L’ambassade d’Ukraine veut faire interdire un docu sur Canal+ | Causeur

L’ambassade d’Ukraine veut faire interdire un docu sur Canal+

Back in USSR ?

Auteur

Marc Cohen

Marc Cohen
est rédacteur en chef de Causeur.

Publié le 01 février 2016 / Médias Monde

Mots-clés : , , , ,

Ce soir Canal+ devrait diffuser dans le cadre de « Spécial investigation » un documentaire de Paul Moreira qui évoque la question très controversée du rôle des milices néonazies en Ukraine, avant, pendant et après Maïdan. J’ai utilisé le conditionnel « devrait » parce que d’intenses pressions sont exercées actuellement sur la chaîne pour qu’elle déprogramme purement et simplement le doc de Moreira.

Dans un communiqué officiel, l’ambassade s’en prend violemment au réalisateur qui, bien sûr, « donne au spectateur une représentation travestie et mensongère de la situation en Ukraine. »

En vertu de quoi, explique l’ambassade d’Ukraine, « la version de M. Moreira des événements en Ukraine, y compris l’annexion illégale de la Crimée, est une douce musique aux oreilles des partisans des théories du complot et des propagandistes pro-russes. Cela fait de ce reportage un pamphlet à la hauteur des pires traditions de désinformation. »

Suite logique du raisonnement officiel ukrainien : « L’auteur a créé un film qui génère des préjugés et induit les téléspectateurs en confusion sur les événements tragiques que l’Ukraine a subi ces derniers temps. » L’adjectif « ukrainophobe » n’a pas été utilisé, mais c’est tout juste…

Mais le meilleur est pour la fin, le gouvernement de Kiev aurait pu tout à fait légitimement demander un droit de réponse ou un débat contradictoire sur la chaîne. Mais pas du tout, ce que demande l’ambassade à la chaîne, c’est la censure pure et simple, l’interdiction. Jugez par vous-même : « Ce n’est pas du pluralisme dans les médias, mais de la tromperie, et Canal+ serait bien avisé de reconsidérer la diffusion du film. Vous le savez, sans doute, ce genre de journalisme déloyal est une arme très puissante qui peut en effet être utilisé au détriment de vos téléspectateurs… »

Alors, cher ambassadeur d’Ukraine, j’ai deux ou trois petites choses à vous dire.

Primo : dans cette longue lettre, vous ne contestez concrètement aucun des « mensonges » et autres « désinformations » ou procédés « conspirationnistes » dont vous accusez Moreira. Pourquoi ? Pourquoi ne pas argumenter factuellement si par exemple la contre-enquête sur le massacre de 45 civils russophones à Odessa, dans l’incendie de la maison des Syndicats, relève de la propagande téléguidée par le Kremlin ?

Secundo : merci de nous faire prendre à tous un coup de jeune : on croirait vraiment que cette lettre a été écrite en URSS aux pires temps de Brejnev.

Tertio : on a bien sûr le droit d’être en désaccord, total ou partiel, avec Paul Moreira. Perso, ça m’est arrivé plus d’une fois, et parfois très rudement. Mais on n’a pas le droit de criminaliser son travail ou sa réflexion et encore moins d’exiger sa censure.

On note dans que dans cette campagne, le lobbying de l’ambassade a été efficacement relayé par certains de nos confrères, notamment Benoît Vitkine, le très engagé spécialiste de l’Ukraine au Monde. Celui-ci reproche notamment à Moreira « d’éluder aussi toute analyse nuancée du nationalisme ukrainien et de ses ressorts, amalgamant nationalisme, extrême droite et néonazisme. Au sein même des groupes que Moreira étudie, les néonazis constituent une minorité. » Avouez qu’on a connu le quotidien du soir plus offensif contre le nationalisme radical, et moins sourcilleux de trier le bon grain de l’ivraie entre « extrême droite et néonazisme ». Nuance, nuance…

Pas de nuance, en revanche, pour le bilan globalement très négatif du doc, pour Vitkine, qui conclut ainsi : « Le rôle de chevalier blanc que s’arroge Paul Moreira, en prétendant dévoiler des vérités passées sous silence, ne tient pas. L’expérimenté documentariste s’est attaqué à un sujet réel. Il a choisi de “regarder par lui-même”, nous dit-il. Mais n’a vu que ce qu’il voulait voir, remplaçant les masques par des œillères. »

Des attaques auxquelles Moreira fait une réponse fort argumentée sur son blog : « Benoît Vitkine insinue, sans rien citer à l’appui, que mon propos serait de mettre en lumière “l’installation d’un nouveau fascisme en Ukraine.” Vitkine doit être sacrément en colère pour écrire des choses pareilles. Je n’ai jamais dit que le fascisme s’était installé en Ukraine. La phrase clé de mon doc est : “La révolution ukrainienne a engendré un monstre qui va bientôt se retourner contre son créateur.” Puis je raconte comment des groupes d’extrême droite ont attaqué le Parlement et tué trois policiers en août 2015. Jamais je n’ai laissé entendre qu’ils étaient au pouvoir. Même si le pouvoir a pu se servir d’eux. »

Il est un argument dont Moreira n’use pas, sans doute par timidité confraternelle. Il a tort. A mes yeux, il aurait du mettre en demeure Vitkine d’expliquer pourquoi il ne parle à aucun moment de la volonté de censure de l’ambassade d’Ukraine alors que son papier a été publié 48 heures après le communiqué de l’ambassade, et republié 72 heures après. La censure, c’est peanuts, au Monde en 2016 ?

Ce silence regrettable de mon confrère du Monde appelle un dernier commentaire de ma part. On n’a pas le droit de rester neutre face à une tentative honteuse de censure. Ici, c’est la France, pas le Qatar ou la Corée du Nord.

*Photo : SIPA.00676237_000010

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Février 2016 à 18h17

      Wil dit

      Pour le cas ou il y aurait encore des naïfs qui pensent que les USA n’ont rien à voir avec les groupuscules néo nazis ukrainiens et qu’ils ne les financent pas.
      “Le congrès a supprimé l’interdiction de financement des néonazis de son projet de loi de dépenses de fin d’année…
      http://www.les-crises.fr/le-congres-a-supprime-linterdiction-de-financement-des-neo-nazis-de-son-projet-de-loi-de-depenses-de-fin-dannee-par-james-carden/

    • 4 Février 2016 à 6h45

      salaison dit

      tient !….. on dirait !…… (OUPSSS)

    • 3 Février 2016 à 18h10

      HRDL dit

      Vient de paraître dans Le Monde, une tribune concernant ce reportage, en accès libre. Voici le lien :http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/02/03/sur-canal-un-documentaire-diffuse-la-propagande-du-kremlin-contre-l-ukraine_4858723_3232.html

      • 3 Février 2016 à 21h54

        durru dit

        Tout aussi excessif que le docu, toujours de la propagande. Un seul exemple: on veut nous faire croire que les milices qui combattent sur le front de l’Est “aux côtés de l’armée ukrainienne” (et que l’Etat ukrainien ne peut – ou ne veut – pas désarmer ou intégrer) n’ont rien à voir avec les mouvements d’extrême droite. Quand, pour certaines, elles sont organisées et financées exactement par les partis d’extrême droite.
        Bien sûr que tout n’est pas faux dans l’article, comme tout n’est pas faux dans le docu non plus. Mais bon, un gros mensonge comme ça et toute la crédibilité s’évapore…
        Et, juste pour rappel, le sujet de départ de l’article n’était pas le contenu du docu, mais les démarches pour le censurer.

        • 5 Février 2016 à 12h21

          HRDL dit

          En aucun cas l’article ne nie la présence de milices d’extrême droite aux côtés de l’armée ukrainienne je cite :”Voir les « milices » partout, c’est mélanger tout : 1) les militants armés du Maidan, dont certains venaient de l’extrême droite, mais qui étaient d’horizons très variés — dont des vétérans de Tsahal d’origine ukrainienne ! ; 2) les volontaires qui se battent à l’est aux côtés de l’armée ukrainienne contre les séparatistes et l’armée russe ; 3) les milices d’extrême droite.” Par ailleurs, vous ne dites rien des arguments dont ladite tribune fait état. Drôle de façon de lire…. Sur le même sujet, 17 journalistes spécialistes de la Russie et de l’Ukraine, ont publié une lettre ouverte : la aussi je donne le lien (l’article est en accès libre), en espérant qu’il sera mieux lu. http://teleobs.nouvelobs.com/actualites/20160202.OBS3854/lettre-ouverte-a-paul-moreira-apres-ukraine-les-masques-de-la-revolution.html

    • 3 Février 2016 à 12h19

      clorouk dit

      On est en France, pas de censure! Non mais, vous rigolez, Marc! C’est tous les jours, sans exception, que l’ensemble de la presse écrite et audiovisuelle nous bassine avec des faits divers et des événements sportifs en omettant soigneusement de traiter SUR LE FOND les problèmes majeurs. La censure ne serait rien sans l’autocensure qui règne dans les têtes et sous la plume des journaleux. Ces spécialistes de l’aplaventrisme n’ont aucun courage. J’ai la chance de pratiquer l’anglais et l’espagnol. Ce sont des chaînes étrangères qui m’informent de l’état de mon propre pays! Et internet, où vous êtes, Dieu merci.

    • 3 Février 2016 à 0h14

      Fixpir dit

      @PSR
      Entrevu la remarque qui suit, que je n’ai pas réussi à ne pas lire. Vivement que le système de commentaire de Causeur évolue que l’on puisse faire disparaître les parasites.

      “Me voilà “raciste” …
      Γνῶθι σεαυτόν, PSR. Tu fais une découverte.
      Tu te crois de gauche allant évangéliser la vilaine droite. Tu te vois en fier chevalier allant pourfendre les vils manants qui osent douter de la véracité de l’Église de la Bien Pensance.

      Tu n’es rien de tout cela. Tu es un raciste, parce que tu raisonnes par groupe, et que tu ignores les individus. Pour toi, les individus ne sont rien, tu les essentialises (mot à la mode) par leur environnement. Tu ne vois dans des ministres que des couleurs de peau et des origines, sans voir leurs actions – en passant, tu oublies de nous expliquer comment l’on peut critiquer leurs actions. Tu ne parles pas de personnes, mais de groupes (pas plus loin que le post juste précédent, ton intervention commence par “la bande des …”. Dans celui duquel sort l’extrait, tu parlais des “groupes“.

      Les gars que j’ai vu comme toi ne se sont JAMAIS améliorés avec l’âge. Il y a ceux qui ont viré leur cuti, ceux qui se sont figés dans la sauce de leur idéologie en perdant toute racine avec les causes de leur engagement. Dans tous les cas, ils sont devenus des vrais fachos, qui se pensent de gauche ou de droite, c’est selon. Mais des vrais fachos, tous pareils. Et tu sembles sauter les étapes.

      Inutile de répliquer (ce que tu écris n’a jamais été une réponse, qui supposerait de tenir compte de ce qui précède), je ne lirai pas et ne répondrai pas.

      • 3 Février 2016 à 0h20

        Fixpir dit

        Plus précisément, tu peux et tu vas sans doute répliquer. Je voulais juste dire que je ne te lirai pas, et ne te répondrai pas. Tu peux te lâcher, vas y mon gars ! C’est le moment ! Fais toi plaisir !

    • 2 Février 2016 à 16h56

      Wil dit

      Pour ceux qui n’ont pas vu le documentaire le voici.
      https://www.youtube.com/watch?v=PwVQIU53Uyw

    • 2 Février 2016 à 16h01

      golvan dit

      @ HDLR
      Que voulez vous dire à travers vos posts ?
      Que les Russes sont des génocidaires parce que Staline et Lénine voulaient imposer le communisme, c’est-à-dire la dictature du prolétariat ?
      Il est bien évident que l’organisation économique d’une société agraire, ce qu’était l’Ukraine, et qui l’est en grande partie restée, ne correspondait en aucune façon au projet soviétique, et que par définition la paysannerie devait être éliminée pour laisser la place  aux travailleurs d’Etat des fermes collectivisées.
      Inutile de chercher des génocides partout et d’essentialiser ainsi les Russes en tant que génocidaires.
       C’est le communisme qui est responsable des grandes famines provoquées et entretenues en Ukraine, pas une nation génocidaire dont Poutine serait par nature l’ogre héréditaire. 
      Ou bien poursuivez votre raisonnement et concluez qu’Obama, en tant que président d’une nation génocidaire des Indiens d’Amérique “poursuit sans relâche une politique d’amnésie du passé américain”, ce qui, vous en conviendrez serait particulièrement stupide…

      • 2 Février 2016 à 16h08

        steed59 dit

        d’autant que parmi les bolcheviks chargés de réquisitionner le bétail et les récoltes, s’y trouvaient d’authentiques ukrainiens…

        • 2 Février 2016 à 16h20

          golvan dit

          @ steed59
          Bien sûr Steed mais c’est tellement plus facile de voir les gentils clairement séparés des méchants.
          Ca permet de poursuivre les querelles franco-françaises en imaginant un monde binaire en se donnant toujours le beau rôle.
          A titre personnel je n’ai pas d’admiration particulière pour Poutine (ce dont il se fout éperdument), mais il est évident que les Américains se sentent orphelins d’un méchant éternel et s’emploient consciencieusement à entretenir au sein de l’UE l’idée qu’il est impossible de collaborer économiquement avec les Russes (cf les Mistral) alors qu’eux-mêmes, avec le plus parfait cynisme, et la plus parfaite mauvaise foi, négocient dans le dos de l’UE, et d’ailleurs de l’Ukraine, des accords économiques avec les Russes. 
           

        • 2 Février 2016 à 16h37

          steed59 dit

          l’objectif des USA est clair. Empêcher une alliance Europe-Russie-Chine qui aurait suffisamment de poids pour s’opposer aux USA, et rejeter ceux-ci sur leur espace nord-américain (voir les théories de Zbigiew Brzezinski à ce propos). Et, du fait que la Russie est le plus vaste Etat du monde et donc détenteur potentiel des plus vastes richesses minières et matières premières, “tronçonner” cet Etat en une multitude de petits Etats faibles facilement manipulables, typiquement l’Ukraine d’aujourd’hui (voire les théories de Madeleine Albright à ce sujet) en jouant sur le caractère multiethnique de la Russie (le soutien par exemple aux tchetchenes)

        • 2 Février 2016 à 23h30

          minguette dit

          Grotesque.
          La Russie n’est pas tronçonnée parce que l’Ukraine n’est pas dans la Russie. Depuis 1991 (et encore si on assimile l’URSS à la Russie).
          Dans quel espace temps vivez-vous ?
          Le principal problème de la Russie aujourd’hui ce ne sont pas les USA ou l’Europe ou les Martiens, c’est la Russie elle-même, la structure mafieuse de son économie, sa démocratie plus que bancale, la chute des cours du pétrole, la population qui grogne. Voilà l’allié que vous nous donnez ? On va attendre un peu, merci pour tout.

        • 2 Février 2016 à 23h53

          durru dit

          Dire que les Russes ont leurs (gros) problèmes à eux n’est pas une raison pour faire croire que les yankees ne pensent pas une seconde y mettre un peu de bordel…

        • 3 Février 2016 à 7h22

          steed59 dit

          La russie est une federation constituée de 22 republiques a caractère ethnique qu’il serait facile de rendre independants à coup de révoltion colorées financées par soros et cie

      • 2 Février 2016 à 18h00

        HRDL dit

        En aucun cas dans mes posts je ne parle des “Russes” mais bien de politique stalinienne ou poutinienne. Relisez les avec attention SVP. Tout ce que je dis des Russes c’est qu’ils st victimes de la politique poutinienne d’amnésie du passé soviétique. En revanche ceux qui essentialisent les Ukrainiens st ceux qui font passer presque tous les Uk de l’ouest pour des néonazis. Enfin je préfère T Snyder à Wikipédia. Les Américains ne cachent en rien leur passé indien, Poutine et ses acolytes poursuivent une politique négationiste envers l’Ukraine qu’ils agressent au demeurant de toutes les manières possibles.

    • 2 Février 2016 à 15h54

      HRDL dit

      Je ne comprends pas bien le post de PSR de 13h09. En tous les cas, jusqu’à preuve du contraire, ce sont les extrêmes droites européènnes et russes ainsi que les néonazis, qui soutiennent Poutine contre l’Ukraine.

      • 2 Février 2016 à 16h10

        steed59 dit

        faux, de nombreux partis d’extrême droite européen soutiennent au contraire la “nouvelle” ukraine, notamment en europe du nord. UKIP par exemple est très anti-russe

        • 2 Février 2016 à 22h15

          HRDL dit

          Anti-Poutine voulez vous dire… Êtes-vous sûr qu’il soit correct de classer ce parti ultra-libéral et anti-européen à l’extrême droite ? Il n’a pas voulu d’alliance avec le FN au parlement européen. Sinon Jobbik hongrois, Aube dorée en Grèce, néonazis allemands et polonais st tous, parmi ces partis néonazis d’Europe pro Poutine. Je ne dis pas “prorusse” car je distinguerai toujours un peuple de son régime poltique.

        • 2 Février 2016 à 23h33

          minguette dit

          MLP elle est financée par qui déjà ?
          Poutine ne peut que plaire à l’extrême droite, il a tout pour ça. Populisme, démagogie, corruption, gros biscottos, petits cerveaux.
          D’ailleurs vous en êtes fou, c’est tout dire.

        • 2 Février 2016 à 23h38

          minguette dit

          Absolument HRDL.
          Le UKIP ne veut pas entendre parler de Marine Le Pen et des autres fachos, tous soutenus par Poutine et réciproquement.
          On voit assez clairement où se situe Steed, ce qui est son droit, mais qu’il ne vienne pas nous donner de leçon.
          Poutine, Jobbik, aube dorée, Pegida… Steed, quoi.

        • 2 Février 2016 à 23h44

          durru dit

          Steed se défend très bien tout seul, mais j’ai quand même l’impression qu’il est bien plus pro-russe que pro-Poutine.
          Steed et Jobbik? Vous êtes allé chercher ça où exactement? J’ai cru que j’allais exploser, heureusement que c’est pas dans les horaires de travail. Mettre NSFW la prochaine fois, pitié!

        • 2 Février 2016 à 23h50

          durru dit

          Quant à UKIP, “extrême droite”, faut voir… J’ai vraiment du mal à imaginer Philippot avec une swastika :D
          UKIP a refusé l’alliance avec le FN notamment pour incompatibilité avec leur côté ultra-libéral. Faut arrêter de traiter les pro-FN de fachos, ça sert plus à rien, c’est même très contre-productif.

        • 2 Février 2016 à 23h58

          Martini Henry dit

          Exact Steed. De très nombreux partis néo-fascistes soutiennent l’Ukraine comme le MAS (Mouvement d’Action Sociale) en France ou Casapound en Italie, principal parti néo-fasciste en Europe et parmi les plus influents.
          Visiblement, nombreux sont ceux qui ne savent pas de quoi ils parlent…

        • 3 Février 2016 à 7h26

          steed59 dit

          Merci martini pour ta culture politique on se demande chez certains à quoi ont servi leurs années a sciences popo, quand je lis le programme politique de ukip à propos de l’europe ou de l’immigration je le classe à droite du FN 

        • 5 Février 2016 à 12h41

          HRDL dit

          Ayant vu tardivement la réponse de Martini, je réponds tardivement : Ukip n’est pas du tout anti russe et pro ukrainien. A dernièrment voté avec le FN contre une résolution “anti-russe” etc. Casapound fait 0,13 ou 0,14 % en Italie. Comme “principal parti néofasciste en Europe”, on fait mieux. Jobbik hongrois ou Aube dorée en Grèce pour parler de partis notoires et influents font bien mieux et ont des représentants au parlement européen. Ukip, le Fn, d’extrême droite ou pas ? J’ai régulièrement l’impresion que ce genre de discussion n’a aucun intérêt. Mais je me trompe peut-être. 

    • 2 Février 2016 à 15h48

      Hamid Zumin dit

      Fixpir dit : “Parce que, vouloir comprendre le déroulement de l’histoire Ukrainienne sans évoquer l’Holodomor, c’est vouloir comprendre Israël en ignorant tout de l’Holocauste.” Devons-nous comprendre que, pour Fixpiir, l’Holocauste a été opérée par les Palestiniens?

      • 2 Février 2016 à 15h59

        HRDL dit

        Fixpir est sûrement assez grand pour se défendre, mais d’un point de vue linguistique son post était clair : il s’agissait d’une analogie ( déf : identité de rapport). Le Holodomor est aux Ukrainiens ce que la Shoah ou l’Holocauste est à Israël. 

        • 2 Février 2016 à 22h54

          Hamid Zumin dit

          C’est une analogie au mieux bancale, au pire tendancieuse, car je ne sache pas que l’Holocauste ait eu lieu en Israël.

        • 2 Février 2016 à 23h05

          durru dit

          Fixpir pourra se défendre, c’est certain, mais il aura tout aussi certainement du mal à s’expliquer devant notre expert.

      • 2 Février 2016 à 23h26

        Fixpir dit

        Fixpir est assez grand pour se défendre mais était éloigné de son écran.

        Une analogie n’est que cela, une analogie. Toutes les parties de la situation ne se ressemblent pas.
        Je dis juste qu’il est impossible de comprendre l’histoire récente d’Israël sans connaitre la Shoah. C’est une réalité. Cela ne signifie ni que cette histoire soit moralement défendable (ou le contraire), ni qu’elle soit légitime (ou le contraire).

        Quitte à dire des évidences, autant les dire complètement : il me semble clair que les peuples en place en Palestine avaient fort peu à voir avec la Shoah, son origine,son déroulement, etc… C’est une autre évidence.

    • 2 Février 2016 à 14h00

      pic dit

      Enfin quelques propos censés sur la “crise Ukrainienne” : toutes les oppositions ne sont pas forcément dans le “camp du bien”, Canal plus s’honorerait à maintenir cette diffusion, part des choses + part des choses = sagesse induite!

      • 2 Février 2016 à 14h10

        steed59 dit

        depuis quand canal+ a un honneur

    • 2 Février 2016 à 13h28

      HRDL dit

      Merci à Fixir de rappeler le Holodomor de 1933. T Snyder ds “Terres de sang” donne comme bas de la fourchette 3 millions de morts. On oublie que les Ukrainiens ont en partage avec les Juifs d’avoir été victimes d’un génocide en pleine Europe du XX° siècle. Les deux grands totalitarismes se donnèrent un étrange rdv en Pologne et en Ukraine. Le livre le plus terrifiant que j’ai lu sur le Holodomor est un ouvrage de 400 témoignages de survivants, sélectionnés parmi quelques milliers (6000 + enregistrements). Cette recherche de témoignages s’effectua en Russie après la chute du mur, en 1991. Les 400 retenus pour l’édition ont été publiés chez Albin Michel en 2000, sous le titre ” 1933, l’année noire. Témoignages sur la famine en Ukraine. 

      • 2 Février 2016 à 13h37

        steed59 dit

        l’holodomor n’est pas un génocide, au sens où ce n’était pas un peuple qui était visé (comme le peuple arménien, que vous semblez oublier) mais une classe sociale, celle des paysans-propriétaires qui refusaient de se soumettre à la nationalisation des terres (dite aussi dékoulakisation). Les taux de mortalité furent aussi élevées, voire plus, dans des régions comme le Kouban, la basse-Volga ou l’Oural, terres “ethniquement” russes.

        • 2 Février 2016 à 14h58

          HRDL dit

          Je n’oublie pas l’Arménie. Juste, je ne sais pas si on doit considérer l’Arménie comme étant en Europe. Pas plus que je n’oublie les Tutsis (1994).

          Quand on lit les grands historiens, comme T Snyder, le caractère de génocide de la famine de 1933 est très clair (à ne pas confondre avec les famines soviétiques de 1931 liées à la première mise en place des politiques de collectivisation des campagnes). En effet, cette famine conjugue une politique agricole connue depuis 1931 comme provoquant des famines, et des mesures spécifiques concernant les nationalités. Pour ce qui est la définition de génocide, la définition première historique de Rafaël Lemkin incluait les classes sociales à partir du moment où elle visait aussi bien les
          enfants. Cette définition ne fut pas retenue en 1945 en raison du véto soviétique ( et pour cause ! ) Enfin, croire que seuls des koulaks (et leurs familles !)en furent victimes  est parfaitement faux ( lisez donc les témoignages que j’ai signalés plus bas) et immoral car justifie implicitement et rétroactivement ces crimes horribles… Koulaks et leurs familles = coupables. On s’attendrait ds Causeur à lire autre chose que des justifications plus ou moins emberlificotées de la politique agricole
          stalinienne et une forme de négationisme. Tant qu’on n’aura pas compris l’importance de ces faits ds la mémoire ukrainienne, on ne comprendra rien à l’Ukraine et on participera à la politique d’amnésie du passé soviétique que mène Poutine sans relâche et qui est un désastre idéologique et moral tant pour les Russes que pour les Européens qui s’y laisseraient prendre.

        • 2 Février 2016 à 16h01

          steed59 dit

          d’abord je ne justifie en rien les crimes abominables du stalinisme, en affirmant que l’holodomor est un crime qui dépasse largement les frontières de l’Ukraine historique, ensuite je ne limite pas évidemment à la classe des koulak. La dékoulakisation fut un programme, les conséquences sanitaires de programme retomba sur l’ensemble de la classe paysanne.
          Sinon à propos du souvenir collectif en Ukraine, je suis allé à Kiev en 2007 et j’ai vu le momument consacré à l’holodomor près de la statue de l’hetman Bogdan Khmelninski. Que le jeune Etat ukrainien veuille s’approprier les grands évènements dramatiques de son histoire pourquoi, dans ce cas qu’il n’oublient pas le rôle des supplétifs ukrainiens dans la shoah par balles quand ils décident d’instrumentaliser les milices neo-nazi.

        • 2 Février 2016 à 16h05

          steed59 dit

          ci-joint une carte montrant explicitement le caractère transnational des famines des années 30

          https://en.wikipedia.org/wiki/Holodomor#/media/File:Famine_en_URSS_1933.jpg

        • 2 Février 2016 à 22h08

          HRDL dit

          A Steed 59 : ce n’est pas ” s’approprier un évènement” que d’ériger un monument  à la mémoire des victimes d’une pareille catastrophe. Les Soviétiques avaient érigé un monument à la mémoire des victimes de Babi Yar. Ce n’était pas “s’approprier un évènement”. En revanche, leur monument ne faisait aucune allusion au caractère juif des victimes de Babi Yar et il a fallu attendre l’indépendance de l’Ukraine pour qu’un tel monument soit érigé. Nous avons des monuments divers à la mémoire des victimes juives de la rafle du Vel d’Hiv. Ce n’est pas “s’approprier l’évènement” ni nier la part des supplétifs français de l’extermination ou l’existence de la division SS Charlemagne. Les Ukrainiens ont comme tous les peuples d’´Europe occupée connu l’antisémitisme. On ne saurait réduire l’Ukraine moderne à cela, Pas plus qu’on ne saurait réduire la France aux ” heures les plus sombres de notre histoire” Marre de ça pour la France, comme pour l’Ukraine. On peut noter aussi que l’Ukraine est le 4° pays au monde pour le nombre de Justes (Pologne + de 6000, Pays-Bas et France 4000, 3500, Ukraine + de 2500 loin devant la Biélorussie, la Rusiie, la Croatie ..)

        • 3 Février 2016 à 8h15

          durru dit

          Encore un qui fait des classements de Justes… Et c’est quoi la conclusion? Les Polonais sont les moins antisémites? N’importe nawak.

    • 2 Février 2016 à 13h18

      aurore dit

      JE SUIS D’ACCORD