Mail Facebook Twitter RSS

Inscrivez-vous à la Newsletter

et recevez la synthèse de l'actualité vue par Causeur.



X

Un après-midi chez Charlie

Les dessinateurs plaident leur innocence : les responsables d’un meurtre ce sont les meurtriers

Publié le 18 octobre 2012 à 14:20 dans Médias

Mots-clés : ,

Difficile de trouver plus glauque que cet immeuble industriel coincé au bord du périph’ (côté Paris), vers la porte de Bagnolet. Avec la pluie qui tombe sans discontinuer et le vent glacial qui semble avoir chassé des rues toute présence humaine, il y a de quoi donner des envies suicidaires au plus déconnant des caricaturistes. Le car de police stationné à quelques mètres de l’entrée indique qu’on est arrivés à destination. C’est ici que loge Charlie Hebdo depuis l’incendie qui a détruit les anciens locaux, situés à quelques centaines de mètres. Impossible de les réintégrer car ils étaient au rez-de-chaussée, trop faciles à attaquer.

Devant le bâtiment, une équipe travaillant pour une chaîne de télévision arabe à Londres fait le pied de grue. Là-haut, où il y a déjà une journaliste ukrainienne en train de tourner, Charb est intraitable. « Ils n’avaient qu’à prendre rendez-vous. » Son complice Riss, qui griffonne des esquisses pour la semaine suivante, approuve. Après dix jours de tempête médiatique déclenchée par la « une » du 19 septembre − « Intouchables 2 » − et les caricatures de Mahomet publiées en pages intérieures, un peu de calme ne nuit pas. Du reste, le nouveau journal vient d’être mis en vente et la rédaction est presque déserte. Et cette semaine, il y en a deux pour le prix d’un : un Charlie normal et « irresponsable » à la « une » duquel un homme des cavernes tient de l’huile dans une main et le feu dans l’autre − on comprend qu’il s’apprête à jeter la première sur le deuxième −, et un Charlie « responsable », composé de pages vides et de sujets qui ne fâchent personne.

[...]

* photo : Hannah (de gauche à droite : Elisabeth Lévy, Riss et Charb)

voir les commentaires / réagir         envoyer
 

Article publié dans Causeur et réservé à nos abonnés.
Pour le lire dans son intégralité...

Si vous êtes déjà abonné, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 

Nos offres

A lire sur Causeur.fr

La rédaction de commentaires nécessite d'être inscrit

11

Déjà inscrit, connectez-vous

mot de passe oublié | Vous n'arrivez pas à vous connecter ?
 
  • 21 Octobre 2012 à 20h27

    Judith dit

    Ils ont cent fois montré qu’ils n’étaient pas réceptifs à la moindre touche d’humour touchant leur religion. 
    Recommencer ne peut qu’être perçu comme une provocation.  
    Cela revient il à courber l’échine ?  sans doute. 
    Mais il faut savoir ce qu’on veut. Soit on veut en découdre, soit on ne le veut absolument pas. Et puisqu’on sait que ces mêmes humoristes ne le veulent absolument pas, qu’ils cessent de vouloir faire le buzz au risque créer un boom.  

  • 18 Octobre 2012 à 21h16

    quadpater dit

    Villaterne, on est responsable de ses actes et de ceux que l’on fait faire. Un assassin n’est pas innocent, le commanditaire d’un meurtre non plus.
    Par conséquent ne vous inquiétez pas, on peut sans contradiction déclarer Charlie innocent et juger Hitler et Pol Pot.

  • 18 Octobre 2012 à 20h40

    Eugène Lampiste dit

    Bah, si Charlie Hebdo s’était moqué de l’église orthodoxe et si les Pussy Riot avaient chanté dans une mosquée, la presse et les “intellectuels” auraient léché Charlie Hebdo et lynché les Pussy Riot…

  • 18 Octobre 2012 à 18h53

    Bibi dit

    Quand on est habitué à “il ne faut pas désespérer Billancourt” faut-il s’étonner de la suite?

  • 18 Octobre 2012 à 16h56

    Villaterne dit

    Mais où finit l’innocent et où commence le meurtrier ?
    Si ce dernier n’est déterminé que par l’acte en lui-même, Hitler,Staline,Mao,PolPot et Pinochet sont-ils innocents ?

  • 18 Octobre 2012 à 15h57

    L'Ours dit

    “Les responsables d’un meurtre, ce sont les meurtriers, non ?”
    On est bien d’accord, mais c’est un peu court.
    Un dessin humoristique, comme un sketch, ne sont pas neutres. Ils peuvent être très aisément l’instrument d’une propagande haineuse ou le moyen d’humilier une personne. Que l’on parte d’un imitateur (que j’aime pourtant bien) faisant passer un ministre pour un crasseux ou tel sénateur pour un glouton jusqu’aux caricatures de juifs pendant la guerre, tout cela n’agit pas comme un décolorant par la seule magie de ce qu’on veut “humour”.
    Il ne s’agit donc pas d’être obligé de rire avec tout le monde et encore moins de passer pour un ringard si l’on parle d’offense.
    Mais entre cela d’un côté et la violence, la menace de mort et même la mort de l’autre, il y a des registres à ne pas confondre. Accepter que nos libertés soient soumises à menace par ces illuminés, c’est accepter de devenir otages. Et à ceux-là il ne faut pas céder un pouce.

    • 18 Octobre 2012 à 16h50

      RotilBis dit

      Mille fois d’accord avec vous, cher ursidé!

  • 18 Octobre 2012 à 15h37

    RotilBis dit

    “Avec la pluie qui tombe sans discontinuer et le vent glacial(…)”

    Rien de tout cela à Ashkelon….

    Nota bene: ceci était un hors sujet.  
     

    • 18 Octobre 2012 à 18h39

      lisa dit

      Juste histoire de se vanter de son climat !

  • 18 Octobre 2012 à 15h17

    Eliev dit

    Elle est bien grisâtre la journée de la jupe.
    Du coeur à l’ouvrage les enfants !

    • 18 Octobre 2012 à 15h57

      luculus69 dit

      Pour moi ca sera la journée “sans”(jupe)…on est lubrique ou on ne l’est pas !!