Trump, déjà président normal | Causeur

Trump, déjà président normal

Décevra-t-il encore plus qu’Obama?

Auteur

Gil Mihaely

Gil Mihaely
Historien et directeur de la publication de Causeur.

Publié le 10 novembre 2016 / Monde

Mots-clés : , , ,

donald trump obama populisme

Citations de Donald Trump sur le commerce, le climat, les relations avec la Chine, le Mexique ou la Russie © AFP Thomas SAINT-CRICQ, Sabrina BLANCHARD

L’élection de Donald Trump est sans doute un événement de première importance tant la victoire de ce VRP de génie à la tête de la première puissance mondiale représente la dernière cartouche du système politico-économique actuel. Car, contrairement à ce qu’on peut croire, Trump a été élu après avoir joué le jeu. Il a certes joué brutalement et en enchaînant les transgressions mais sans jamais se faire disqualifier ou en rejeter les règles. Plus encore, il ne propose rien de vraiment original. Sur l’économie, l’immigration ou la géopolitique, ses positions, souvent contradictoires, ne sont pas révolutionnaires : tout a déjà été proposé et testé avec plus ou moins de succès. Quant à une supposée rupture avec les élites, après son discours de victoire hier matin, les illusions ne sont plus permises.

Trump a non seulement rendu hommage à Hilary Clinton, la femme qu’il proposait, pas plus tard qu’avant-hier, de mettre en prison, mais il a enchaîné les banalités et les politesses, gommant en quinze minutes presque dix-huit mois de discours et de prises des positions en tous genres. Certes brutal, Trump reste un gentleman à la fin des fins. Que je sache, Lénine n’a pas serré la main de Nicolas II, pas plus que Robespierre n’avait rendu hommage à Louis-XVI pour ses services à la nation.

Trump est allé jusqu’à remercier nommément de nombreux membres de son équipe en les invitant à se faire reconnaître : il avait à coeur de se montrer bien entouré, de rassurer en envoyant un message de continuité et en affichant son sens des responsabilités. Il a donc montré que, désormais, ce qu’il y avait de fou et d’original chez lui, autrement dit ce qui a fait rêver presque 60 millions d’Américains, n’est plus d’actualité.

Bref, le premier message du président élu est le suivant : « La seule chose qui compte est la victoire. J’ai donc tout fait pour gagner, y compris vous faire croire ce que vous aviez envie de croire. Mais maintenant soyons adultes et sérieux, rentrez chez vous car j’ai le monde à gérer. »  Aujourd’hui élu, il n’assume plus la radicalité et le potentiel transgressif de sa campagne…

Si cela vous rassure, détrompez-vous. Si Trump déçoit, si d’ici un an les emplois ne sont pas de retour et la réalité reste peu ou prou ce qu’elle est aujourd’hui, vers qui les Américains abusés par le système vont se tourner ? Les électeurs déçus de Trump en viendront-ils à croire le candidat qui s’engagerait à tenir les engagements trahis du nouveau président ?  Ou bien laisseront-ils tomber le système, pensant que rien de bon ne peut venir de la démocratie libérale ? Avec Trump dans l’arène, le dernier recours de Washington est mis à l’épreuve car,  comme le démontre son discours de victoire, il reste malgré tout le « plan B » du système actuel. Le plan C risque d’être un jeu totalement différent. C’est pourquoi la nuit du 8-9 novembre 2016 est si importante dans l’histoire américaine. Trump aura été le châtiment infligé à Obama, sa punition pour avoir suscité un fol espoir qu’il ne pouvait que décevoir. Qui, dans quatre ans, punira Trump pour le même péché ?

  • Article en accès libre. Pour lire tous nos articles, abonnez-vous !

    La rédaction de commentaires est impossible pour cet article

    • 14 Novembre 2016 à 2h16

      Schlemihl dit

      Je ne connais rien à l’ Amérique mais je vois que ça ne se passe pas comme en France . Un candidat aussi immensément vulgaire aurait chez nous rebuté assez d’ électeurs et d’ électrices pour ne pas être élu .

      Soit , on a élu un monsieur baratineur  avec des manières de rustre , et ça lui a servi .

      Mais on demande à un Président d’ être efficace . En 1939 la France avait un Président qui était un modèle de distinction et qui avait du sortit premier de Polytechnique ou Normale ou les deux , un général en chef qui avait eu une carrière mirobolante . Très courtois , bien que le Président ait eu un peu trop la larme à l’ oeil et que lui ou un de ses ministres ait eu des pieds d’ une longueur extraordinaire ….. Quand le bout de ses chaussures arrivait quelque part on prévoyait que le reste allait suivre et les faits confirmaient rapidement cette opinion .

      Et face aux voyous et aux brutes nazis il n’ ont rien fait . Un cambrioleur et un perceur de coffres forts auraient peut être mieux valu .

      Attendons . 

    • 13 Novembre 2016 à 8h31

      la pie qui déchante dit

      allons allons ne soyons pas naïfs …
      où a-t-on vu un candidat élu tenir ses promesses ?
      Qui a été emporté par le karcher de Sarko ?
      Qui a vu que “Moi président ” il n’ya aurait pas dans l’entourage de repris de justice ???

    • 11 Novembre 2016 à 23h57

      IMHO dit

      Qu’a dit Donald Trump pendant la campagne électorale, en dehors de tombereaux d’injures ?
      A-t-il exalté les valeurs censées être républicaines, la religion, la famille, la loi et l’ordre, la libre entreprise, le patriotisme
      Pas du tout, il en a dit le moins possible là-dessus, et souvent blanc et noir en même temps .
      Ce qu’il a dit c’est qu’il allait faire baisser le nombre de d’immigrés mexicains, qu’il allait rapatrier des emplois délocalisés, qu’il allait imposer des taxes à l’importation en replacement des impôts directs, réduire les dépenses et les risques de politique étrangère, faire des routes et des ponts, et supprimer l’obamacare, qui bénéficie aussi aux pauvres, donc un programme de retour aux années soixante-dix, en version 2.0 .
      C’est exactement ce que la classe moyenne restante voulait entendre, l’espoir de ne plus être forcé de cohabiter avec des hispaniques et qu’il y ait de nouveau des emplois pour leurs fils non-diplômés et plus de salaire net, d’être de nouveau dans le camp des gagnants et bien séparés des perdants, et de compter autant dans la nation que les citadins diplômés .
      C’est très raisonnable, comme en mai 68, soyez réalistes, demandez l’impossible .
      Est-ce impossible ? Non, selon Donald Trump, si on fait payer la note au reste du monde, en lui extorquant un abandon d’une partie de ses créances sur les Etats-Unis .
      Conclusion: Donald Trump est un démagogue surdoué, bien meilleur que Ronald Reagan, mais comme tout démagogue, il ne tiendra pas ses promesses, c’est aujourd’hui Don Teflon et ce sera bientôt Don Velcro .

      • 13 Novembre 2016 à 12h18

        IMHO dit

        classe moyenne ouvrière, qui n’est plus a la moyenne .

    • 11 Novembre 2016 à 11h19

      Schlemihl dit

      Il n’ y a ni Plan A ni Plan B . Il y a que les USA sont une démocratie , et aussi un état fédéral , que les Etats américains sont des états et non des départements , que ce sont les Etats et le peuple qui décident .

      Et les états c’ est la Californie le New Jersey et le Massachusetts , c’est aussi le Nebraska l’ Arkansas le Kentucky et l’ Utah . Le peuple , c’est les New Yorkais les habitants de San Francisco et de Nantucket , c’est aussi les fermiers paysans ouvriers , c’est les gens de Stanford et de la Silicone Valley , les créationistes  et les Mormons , c’est tout le monde .

      Trump décevra c’est certain . Mais les gens instruits et ceux qui profitent de l’ évolution économique auraient bien tort de mépriser les autres . Je voudrais rappeler ici une chose que j’ai trouvée dans un livre , je ne l’aurais pas trouvée moi même . Un bon gouvernement doit essayer de gouverner dans l’ intérêt de tout le monde . Les gens du Middle West ont visiblement craint que les Démocrates gouvernent sans tenir compte de leurs intérêts . Si M Trump a du bon sens , il essaiera de gouverner dans l’ intérêt du Kentucky et de sa population , aussi dans l’ intérêt des New Yorkais Californiens et de tous les autres , Républicains Démocrates Blancs Noirs Latinos et tous les autres
      Le gouvernement français tient le plus grand compte de l’ intérêt de ses électeurs , des gens qui le financent et des gens qui le soutiennent . Il néglige un peu la sécurité l’ éducation l’ ordre républicain et l’ économie , les ouvriers paysans travailleurs ne sont pas ses amis . Cela donne des zones de non droit ou de droit étranger , une pénalisation du travail , des faveurs sociales qui nuisent à l’ économie et aux populations mais qui achètent des votes , une école détruite , une haine des beaufs et des automobilistes , une montée du chômage et de la criminalité , des attentats , et des loufoqueries comme le mariage pour tous , le Plug anal place Vendôme et des décorations très étranges à Versailles .Donc..

      • 11 Novembre 2016 à 11h31

        Schlemihl dit

        Donc il ne gouverne pas ( le gouvernement français ) dans l’ intérêt de tout le monde . Donc les électeurs se détournent du PS et de la Gauche , l’ un et l’autre en état achevé de décomposition .

        Je souhaite une Gauche nouvelle , qui renoue avec ses traditions de libre pensée et de rationalisme ( la Gauche c’ est ça d’abord ) , qui ait le courage de rejeter le socialisme qui a échoué et fait la preuve de son absurdité , et qui gouverne dans l’ intérêt de tous . Sinon nous aurons Franco Dollfuss Salazar Metaxas …si nous avons de la chance . Car on pourrait bien revoir sous un aspect différent Lénine Hitler et Staline . Ils sont déjà là d’ailleurs . Ils ne gouvernent pas encore . Les islamistes , nostalgiques de Staline , admirateurs de Hitler , on les trouve aussi en France , et il y en a plus qu’ on ne pense . 

        • 11 Novembre 2016 à 23h59

          IMHO dit

          Le terrible c’est que dans Causeur ceci est très raisonnable.

        • 12 Novembre 2016 à 3h45

          Schlemihl dit

          Imho
          je ne suis pas toujours d’accord avec vous . je suis content que pour une fois vous soyez d’accord avec moi .
          Dites votre façon de penser . j’ écoute tout le monde . 

        • 12 Novembre 2016 à 14h14

          Hannibal-lecteur dit

          Une gauche qui rejette le socialisme. 
          Ça, c’est une sacrée gauche! …on dirait la droite? 

        • 13 Novembre 2016 à 14h45

          Schlemihl dit

          Hannibal : J’appelle socialisme une doctrine révolutionnaire anticapitaliste qui veut supprimer l’ enrichissement par le travail et la propriété privée des moyens de production et le droit de propriété tout court . Ces régimes ont la confiscation et l’ expropriation facile . Défendant le bien , ils tolèrent mal l’ opposition et la critique . Ils peuvent être internationalistes nationalistes athées religieux , leur parenté reste évidente . Ils ont tendance à réglementer la politique l’ économie mais aussi les croyances moeurs les lettres arts sciences la vie sexuelle et jusque aux relations familiales .

          Ce qui nous donne une belle brochette , de Robespierre à Maduro en passant par Francia Lénine Trotsky Mussolini Hitler Antonesco Pavelic Staline Brejnev Tito Enver Hoxha Kim Il Sung et ses descendants Mao Ho Chi Minh Pol Pot Menguistu Castro et leurs émules en Afrique Asie ( Ne Win ? ) au proche Orient avec les bassistes  …… Non , je regrette , Dollfuss Franco Salazar Metaxas Pinochet ne remplissent pas les conditions requises , antirévolutionnaires ils ne sont ni socialistes ni fascistes .

          Avec un recul suffisant on peut dire que c’est une erreur et qu’il faut y renoncer complètement . D’ailleurs le socialisme évolue de plus en plus vers les valeurs de l’ extrême droite : anti américanisme haine des Juifs mépris du peuple exaltation de l’austérité pour les autres irrationalisme fascination devant la sauvagerie admiration de la violence

          Rouges Bruns , mépris du travailleur , culte de la déesse Gaïa , admiration éperdue devant les Primitifs ( sans connaître un mot de leur langue ni rien de leur façon de vivre ) …. ce sont des signes . On passe très facilement du communisme ou du socialisme vers le fascisme et l’ inverse est vrai aussi .

          La Gauche doit rejeter le socialisme , d’abord parce qu’il est faux . 

        • 13 Novembre 2016 à 15h38

          IMHO dit

          Schlmihl, sortez prendre l’air, vos idées sont au bord de l’asphyxie .
          Et si vous rencontrez un de ces curieux bipèdes, parlez-lui au lieu de parler tout seul, vous en avez besoin aussi .

        • 13 Novembre 2016 à 15h42

          Schlemihl dit

          Imho , si j’ai commis une erreur de fait ou de logique , ayez l’ obligeance de me la signaler .

    • 10 Novembre 2016 à 23h32

      Pierre Jolibert dit

      A vue de nez, globalement d’accord avec le fond de l’article.
      Avec des interrogations différentes de celles du dernier §. Autres plans C possibles, pas forcément de quoi dramatiser.

    • 10 Novembre 2016 à 17h01

      Bibi dit

      Trump est sur le point d’arriver à la Maison Blanche, on présume qu’il y aura une p’tite session de questions au POTUS et au Président élu.

      • 10 Novembre 2016 à 17h04

        Bibi dit

        Wolf Blitzer de CNN se plaigne de l’accès interdit aux chaînes TV par la Maison Blanche.

    • 10 Novembre 2016 à 16h27

      Schlemihl dit

      Pourquoi Clinton va gagner

      La victoire de la candidate démocrate est prévisible , même certaine . les discours de son rival républicains ont mis contre lui les minorités , les femmes , les gens des états les plus peuplés et tous les démocrates bien sur . Préparons nous à une présidence démocrate et à une certaine continuité dans la politique américaine .

      Je reste modestement à la disposition du Peuple et de la République pour son instruction , son information , et mes prédictions habituellement exactes .

      Schlemihlus Modestissimus

    • 10 Novembre 2016 à 14h15

      rolberg dit

      Obama n’a pas fait ce qu’il voulait faire parce que la droite-droite l’en empêché. Trump ne fera pas ce qu’il a dit qu’il ferait uniquement pour se faire élire. Le mieux qu’on puisse espérer, c’est un total bordel qu’un successeur ne pourra nettoyer.

    • 10 Novembre 2016 à 14h01

      Zinho dit

      Obama était l’incarnation de la bien-pensance. A sa décharge il a de la classe et de l’élégance.

      • 10 Novembre 2016 à 14h33

        gigda dit

        Son impuissance fut un regret… mais la classe et l’intelligence … le style en somme c’est le fond, souvent… et avec Donald la laideur, la sottise, l’immaturité,  est telle qu’au moins on n’a pas à douter.

        • 10 Novembre 2016 à 15h07

          Bibi dit

          Juger sur la forme et pas sur le fond…

    • 10 Novembre 2016 à 13h47

      Bibi dit

      Il ne vient à l’idée de personne que pour certains il s’agissait de TSH (Tout Sauf Hillary)?

    • 10 Novembre 2016 à 13h31

      Cassandre dit

    • 10 Novembre 2016 à 12h39

      Bibi dit

      Gil oublie opportunément la bonne dose d’anti-corruption et de soucis de sécurité qui ont fait pencher plus d’un “honest American”.

    • 10 Novembre 2016 à 12h17

      Sancho Pensum dit

      “Qui, dans quatre ans, punira Trump pour le même péché ?”
      Parce qu’évidemment ce ne sera pas l’escalade, il y aura un retour du balancier… Qui, donc, dans quatre ans ? Je mets cent dollars sur Chelsea Clinton !

    • 10 Novembre 2016 à 11h52

      Bibi dit

      Mon cher Gil,
      Tout chef d’état, notamment ceux élus démocratiquement, déçoit forcément une partie de son électorat. La politique, et le gouvernement, c’est “l’art du possible” et parfois ce qui est possible n’est pas ce qui satisfait les rêves de l’électeur(e). Trump ne peut déroger à cette règle générale. C’est d’ailleurs très bien s’il fait l’objet de critiques honnêtes.
      Je vous conseille d’avoir un peu plus de respect vis à vis des électeurs américains, même si vous les imaginez comme des hordes barbares, dignes successeurs des fils et filles des “Pères fondateurs”, déchirant des sacs de thé et avançant vers l’Ouest toutes armes dehors.

      • 10 Novembre 2016 à 12h27

        Sancho Pensum dit

        Je ne vois rien dans l’article de Mihaely qui laisse penser qu’il prend les électeurs de Trump pour des ploucs ou des barbares. La rédaction de Causeur semble plutôt ravie, d’ailleurs, de son élection [si Trump sort victorieux là-bas, alors notre Marine a toutes ses chances... ?].
        Mihaely se contente de supposer, et il a raison, que les électeurs de Trump, en particulier, et les Américains en général, vont se retrouver gros-john comme devant.
        Car évidemment, votre ami Trump va se couler dans le moule préparé à son attention par l’Administration américaine et les différents lobbys d’affaires qui la “conseillent”. Et Trump aura d’autant moins de mal à s’y couler qu’il est lui-même un affairiste patenté et multinational. Ses intérêts personnels sont à mille lieues des déclarations opportunistes et démondialisantes qu’il a pu tenir.

        • 10 Novembre 2016 à 12h31

          steed59 dit

          ce que veut dire Bibi c’est que personne parmi les électeurs de DT pense qu’il va appliquer 100% de son programme. S’il en fait 80% ils s’estimeront heureux. Après il n’est pas obligé de faire du Hollande/2012 comme le suggère GM.

        • 10 Novembre 2016 à 12h47

          Bibi dit

          Et de plus, M Pauvre type, Trump n’est pas mon ami. Ni moi le sien d’ailleurs.

        • 10 Novembre 2016 à 15h18

          Sancho Pensum dit

          C’est regrettable, Bibi Nettoietayourte, car vous avez pas mal de points en commun.

        • 10 Novembre 2016 à 15h24

          Sancho Pensum dit

          Steed, est-ce bien utile de tenter de traduire le Bibi qui tentait de traduire le Mihaely ?

      • 10 Novembre 2016 à 12h45

        gigda dit

        Bibi lisez donc le portrait de lui que l’écrivain Tony Schwartz qui a rédigé son livre(The art of the deal) fait de lui dans le New Yorker… (plus de liens pour moi)
        Peut être vous intéressera t’il quand même, outre le portrait de narcisse, de sociopathe, de menteur pathologique, d’immaturité, d’immoralité, d’incapacité à garder une attention de plus de quelques minutes… 
         de savoir qu’il ne pouvait citer qu’un seul  livre lu:  ” A l’ouest rien de nouveau”  prétendant que “I read passages, I read areas, I’ll read chapters—I don’t have the time”, mais que “Trump’s first wife, Ivana, famously claimed that Trump kept a copy of Adolf Hitler’s collected speeches, “My New Order,” in a cabinet beside his bed.”
          

        • 10 Novembre 2016 à 13h01

          Bibi dit

          Désolé, le NewYorker n’a pas un record d’intégrité journalistique suffisant.
          Et je suis loin d’être fan du Donald.

        • 10 Novembre 2016 à 13h03

          Bibi dit

          A propos, Richard Nixon était antisémite notoire, de même que Jimmy Carter.
          On ne peut accuser Hillary d’être philosémite.

        • 10 Novembre 2016 à 13h48

          gigda dit

          Peut être Bibi …mais l’interview me semble plutôt authentique… peut être aussi pour Hillary … mais pour un homme qui ne lit rien, avoir ce livre sur sa table de chevet … pour le reste je vous souhaite comme vous le savez bien, des alliés opportuns… mais la donaldinguerie des commentaires ici , (et l’imprévisibilité du personnage)  me  laisse pleine de soupçons et de malaise.

        • 10 Novembre 2016 à 13h55

          Bibi dit

          Un point de “réconfort”: Philip Roth s’approche du Nobel de littérature… pour sa dystopie.

        • 10 Novembre 2016 à 14h23

          Bibi dit

          P.S. Chère gigda,
          Le seul problème avec le lien était un espace de trop à la fin. Il m’arrive de faire pareil.

        • 10 Novembre 2016 à 14h30

          gigda dit

          Bibi oui je sais pour les fameux espaces, mais il semble que j’ai beau faire ils se restaurent dans mon dos.. … vous avez l’art semble t’il du réconfort, j’apprécie :)… souhaitons à Roth! 

        • 10 Novembre 2016 à 14h43

          Bibi dit

          Voici un exemple de publication “problématique” du NewYorker.
          http://mosaicmagazine.com/essay/2014/07/what-happened-at-lydda/
          (et, accessoirement, une publication qui puisse vous intéresser si vous ne la connaissez pas déjà).
          Bibises!

        • 10 Novembre 2016 à 16h58

          Bibi dit

    • 10 Novembre 2016 à 11h32

      Pol&Mic dit

      “Décevra-t-il encore plus qu’Obama?” ……
      …….
      ça lui sera difficile de faire pire que lui !

    • 10 Novembre 2016 à 11h26

      Scarabas dit

      Trop pessimiste. Trump gardera une partie de sa force transgressive, ne serait-ce que pour être réélu en 2020.

    • 10 Novembre 2016 à 10h48

      C. Canse dit

      Trump a-t-il un agenda, une boîte à outils, un casque et un scooter ?

      • 10 Novembre 2016 à 12h30

        Sancho Pensum dit

        C’est pas son genre. Il n’a aucun programme. Et questions véhicules, il est plus Rolls que Piaggio : http://news.autoplus.fr/Donald-Trump-Pr%C3%A9sident-Etats-Unis-Election-Hillary-Clinton-1510421.html

        • 10 Novembre 2016 à 12h33

          steed59 dit

          les élections présidentielles ne se jouent pas sur des programmes mais sur des visions.

          Laissez les programmes aux partis et aux élections législatives (à ce propos le congrès reste “rouge” en plus de DT à la MB)

        • 10 Novembre 2016 à 15h22

          Sancho Pensum dit

          “les élections présidentielles ne se jouent pas sur des programmes mais sur des visions.”

          Mouais…
          C’est les électeurs de Trump qui ont eu des visions !

    • 10 Novembre 2016 à 10h44

      Habemousse dit

       Si j’ai bien compris vous voudriez faire partager la « normalité » de notre président ?

      Après quatre ans et demi de pouvoir, quels sont ceux sur la planète qui lui arrivent à la cheville ?

       Il n’y a que Chavez qui pouvait lui disputer ce titre, la mort l’en a empêché.

      Non, M. Hollande est bien le premier et le restera pour longtemps sans que les électeurs aient besoin de le reconduire pour conforter sa désignation.

      Et puis il a une procédure de destitution engagée contre lui : même si elle n’aboutit pas, cette action prouve la haute estime que les politiques ont pour son action et sa personnalité.

      Avant de faire de M. Trump un challenger crédible, attendez les premiers résultats…

       Je note que les soi-disant « démocrates » défilent déjà un peu partout aux Etats-Unis, alors que M. Obama est président pour encore quatre mois : la « French démocratie » ?       

    • 10 Novembre 2016 à 10h22

      Lector dit

      confondre le génie et l’instinct, faut le faire. Trump lui-même n’y croyait pas vraiment.