Tuerie de Bruxelles : à quand le Big data antiterroriste ? | Causeur

Tuerie de Bruxelles : à quand le Big data antiterroriste ?

Se fâcher c’est bien, ficher c’est mieux

Auteur

Gil Mihaely

Gil Mihaely
Historien et directeur de la publication de Causeur.

Publié le 02 juin 2014 / Politique Société

Mots-clés : , ,

nsa nemmouche attentat bruxelles

L’arrestation de Mehdi Nemmouche fait aujourd’hui la une de la presse. Son profil y est soigneusement décortiqué : l’évidente ressemblance avec le jihadiste toulousain Mohamed Merah, le rôle de la prison dans sa radicalisation, son enfance et sa jeunesse marquées par un cadre familial défaillant… Tout est passé au crible, ce qui donne au lecteur le sentiment que son crime était connu d’avance, qu’il fallait être aveugle et/ou incompétent pour ne pas suivre à la trace cette bombe humaine à retardement. Ce sentiment se renforce à la lecture des commentaires relatifs à l’interpellation de Nemmouche  par les douaniers de Marseille. Le caractère « inopiné » du contrôle à la descente du car Amsterdam-Marseille est monté en épingle, l’arrestation apparaissant davantage comme le fruit du hasard que l’aboutissement d’une enquête. Bref, les autorités ont eu du bol plutôt que du nez.

Il est encore trop tôt pour connaître les résultats des enquêtes diligentées par les différents services pour déterminer si les procédures en vigueur (évaluation de la dangerosité des suspects, échanges d’informations, classement et traitement approprié du fichier) pour retrouver l’auteur de l’attentat de Bruxelles ont été respectées. En tout cas, comme l’a expliqué le ministre de l’Intérieur, l’action des douaniers à la Gare Saint-Charles ne peut pas être qualifiée de contrôle de routine puisqu’elle résulte de l’augmentation du niveau de vigilance après la tuerie de Bruxelles avait accru la vigilance policière. La méthode qui consiste à « aider » le hasard en profitant de la moindre erreur de l’individu recherché a donc prouvé son efficacité, puisqu’il aura fallu moins d’une semaine aux forces de sécurité pour retrouver Mehdi Nemmouche.

Mais la police française n’a pas le monopole des mauvais procès. En feuilletant les journaux d’aujourd’hui, on est surpris par le changement de ton radical entre les articles sur l’assassin du musée juif de Bruxelles et la couverture d’une autre information : la création par la NSA d’une base de données regroupant des millions de photos de personnes. Puisées sur Internet (réseau sociaux, mails) ainsi que sur d’autres réseaux de communication, ces images servent notamment à l’élaboration d’un système de reconnaissance faciale indispensable à l’identification systématique des terroristes.

Or, s’ils pointent des lacunes dans la surveillance de Mehdi Nemmouche par les services français et la lutte contre le nouveau terrorisme jihadiste, les observateurs seraient bien inspirés de regarder ce qui se fait outre-Atlantique. Comparer le système de surveillance américain à 1984 d’Orwell permet d’éluder le débat sur les insuffisances des services français, amenés à aller encore plus loin que la NSA s’ils veulent gagner en efficacité.

Surveiller « à l’ancienne » (écoutes, filature, interrogatoire) exige des moyens considérables pour des résultats pas toujours satisfaisants, comme nous l’a montré l’affaire Merah. C’est pourquoi le développement d’une stratégie fondée sur le « Big data » (en gros, l’accumulation de tous nos faits et gestes informatiques) est inéluctable. Par définition, cette dernière méthode demande un gros travail de fichage en amont, afin d’enregistrer les données informatiques de la population entière. Qui sait si les images enregistrées par la caméra d’un distributeur de billets pourraient permettre, des mois ou des années plus tard, de mettre la main sur un terroriste voire d’empêcher un attentat ?

Evidemment, il faudrait discuter des limites à poser à ces pratiques, des modalités de la sauvegarde, du traitement et de l’exploitation des données personnelles. Mais ne critiquons pas tout et son contraire. Aussi légitime soit-elle, la demande croissante de sécurité ne peut pas ignorer ses implications sur la vie privée et la liberté de nos concitoyens.

Comme disait le Général, il faut vouloir les conséquences de ce que l’on veut.

*Photo : Stephen Melkisethian.

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 4 Juin 2014 à 1h26

      améoui dit

      Gil Mihaely – Êtes-vous prêt à accepter un certain nombre de morts par an dans des attentats comme prix à payer pour la sauvegarde des certaines libertés ?
      Ah mais oui, exactement la même réponse que pampam. Sécurité, principe de précaution… de la merde. La vie ça bouge et le mouvement ça peut tuer. L’immobilité c’est l’absence de vie.

      • 5 Juin 2014 à 18h32

        QUIDAM II dit

        Accepter  un certain nombre de morts juifs, en l’occurrence… pour la sauvegarde de certaines libertés ? Cela ne me semble pas acceptable.
        Et puis c’est un risque que vous semblez vouloir prendre… mais que d’autres devraient assumer.

    • 3 Juin 2014 à 22h21

      Schiczu dit

      Oui, ben. C’est pas vraiment très compliqué à contourner ce système. Il suffit de poster 1000 fois sa photo avec le même faux nom, et on est tranquille pour un moment.
      Les bonnes vielles techniques ont du bon. Au moins, on sait ce qu’on fait.

    • 3 Juin 2014 à 19h47

      Ralph K.Krüger dit

      Pourquoi avoir peur d’un big brother alors que nous sommes déjà épier par nos voisins.

      L’atteinte à la liberté individuelle, à la vie privée, commence avec le numéro de sécurité sociale, puis plus tard, le numéro d’un compte courant.

      La première de cette atteinte est le salariat. On donnait à l’esclave sa gamelle journalière quand aujourd’hui on lui donne son salaire par mois. Mais attention, juste ce qu’il faut afin qu’il maintienne la tête hors de l’eau, de quoi consommer, d’acheter un nouveau téléviseur, mais pas plus…

    • 3 Juin 2014 à 13h06

      kersablen dit

      Respectez les valeurs fondatrices de la République, ne soyez plus timorés, guillotinez les suspectes comme en 1789 .

      • 2 Juin 2014 à 19h16

        améoui dit

        Ah mais oui c’est très fort. Il avait vraiment besoin de fouiller dans les poubelles pour trouver ça ? Surtout que même le nez dans la …, ils sont légions à dire que c’est du chocolat, à répéter ad libitum que tout ça ce n’est que médisance répétée ad libitum.
        Ah mais oui libitum est bon, et c’est le doute qui le corrompt.

        • 2 Juin 2014 à 20h36

          améoui dit

          Ah mais oui c’est sur, un message comme ça va réveiller les consciences, ouvrir les esprits, ordonner les neurones, faire pousser les synapses. A qui tu parles pas, là ?

        • 2 Juin 2014 à 20h51

          néonéo dit

          Ben pas à toi, visiblement.   :)
          Incroyable que les gens aient pu te prendre même 1/2 journée pour Gégène, tellement t’es pas drôle. 

        • 2 Juin 2014 à 21h03

          Parseval dit

          Tiens en fait néonéo, puisque tu es là, je te conseille très vivement (si tu ne l’as déjà lu) Noon moon, le mercredi des cendres un thriller philosophique par Percy Kemp. Il y a des analyses très stimulantes sur les USA. Quelques extraits par ici.

        • 2 Juin 2014 à 21h08

          néonéo dit

          Salut Parseval.  :)
          Je l’ai lu: très bon anéfé. J’aime bien Percy Kemp.  

        • 2 Juin 2014 à 21h15

          Parseval dit

          N’est-ce pas, un type intelligent, ça change !

        • 2 Juin 2014 à 21h19

          améoui dit

          Ah mais oui mon gars, si t’es susceptible ça va moins bien. Si c’est pas à moi que tu ne parles pas, c’est donc à moi que tu parles. D’un autre côté, il n’y a que moi à t’avoir répondu sur ton sujet.
          Ah mais oui être drôle c’est bien, être Gégène je ne sais pas, c’est pas toujours un bon souvenir la gégène. Etre entendu c’est bien aussi, parce qu’avec une image de Snwowhite qui énonce ce qui est écrit partout depuis des siècles, et sans commentaire, et ben c’est pas gagné.
          Ah mais oui, l’enlèvement d’Hélène par un Troyen est un prétexte et moi je suis fou de la reine, fou de la reine, fou…

    • 2 Juin 2014 à 18h20

      Nolens dit

      C’est vrai que les risques d’atteinte à la vie privée sont réels, mais c’est déjà le cas. Tous les faits et gestes sur le web sont fichés, au moins par les marchands.
      Les réseaux sociaux sont présentés comme incontournables, moi je n’y suis plus, j’y suis resté à peine 6 mois.
      Va-t-on se passer d’internet ? Non tout le monde ou presque à part le 4ème âge y est accroc.
      Nos libertés se réduisent comme peau de chagrin depuis des années. Les gouvernants de tous les bords sont d’accords pour tout réglementer dans le sens tout interdire à terme.
      C’est le laxisme au nom de la liberté des délinquants et des criminels qui nous ôte la notre.

      • 2 Juin 2014 à 20h15

        cm2187 dit

        Il y a une grande difference entre les informations que vous partagez volontairement, et vos communications privees, vos faits et gestes, qui n’ont pas vocation a etre enregistre pour toujours dans des bases de donnees. Si vous postez une photo compromettante de vous meme sur facebook, vous ne pouvez vous en prendre qu’a vous meme. Si vous rencontrez quelqu’un pour un cafe ou que vous envoyez un email prive a un ami, c’est une intrusion inadmissible dans votre vie privee qu’un Etat (fut-ce etranger) le fiche ou face une copie de cet email et garde ces informations au chaud pour plus tard.

        • 3 Juin 2014 à 0h00

          Nolens dit

          Le principe du Big Data est de tout garder, même ce qu’il y a de plus anodin.
          Exemple, les traces des communications et même celle des mouvements des téléphones mobiles sont toutes gardées, ce qui permet de vérifier n’importe qui sur ce critère.

    • 2 Juin 2014 à 16h11

      Naif dit

      Ce qui m’effraie dans cette histoire c’est l’incroyable naïveté ou peut être le sentiment d’impunité, de ce terroriste ! Ce balader avec l’arme du crime franchement il voulait qu’on l’arrête ! ou alors il était vraiment plus bête que ses pieds !

      • 2 Juin 2014 à 18h29

        améoui dit

        Ah mais oui on peut le penser, ou alors il avait encore du taf à Marseille.

        • 2 Juin 2014 à 18h31

          _Georges_ dit

          aménon, il voulait mettre “Bruxelles”, à feu et à sang, comme MLP et E. Lévy.

        • 2 Juin 2014 à 18h38

          améoui dit

          Ah mais oui, il s’est juste trompé de bus, au lieu de Bruxelles-celles, il a pris Tarascon, con ! Du coup pour régler le problème, il peut demander la nationalité belge de par dieu.

    • 2 Juin 2014 à 15h27

      Jess dit

      On procède, me semble-t-il, avec le terrorisme comme avec le cancer: on s’acharne à tuer les mauvaises cellules, même au prix de la vie du pauvre malade au lieu d’essayer de comprendre pourquoi des cellules cancéreuses apparaissent..

      Plusieurs reportages mettent en évidence le rôle de certains imams radicaux (c’est le moins que je puisse dire!) dans certaines prisons. Comment se fait-il que l’on tolère de tels imams dans notre pays? Comment se fait-il que ces imams ne soient pas renvoyés chez eux? Immédiatement…Il en va de notre sécurité!
      Si nos lois actuelles ne le permettent pas, vu la production annuelle de lois dans notre pays, on pourrait demander encore un petit effort au législateur! Un article unique suffirait….

      Comment se fait-il aussi que l’on n’oblige pas les imams à faire leur sermons en français (et non en arabe) pour mieux contrôler ce qu’ils disent?
      Tout ceci me semble élémentaire! il n’est pas nécessaire de sortir de l’ENA pour faire preuve d’un peu de bon sens!

      Une dernière observation: je n’ai entendu aucune réaction de condamnation par une autorité musulmane à la suite de l’attentat du musée juif de Bruxelles…Mais peut-être n’ai pas tendu l’oreille assez bien?
      D’une façon générale, ces dignitaires religieux musulmans honoreraient l’Islam en condamnant fermement et systématiquement toute violence, tout crime commis au nom d’Allah.

      Claude Mennessier

        • 2 Juin 2014 à 18h23

          _Georges_ dit

          “L’interpellation de Mehdi Nemmouche révèle « la gravité récurrente des actes terroristes djihadistes à caractère antisémite », déplore Dalil Boubakeur”

          La vérité est la condition de la civilisation.

      • 2 Juin 2014 à 16h42

        cm2187 dit

        On aurait pu dire la meme chose des intellectuels d’extreme gauche dans les annees 70. Ils cherchaient clairement a radicaliser la jeunesse ce qui a abouti aux brigades rouges, la bande a Baader, etc. Est ce que cela signifie qu’on aurait du mettre Sartre sous les verrous? A l’epoque certains auraient dit oui. Malgre le mal que j’en pense, la tolerance c’est surtout accepter les opinions qui ne nous plaisent pas. Le terrorisme lui meme est le probleme.

    • 2 Juin 2014 à 14h45

      Leboulonnais1 dit

      Surveiller, oui et après ? On attend pour chaque djihâdiste le passage à l’acte sur le territoire national ? Soyons sérieux. En revanche, modifier le code pénal pour assimiler à de la trahison les individus qui vont combattre sous l’uniforme djihaddiste serait à étudier. Et pour le coup nous ouvrirait un champ large de mesures répressives, y compris la déchéance de nationalité. 

      • 2 Juin 2014 à 14h55

        Parseval dit

        Il est interdit de créer des apatrides…
        J’en profite pour rappeler (référence à l’autre brève sur le numéro vert) que beaucoup de jeune qui partent en Syrie (ou ailleurs) sont des convertis.

        • 2 Juin 2014 à 15h32

          Lisa bis dit

          Vous a

        • 2 Juin 2014 à 15h32

          Lisa bis dit

          vez le pourcentage, et vous donnez la source ?

        • 2 Juin 2014 à 15h37

          Parseval dit

          Ceux qui ont mis en place le numéro verts. et là vidéo 2

        • 2 Juin 2014 à 15h38

          Georges saval dit

          On ne peut déchoir de leur nationalité française que ceux qui ont la double nationalité. Ce qui, dans le cas qui nous intéresse fait déjà un sacré paquet! Mais, sinon une portée symbolique, je n’en vois pas l’utilité : étranger en France ou français, cette différence de statut n’empêche absolument de résider comme on le désire sur notre territoire pour y commettre tous les délits que l’on veut. Merci Sarko qui a supprimé la double peine qui nous permettait (théoriquement du moins car les juges ne l’appliquaient qu’exceptionnellement) d’éloigner, au moins provisoirement, des multi-récidivistes tels que ce monstre.
          Tu triches, tu voles, tu violes, tu tues? Dehors!
          On a déjà très largement assez à faire avec les notres pour ne pas s’encombrer de ceux-là.

        • 2 Juin 2014 à 15h39

          Lisa bis dit

          Feraient mieux de suivre François, ça améliorerait le vivre ensemble !

    • 2 Juin 2014 à 14h15

      thd o dit

      Chut ! Pampam. Ne le dites pas trop fort.

      Vous rendez-vous compte des perspectives d’emploi pour les informaticiens ?

      C’est un peu comme l’Europe, matière à d’innombrables réunions où l’on refait le monde, entre tailleurs et costards cravates, dans les bâtiments de verre et béton de Bruxelles, avec des frais de mission pantagruéliques.

      Mais c’est vrai que dans le cas du Big Data évoqué, il y aurait un peu de vrai boulot et les enjeux que vous mentionnez…

      • 2 Juin 2014 à 14h20

        cm2187 dit

        En tout cas je trouve l’idee de spinner une surveillance digne du KGB sous Staline avec des termes modernes et trendy comme “big data” tres amusante!

    • 2 Juin 2014 à 13h46

      _Georges_ dit

      Fichons tous les prisonniers de culture musulmane qui ont eu un cadre familial défaillant. Ou fichons-nous du monde.

    • 2 Juin 2014 à 13h10

      cm2187 dit

      Il meurt chaque jour une vingtaine de personnes sur les routes francaises. Et chaque annee une centaine de la grippe et une centaine d’overdoses. Le terrorisme est objectivement une ponction minuscule sur la population. Cela ne le justifie en rien et ses perpetrateurs doivent terminer en prison comme n’importe quels autres criminels. Mais ce n’est pas un pretexe valable pour les renoncements aux libertes individuelles et a la vie privee auxquelles vous appelez dans votre article. 

      Le terrorisme est une creation mediatique, car cela permet de vendre du papier. Comme la vache folle et le virus H1N1. On cree des psychoses pour des raisons absurdes, et on ignore des problemes plus importants. Et les Etats en profitent pour pietiner les libertes et se debarasser de leurs contre-pouvoirs.

      Cette surveillance massive, qui n’est rien d’autre que l’equivalent electronique de mettre tout le monde sur ecoute, d’ouvrir le courrier de tout le monde, et de controler les gens tous les 20 metres dans la rue, sont inaceptables dans une societe democratique (et que cela soit fait sans que les gens s’en rendent compte ou le comprennent ne change rien).

      Sans compter que ce n’est pas comme si l’Europe n’avait pas un historique lourd de passer de democratie a dictature. La France en premier lieu. 

      • 2 Juin 2014 à 16h43

        Attila dit

        Le tout sécuritaire est juste une excuse pour augmenter le flicage..

    • 2 Juin 2014 à 13h05

      Pampam dit

      Ben voyons. On va foncer un peu plus dans un monde de débiles. Et allons-y pour le fichage généralisé. Et pour l’option “Minority Report” dès qu’elle sera disponible.
      C’est plus simple que de s’arrêter et de réfléchir deux minutes.
      Ils sont tous devenus fous. Même Mihaely qui avait l’air sain d’esprit jusque là. 

      • 2 Juin 2014 à 13h09

        Pampam dit

        Et c’est quand on imagine les recommendations de l’article mises en oeuvre chez nous qu’on se demande quelle est la distance qui sépare le pays d’Obama de celui de Poutine.

      • 2 Juin 2014 à 13h17

        Parseval dit

        Et le pire c’est que c’est inefficace, on est incapable de traiter un tel volume de donnée (la NSA a avoué du bout des lèvres qu’elle n’avait arrêté qu’une ou deux personnes, et encore, grâce à ces systèmes).
        On brade nos libertés et notre âme pour rien, nous n’en tirerons aucun avantage, sauf celui d’être ravalé au rang de marchandise, de minerai de donnée.

      • 2 Juin 2014 à 15h17

        Gil Mihaely dit

         Êtes-vous prêt à accepter un certain nombre de morts par an dans des attentats comme prix à payer pour la sauvegarde des certaines libertés ?

        • 2 Juin 2014 à 15h21

          eclair dit

          @gil mihaely
          Chaque année il y a presque un millier de morts violentes.
          20 de plus ou de moins ne changera rien à cela.

        • 2 Juin 2014 à 15h23

          Parseval dit

          Le bac philo approche, une petite dissertation sur l’utilitarisme ? (envisagez aussi l’hypothèse recul des libertés et non diminution du terrorisme)
          Autre chose, dernièrement il y a eu un article de Percy Kemp, peut-on s’attendre à en avoir d’autres ? Ça relèverait le niveau…

        • 2 Juin 2014 à 15h28

          Parseval dit

          Admettons qu’on préfère la fin des libertés. Allez-vous militer pour l’interdiction du tabac/alcool/automobile/nucléaire/… qui font infiniment plus de morts ?

        • 2 Juin 2014 à 15h51

          Pampam dit

          @Gil : oui, absolument. Y compris bien sur la mienne et celle de mes enfants.
          En poussant la logique de votre question perverse jusqu’au bout, on peut justifier tout et n’importe quoi.