à l’avenir de notre cher vieux continent.

[...]

L’Europe après la pluie, Philippe Curval, La Volte, 2016.

  • Brexit : l'étrange victoire

    Article réservé aux abonnés

    publié dans le Magazine Causeur n° 96 - Juillet-aout 2016

  • X

    Article réservé aux abonnés

    Déjà abonné, connectez-vous


    mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
     

    PAS ENCORE ABONNÉ ?

    Brexit : l'étrange victoire
  • La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 28 Août 2016 à 15h59

      Angel dit

      Jerome Merci
      D’autres prophetes britanniques nous avaient avertis avec leur ”1984” ou ”Le Meilleur des Mondes”

    • 28 Août 2016 à 11h21

      Zinho dit

      Effectivement, la préface de Quatremer est plus qu’une erreur de casting, plus qu’une faute de goût, c’est un contre-sens !

      • 28 Août 2016 à 13h09

        espritcurieux51 dit

        A 100% d’accord ! J’ai été moi même très surpris (vu le sujet du livre) de retrouver Quatremer dans ce rôle. Incompréhensible sauf à vouloir coller absolument un nom connu à cet ouvrage.