Une affaire d’État | Causeur

Une affaire d’État

Auteur

Patrick Mandon

Patrick Mandon
éditeur et traducteur.

Publié le 29 mai 2011 / Brèves

Alain de Fusillac, s’adressant au docteur Véner, lui-même penché sur Christine Trocrainte, qui revient à elle, après un bref évanouissement :
- Qu’est-ce qu’elle a dit, doc ?
- Elle a dit : “Vous êtes vraiment un dégueulasse
- Qu’est-ce que c’est, dégueulasse ?
- Dégueulasse, ça veut dire que vous l’empêchez de faire le travail pour lequel elle est aussi bien payée que vous !
- Mais enfin, si j’avais été dégueulasse, j’aurais cessé de la payer !
- Alors, c’est un complot !
- Quel complot ?
- Le complot des gens qui sont très bien payés pour décourager ceux qui sont autant payés qu’eux-mêmes ! Mais ça va vous coûter cher !
- Ce n’est pas moi qui paie !
- C’est bien la preuve que c’est un complot d’État !
- J’aurais mieux fait de l’augmenter !

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 30 Mai 2011 à 15h01

      Patrick Mandon dit

      Ah, Jean-Michel, votre mise en écho de deux pièces du répertoire classique, rend un son de vérité. Il y a dans cette affaire lamentable une dimension proprement ridicule : des salaires excessifs, les deux têtes d’une institution s’insultant comme de luxueux chiffonniers, devant l’autorité de tutelle, qui n’en peut mais, des motions de défiance votées par les salariés, contre l’une et l’autre de ces têtes. Tout cela est grotesque.
      Quant aux Serbes, apprenez qu’ils sont « ontologiquement » coupables. Ils sont coupables parce que Serbes. Le Mal, en Europe, est serbe. Les Serbes sont mauvais par destination. Il faut absolument les réduire, les humilier, les soumettre. La Serbie est une sorte de centrale thermonucléaire du Mal, aussi fissurée, ruinée, dangereuse que celle de Fukushima. Il faudrait sans doute bombarder la Serbie une fois pour toute !

    • 30 Mai 2011 à 11h33

      jmt dit

      ” Ah ! qu’en termes galants ces choses-là sont mises !” (Philinte, acte I, scène II)

      Pouvoir, argent…   

      « Jamais, leur passion n’y voit rien de blâmable,
      Et dans l’objet aimé, tout leur devient aimable. » (Eliante, acte II, scène IV)   

    • 29 Mai 2011 à 18h29

      laborie dit

      A écouter à partir de 5’26″….

       http://www.rtl.fr/emission/l-invite-de-rtl/ecouter/bernard-kouchner-ancien-ministre-des-affaires-etrangeres-l-arrestation-de-mladic-est-une-merveilleuse-nouvelle-7689956148